Partagez | .
 

 Eaux troubles {PV Mercy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice C. Donovan
avatar
Compétitrice
Âge : 21
Messages : 215
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Eaux troubles {PV Mercy   Mer 7 Nov - 0:36



Eaux troubles
///
J'aurais probablement davantage réfléchi à un semblant de déguisement si j'avais eu plus du temps. Mais en fait, quand j'ai appelé pour réserver un créneau afin de livrer mon premier match, je crois que j'ai plus ou moins oublié que du coup, cela voulait dire que j'allais devoir m'occuper du minimum vital rapidement. Et que je ne pouvais plus reculer, pour le coup, sauf en reculant piteusement comme une lâche, ce qui était fondamentalement hors de question.
En même temps, je me sens étrange, depuis quelques jours, et je me rappelle très bien que c'était encore plus intense lorsque j'ai passé mon coup de fil. J'avais l'impression que ce match serait une formalité, une chose à faire et à oublier rapidement, alors, arrogamment, je m'étais dit qu'il fallait s'en débarrasser au plus vite. Je ne dirais pas que je n'étais pas moi-même, car la détermination qui m'anime est bien semblable, mais clairement, je n'étais pas aussi incertaine quant au déroulement des événements à venir.

La même sensation vrombit dans mon ventre, mais je la sens plus agitée, plus instable, moins froide et ferme qu'il y a quelques jours. Peu à peu, la brûlure pénible dans ma poitrine s'est transformée en une sensation étrange de froideur distante, grommelant toujours au creux dans mes tripes, ne me permettant ni de l'oublier, ni d'y penser sérieusement. Je ne sais pas ce qui se passe, mais depuis que j'ai décidé que j'allais commencer à récolter mes badges, je me sens étrange. Comme si quelque chose clochait, mais... Mais non, rien ne cloche, n'est-ce pas ? J'ai décidé de me reprendre en main, c'est tout. Il faut bien ça pour que ça aille mieux. Ce serait quoi, la solution inverse ? Continuer à avoir mal ? Merci bien, j'ai assez soupé comme ça. Oui, c'est légitime, comme réaction. Ce doit être légitime.
J'admets toutefois que j'ai été plus inspirée, quand je vois ce que j'ai choisi pour dissimuler mon visage. Car oui, je n'ai pas très envie que ça se sache, que c'est moi. Pas tout de suite. Fin, j'ai prévu un truc bien dramatique, où je l'enlèverais à la fin pour faire une vidéo surprise sur ma chaine, un truc du genre. Mais en attendant, il faut bien que je préserve le secret, donc... Donc j'ai dû me mettre quelque chose sur le visage, et j'ai pris ce que j'ai pu, soit un sac plastique avec des trous pour les yeux  et qui se trouve simplement au dessus de ma tête. Et oui, hein, je fais avec ce que je veux. On s'en fiche, c'est temporaire ! Personne ne ricanera, de toute façon, quand ça sera fini. Moi, ça ne m'intéresse pas de cacher mon identité ; j'comprends pas trop pourquoi Papa fait un foin à chaque fois qu'il voit quelqu'un de mon âge qui ne se cache pas durant un match. C'est pas ses oignons, non ? C'est les oignons de personne, ce que je fais. C'est bien pour ça que je vais faire ce que je veux. Et que... Que je n'ai AUCUNE raison d'hésiter à faire quoi que ce soit.

Je ne suis pourtant pas très à l'aise alors que j'avance progressivement dans l'arène. J'ai choisi Dimaras pour des raisons purement pragmatiques, hein. C'est simplement que j'ai un avantage de type plutôt axé contre l'eau pour le moment, e-et... Et c'est tout. Je n'irais pas là pour des raisons aussi puériles que parce que je connais vaguement la championne grâce à papa et que je l'admirais énormément quand j'étais enfant. Carrément pas. Ce serait vraiment, vraiment, trop un comportement de gros bébé. Et même qu'une fois arrivé à ma place, je garde la tête bien haute, absolument pas impressionnée ou même intimidée.

« B'jour, m'dame Mercy. »

Et bizarrement, j'm'en veux un peu d'être aussi austère. Bon, sûr que là, elle me reconnaitra pas. J'veux dire, j'suis venue avec le nom de Medjed, c'est tout, et je cache mon visage : y'a peu de raisons que ça arrive. Mais ça me fait du bien aussi, je crois, d'agir ainsi.
Dans un mouvement un peu paresseux, je libère sans grande pression le Lanturn qui se trouvait dans la ball que j'ai amené. Sidon ne se gêne pas pour exécuter une petite figure avant de plonger dans l'eau, puis de remonter avec tout autant de panache. Le poisson rose aime être vu et apprécié ; je ne sais pas si je partage son enthousiasme, en soi, mais bon, tant qu'il se bat bien... Cela m'indiffère pas mal qu'il s'occupe plus du public que moi.

Mon choix n'est pas très compliqué, mais en réalité, c'est l'un des seuls qui a accepté de m'accompagner aujourd'hui : mes autres pokémon, étrangement, n'étaient pas bien chauds. Et cela me fait un peu de peine, je dois l'avouer. Ils comprendront, mais... Mais c'est pénible. Je ne sais pas vraiment pourquoi ils en font des tonnes, à vrai dire, que je parte en arène maintenant : il faudra bien le faire, de toute façon !
Je dois toutefois penser à autre chose. Crispée et tendue, je réussis pourtant à prononcer quelques mots de politesse, que je dois toutefois forcer hors de moi.

« Bon match. »

Je n'en dis pas plus, même si ça me démange. Je crois que ce serait un peu excessif, de toute façon, non ? J'aime pas en faire des tonnes, je crois, parce que ça me fait penser à Papa, et que, bah, j'suis pas Papa. Je n'ai pas besoin de surjouer et de faire comme si j'étais de bonne humeur alors que, clairement, je n'ai pas vraiment envie d'être là ; et ce doit sûrement être ça à chaque match, car je ne m'explique pas mon manque d'enthousiasme autrement. Pour me rassurer, je me dis que je n'aurais sûrement pas de soucis à terminer ça vite, non... ? Alors pourquoi est-ce que je doute, là ?
1 NOVEMBRE (APREM)VS Mercedes L. Blanchett

____________________________________________

DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Livie A. Vulpino & Roxanne Novak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercedes L. Blanchett
avatar
Elite
Âge : 25
Messages : 94
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: Eaux troubles {PV Mercy   Dim 11 Nov - 22:20




EAUX TROUBLESfeat. Alice Donovan


Il n’existe qu’un lieu où je me sens pleinement en contrôle. Paradoxal qu’il doive être un des seuls où je n’en aurai jamais véritablement. Avant même le match, j’ai rejoint la piscine de Dimaras pour m’y préparer en toute quiétude, goûtant avec soulagement au silence caverneux qui règne ici. J’ai erré plusieurs minutes près des eaux, le regard rivé vers les hauts plafonds, à savourer quelques rares instants de calme. J’ai parfois le sentiment, ces derniers temps, d’être sollicitée au-delà de mes capacités, mais il y a toujours cet appel pour me réchauffer, celui du combat. Malgré toutes mes indisponibilités et les lourdeurs qui rendent parfois ma progression difficile, j’ai au moins cette échappatoire. Cet endroit qui m’appartient. Les minutes qui ont suivi, j’en ai profité pour organiser un petit entraînement, laissant le loisir à Marvel et DC de mieux connaître leurs compagnons dans un lieu sécuritaire. S’ils ne se mêlent pas beaucoup aux autres, j’ai pu constater qu’au moins, ils sont de plus en plus à l’aise au sein de notre équipe. Ce n’était peut-être pas une mauvaise décision de les accueillir au final. Mes alliés pour leur part leur ont laissé tout l’espace pour se sentir bien mais certains sont plus curieux que d’autres. Le Krabby a déclenché plus d’un conflit avec les autres, même qu’une petite rivalité s’est installée entre lui et Kinu. C’était à s’y attendre vu leurs personnalités semblables.

Puis, j’ai passé un moment à revêtir mon costume de «scène», ma redingote bleue et blanche, mes pantalons des mêmes teintes et ma ceinture aux quatre Poké Balls. J’ai pris un moment pour soigner mes cheveux, les boucler de manière à ce qu’ils retombent bien sur le côté après les avoir noués dans une queue de cheval qui se veut élégante. J’ai aussi appliqué un maquillage tout simple qui illumine mes traits et dissimule les poches sous mes yeux. Autrefois, je le faisais pour l’imagine. À présent, prendre cet instant pour moi a quelque chose de thérapeutique. J’ai le sentiment de prendre soin de moi pour une rare fois. Je sors de ma loge après l’arrivée de la foule, prête à accueillir ma challenger. Elle s’avance devant moi d’un pas très décidé, trop peut-être. Le sac sur sa tête provoque chez moi un léger rire empreint de malaise. J’ai plus l’impression qu’elle est venue braquer l’Arène plutôt que d’y mener un match. Cette idée me fait frissonner. J’ai un peu de mal avec les masques depuis une certaine époque où le blanc était à la mode. Néanmoins, je me calme rapidement. Mes alliés sont là, je suis chez moi.

La challenger prend la parole et sa voix me paraît jeune, mais c’est difficile à dire avec ce sac sur la tête. J’essaie de ne pas avoir l’air déstabilisée par son costume, sauf que le fait de ne pas pouvoir voir ses traits m’empêche un peu de connecter avec elle. Je prends une grande inspiration, me disant que bon, tant pis. Elle mérite tout de même un accueil au même titre que les autres, il me faudra simplement faire abstraction de cette distraction. En plus elle est sérieuse comme tout… Arceus, ce match va être long.

«Bonjour, Medjed et bienvenue dans mon Arène! J’espère que tu n’as pas trop peur de te mouiller, car je promets de faire des vagues cet après-midi!»

Oui, les jeux de mots font partie du spectacle, tant pis si ça vous plaît pas! Moi je me trouve très drôle. Mon adversaire dévoile son premier Pokémon, un Lanturn aux couleurs exceptionnelles. Voilà qui est intéressant. Je me penche un peu au-dessus de la piscine pour mieux le voir tandis qu’il parcourt les eaux avec enthousiasme. Trop mignon. Au vu du Pokémon, je ne peux définitivement pas opter pour Kinu, que je réserve aux challengers les plus expérimentés. Opalyn prendrait méchamment les décharges de ce Pokémon de type électrique alors… Luth fera le candidat parfait. Le Viskuse apparaît à son tour dans la piscine, heureux de retrouver un adversaire énergique en face. Il fait onduler ses tentacules pour saluer le Lanturn.

«Pareillement!»

Prudente, je décide d’attendre de voir quel sera le premier geste posé par mon étrange challenger et son Lanturn chromatique.
(c)Golden
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice C. Donovan
avatar
Compétitrice
Âge : 21
Messages : 215
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Eaux troubles {PV Mercy   Mer 14 Nov - 16:09



Eaux troubles
///
Les matchs sérieux ne peuvent pas être plaisants : c'est la conclusion que j'ai tiré depuis quelques jours. Je veux dire, quand je me concentre, quand je me focalise sur ce que je dois faire pour le moment, je n'ai qu'une sensation sourde d'apathie dans ma poitrine pour le répondre. Je suis là pour... Je ne sais pas trop. Pour faire quelque chose, je suppose, pour arrêter de... De ne rien faire ? Oui, je venais pour ça, à la base, mais d'un coup, tout ça me semble stupide.
Une nervosité étrange me parcoure le corps sous forme de longs et pénibles frissons, remontant le long de mon échine pour aller finir par se nouer dans le creux de ma gorge, la laissant sèche et tendue. Quelque chose me secoue et me paralyse en même temps, crispant mes muscles de telle sorte à ce que je sois quasiment incapable de sortir mes mains de mes poches. Droite comme un bâton, je force mon visage à paraître le plus neutre possible, alors même qu'il est déjà caché par mon déguisement de fortune. Sans me l'avouer, je crois que j'essaie de me faire croire que tout est parfaitement normal.

La championne est à l'aise, ou du moins, c'est ce que je vois, de son côté. Elle m'a l'air si adroite et assurée que j'en suis un peu déconcertée, et agacée. Je ne considère même pas le Viskuse, le voyant comme un adversaire quelconque, oubliable. Si je m'entendais penser, sûrement que je me révulserais moi-même.
Non, mais pas besoin de surjouer, aussi, j'ai pas cinq ans !
Je ne comprends pas pourquoi je pense cela. Pourquoi mon premier réflexe est d'être agressive, vitriolique, quand j'imagine qu'elle fait cela pour se faire remarquer. Bizarrement, cette pensée me tend et je me retrouve à grogner dans ma barbe inexistante, comme si la voir s'assumer avec amusement me gênait profondément, remuant mes tripes d'une manière quasi douloureuse. Quelque chose en moi semble ne pas apprécier cette idée. Et en même temps... En même temps, je ne sais pas, je me sens bizarrement insultée, pour je ne sais quelle raison. Mais je ne devrais pas, non ? Je m'en fiche, des autres, je viens justement ici pour le montrer. J'en sais rien. Ça m'énerve. Je suis persuadée, plutôt, que c'est de l'énervement, et non un malaise qui m'étouffe de plus en plus.

« Ondes étranges, puis Coup d'Jus. »

Mon ton est plutôt sec. Sidon ne s'en préoccupe pas : tout ce qui l'intéresse, lui, c'est de faire son combat, et de se faire remarquer. Je ne lui en demande pas plus, et de toute façon, je ne pourrais pas : mes autres pokémon ne m'écoutent même pas, ces temps-ci. Je fais avec les armes que j'ai, et ils verront bien.
Le Lanturn plonge. Il donne de la vigueur à ses coups de nageoire pour parvenir rapidement à un petit mètre de profondeur, et une fois cela fait, ouvre sa bouche. L'eau se met à trembler, comme animée de spasmes internes. De petites couches d'écume se forment à la surface, soufflée vers le haut par de grandes bulles d'air. Les vibrations utilisées par mon ami auront au moins le mérite de diminuer l'attaque de ce Viskuse si jamais l'offense de Sidon touche. Car oui, je ne me suis pas vraiment renseigné sur mon adversaire. De toute façon, est-ce que j'ai besoin d'y penser ? Tout ce que j'ai vu, c'est que les gens, dans un match, ne veulent que gagner. Alors ils tapent, ils bourrinent, ils sont brusques. Le but, ce n'est pas de jouer, pas d'être créatif, hein ? C'est ça, le but. Gagner, un point c'est tout. Je devais me mentir, en pensant autre chose. Et si j'arrête de penser ça, alors j'aurais moins mal. Alors j'arrêterais d'avoir mal quand je vois que les autres veulent juste m'humilier pour se sentir mieux eux-mêmes.

La seconde attaque de Sidon sera donc une bête offensive brusque. Irréfléchie et aussi violente que possible, car c'est cela que l'on attend de moi, après tout ; pourquoi est-ce que j'agirais autrement ? Le Lanturn l'a parfaitement compris : au bout de sa lumière, une épaisse et large boule d’électricité est en train de grossir. L'air craquelle, et de brefs grognements statiques semblent se répéter de plus en plus rapidement. Je sens bien qu'il a du mal à porter son attaque ; cette concentration semble lui demander beaucoup d'investissement. Il en oublie d'ailleurs un peu le reste. Sa position varie juste un peu, mais je m'en fiche. Qui diable s'en fiche, qu'il change vaguement d'angle ?

« Allez ! »

Mon exclamation donne le signal à mon Lanturn. Le voilà qui relâche brusquement son attaque, sans plus attendre. Le poids et la puissance de cette dernière, toutefois, semble être de trop ; voilà qu'il trébuche dans ses propres mouvements, et que son offensive s'écrase à toute vitesse contre l'un des murs de l'arène.

Le son brusque me fait sursauter. Du bruit. Un bruit qui, de loin, ressemblerait presque à un autre que je ne me permets même pas de nommer dans ma tête. Un boom, presque. J'ai froid, d'un coup.

Mes épaules se rétractent, et je laisse échapper une inspiration rapide, alors que mes poumons se bloquent. Encore plus crispée, je mime l'indifférence maximale. C'est... C'était dangereux, là, je crois, non ? L'attaque n'aurait pas dû tomber là, mais c'est ce qui s'est passé, car je n'ai pas bien dirigé Sidon. Lui-même semble embêté, enfin, il a l'air de trouver ça vaguement dommage, mais il ne s'en occupe pas. Je devrais le rappeler à l'ordre, en vérité : c'est mon travail, non... ? Mais cela voudrait dire que je fais quelque chose de mal, pour le moment. Et si je fais quelque chose de mal, alors, alors... Alors peut-être que...
Non, non, ça arrive. Tout le monde le fait, alors si on me le reproche, c'est parce que je laisse les gens me le reprocher, parce que je ne dis rien et que j'attends que ça passe. Je ne compte plus faire ça. Je me garde donc d'un quelconque commentaire, gardant mon regard sur le match et la championne, jaugeant la situation et sa réaction, comme pour m'en défendre si jamais elle venait à dire un truc. Tant qu'elle ne dit rien, alors c'est que je dois avoir raison. C'est comme  ça que ça marche, non ?

Ma poitrine se lève et s'élève plus rapidement. Sans que je ne le remarque, de la sueur commence à humidifier mes mains.
1 NOVEMBRE (APREM)VS Mercedes L. Blanchett

____________________________________________

DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Livie A. Vulpino & Roxanne Novak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercedes L. Blanchett
avatar
Elite
Âge : 25
Messages : 94
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: Eaux troubles {PV Mercy   Dim 25 Nov - 23:08




EAUX TROUBLESfeat. Alice Donovan


Bon. Il ne faut pas croire tout ce que les Champions disent à la télévision, sous les feux de la rampe, avec leurs jolis sourires assurés. Ce n’est pas tous les matchs qui nous font ressentir cette passion, pas tous les challengers que nous avons envie d’aider au maximum à «atteindre leurs objectifs et repousser sans cesse leurs limites!». Ça c’est la foutaise qu’on sert pour éviter que certains ne se vexent d’être tout simplement peu mémorables dans le lot des matchs que nous avons. Il m’est arrivé à quelques reprises des moments gênants où j’ai dû expliquer à un ancien challenger que non… Je ne me souvenais pas de lui ou elle. Ce n’est pas de la mauvaise foi; certains nous marquent juste plus que d’autres. Et les autres tombent dans l’oubli du quotidien. Je crois que cette jeune fille va me marquer de par son étrange costume, mais autrement, je crois bien que j’aurais rapidement fait fi d’elle avec son attitude presque robotique et les ordres qu’elle distribue de manière détachée et sèche à son Pokémon. Le pauvre, ce n’est pas sa chose. Je fais une brève moue devant le ton utilisé, mais je me dis que je n’ai pas assez d’information pour juger. Je ne verrai peut-être pas de belle démonstration d’un lien fort entre humain et son allié aujourd’hui. Tant pis, ce n’est pas pourquoi je suis là de toute manière.

L’attaque Ondes Étranges du Lanturn fait rouler les flots et déstabiliser un peu Luth qui sent bien que ses offensives de loin seront mis à mal par tous ces remous. Malheureusement ses attaques sont habituellement de ce type. Nous pourrions faire appel à la pluie mais j’ai bien peur que cela avantagerait notre adversaire. Non, il vaut mieux se concentrer sur nos forces. Et vite, car le Lanturn prépare déjà son offensive en se chargeant d’électricité. S’il doit toucher, je ne donne pas cher de mon ami. Ce qui me surprend un peu, c’est que notre adversaire ne nous vise pas directement… peut-être que cela fait partie de sa manière de viser? La maîtrise de cette attaque semble difficile et Luth plonge déjà pour éviter le contre-coup de cette électricité… sauf que le Coup d’Jus finit sa course directement sur le bord de la piscine où le choc provoque un bruit infernal dans l’Arène. Il… a raté? Le Viskuse n’est pas facile à toucher sauf que là on y était même pas près. Je redresse la tête vers la challenger qui a sursauté. Probablement est-elle surprise de ce piètre résultat. Personnellement, je suis un peu mal à l’aise devant cet échec. Ils se reprendront bientôt, je n’en doute pas.

«Ça va?»

Je ne dis pas ça pour être condescendante, je veux juste m’assurer que tout baigne après ce mauvais pas. Je souris pour ne pas l’alerter. Ce n’est pas grave après tout. Par contre, il faut qu’elle sache aussi que ça ne nous arrêtera pas, que les matchs sont faits pour départager qui sont prêts pour la suite et qui ne le sont pas.

«Luth, Ombre Nocturne, maintenant!»

Au moins, il y a une attaque parmi notre arsenal qui n’est pas affectée par les Ondes Étranges de notre adversaire. L’eau se teinte d’encre soudain et des ténèbres émergent des mains noires prêtes à s’emparer du dauphin. Luth reparaît à sa surface pour mieux gérer leur descente sur l’ennemi, son petit visage mignon maintenant teinté de concentration.
(c)Golden

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice C. Donovan
avatar
Compétitrice
Âge : 21
Messages : 215
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Eaux troubles {PV Mercy   Jeu 27 Déc - 0:24



Eaux troubles
///
Mes mains suent. J'aimerais bien dire que je ne sais pas pourquoi, mais c'est entièrement faux, et un mensonge tel que j'ai presque honte d'avoir été tentée de le dire dans le simple but d'échapper. Le son repasse dans ma tête encore une fois, alors que Sidon fait de son mieux pour supporter les offensives de notre adversaire, sans mon aide. Je ne réalise pas tout de suite que j'en oublie de le commander, d'un seul coup. Le Lanturn n'est pas de ceux qui ont absolument besoin qu'on les guide tout le long, néanmoins, alors il parvient malgré tout à ne pas céder à une quelconque forme de panique. Malgré tout, il me jette des coups d'oeil anxieux, ne comprenant pas mon silence soudain. Je ne le comprends pas moi-même, ou du moins je le comprends bien trop, et j'ai du mal à croire qu'une raison aussi bête est la cause soudaine de la pression pénible dans ma poitrine. Je n'ai pas... Ce n'est pas à ce point, non ? Je ne suis plus une gamine paniquée qui sursaute et pleurniche au moindre petit bruit de rien du tout. Hors de question de l'être, en tous cas. De quoi j'aurais l'air, si c'était vraiment le cas...? L'idée fait monter des frissons le long de mon dos, réveillant au fond de ma gorge et sous mes veines le souffle froid d'une hantise que j'avais pris soin de bloquer entre les quatre murs de mon inconscient pendant un temps. Mes mains sont devenues moites en si peu de temps que je ne réalise que lorsque je les sens glisser en tentant d'enfoncer mes ongles dans ma peau pour garder un pied dans la réalité.

Elle s'efface, pourtant, lentement. Ou du moins, j'ai la sensation que c'est lent, car tout va très vite, mais c'est comme si tout mon cerveau fonctionnait actuellement au ralenti. Ma respiration s'est accélérée, et mes épaules se haussent, puis s'abaissent, de plus en plus rapidement. Je sens que des fourmillements passent de mes poumons à mes bras, puis mes mains, allant bloquer le mouvement de mes doigts sans même que je ne saisisse pourquoi je n'arrive plus à les bouger. Ce n'est qu'à ce moment, alors que j'hésitais à redresser distraitement mes lunettes sous mon « masque » d'occasion, que je me rends compte qu'elles resteront immobiles, et que je ne peux rien faire contre ça. Mon corps tout entier, seconde après seconde, s'est paralysé. Mes poumons ne m'obéissent plus. Je les sens se contracter si péniblement que j'en ai le souffle coupé, faisant trembler mes épaules agitées.
… Ca... Ca fait mal ? Pourquoi est-ce que... ?

J'ai l'impression de me rendre compte de l'existence de quelque chose qui sommeillait jusque là au fond de mon ventre, mais que j'ignorais jusque lors. La sensation étrange qui m'enveloppait les tripes a disparu, laissant derrière elle un vide froid et pesant. Il n'y a plus que cette douleur dans ma poitrine, et le bruit qui résonne encore dans ma tête. Un son brusque, sec, fort. Un son si semblable à une explosion que pendant quelques instants, je n'ai plus vu les décors colorés et lumineux d'une arène, mais les murs éventrés et délabrés de mon enfance. Les murmures d'incrédulité du public ne me parviennent qu'au moment où en même temps, le son erratique et aigu de ma propre respiration arrive enfin à mes oreilles. Sidon s'est arrêté. Tout, il me semble, s'est arrêté.
La sensation que tous les regards sont sur moi, d'un coup, me crispe de tout mon corps. Tendue, je sens ma gorge se serrer. Même mon Lanturn, dont j'évite piteusement le regard, ne semble plus aussi intéressé par le Viskuse qu'il affronte maintenant. Les mots de la championne résonnent à mes oreilles comme si ils étaient étrangement lointains et particulièrement proches en même temps, ce à quoi je ne peux définitivement pas donner de sens. Non, tout va très bien. Tout ira très bien. Je me force à parler, malgré ma gorge sèche et mon envie de partir en courant, d'un coup. J'ai dit que je le ferais, ce match, non ? Je ne serais qu'une grosse pleure, si j'abandonnais pour je ne sais quelle raison. Car c'est comme ça que ça marche, n'est-ce pas ? Avoir peur, se sentir mal, c'est stupide, il faut faire avec, « se relever » et tous ces trucs à la con auquel je ne crois même pas, et...

« … C-c'est bon. Sidon, on reprend et on-... »

Face à mon signal à peine amorcé, le Lanturn en avait profité pour tenter de une nouvelle attaque. Ou du moins, en amorcer l'esquisse, car je n'ai que le temps d'entendre les crépitements d'une nouvelle attaque électrique ; dans ma tête, le son de l'explosion me revient violemment en tête. J'ai l'impression que ce son imaginaire m'a soufflé, faisant lâcher mes jambes.
Mes mains s'agrippent à mes oreilles. Je les couvre avec violence, manquant presque de planter mes ongles dans la peau qui les entoure. J'ai mal, mais ce n'est rien comparé à cette sensation insupportable que j'aimerais arracher de ma propre tête. Je ne m'entends même pas geindre, atteinte par une douleur complètement invisible.

Je ne vois pas Sidon me fixer avec un air interdit et hésitant. Il jette des coups d'oeil nerveux entre ma personne et son adversaire, et si pendant quelques secondes il pense à continuer le combat, se disant probablement qu'il doit s'agir d'une occasion de profiter d'un instant d'inattention, il y renonce. Sans que je ne le vois, le Lanturn se retourne vers moi, puis vers la championne, qu'il hèle par des sons aigus. Moi, de mon côté, je suis loin, pour le moment.
J'étais persuadée, pourtant, que tout irait comme je le pensais.
1 NOVEMBRE (APREM)VS Mercedes L. Blanchett

____________________________________________

DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Livie A. Vulpino & Roxanne Novak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercedes L. Blanchett
avatar
Elite
Âge : 25
Messages : 94
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: Eaux troubles {PV Mercy   Jeu 3 Jan - 22:56




EAUX TROUBLESfeat. Alice Donovan


Quelque chose dans ce portrait cloche. Quelque chose qui augmente progressivement mon malaise et effrite ma concentration. Je n’ai pas le loisir ici de me plonger pleinement dans le combat, pas avec tous ces ratés et ces tâtonnements. Ce n’est pas contre mon adversaire, au contraire. Je m’inquiète plus que m’irrite de ce qui se produit ici. Malgré la distance j’ai l’impression grandissante que la jeune fille a perdu pied d’une manière ou d’une autre. Je ne la connais pas assez pour voir de quoi il s’agit, tâche par respect pour elle et pour sa démarche aujourd’hui d’agir le plus normalement possible et de faire ce qui est demandé de moi : combattre. Sauf que plus les minutes passent plus j’ai du mal à le faire. Le Lanturn a pris les commandes dans son équipe mais il lui manque l’appui de sa dresseuse, sa dresseuse que je sens mal malgré sa voix qui m’assure qu’elle tient bon. Sauf qu’encore une fois, je préfère obéir à sa demande explicite plutôt que l’interroger. Ce n’est pas exactement le lieu, devant cette foule. Elle est jeune, je n’ai aucun désir d’attirer l’attention sur ses malaises. Luth s’est retourné en ma direction pour chercher mon approbation. De toute évidence le rythme haché de ce combat a miné même son enthousiasme obstiné, le rendant un peu nerveux et fébrile.

Alors que le dauphin prépare une nouvelle attaque, j’ai espoir que notre challenger reprendra ses esprits et trouvera le courage de mener à bien ce combat… sauf que je constate rapidement que j’avais tort. Rapidement, le poisson s’interrompt à nouveau, confus, tourné vers sa dresseuse qui enserre maintenant sa tête comme si sa vie en dépendait. Le Lanturn se retourne vers moi pour m’interpeler devant la difficulté de l’adolescente. Une migraine soudaine et excessive? Je crois plus à une crise de panique pour en avoir observé quelques-unes au centre pour femmes aux prises avec des problèmes de santé mentale. Ou un truc du genre. Dans tous les cas, ça ne peut plus continuer ainsi. Je lève la main en direction de l’arbitre pour lui signifier de mettre le combat en pause, avertissant aussi le Viskuse qui préparait une contre-attaque. Je ne vais pas les attaquer maintenant. Je dois d’abord assurer la sécurité de ma challenger, de la manière la plus discrète possible. Pour ce faire, j’ai une idée : je fais appel à Elyson mon Léviator pour que de son corps il dissimule ce qui se passe près de la jeune fille aux yeux du public que l’on entend s’agiter et protester devant le spectacle interrompu.

«J’me disais bien que ça clochait pas. Je suis là pour t’aider. Si tu as besoin de quoi que ce soit, dis-moi. Nous pouvons aller dans ma loge pour plus de discrétion.»

J’essaie d’être gentille sans être trop envahissante. Je sais pour l’avoir vécu qu’on ne peut pas faire grand-chose contre une crise d’angoisse, que ces choses là passent. Tant qu’elle est en sécurité, ça me satisfait. Dans tous les cas, je voudrais lui demander de retirer le sac sur sa tête pour améliorer sa respiration mais je sais qu’elle pourrait tenir à son anonymat, surtout si elle est jeune. Luth, derrière moi, émet un petit son inquiet et confus. Je me retourne vers lui avec un sourire pour le rassurer; ce n’est bien sûr pas sa faute ce qui s’est produit. J’attends la réponse de l’adolescente pour connaître le chemin à suivre dans les prochaines minutes, en espérant qu’elle se sentira vite mieux.
(c)Golden

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice C. Donovan
avatar
Compétitrice
Âge : 21
Messages : 215
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Eaux troubles {PV Mercy   Aujourd'hui à 4:03



Eaux troubles
///
Ma poitrine se tord. Ou se compresse, je n'en suis pas vraiment sûre. Je sais simplement que c'est particulièrement pénible et désagréable, comme si quelqu'un venait d'attraper mes poumons et de les tordre dans ses mains, avant de les écraser dans ses paumes. Ma cage thoracique est petite, si petite d'un coup, que j'en viens à me demander si je ne suis pas en train de rapetisser, quelque part. Je n'en serais même pas consciente, de toute façon, vu que ma vision se brouille à une vitesse alarmante, sans que je puisse faire quoi que ce soit pour endiguer ce processus. Le reste m'est complètement oublié, comme ce match dans lequel j'avais mis tant d'importance.
Mes tympans m'ont l'air sonnés, ne laissant passer que l'affreux son aigu d'un acouphène particulièrement puissant. Mes doigts ankylosés ne me répondent plus. J'entends tout et je n'entends rien à la fois : des bruits parviennent à mes oreilles fatiguées, mais ils n'ont pas le moindre sens. Je crois, pourtant, distinguer des couleurs. Le bleu d'écailles, le beige d'un grand corps serpentin ; un Léviathor. Elle a dû sortir un Léviathor. Est-ce que l'on serait déjà à la deuxième manche... ? Non, non, ça ne fait pas de sens.

J'entends une voix, toutefois, qui s'approche pour me parler. Je la reconnais, mais elle sonne forte, à mes oreilles, trop forte pour que je ne presse pas mes mains contre mes tympans pour espérer les protéger de cette agression soudaine ; sans doute que ma sensibilité a simplement perdu ses limites. Ce qu'elle me dit ne fait pas sens au début, et il me faut plusieurs longues secondes pour comprendre ce qui se dit, même si mes pensées sont disséminées et confuses. La respiration longue, les épaules tressautantes, je saisis pourtant une information qui devient bien vite la plus importante pour moi.

« Ailleurs. »

C'est tout ce qui m'importe. Je ne crois pas que quoi que ce soit changera en restant ici, et tout me fait tourner la tête. L'envie de me dissimuler quelque part est telle que j'en viens à me dire qu'une loge sera forcément toujours plus agréable qu'une pièce aussi grande, aux murs qui me paraissent gigantesques, délavés, sans vie, étouffants.
C'est un exploit incroyable que j'arrive à marcher. Souvent, ça m'est impossible, mais cette fois-ci, je suppose que c'est le hasard qui me permet de suivre la championne jusqu'à sa loge. Mes doigts, eux, sont si crispés que je ressens une vive douleur dès lors que je tente de les bouger : ils m'ont l'air figés comme de la pierre, et plusieurs fois, je geins en tentant de les bouger. Frustrée, j'essaie de les secouer, mais tout ce que j'obtiens est de réussi à déplacer le haut de mon corps, comme si mes neurones ne me répondaient plus correctement. Je ne me rends pas tout de suite compte qu'il y a un souci.
Puis, d'un coup, je sens le froid contre mon visage.

« N-non ! Non, non, non ! »

Mon « masque » a glissé. Durant mon mouvement, il est passé de ma tête au sol, et je me retrouve maintenant à découvert. Mon visage, plus particulièrement, se retrouve à découvert. Mon visage que, même de loin, la championne connait, et qui pourrait amener à une conclusion que je ne veux très certainement pas se voir réalisée.

« … L'a-pp-ellez p-pas, s'i-il vous plait... »

Ma respiration se hache encore davantage. C'est une peur brûlante, dévorante, tout à coup. Davantage que d'avoir mon identité révélée, car ce n'est au fond qu'un petit quelque chose, j'ai bien plus la crainte que mon père apprenne ce qui s'est passé. Lui, ou qui que ce soit que je connaisse, à vrai dire. Je n'ai pas envie qu'ils me voient comme ça ; qu'ils se rendent compte que je ne suis qu'une gamine. J'en arrive à une seule conclusion, insupportable mais pour le moment, mais qui s'impose à moi : ils avaient raison. Ils avaient raison, à l'école, ceux qui disaient que je n'aurais jamais le « talent » que j'essayais d'atteindre. Ils avaient raison, ceux sur le net qui disaient que je n'étais qu'une petite peste prétentieuse qui ferait bien d'arrêter d'essayer d'être plus que ce qu'elle est. Ils avaient raison, et je n'ai pas envie que cela se sache.
1 NOVEMBRE (APREM)VS Mercedes L. Blanchett

____________________________________________

DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Livie A. Vulpino & Roxanne Novak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Eaux troubles {PV Mercy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eaux troubles {PV Mercy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes d'Enola :: L'Île d'Enola :: Côte Est :: Dimaras :: Place Publique :: Arène de Dimaras-