Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Eté 2024

~25° - 37°C / Fortes chaleurs dans les terres, venteux sur les côtes, orages occasionnels.

Intrigues et Events
Intrigue n°2 : « Passions »
Des conflits s'engagent entre les Monarchistes et les Anarchistes.
Event n°2 : Le festival de Cayagane
Le festival de Cayagane est victime d'un incendie criminel.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Demandes de RPs et liens
- Cendrée cherche un.e partenaire pour un RP ou un défi.
- Pseudo cherche ...
- Pseudo cherche ...
+ pour afficher vos demandes, contactez staff !



anipassion.com
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Journal Journal (page 18 - Jalousies) |OS|


OS d'éclosion
Journal Journal - Jalousies

Je n’ai pas l’habitude de cette sensation. Tu le sais journal, à quel moment je te parle de la colère? J’ai mis du temps à m’en rendre compte. Même que Mercy a dû me le remettre sous le nez en me voyant bardasser les assiettes pendant que je faisais la vaisselle et jeter des grognements insipides sur mes travaux. Je le sens, la fin de session qui approche, qui me laisse complètement épuisée. C’est la plus difficile que j’ai vécu à ce jour. Je n’aurais jamais cru être capable de faire autant de travail… Ouais, l’université c’est différent du CÉGEP, j’aurais dû m’y attendre. Je le sens passer, le niveau qui a augmenté drastiquement et avec toutes sortes de responsabilités. Il devient difficile de cacher mes nombreuses heures passées à la bibliothèque à mes collègues de programme, de maintenir l’illusion que tout ceci c’est facile. Sauf que ce ne l’est pas. Après des résultats assez mitigés à la mi-session, je dois me redresser les manches. C’est bon, je crois pouvoir gérer les examens de mercredi et de jeudi prochain, ce sont plutôt les travaux écrits et pratiques que je trouve difficiles, d’autant plus que je fais souvent des fautes d’inattention qui m’en coûtent beaucoup. Je peux sentir le stress qui augmente, qui me rend moins disponible. Qui me coupe aussi de ce que j’aime. Il n’y a plus que le boulot pour l’université, mon travail étudiant à l’auberge, mes nombreux déplacements entre les deux villes et dormir, lorsque j’y arrive. Car même lorsque je ne suis pas prise par les études à mes heures nocturnes, je ne parviens pas à trouver sommeil.

Il y a quelque chose en moi. Parfois, je regarde mon visage, il me paraît vraiment fatigué. Heureusement qu’il y a ce soleil automnal tropical pour me réchauffer. C’est ce qui me permet de tenir, ça et mes Pokémon. Ce n’est qu’une mauvaise passe, je le sais. Ça n’aide pas que Mercy me demande beaucoup pour l’aider. C’est légitime, sauf que de jouer aux babysitters quelques soirs par semaine lorsque Lexie est présente me fait un peu douter de la capacité de ma cousine à prendre en charge son enfant. C’est moi ou je passe plus de temps avec la petite qu’elle? Elle travaille beaucoup elle aussi. J’aimerais juste qu’elle comprenne que je suis ici pour étudier, pas pour la dépanner. En même temps, je ne peux rien dire. Je suis ici gratuitement et elle m’a déjà beaucoup offert. Je dois juste prendre mon mal en patience. Ce n’est même pas ça qui me met en colère, à vrai dire, même si j’imagine qu’avec le stress ça n’arrange rien. Puis Lexie n’est pas toujours facile peu importe à quel point je peux aimer cette gamine. Elle est obstinée, disons. J’ai gardé d’autres enfants comme elle par le passé mais sa persistance m’épate toujours. Heureusement elle n’est pas trop rancunière car j’ai dû me montrer plus ferme à quelques reprises ces derniers temps, plus ferme que ce ne sera jamais sa propre mère. Mais l’enfant a ce don de tirer vos ficelles. Et je le vois bien que Mercy est épuisée et que «oui» devient plus facile que la confrontation qui vient nécessairement après le «non».

Il y a aussi cet Œuf que j’ai trouvé au terminus d’autobus de Vanawi l’autre jour. Je l’ai rapporté au poste mais quand personne n’est venu le réclamer, on m’a demandé si je ne voulais pas m’en occuper. Il a éclos quelques jours plus tard, un soir où je n’arrivais pas à dormir. Il en est sorti un drôle de petit être, il est d’ailleurs blotti contre moi en ce moment. C’est un Doudouvet. Je ne connaissais pas ce Pokémon avant sa sortie de l’œuf mais je dois avouer que je suis bien contente de cet ajout à mon équipe. Comme le suggère son nom, il est très doux, affectueux et toujours de bonne humeur, même s’il peut être beaucoup dans sa bulle aussi. Je l’apprécie beaucoup dans tous les cas. Il est source de réconfort en ce moment. Et pour une plante diurne il parvient à suivre mes horaires nocturnes du moment plutôt bien. Je l’ai appelé Gypsy.

Toutes ces choses peuvent me mettre en rogne quelque temps, mais ce n’est pas trop mon style de sortir de mes gonds très longtemps. Sauf que là, ça dure ce soir, c’est pour ça que j’ai pensé à te sortir, cher journal. Je réalise que ça faisait un moment que je ne t’avais pas écrit. Mais ce soir j’ai appris via Facebook que Louis-Charles, mon ex, s’est fait une nouvelle blonde. J’ai failli jeter mon ordinateur au bout de mes bras! J’ai passé la soirée à éplucher le compte de la fille en question. Elle étudie à l’Université Laval en anthropologie apparemment, une fille originaire de Tadoussac, une dénommée Vanessa. J’ai fixé pendant des heures il me semble les photographies du nouveau couple, leurs baisers en mode selfie quelque part au Vieux-Port de Québec, leurs grimaces, eux habillés chic à une soirée quelconque… Louis a l’air tellement heureux sur les photos ça m’a rendu malade. Malade que tout ça ce soit de ma faute. Quelque part j’ai espéré que mon départ vers Enola le fasse réagir. J’ai un peu cru qu’on retournerait ensemble un jour, quand je reviendrais à la maison. Mais non. Il a fallu qu’il se mette avec Vanessa et qu’en plus il aille le culot d’être heureux. C’est dégueulasse de ma part de penser comme ça. Parce que c’est moi qui ai triché, qui n’a pas été fidèle et qui a brisé ce que nous avons. Mais voir ça, ce soir, ça m’a fait réaliser à quel point je me sens seule à l’université. À quel point je ne réussis pas à me faire des amis comme je voudrais. Ce devrait être moi à le rendre jaloux, avec un beau mec au bras. Ce n’est pas juste. Pourtant j’ai tout ce que je mérite, je suppose.

Je ne sais même pas à qui j’en veux autant. Je sais juste que j’ai le cœur brisé ce soir, que je suis restée étudier plutôt que de passer mes frustrations dans une fête pour rentrer tardivement, la démarche incertaine mais l’esprit léger. À vrai dire, peut-être que j’aurais dû, ç’aurait été plus productif que d’écrire dans mon journal. Mais au moins ça me soulage. Gypsy s’est endormi et j’ai envie d’en faire autant, une fois que j’aurai fini de pleurer comme une ado de 13 ans en peine d’amour. Merci pour l’écoute en tout cas journal, ça me fait du bien de me confier. Je vais rejoindre Doudouvet pour le moment mais je promets de t’écrire plus souvent, ça me soulagera. Aller, à plus!
Marilou Roy-Morin
Compétitrice
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Nov - 0:19
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: