Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Printemps 2024

~20° - 25°C / Temps ensoleillé, venteux par moments

Intrigues et Events
Intrigue n°2 : « Passions »
Des conflits s'engagent entre les Monarchistes et les Anarchistes.
Event n°2 : Le festival de Cayagane
Le festival de Cayagane est victime d'un incendie criminel.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Sujets récents
RP-1
RP-2
RP-3
+ demandez l'ajout de vos RPs au staff !
Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. Zzz5


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais.
Paul Synthesis
Informations générales

Nom : Synthesis
Prénom : Paul
Surnom : Chat, bien qu’il s’apparenterait plutôt à un Tigre.
Âge : 25 ans
Date de naissance : 09/08/1998
Genre : Masculin
Origine(s) : Né d’une mère enolianne et d’un père japonais à Enola, il a vécu son enfance au Japon et à partir du lycée, il a été envoyé à Johto.
Date d'arrivée sur l'île d'Enola : Mi-janvier 2022 pour la nouvelle Compétition.
Métier/Occupation/Études : Son rôle de Conseiller dans la Compétition lui prend déjà une grosse partie de son temps. Lorsqu’il en a l’envie et le temps, il travaille parfois le soir dans le restaurant d’Ana.
Lieu de résidence : Vanawi, un loft en duplex en centre-ville, qu’il partage avec Ana C. Gladio.
Groupe : Compétition
Sous-Groupe : Élite
Rôle : Conseiller spé type Sol
Pseudonyme : Maa-oh

Fiche dresseur
Informations
Rôle : Conseiller responsable de la zone Centre
Ville de l'Arène/Amphithéâtre : Nuva Eja
Type de prédilection : Sol
Voulez-vous utiliser le dé shiney? : Oui

Équipe Aventure
- Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. 1551898378-totodile - Kaiminus ♂ - (Ali) - Torrent - Mauvais
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Acquis à Johto, Kaiminus est le dernier arrivé dans l’équipe de Paul. C’est le professeur Orme qui le lui a offert au cours d’un rassemblement des Champions de la région. Le Pokémon, turbulent, gênait l’assemblée et Paul a su le calmer en premier.
- Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. 1552221321-yamask-1 - Tutafeh ♂ - Damian - Momie - Timide
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Au sud d’Ébènelle se trouve une grotte où vivait Damian. Peu d’humains passant par là, il pensait que c’était un bon endroit pour se cacher. Malheureusement, des dresseurs ont tenté de le capturer en repartant de l’arène de Paul avec leur badge. Le Pokémon se mit à paniquer et hanta les lieux pour effrayer les dresseurs. Paul fut aussitôt appelé en renfort. Usant de ses types Sol, il mit KO le Tutafeh, puis le captura afin qu’il soit tranquille.

Équipe Élite
- Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. 1551898378-flygon - Libégon ♀ - Selina – Lévitation - Relax
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Selina est le premier Pokémon obtenu par Paul. Elle n’était à l’époque qu’un Kraknoix que son père avait capturé dans un désert d’Afrique. Revenu avec au moment où Paul allait partir pour ses études à Johto, il le lui a offert en cadeau.
- Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. 1552230164-nidoking - Nidoking ♂ - Bruce – Poing Poison - Rigide
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: A l’instar de Selina qui est le premier Pokémon de Paul, Nidoking est le premier Pokémon capturé par Paul. Nidorino étant un Pokémon cinq fois plus rapide que Kraknoix, Selina a eu énormément de mal à le toucher et dominer le combat. Cette rencontre fortuite a forcé Selina à évoluer.
- Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. 1552230168-quagsire - Maraiste ♂ - Barry - Absorb Eau - Naïf
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Barry était un Maraiste qui traînait régulièrement près de l’académie où étudiait Paul. Les deux s’entendaient plutôt bien et à la sortie de ses études, Paul lui a proposé un combat. Si le garçon gagnait, il rejoindrait son équipe, ce qui arriva.
- Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. 1551898378-mudsdale - Bourrinos ♀ - Diana – Endurance - Hardi
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Un éleveur de Tiboudet et Bourrinos s’était retrouvé coincé sur un flanc de montagne, non loin d’Ébènelle et Paul qui passait en volant sur le dos de Selina était venu l’aider. Pour le remercier, l’éleveur lui a confié l’un de ses Bourrinos.




PHYSIQUE
Couleur de peau : Métisse.
Description des cheveux : Mi-longs, fins, bruns.
Description des yeux : Jaune, dorés.
Taille : 1m87
Poids : 77kg
Description de la silhouette : Grand à la posture assurée, son corps est bien bâti.
Problèmes de santé physique : Aucun.
Particularités autres : Un tatouage de dragon. Des cicatrices sur le haut du corps.

CARACTÈRE
Personnalité : Solitaire – Nonchalant par manque d’enthousiasme – Brave – Intègre – Courtois – Ambitieux – Ingénieux – Calculateur – Froid – Philosophe à ses heures perdues – Romantique – Compétitif – Talentueux, en combat et en cuisine – Calme – Provocateur – Compliqué – Désordonné – Logique – Sportif – Patient – Respectueux – Noble – Imbu de lui-même – Confiant en ses capacités – Réservé – Vengeur – Généreux – Intransigeant – Indomptable – Rusé – Protecteur - Juste - Abrupt - Secret - Hautain - Obtus - Insatisfait - Arrogant - Émotif - Sensible

Les bras raides, tenant fermement le lavabo, son regard doré le toise dans le miroir avec cette fermeté qui lui est propre. Aucun sourire ne transite par son visage. L’impassibilité semble être son domaine, même en cet instant de solitude où il pourrait laisser fondre la couche de glace à la surface de sa peau. Pourtant, son expression ne change pas, tel le froid éternel de Sibérie. Intransigeant, il l’est autant avec lui-même, qu’il l’est avec les autres. De bas en haut, il scrute une dernière fois ce visage qui est le sien. Puis son bras droit se dresse lentement. Il relève une touffe de cheveux et d’un coup de ciseau de la main gauche, il vient couper une mèche un peu trop longue. Doucement, il ramène ses mains le long du lavabo, tout en gardant les ciseaux prêts à l’emploi. Son regard inquisiteur examine une dernière fois le moindre de ses détails et visiblement satisfait, il se redresse, prenant ainsi de la distance avec son reflet.

Paul lâche la paire de ciseaux qui tombe mollement dans l’évier avec un cliquetis métallique. Il se tourne et enfile un t-shirt blanc stretch qui rend ses muscles saillants, tout en cachant l’immense tatouage parcourant son corps depuis la moitié supérieure de son dos et évoluant jusqu’à son avant-bras gauche. Seule le bout de la queue de l’animal ornant son bras est visible. Elle l’enroule comme un Arbok s’apprêtant à étreindre sa proie.

Le jeune homme affiche un calme olympien qui traduit en lui une grande assurance, mais aussi une forme de réserve. Alors que beaucoup chanteraient dans la salle de bain en se préparant, qu’ils parleraient avec eux-mêmes ou avec la personne occupant le même appartement qu’eux, Paul restait clos dans le silence.

Ce beau mâle ouvrit la fenêtre pour aérer et désembuer la pièce, suite à sa douche chaude. Le bruit de la ville s’inséra dans la petite salle de quelques mètres carrés. Le doux silence se mua en vacarme de voitures, de discussions s’entremêlant sous la fenêtre et de Pokémon se déplaçant. On eut du mal à croire qu’une personne gagnant aussi bien sa vie aurait décidé de vivre en plein centre ville et qui plus est, en colocation. Bien qu’il préfère généralement être seul, Paul apprécie la compagnie que lui offre sa colocataire. Plus jeune que lui et plus loquace, elle apporte de la gaieté à ce grand loft en duplex.

Par la fenêtre de la salle de bain, le brun observe un instant la population se mouvoir. A les regarder ainsi, tel des fourmis courant dans tous les sens, il a l’impression… non… la conviction de leur être supérieur. Une forme de noirceur qui essaie de corrompre son cœur et ses idéaux. Il ne se croit pas parfait. Au contraire, il sait qu’il peut commettre des erreurs. Mais ces gens à ses pieds, ne se rendent pas compte du véritable monde qui les entoure et de ses dangers. Ils sont naïfs et ignorants. C’est pourquoi ils ont besoin de quelqu’un comme lui. Une personne capable de comprendre les enjeux de ce monde et de les guider, les diriger et les défendre. En cela, il leur est supérieur par sa clairvoyance et son talent naturel.

Puis Ana débarque avec son franc-parler, sa musique et toute sa gentillesse. Elle arrive alors à le tirer de ses songes et à le ramener sur terre. L’obscurité cède la place aux différentes nuances de gris qui parsèment sa vision. Finalement, c’est peut-être pour se protéger de lui-même qu’il s’est mis en colocation.

Goûts/Dégoûts : Peu de choses plaisent à Paul. Tout d’abord, il n’apporte pas une grande importance à tout ce qui est matériel. Toutefois, il entretient toutes ses affaires, jugeant qu’elles ne méritent pas d’être abîmées autrement que par le temps. C’est assez paradoxal lorsqu’on voit comment il les laisse traîner à droite à gauche dans le loft. Il n’y a qu’un unique précieux auquel il apporte un soin tout particulier : son katana. Loin d’être une arme basique, elle revêt un caractère plus large pour le garçon. En effet, c’est une véritable lame façonnée au Japon par un maître forgeron et ayant appartenu à son père. Ce n’était qu’une relique posée autrefois sur un socle au-dessus d’un meuble de salon. Depuis qu’il est dans les mains de Paul, il est devenu bien plus que ça. Même s’il ne peut en faire usage, ce katana l’accompagne régulièrement à sa ceinture, accroché à côté de ses pokéballs. D’ailleurs, il la préfère largement au pistolet des miliciens, même si son efficacité est nulle à distance.

Le plus gros étant dit, du moins ce qui endosse une grande part émotionnelle, le reste s’apparente à de banales goûts. Paul adore cuisiner. Aussi étrange cela puisse paraître, il a développé une technique pour couper ses aliments avec son katana. C’est sa petite fierté, son sel dans ses pâtes. Outre cette particularité, c’est un cuistot tout ce qu’il y a de plus banal. Il est très doué dans ce qu’il fait, mais ne va que rarement modifier ses recettes ou en tenté de nouvelles. Les classiques lui plaisent. A quoi bon tenter quelque chose de différent lorsqu’un plat nous convient déjà tel quel ? A ces yeux, cela n’a aucun intérêt. Et Ana est là pour ça ! Après tout, si elle réussit une nouvelle recette, il n’aura qu’à la reproduire à sa sauce.

La cuisine passée, les goûts de Paul vont concerner la personnalité de ses compères. Il s’intéresse bien plus au caractère des gens, qu’aux couleurs de ses vêtements. Je vous rassure, il ne s’habille pas pour autant de manière dépareillée. Il reste simplement sobre. Pour lui, l’honnêteté est une qualité primordiale. Il pense que mentir n’apporte que le malheur. Pourquoi ment-on ? Pour modifier une réalité souvent moins drôle ou agréable. Pourtant en mentant, cela ne change pas la réalité. On ne fait que retarder une bombe en lui offrant sur un plateau d’argent le temps de grossir. De même que l’honnêteté, pour Paul l’intégrité d’une personne a beaucoup de valeur. Ces deux caractéristiques sont très proches l’une de l’autre, mais une nuance existe que Paul apprécie de notifier. Entre autre une personne peut dire la vérité, tout en étant un chien corrompu n’ayant cure d’agissements mauvais. La mafia en est bourrée d’exemples d’abomination ne cachant aucunement leurs méfaits, tout en étant du mauvais côté de la loi. A l’inverse, les politiciens sont souvent à ses yeux des menteurs, beaux-parleurs qui ne font preuve d’aucune intégrité. Ce sont pour ainsi dire des némésis.

Enfin, Paul a un faible pour les voyages à dos de Pokémon. Que ce soit à dos de son Libégon ou de Bourrinos, il apprécie foncer avec le premier ou prendre son temps avec le second. Le tout étant d’y mettre les formes et d’en dégager une certaine classe. En effet, tout cela n’est qu’une affaire de style.

Objectifs et aspirations : Devenir Conseiller, était pour Paul un moyen d’entrer dans la cours des grands et d’évoluer du simple rôle de Champion au niveau supérieur. Ainsi, il pourrait affronter des dresseurs plus expérimentés et leur assurer un apprentissage de meilleure qualité. Cependant, en revenant à Enola, Paul s’est rendu compte que la Compétition avait la main mise sur l’économie de l’île, une puissance beaucoup trop grande pour un tel groupe qui semble être monté à la tête d’une partie de ses membres. Paul sait se montrer patient. Il se tait en attendant de voir l’occasion de changer les choses et de ramener la Compétition à ses valeurs originelles de tradition. Elle ne peut être économiste et milicien à la fois. Elle devra selon lui se scinder pour s’épanouir à nouveau. Et ça vaut aussi pour les autres groupes ! Les mensonges et les messes-basses ont suffisamment durées. Paul obéira certes aux ordres de la Compétition, quelqu’un devant forcément se salir les mains à un moment donné, mais il n’hésitera pas non plus à creuser les secrets de chaque groupe afin de ramener les choses à plat. La Compétition a pris cher récemment, il est temps que les autres montrent aussi pattes blanches !

Peur(s) : Ne pas être à la hauteur de ses ambitions. Ne pas parvenir à être un Conseiller suffisamment sage pour garder la tête sur les épaules et se faire corrompre. Dans une mesure moindre, il a une peur panique des araignées et de tous les Pokémon qui s’y apparente. Il n’est pas non plus très à l’aise en présence de serpents, alors qu’il a une véritable passion pour les reptiles de type gros lézards et crocodiles.

ALIGNEMENT
Votre personnage a-t-il/elle connu Enola entre 2008 et 2017, sous le joug du Régime, et que pense-t-il de cette époque ? : Très tôt après la prise de pouvoir du Régime, la famille de Paul a déménagé au Japon. Ils ont vécu une dizaine d’années là-bas, puis Paul a été envoyé en étude dans une académie de Johto. Il y est devenu Champion par la suite et est fraîchement revenu à Enola pour y occuper le rôle de Conseiller. Maintenant que le Régime n’était plus en place, il ne voyait pas de raison de refuser cette offre.

Que pense-t-il/elle de la manière dont les choses ont évolué, et du nouveau gouvernement ? : Le nouveau gouvernement est jeune, très jeune ! Évidemment qu’il ne peut être parfait en l’état et bien des choses demandent à être remaniées. Mais Enola doit prendre son temps et évoluer doucement vers ce nouvel État, car ce n’est qu’à ce prix qu’il parviendra à convenir à tous.

Que pense-t-il/elle de la légende de Regigigas ? : Comme dit, c’est une légende. Le principe d’une légende est d’être un récit populaire traditionnel, plus ou moins fabuleux. Ainsi, il est impossible de la vérifier avant d’en être l’observateur privilégié. De plus, une légende perdrait immédiatement son titre de légende si elle s’avérait vérifiée. Ce qui la rend féerique est son caractère irréel, donc elle ne doit pas évoluer si elle veut continuer de faire rêver les gens et les motiver. Malheureusement, Paul ne peut mettre de côté cette histoire maintenant qu’un Temple de Regirock a été découvert. Peut-être bien que la légende n’en est pas vraiment une. Cela mériterait de plus amples recherches.

Qu'est-ce que votre personnage pense d'Elixir ? : D’un point de vue humanitaire, la Compétition a beaucoup à apprendre de l’Elixir. C’est un organe essentiel selon lui à Enola et que l’on peut retrouver dans une multitude d’autres pays. L’avancée technologique est un fait que l’on ne peut renier, même sous couvert de la tradition. Il faut savoir évoluer avec son temps et trouver un compromis entre les deux. Oui, la Compétition aurait énormément à y gagner à travailler main dans la main avec l’Elixir. Concernant l’Emergya, Paul n’a eu que des échos de ce qui s’est produit avec et cela lui suffit amplement. Il a aussi eu l’écho qu’Elixir souhaiterait l’employer comme source d’énergie contrôlée, mais il n’y croit pas. Ce serait pure folie à ses yeux.

Qu'est-ce que votre personnage pense de la Compétition ? : La Compétition est tout autant essentielle à Enola qu’Elixir. Les valeurs traditionnelles défendues par la Compétition sont louables et bien qu’il n’aime pas beaucoup qu’elle touche à tout, il faut lui reconnaître qu’elle a permis en très grande partie la reconstruction d’Enola. Ce succès lui est sans doute monté à la tête. Si bien, qu’elle ne remarque plus les petits détails qui pourraient la rendre encore meilleure. Elle se renferme aussi dans le conservatisme et ne s’ouvre pas suffisamment aux autres groupes. Selon Paul, l’écoute est le plus gros manque entre Elixir et la Compétition. D’une certaine manière, il voit la Compétition comme les habitants d’Ébènelle avant son arrivée et il se dit qu’il a moyen de les aider à changer.

Qu'est-ce que votre personnage pense des Anarchistes ? : Toutes les voix doivent être entendues. Pour lui, ce mouvement a un sens lié à l’oppression du Régime. Or, il n’a pas connu ce dernier et ne peut donc décemment juger le courant de pensées des Anarchistes. En revanche, il  n’adhère pas à leur idée principale qui serait de supprimer l’Elixir et la Compétition. Cela ne concerne que son opinion, donc il en fait fit lors de ses rencontres avec ce groupe. Toutefois, il se montre intransigeant envers ceux qui dépasseraient la limite de l’expression de leur opinion en mettant la sécurité de tous en danger. Liberté, oui. Menace, non.

Alignement/Allégeance ? : Paul fait partie de la Compétition, sa loyauté lui est donc dédiée. Néanmoins, il a vocation à la rendre plus forte et à l’aider à s’épanouir. Il saura donc se retourner contre ceux qui la ralentissent dans son véritable rôle, s’il advenait qu’il devait faire un choix. Les individus composant la Compétition ne sont que des pions remplaçables s’ils ne jouent pas correctement leur rôle d’engrenage.


HISTOIRE
3 mai 2006.

Un beau soleil de printemps illuminait le ciel.

Affublé d’une casquette beaucoup trop grande pour lui, un petit garçon attendait patiemment devant un arrêt de bus. Il portait une tenue d’écolier classique. De ses deux petites mains, il tenait fermement les sangles de son sac à dos. Son regard impassible ne déviait pas des champs de blé qui s’étendaient de l’autre côté de l’arrêt dans la vallée.

Une vieille dame s’approcha de lui, un sachet de légumes à la main, et sans prendre la peine de l’interpeler, lui tapota gentiment la tête.

- Mon petit Paul, tu n’es pas encore rentré ?

- Non. Déclara le gamin en tournant finalement le visage vers la dame.

- Ohoh, mais tu ne finis pas l’école à seize heures ?

- Si. J’ai été retenu.

- J’espère que tu n’as pas fait de bêtises. Dit-elle en plaisantant.

Soudain, le ronron d’une machine se fit entendre, que Paul aurait reconnu entre mille. Il regarda dans la direction opposée et aperçut le bus arriver. L’engin s’arrêta bientôt devant lui, la porte s’ouvrant exactement là où il se trouvait, comme chaque jour. Le petit garçon gravit la première marche et se retourna.

- J’étais ravi de discuter avec vous, m’dame Yoriko.

Avec un sourire, la femme lui répondit.

- Moi de même mon garçon. Moi de même.

Tandis qu’il grimpait à l’intérieur du véhicule, Yoriko s’en alla.

Le véhicule mit une bonne vingtaine de minutes, dont plusieurs arrêts, avant de déposer Paul. Aussitôt, le garçon salua le chauffeur en le remerciant, puis rejoignit directement sa maison par le chemin le plus court. Il aurait pu traîner en passant par le parc où les autres gamins de son âge jouaient. C’était à deux pas de chez lui, mais il n’y faisait jamais de halte. Il rentra, échangea ses chaussures contre une paire de chaussons sur lesquels étaient dessinés des personnages de manga connus.

- Je suis rentré ! S’exclama-t-il en traversant la maison de campagne.

Il chercha dans la bâtisse ses parents, mais ne vit personne. Il se dirigea vers l’arrière de la maison et vit les battants en bois ouverts. A l’extérieur, une femme d’une quarantaine d’année, armée d’un tablier et de gants qui taillait un arbuste.

- Je suis rentré. Répéta le garçon.

- Bienvenue chez toi, Paul !

Sa mère l’accueillit avec un chaleureux sourire qui aurait fait fondre le cœur de n’importe qui, même celui de Paul qui se mit à sourire franchement.

- Merci maman.

- Dis donc, tu rentres tard. Qu’est-ce que tu faisais ?

Le gamin frotta du pied le parquet en bois, sachant qu’il ne pouvait pas mentir à sa mère. Il avait déjà essayé à plusieurs reprises, mais s’était vite rendu compte que c’était vint. Elle avait cette capacité à lire en lui comme dans un livre ouvert, alors que tous les autres enfants le trouvaient renfermé et mystérieux. Tous sauf…

- J’étais avec Mimi. Elle voulait me parler.

- Ah booon ? Interrogea curieuse la mère, se doutant de ce qui se cachait derrière la gêne de son fils.

- On est allé près du pont aux canards et elle m’a dit qu’elle m’appréciait beaucoup.

- Oui ? Et toi, que lui as-tu répondu ?

- Je ne savais pas, c’était si soudain ! Décréta Paul en se tortillant, visiblement irrité d’être aussi gêné. Il reprit son souffle et se calma. Je lui ai dis que je l’appréciais beaucoup aussi.

Sa mère laissa tomber sa tonte de l’arbuste pour accourir le prendre dans ses bras.

- Oooooh, mon fils a une petite copine. Je suis si heureuse pour toi.

Doucement, elle sentit son chemisier se mouiller. Son sourire mua en incompréhension et elle recula pour regarder son visage. Des larmes de crocodile perlaient sur le doux visage hâlé de Paul.

- Qu’est-ce qu’il y a mon chéri ? S’inquiéta la mère.

Le garçon frotta ses yeux de l’un de ses poings et renifla à grands coups.

- Elle a ri et tous ses amis sont ensuite venus… Et ils se sont tous moqués de moi. Ils ont dit que je ne serais jamais assez bien pour elle… Que je rêvais.

- Oh mon petit chat, viens là. Elle l’enserra de nouveau de ses bras. La casquette de Paul tomba à la renverse sur le parquet. Ils ont dit n’importe quoi. C’est eux qui ne sont pas assez biens pour voir quel petit garçon merveilleux tu es. Elle l’éloigna de lui délicatement, ses larmes précédemment séchées s’étaient remises à couler. Tu ne dois pas t’en faire et être fort. Elle retira ces nouvelles larmes avec ses pouces avant de l’embrasser sur le front. Ne leur montre pas ces larmes, ils pourraient s’en servir contre toi. A l’inverse, montre-leur que ça ne t’atteint pas et ils arrêteront de t’embêter. Tu dois te rendre inaccessible pour eux. D’accord ?

Le garçon s’efforça de retenir ses pleurs, comme sa mère le lui avait dit.

- Oui, maman. Mais…

- Il n’y a pas de « mais ». Aie confiance et tu verras, un jour ils se rendront compte de leur erreur. Ils viendront d’eux-même s’excuser.

Ce jour, Paul l’attendit longtemps. Les moqueries finirent par disparaître et Paul passa encore de nombreuses récrées assis seul à observer seul les autres élèves s’amuser dans la cours, tel de petites fourmis. Une pensée le taraudait : pourrais-je un jour me joindre à eux ?


26 août 2012

L’orage grondait, une pluie battante s’abattait.

Cachées sous un abri bus, plusieurs personnes se protégeaient en attendant que l’averse ou le bus passe. Les mains dans les poches, un adolescent patientait sous la pluie. Sa tenue d’écolier était trempée, tout comme son sac en bandoulière. Pourtant, il ne cillait pas. La pluie venait frapper son visage mais lui restait là à regarder l’horizon par-delà les champs de blé. S’abritant sous un journal, une fille le rejoignit sous la pluie. Elle aussi portait un uniforme d’été et avait dû être surprise par l’arrivée soudaine de l’orage.

- Salut ! Pourquoi tu ne viens pas te protéger sous l’abri ? Il y a encore de la place tu sais.

Le garçon ne bougea pas d’un millimètre. La fille ne se dégonfla pas pour autant.

- Si tu restes là, tu vas finir par tomber malade.

Elle laissa passer plusieurs secondes, mais il ne répondit pas.

- Paul, c’est moi Tachibana Mimi.

- Je sais.

Ses mots étaient dénués d’émotion, aussi plats qu’une crêpe.

Elle comprit qu’il se souvenait parfaitement d’elle et ne souhaitait pas lui parler. Cependant, elle poursuivit :

- Pourquoi tu restes sous la pluie ?

- J’aime sentir le ruissellement de l’eau sur mon corps.

Ce n’était pas la réponse qu’elle attendait, toutefois elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire avant de marquer un rire franc.

- Tu es vraiment bizarre. Dit-elle sans une once de méchanceté dans la voix.

Comprenant qu’il n’était pas prêt à bouger de lui-même, elle laissa tomber son journal, le contourna et se mit à le pousser vers l’abri bus.

- Allez. Arrête de faire l’enfant et abrite-toi.

Le garçon se laissa traîner un instant, puis bloqua ses appuis pour contrer le déplacement involontaire.

- Laisse-moi. Qu’est-ce que tu me veux à la fin ?

Incapable de comprendre pourquoi elle était venue le voir, l’adolescent débordait de méfiance à l’égard de Mimi.

- Tu me faisais de la peine sous la pluie.

- Je n’ai que faire de ta pitié.

Il la toisait, pénétrant son regard azuré tel une lame finement aiguisée. Sous les propos chocs du brun, elle fit un pas en arrière et baissa la tête.

- Ce n’est pas de la pitié…

- Alors qu’est-ce ?

Elle s’inclina devant lui et ne se redressa pas avant qu’il ne le lui permette.

- Je tiens à m’excuser pour ce qui s’est passé autrefois au pont. J’ai été idiote et je t’assure que je t’appréciais vraiment comme un ami, mais je me suis laissée influencée par les autres.

- Relève-toi. Marmotta-t-il.

Pourquoi revenait-elle à la charge, si longtemps après avec cette histoire ? Ils étaient gamins et bien qu’ils le soient encore, de l’eau avait coulé sous les ponts. Néanmoins…

- Tu me pardonnes ? Questionna la fille en osant braver son regard.

Elle remarqua qu’il continuait de la regarder, mais ses iris n’étaient plus emprunts de rancœurs. Malgré la douceur qu’il mit dans cette phrase, les mots sonnèrent telles des épines dans le cœur de la fille.

- Jamais je ne te pardonnerai.

Elle vacilla un peu et fronça les sourcils d’incompréhension.

- Tu as trahi ma confiance, tous les mots du monde ne suffiraient pas à te racheter auprès de moi.

Cette fois, Paul n’avait pas entendu le ronronnement du moteur du bus approcher. Il le vit du coin de l’œil s’arrêter et s’apprêta à monter dedans. Mais en voyant Mimi choquée, qui restait sous la pluie, il prévint le chauffeur de l’attendre et s’approcha d’elle. De son sac, il tira un parapluie rétractable qu’il déclencha avant de le lui donner. Elle l’attrapa, quelque peu perdue, puis il disparut dans le bus.


24 décembre 2015

Académie Pokémon de Johto.

Un silence pesant régnait au sein de l’académie en ce samedi matin. Les élèves de l’internat étaient tous partis en sortie pédagogique à l’arène de Doublonville. Tous hormis Paul qui attendait sagement dans le bureau du proviseur, les yeux tournés vers la cour mais l’esprit loin de ces lieux. Il entendit les pas des adultes approchant puis leur voix se faisant de plus en plus distincte. Il ferma les yeux quelques secondes et se racla la gorge avant que la porte ne s’ouvre. Entrèrent alors le vieux proviseur, qu’il connaissait désormais depuis quelques années et était généralement gentil avec lui, son professeur principal, un homme à lunettes peu enclin à la discussion, et une femme au regard voilé, qui n’était autre que sa mère.

- Restez assis, mon garçon. Déclara le proviseur en allant prendre place à son bureau, lorsque Paul fit mine de se lever.

Sa mère, si guillerette autrefois, s’assit comme éteinte à côté du brun, tandis que son professeur venait assurer la position du proviseur en s’installant derrière lui.

- Madame, je comprends que la tragédie qui touche votre famille en ce moment puisse avoir des répercussions sur Paul. Cependant, nous ne pouvons pas laisser passer ce qu’il a fait.

- C’était un accident… Marmotta le garçon en détournant la tête.

Le professeur s’avança pour prendre la parole, ignorant les chuchotements de son élève.

- Paul était un très bon élève. Calme. Assidu. Certes, il ne prenait jamais la parole à moins d’y être invité, mais ses notes et son comportement étaient excellentes. Mais ce n’est plus le cas depuis deux mois. Ses notes sont en chute libre, Paul n’écoute plus en cours, c’est à peine s’il vient et pour rappel des faits qui nous ont amené à vous convoquer, son Vibraninf à agressé un professeur qui tentait de l’approcher. Il se trouve maintenant à l’hôpital. Heureusement qu’il a eu le réflexe de s’écarter pour minimiser les dégâts.

Serrant les dents, Paul écoutait avec amertume les propos de son enseignant. Il bouillonnait intérieurement. Il savait ce qu’ils allaient dire. Il savait que ce n’était pas juste, qu’ils n’en avaient pas le droit. La seule personne pouvant le sauver était sa mère, mais elle était totalement effacée devant les deux hommes.

- C’est pourquoi… Reprit le proviseur. … La direction doit prendre des mesures exceptionnelles. La pokéball du Vibraninf a été confisquée et ce Pokémon dangereux sera envoyé dans un centre de réhabilitation où ils seront à même de décider de son sort. Quant à Paul, il sera r…

Le brun qui se retenait jusque-là d’intervenir se dressa fièrement et éleva la voix comme il ne l’avait jamais fait.

- Vous ne pouvez pas envoyer Selina là-bas ! Ce n’est pas de sa faute ! Elle n’a rien fait, c’est moi qui le lui ai dit de me protéger !

- Te protéger de quoi ?! Gronda le professeur.

Le garçon resta silencieux un moment, poings fermés.

- Des autres… Je ne veux pas les voir.

- Vous voyez madame ? Votre fils se comporte ainsi constamment. Il n’accepte l’aide de personne et provoque des incidents qui ont fini par mener à la blessure d’un professeur !

- Du calme. Rassis-toi mon garçon. Dit le proviseur d’un ton posé. Vous voulez peut-être un moment avec votre fils, madame ?

Comme si elle ne s’attendait pas à ce qu’on lui donne la parole, la femme balbutia. D’une voix fluette, elle accepta et les deux hommes sortirent du bureau. Se retrouvant seul avec sa génitrice, Paul ne savait quoi dire. Il n’avait pas envie de s’expliquer et en même temps, il savait qu’il ne pouvait lui mentir. Elle s’agenouilla devant lui et entama la conversation d’une voix à peine plus assurée que précédemment.

- C’est à cause de ce qui est arrivé à ton père que tu es comme ça ?

Il la regardait droit dans les yeux, mais ne répondait pas. Alors elle prit l’initiative de poser sa main sur sa joue et de lui faire un sourire emprunt de tristesse.

- Oh mon petit chat, réponds-moi.

Pour lui, son silence était une réponse suffisante.

- Tu te souviens de ce que je te disais lorsque les autres se moquaient de toi ?

Visiblement, il ne s’en souvenait pas.

- Tu dois être fort. Tu es un Synthesis. Et cela, même si ton père n’est plus là. Je sais que c’est dur pour toi… Ça l’est aussi pour moi. Mais tu ne peux pas exprimer ta colère sur les autres. Ça aurait pu être très grave si l’attaque de ton Pokémon n’avait pas été déviée.

Elle se garda de lui préciser que la situation était déjà très compliquée. Même si elle savait exactement comment l’arranger.

- Maman… Ne les laisse pas faire du mal à Selina, s’il te plaît.

- Tout va bien se passer, je vais arranger ça. Mais tu dois te reprendre et me promettre que cela ne se reproduira plus.

- J’ai si mal.

- Paul, écoute-moi. Elle le maintint plus fermement au visage. Canalise cette douleur et utilise-la pour te rendre plus fort, comme je te l’ai déjà dit.

- Comment ?

- C’est à toi de trouver la solution.

Le garçon n’avait pas la moindre idée de comment obéir à sa mère, quand il releva les yeux et vit une affiche d’un tournoi Pokémon qu’organisait l’académie chaque année pour ses élèves. Dessus, un Mackogneur et un Typhlosion se rencontraient pour la lutte au titre de champion. Paul revint immédiatement à sa mère.

- Je veux boxer.

La mère parut surprise de cette soudaine envie.

- Tu es sûr de toi ?

- Oui… Je crois.

La porte se rouvrit, le proviseur dans l’embrasure de celle-ci.

- Nous reprendrons plus tard. Précisa la mère à son enfant avant de se relever avec un peu plus d’énergie qu’auparavant. Elle savait qu’il était temps pour elle de jouer son rôle dans cette histoire. Messieurs, vous pouvez entrer.

L’espace d’un instant, Paul crut qu’il avait retrouvé la mère qu’il connaissait, mais il comprit très vite que ce n’était qu’un masque qu’elle s’affichait pour négocier avec le proviseur de l’établissement.

L’affaire se solda par un renvoie de deux semaines du garçon, qu’il consacra pleinement à la boxe et au combat Pokémon. Quelques mois après, sa mère fit une généreuse et étrange donation à l’académie. Dès lors, les élèves se mirent à le traiter de fils à papa, disant de lui qu’il était intouchable uniquement parce qu’il était riche. Mais Paul ne vit pas vraiment la différence avec avant, les gens cessèrent simplement de venir le voir pour lui poser des questions, demander l’aide dans un cours, avoir des nouvelles,… Des interactions inutiles à ses yeux. Il n’avait besoin que de ses Pokémon.


15 novembre 2018

Le vent bruissait dans les arbres, emportant avec lui leurs feuilles mourantes.

Dans la cité des dragons, Ébènelle, une nouvelle agitait la population depuis plusieurs jours. Tout d’abord sous la forme d’une rumeur dont tout le monde riait tant elle était invraisemblable, elle s’était ensuite muée en protestation lorsque le sigle au-dessus de l’arène de la ville fut changé. Désormais, la ville qui n’accueillait que des spécialistes du type Dragon depuis des années, allait devoir composer avec un nouveau spécialiste : un Champion du type Sol.

Plusieurs personnes s’indignèrent auprès de la ligue Indigo, mais un vent de changement frappait la ligue qui souhaitait briser les anciens codes pour apporter de la fraîcheur et du sang neuf à sa compétition. Aussi, elle assura que le Champion qui prendrait les rênes de cette arène était certes jeune, mais tout à fait compétent. Ses notes à l’examen se situaient dans le haut du panier. Cette année avait été une aubaine pour la ligue avec un cru plutôt incroyable de nouveaux dresseurs talentueux.

Loin des préoccupations des habitants, un jeune homme venant d’atteindre la vingtaine savourait sa nomination. Une longue chevelure brune descendait dans son dos, ses lèvres dessinaient une ligne droite infranchissable et un éclat glacial brillait dans le creux de ses yeux. Pourtant, le garçon était réellement excité à l’idée d’ouvrir sa propre arène. A tel point, qu’il avait pris rendez-vous chez un tatoueur de Rosalia pour immortaliser ce moment. La femme qui devait s’occuper de lui en termina avec un autre garçon accompagné d’un imposant Aligatueur rose, puis l’invita à prendre place sur la table.

- T’es prêt ? Demanda-t-elle l’aiguille à la main. Il n’y aura pas de retour possible après.

- Je suis prêt. Vous pouvez y aller.

Malgré la taille conséquente du tatouage souhaité par Paul, il avait refusé de l’étaler sur plusieurs séances.

- Je te préviens, plus on va avancer, plus ça risque de devenir douloureux.

- Aucun problème.

- J’vais quand même y’aller en plusieurs étapes. Si tu ne t’en sens plus capable, t’auras juste à me prévenir.

Le garçon hocha la tête, puis tira ses longs cheveux sur le côté droit pour libérer l’espace sur son omoplate gauche, là où trônerait sous peu la tête d’un dragon. Que le tatoueur habite non loin d’Ébènelle était une pure coïncidence. Paul l’avait choisi pour son style traditionnel. Son idée avait été de faire un dragon en hommage à la ville qui abritait son arène et son esthétique faisait référence à la région de Johto dans laquelle il vivait depuis cinq ans et dont la culture traditionnelle le touchait beaucoup.

- Alors comme ça, t’es un Champion ?

Silencieux, le garçon tourna son visage vers elle. Après positionné sur sa peau le futur tatouage, elle démarra son dermographe et entama l’encrage des contours.

- On n’est pas très bavard à c’que j’vois.

Sachant qu’ils allaient passer de longues heures ensemble, Paul fit un effort.

- Je suis Champion de type Sol.

- Aaah, les langues se délient ! Et quelles études permettent à un dresseur aussi jeune de devenir Champion ? J’suppose que ça n’est pas donné à tous.

- Une académie spécialisée dans le combat Pokémon.

- Mais encore ?

- J’ai fini troisième à l’examen final.

- Les deux premiers sont devenus quoi ?

- Le premier a préféré partir à la conquête d’autres régions et le second va tenter la ligue Indigo pour devenir Maître.

- Aller se confronter aux ligues, c’est en général ce que font les dresseurs. Toi, ça ne t’intéressait pas ?

- Non.

- Ne t’arrête pas en si bon chemin, poursuis. Dit-elle pour l’encourager à parler, tandis qu’elle attaquait une zone un peu plus tendue du tatouage.

Pour l’instant, le garçon sentait l’aiguille passait lentement le long de son corps avec un léger picotement. Ce n’était pas douloureux, mais il savait que ce n’était que le début.

- Je veux entraîner les gamins. Les voir échouer et progresser en tirant le meilleur d’eux-même pour me vaincre.

- Dooonc, tu veux les faire perdre pour les rendre plus forts ?

- Il n’y a que dans l’adversité qu’on se dépasse. Un combat trop facile n’aurait aucun intérêt. Et il vaut mieux pour eux qu’ils échouent contre un Champion que face au Conseil 4 où il n’y a pas de seconde chance.

- Mmh… Ça se tient.

A l’aide d’une serviette prévue à cet effet, elle retira l’encre qui débordait du tatouage. Puis elle admira son travail, s’assurant que tout était tel qu’elle le voulait, avant de reprendre.

- Eh bien, bonne chance à toi. Champion, ça n’est pas de tout repos.

- Merci. Répondit sobrement Paul.

Au fil des heures, le tatouage se développa en prenant son aspect définitif. Son avancement était ponctué des petites conversations que pouvait avoir la tatoueuse avec Paul sur bien des sujets. A la fin, le garçon eut l’impression d’avoir reçu un interrogatoire complet sur lui et ce qu’il faisait à Johto. Néanmoins, il comprenait qu’il était difficile de travailler aussi longtemps sur quelqu’un sans avoir l’envie d’échanger avec lui et de le connaître. Et lui aussi, pouvait dire qu’il savait tout à présent de cette femme ayant repris le salon de tatouage familial.

Dans le miroir, il regarda le résultat. Sa peau était encore rouge et elle le lançait dans les endroits où la douleur avait été la plus forte. Cependant, le résultat lui plaisait bien. C’était exactement le dragon qu’il désirait avec sa queue enroulée autour de son bras. Cette partie n’avait vraiment pas été évidente à réaliser, la tatoueuse avait dû jouer d’astuces pour positionner correctement le tatouage sans le déformer ou le décaler.

Après quoi, le bras et l’épaule du garçon furent entièrement recouvertes pour protéger le tatouage et il reçut des consignes très précises concernant l’entretien de celui-ci dans les prochaines semaines. Lorsqu’il sortit, la nuit était tombée et Rosalia était éclairée par une multitude de lampadaires anciens dont les bougies avaient été remplacés par des lampes électriques les simulant. Paul lui trouvait un charme ancien encore plus manifeste une fois que le jour avait cédé la place à la nuit. Il leva les yeux vers le ciel où les étoiles commençaient à percer. Il était temps de rentrer.


9 janvier 2022

Toute blanche, la neige dansait sur Ébènelle.

Adossé à l’entrée de l’arène de la ville, vêtu d’une veste en cuir dont le col était en Wattouat, un homme patientait les bras croisés. Sa chevelure était coupée courte au-dessus de ses épaules et retombait un peu plus à l’arrière sur sa nuque. A sa ceinture trônait un katana entouré de six pokéballs. Chacune d’entre elle contenait l’un des partenaires du garçon, mais aussi un redoutable combattant pour ceux qui tenteraient de venir l’affronter.

- Bonjour Paul ! Le saluèrent des passants. Comment allez-vous ce matin ?

- Bonjour. Très bien et vous ?

- Comme d’habitude ! Nous allons au lac voir les patineurs.

Les habitants, qui autrefois avaient protesté lors de son arrivée à cause de son type de Pokémon, avaient fini par l’accepter et le considérer comme l’un d’entre eux.

- Alors c’est aujourd’hui le grand jour ? Demanda une femme.

- Oui. Je ne devrais plus tarder à avoir la réponse.

- J’espère pour vous qu’elle sera favorable. Mais ce serait dommage de vous perdre maintenant.

- C’est vrai, cela ne fait que quatre ans que vous êtes là. Vous pourriez rester un peu plus longtemps.

Se redressant, Paul décroisa les bras et sourit. Quelques temps auparavant, il avait entendu dire qu’Enola après avoir recouvert sa liberté avait décidé de reformer sa grande compétition annuelle, une sorte d’épreuve pour les dresseurs de l’île au même titre que la ligue Indigo. Étant d’origine Enolianne, le garçon avait réfléchi un moment avant de postuler auprès de l’organisme chargé du recrutement des Champions et des Conseillers : la Compétition. Au final, la réponse devait lui parvenir aujourd’hui.

- Ne vous en faites pas, je reviendrais sûrement vous rendre visite et voir ce que mon successeur aura fait de l’arène.

Il posa sa main sur l’un des piliers qui soutenait l’avancée bois du bâtiment. Ce simple contact suffit à éveiller des émotions au garçon, qui se remémorait nombre de souvenirs en ces lieux. Son arrivée n’avait pas été évidente, mais il avait su au cours de ces quatre ans se créer une place en tant que Champion et montrer aux habitants qu’il respectait leurs traditions, bien qu’il ne soit pas celui qu’ils attendaient. Comme quoi, l’ancien peut parfois s’allier au moderne pour créer quelque chose d’encore meilleur les surpassant. Au final, il leur avait prouvé qu’on s’attachait et s’accrochait parfois à des éléments qui ont peu d’importance, alors qu’il suffirait de s’en séparer pour élargir notre horizon.

- Passez une bonne journée !

- Merci, vous de même.

Le remerciant, les habitants s’éloignèrent en direction du lac. Paul caressa le pilier une dernière fois et retourna s’adosser à la porte. Une heure passa où Paul ne bougea pas de sous le porche de l’arène, attendant sa lettre. Il regardait les flocons chuter lentement dans les airs en tourbillonnant. Ils étaient si petits, si fragiles, que le moindre vent les balayait dans une direction différente. Le garçon pouvait aisément les comparer au temps qui passe, s’écoulant avec lenteur et pouvant être follement chamboulé par le moindre événement incongru.

Soudain, un Lakmécygne fondit à travers le ciel et vint se poser à quelques mètres du porche de l’arène. A son long cou était accroché un petit carcan en bois, scellé par un petit ruban rouge. Paul observa un instant le Pokémon avant de s’en approcher sans se presser. Lakmécygne pencha son cou sur le côté, afin de permettre à l’homme de détacher le carcan. Paul le prit et découvrit en l’ouvrant une lettre enroulée, qu’il lut. Ses lèvres esquissèrent un sourire en coin. Il replia la lettre et s’adressa à l’oiseau.

- Dis-leur que j’arrive.

- Laaaaaaaaak ! S’exclama le Pokémon avant de reprendre son envol dans le sens inverse.

Paul le regarda s’éloigner, une nouvelle aventure s’offrant à lui.


23 mars 2022

Un vent marin soufflait sur la ville.

Voilà deux mois que Paul était arrivé à Enola… Il avait débarqué en ferry dans le port de Vanawi avec pour simples affaires deux gros sacs, contenant littéralement tous ses effets personnels. Il en portait un et Selina l’autre. Au port, un membre de la Compétition l’attendait. N’étant pas de la région, ils avaient prévu de le loger à l’hôtel le temps qu’il prenne ses marques et achète ou loue un logement. Enfin, une rapide visite de l’île était prévue dans les jours à venir.

Lui qui avait l’habitude des petites villes du fin fond de Johto où peu de touristes venaient, il fut surpris de découvrir un capharnaüm comme celui de Vanawi. Cette ville côtière semblait en perpétuel mouvement. Il n’était pas rare dans les rues de se retrouver à devoir jouer des coudes pour passer. L’homme de la Compétition qui lui était assigné était habitué à cela, tandis que Paul avait du mal à changer ses habitudes, préférant y aller tranquillement et attendre que les gens bougent un peu pour avancer.

En traversant les quartiers proches du port, qui étaient souvent des lieux touristiques, Paul remarqua la présence de nombreux grigris et autres objets fétiches aux références de Pokémon Légendaires. Il ne demanda pas à son guide ce qu’ils signifiaient, comprenant que l’île abritait un lourd passé historique, en marge du Régime, à l’image de Johto ou d’Alola.

Finalement, ils quittèrent assez vite la ville, son guide pensant qu’il y avait plus intéressant à voir que l’immense bazar de Vanawi. Paul fit donc le tour de chacune des cités d’Enola et après deux semaines de voyage et d’histoire, il fut emmené à Nuva Eja. Son guide en faisait des tonnes concernant cette ville posée sur une île du même nom, mais Paul lui préférait Cayagane pour la beauté de ses bâtiments ou Baguin pour sa fraîcheur. Toutefois, Nuva Eja avait la particularité d’abriter la Compétition avec notamment les stadiums et salles de coordination qui servaient aux duels contre les Conseillers et les Maîtres d’Enola. Paul n’était pas au courant, mais avait d’ailleurs rendez-vous là-bas, afin d’y rencontrer son recruteur en personne.

L’homme l’attendait de pied ferme, une tignasse blonde dans un costume rappelant ceux des hauts placés de grandes entreprises, les mains dans le dos. A l’inverse, Paul qui n’était pas préparé à cette rencontre, portait simplement sa veste en cuir rembourrée avec un t-shirt noir et un jean. L’homme lui tendit une main.

- Enchanté, je suis ravi de faire votre connaissance Mr. Synthesis.

Acceptant la poignée de main, le brun répondit.

- Moi de même Monsieur…

- Oh, mon nom a peu d’importance. Tout ce qui importe, c’est que vous ayez fait bon voyage.

D’un signe de tête, le blond fit congédier l’homme qui avait servi de guide à Paul ces deux dernières semaines.

- Très bien. Tout s’est bien passé.

- A la bonne heure ! Il se tourna et commença à marcher, invitant de la main Paul à le suivre. Voyez-vous, nous sommes ici dans les locaux accueillant la grande compétition Pokémon d’Enola depuis plus d’une centaine d’années. Nous venons tout juste de rouvrir cette compétition, donc ça ne grouille pas encore de monde, mais cela ne saurait tarder. Et c’est à moi, qu’il incombe la tâche de veiller à ce que nos compétiteurs aient du challenge tout au long de leur parcours. J’ai personnellement examiné votre candidature sous tous ses angles et effectué des recherches complémentaires auprès de la ligue Indigo et de votre ancienne académie. J’espère que cela ne vous dérange pas ?

- Non.

- Parfait. Donc, je disais avoir effectué ces recherches et si je ne m’abuse, vous êtes spécialisé dans le type Sol, n’est-ce pas ?

- C’est exact.

Il s’arrêta.

- Pourriez-vous me montrer vos Pokémon ?

- Bien sûr.

Paul allait pour détacher les pokéballs de sa ceinture, quand le blond l’intima de ne pas y toucher.

- Vous me les montrerez sur le terrain.

- Comment ça ?

L’homme reprit sa marche, Paul lui emboîtant le pas.

- A la suite de votre candidature et par chance que vous soyez enolian par votre mère, vous avez toutes les qualités requises pour que nous vous assurions une place au sein de la Compétition. Nonobstant les échos que nous avons eu de vos prouesses à l’arène d’Ébènelle, nous ne vous avons jamais vu en combat réel. Comprenez que nous ne pouvons pas vous placer au poste de Champion et encore moins de Conseiller, tel que vous le visez, si nous ne connaissons pas vos capacités réelles. C’est pourquoi, j’ai organisé un « petit » combat contre l’un de nos compétiteurs, dans l’optique de savoir de quoi vous êtes capable Mr. Synthesis. Cela ne vous pose pas problème ?

Encore la même question. Paul n’appréciait pas la manière dont parlait l’homme, avec des tours et des détours, alors qu’il aurait pu lui dire dès le début qu’il souhaitait le voir combattre l’un de ses dresseurs. Paul ravala ses pensées et tâcha d’être le plus calme possible pour répondre.

- Je n’attends que ça, c’est quand vous voulez.

- Parfait. Alors commençons !

La grande porte devant les deux adultes s’ouvrit et derrière elle se dévoila un stade Pokémon de grande envergure. L’endroit était magnifique, un véritable chef d’œuvre qui sautait aux yeux. N’importe quel dresseur aurait rêvé de se tenir sur sa pelouse coupée à ras. Paul ne put s’empêcher de sourire en la foulant de ses pieds. Le blond, beaucoup moins épaté par la découverte de cette pièce, qu’il avait certainement vu des centaines de fois, s’avança vers une fille d’une vingtaine d’année.

- Je vous présente Rebecca. Elle sera votre adversaire. De ce combat, dépendra votre rang. Prouvez-moi, que je n’ai pas eu tort de vous faire confiance Mr. Synthesis.

- Vous ne le regretterez pas !

Une nouvelle vigueur animait Paul et traduisait chez lui une certaine excitation à l’idée de se battre dans ce stade.

Les Pokémon choisis par la Compétition étaient de type Eau, Glace et Plante. Trois types contre lesquels l’équipe de Paul était censée être faible. Paul qui ne savait rien de tout cela, mais s’était douté que le combat était pensé pour le mettre à l’épreuve, envoya Nidoking en premier lieu. Grâce à son set d’attaques variées, ce Pokémon était très versatile, donc capable de s’adapter à de nombreuses situations. Il s’en servit pour éliminer son opposant de type Plante, puis le type Glace arrivant, il changea pour Maraiste qui était neutre face à ce type. Le combat fut plus ardu, mais en sacrifiant Bourrinos qui ne servirait sûrement pas, car pas suffisamment rompu au combat pour être utile dans un tel duel, il réussi à passer le type Glace. Le type Eau eut alors le droit de rencontrer Libégon, dont la capacité offensive n’était plus à prouver. Paul aurait pu envoyer Nidoking pour terminer le travail, mais son recruteur semblait vouloir examiner chacun de ses Pokémon en action. En plaçant une belle Danse Draco, Libégon parvint à dépasser son opposant et le vaincre à coup de puissantes attaques Dragon. Le match ne dura pas plus d’une dizaine de minutes et se conclut sous les applaudissements du blond.

- Bien. Très bien. Ce duel était passionnant et très intéressant. Certains de vos Pokémon manquent encore de finesse et doivent apprendre à mieux maîtriser leur jeu, mais nous ne vous demandons pas encore la perfection. Vous avez su vous adapter à une situation qui vous était défavorable et faire les sacrifices dont vous aviez besoin pour remporter la victoire. Vous parvenez aussi à maîtriser les échanges de Pokémon avec les timings nécessaires, je vois que ce qui est écrit sur votre CV n’est pas usurpé.

Rappelant Selina pour qu’elle se repose, Paul s’approcha de l’homme.

- Merci monsieur. Donc qu’en concluez-vous ? Pensez-vous que j’ai le niveau pour satisfaire vos attentes ?

- Je pense que oui ! Vous êtes jeune et vigoureux, vous avez encore tout le temps devant vous de progresser, mais votre niveau actuel vous permet déjà de vous mesurer à des dresseurs confirmés qui n’ont qu’une idée en tête : vous arracher la victoire et prendre votre place ! J’espère que cela vous motivera à vous dépasser.

- Assurément.

Une nouvelle poignée de mains avait scellé cet accord définitif, permettant ainsi à Paul d’atteindre le rang de Conseiller…

Depuis, Paul avait trouvé un appartement. Plus exactement, il s’agissait d’un grand loft au dessus d’un autre local commercial. Ce dernier avait été acheté par une fille du nom d’Ana C. Gladio. Elle était nouvelle sur l’île et appartenait aussi à la Compétition, du côté des coordinateurs. Cela faisait pas mal de coïncidences, suffisamment pour que Paul accepte de prendre ce loft en colocation avec elle. Ils habitaient donc à Vanawi, la ville qui ne dort jamais, comme aimait la surnommer Paul. Elle avait l’avantage d’une part d’être la capitale et d’autre part de se situer à une distance convenable de toutes les autres villes d’Enola. Ainsi, Paul pouvait se déplacer aisément sur l’île et s’il avait besoin de rejoindre Nuva Eja, un ferry l’y amenait directement.

Enfin, il apprenait à mieux connaître l’île, se familiariser avec son histoire et sa faune, mais aussi à s’instruire sur tous les détails de son rôle de Conseiller. Pour le moment, il n’y avait aucun compétiteur capable d’affronter le Conseil avant les Maîtres, mais cela ne saurait tarder. Il devait par ailleurs s’habituer au fait de ne plus avoir sa propre arène fixe comme autrefois. C’était un sentiment étrange qui l’habitait, tandis que ce lieu mythique des Champions, devenu comme un membre à part entière de son équipe, n’était plus.

En ce mois de mars, Paul regardait par la fenêtre de son appartement le beau ciel bleu et la mer turquoise dans le lointain.


1er janvier 2024

Un soir étoilé comme tant d’autres.

Deux ans se sont écoulés depuis sa prise de fonction de Conseiller. Paul ne fêtait pas le nouvel an comme les autres, ni même avec sa colocataire. Il avait préféré s’exiler dans la forêt d’Érode pour y passer une nuit au calme, loin du tumulte de la ville. Tout en étant allongé dans l’herbe à regarder les étoiles, le passage à la nouvelle année était le moment idéal pour faire le point sur ces deux dernières années.

Le bilan démarrait de manière assez sympathique. En l’espace de deux ans, il avait rencontré de nombreux dresseurs de talent, qu’il s’agisse d’autres Élites ou de compétiteurs directement. A commencer par sa colocataire Ana avec qui il appréciait passer du temps, notamment en cuisine. Elle était vivante, énergique et le poussait à voir les choses de manière toujours plus positive. De ce côté elle, c’était un exemple pour lui. Ensuite, toutes ces rencontres lui avaient permis de s’améliorer et de devenir plus fort. C’était banal, mais c’était un fait. Il savait pertinemment qu’en restant à Johto, il n’aurait pas pu évoluer autant en si peu de temps.

Ceci étant dit, le garçon réprima une grimace. D’autres événements avaient été beaucoup moins positifs aussi. Il y avait d’abord eu cette histoire avec l’Elixir et les centres de réhabilitation pour Pokémon dangereux que la milice, donc la Compétition, gérait. Cette affaire qui avait mené à la mort d’une enfant était inconnue de Paul avant qu’elle n’éclate au beau milieu d’une soirée devant tout le monde. Le garçon avait eu du mal à croire qu’un tel événement avait pu se produire, mais même s’il était vrai, il était persuadé que la milice avait tout fait pour retrouver et récupérer ces Pokémon errants. Et s’il n’en avait sûrement pas entendu parler, c’était sûrement parce qu’il était récemment arrivé à l’époque. Mais même en sachant cela, Paul devait reconnaître que la milice aurait dû avertir la population et mettre en place un périmètre de sécurité. Dans tous les cas, la Compétition en avait pris un sacré coup ce jour-là et il avait fallut faire front commun pour assurer qu’un tel incident ne se reproduirait plus.

Perdant son regard entre les étoiles, Paul se disait que le temps où il vagabondait innocemment sur cette île était révolu. Il avait rapidement était embarqué dans des histoires qui le dépassaient. Et la situation aurait pu se dégrader encore si un autre événement n’était pas survenu, détournant ainsi l’attention de tout le monde. A Enola, Paul avait très vite appris que les légendes de l’île étaient très importantes pour les enolians. Notamment celle de Regigigas, que tout le monde connaissait par cœur. Il n’y avait donc que l’apparition d’un Temple ancien pour susciter leur intérêt. Qui plus est, ce n’était pas n’importe quel temple, mais celui de Regirock, l’un des trois golems annonçant la venue de Regigigas.

Forcément, les légendes refirent parler d’elles. Paul n’en avait que faire, cela ne l’intéressait pas vraiment. Si les Légendaires existaient, ils vivaient leur vie et les humains n’avaient pas à interférer avec la leur. Après tout, si ces légendes étaient vraies, alors ils étaient à l’origine de notre monde. Toutefois, bien que Paul pensait qu’enfin l’île à retrouver l’ambiance dans laquelle il l’avait découverte, il découvrit un groupuscule nommé les Monarchistes qui cherchaient à fermer l’île au public. Il comprenait leur point de vue, mais ne le partageait pas. Puis les Anarchistes s’en mêlèrent et tout parti de nouveau en vrille. La milice dû s’interposer et on déplora une fois de plus un mort. Paul se demandait quand est-ce que cette folie s’arrêterait ?

Jusqu’à présent, il avait réussi à maintenir l’ordre sur la région centre de l’île en obéissant aux ordres de l’administration de la Compétition. Mais rien ne l’assurait qu’avec toutes les tensions naissantes, ce travail resterait aussi évident. D’autant plus si la Compétition n’était pas transparente dans ses activités. Si même l’autorité en place était remise en cause,  où allait Enola ? Vers une nouvelle guerre civile ? Paul savait que dans les prochains temps, il devrait être beaucoup plus attentif et placer ses pions aux bons endroits pour éviter de nouveaux débordements. Cela faisait plusieurs temps qu’il cherchait pour le compte de la Compétition une potentielle taupe dans leurs rangs. S’il la trouvait, il ne savait comment réagir. Chez lui, Ana était aussi un membre éminent de l’organisation et même s’il lui faisait confiance sur bien des choses, il ne le pouvait pour cela. Ainsi, s’il s’avérait qu’il y avait une taupe et qu’il la trouvait, il n’aurait d’autre choix que de la livrer à ses supérieurs. Même s’il n’était pas sûr que ce soit la bonne solution.

Allongé dans l’herbe, il ferma les yeux. Il souhaitait chasser de sa mémoire chacun de ces événements douloureux. Bientôt. Il sentait que bientôt son tour viendrait d’être mêlé à tout cela, alors il inspira calmement et souffla pour vider tout l’air de ses poumons. Malgré les terribles années de guerre contre le Régime, Paul ne comprenait pas pourquoi les gens cherchaient encore à se battre, alors que la paix était revenue.
Et vous ?
PUF/Surnom : Lumtos - Chat
Âge : 22 ans.
Disponibilité : De manière sporadique en cours de semaine, sinon présence principale le week-end.
Comment avez-vous connu le forum ? : Via Ana la Courgette.
Suggestions ? : Éradiquons les courgettes o/
Personnage sur l'avatar : Ookurikara – Touken Ranbu
Code : Mangeay
Autre: Cat ! I’m a kitty cat ! :3
Paul Synthesis
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Mar - 15:25
Revenir en haut Aller en bas
Bonjour Paul, et bienvenue sur Enola (déjà dit sur la bobox, mévala) !

Je viens donner quelques retours sur tes dernières modifications de fiche et te remercie de les avoir effectuées. J'aurais aimé un peu plus d'évènements qui auraient pu véritablement faire s'interroger Paul sur ses perspectives (j'ai encore l'impression qu'il n'est jamais vraiment remis en tord dans ta fiche car même s'il est mis à mal, il ne change pas), mais on espère que ça viendra en RP !

Je suis un peu chipoteuse sur ce point soulevé plus haut, tu as dû le remarquer. Le but est de te rapeller qu'il faut bien que tes lecteurices puissent comprendre en lisant tes RPs (qui font agir un personnage très imbu de lui-même et égocentrique), qu'il s'agit bien seulement du propos/point de vue du/de la perso.tte et pas du/de la joueur.se. Il s'agit d'une préccaution que nous appliquons tou.te.s ici (car on en joue, des persos avec des modes de raisonnement dégoutants ou toxiques) pour que personne ne soit gêné ou choqué par les écrits des autres.

En dernier lieu, je te demanderais d'ajouter quelques adjectifs à la liste de traits du caractère, des défauts principalement, pour coller aux dernière modifications effectuées sur le caractère et l'histoire. Après ça, je pense que ce sera bon et que je pourrais te valider ! Merci d'avance !

Bon courage pour terminer !
Cobaltium
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Mar - 11:19
Revenir en haut Aller en bas
Merci de ton retour aussi rapide ! :)

Je doute que mon personnage soit assez méchant pour se montrer blessant envers des personnes IRL, néanmoins il est mon total opposé donc j'espère que les gens ne croiront pas ce qu'il peut penser de leurs personnages.

J'ai rajouté ces 8 défauts à la suite de ma première liste comme demandé :
Abrupt - Secret - Hautain - Obtus - Insatisfait - Arrogant - Émotif - Sensible

Cependant, je tiens à faire remarquer que mon but n'est pas de créer un perso extrêmement dark et négatif. Donc j'aimerais que mon choix soit un minimum respecté. Et un perso qui aurait déjà vécu un milliard de drama ne serait pas intéressant à jouer à mes yeux, je préfère construire sa "véritable histoire" inRP :3
Paul Synthesis
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Mar - 19:56
Revenir en haut Aller en bas
Re !

Rassures-toi, le but n’est absolument pas de t’empêcher de jouer ton personnage tel que tu l’imagine ! Au contraire, il s’agit de t’aider à le rendre plus réaliste et accessible pour les autres joueur.se.s. Cela pour des raisons de transparence : nous pensons qu’il est plus aisé et agréable d’interagir inRP avec un personnage dont les qualités et les défauts sont énoncés avec honnêteté et du recul ^^

Il ne s’agissait pas de « forcer » ton perso à devenir plus dark dans son histoire, bien entendu (il y a d'ailleurs bien d’autres manières de confronter un personnage à des difficultés sans tomber dans le drama, le pathos, des morts ou de la violence gratuit.e.s) mais de simplement de voir où sont ses failles… toujours par volonté de transparence. Après, tu auras certainement ton lot de confrontation une fois le RP commencé avec d’autres personnages.

Je te remercie néanmoins d’avoir ajouté les adjectifs demandés, je pense que ce sera un peu plus clair pour tout le monde de cette manière !

Tout me semble réglo dans ta fiche désormais, je te valide donc, vais t’ajouter aux listes et faire ton sac sous peu. Tu commenceras l’aventure avec 3 Pokéball, 2 Potions et 50 Opals. Tu peux dès maintenant commencer à poster tes demandes de RP et ta fiche de lien si tu le veux.

Bon jeu sur Enola o/
Cobaltium
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Mar - 0:02
Revenir en haut Aller en bas
EDIT : j'avais oublié le dé shiney, hop !
Cobaltium
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Mar - 0:25
Revenir en haut Aller en bas
Le membre 'Cobaltium' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé shiney' :
Paul Synthesis - La parole peut mentir, mais le regard jamais. Dommag11
Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Mar 12 Mar - 0:25
Revenir en haut Aller en bas
Suite au départ de Paul, je déplace !


Samaël Enodril
Elite
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Mar - 0:56
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le profil
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: