Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Eté 2024

~25° - 37°C / Fortes chaleurs dans les terres, venteux sur les côtes, orages occasionnels.

Intrigues et Events
Intrigue n°2 : « Passions »
Des conflits s'engagent entre les Monarchistes et les Anarchistes.
Event n°2 : Le festival de Cayagane
Le festival de Cayagane est victime d'un incendie criminel.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Demandes de RPs et liens
- Cendrée cherche un.e partenaire pour un RP ou un défi.
- Pseudo cherche ...
- Pseudo cherche ...
+ pour afficher vos demandes, contactez staff !




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Elites rebelles [PV Léandre]

&&&



élites rebelles
feat le Revenant
"thug life"

D'un naturel loyal et docile, je suis plutôt du genre à suivre les ordres de mes supérieurs quand ils me demandent vraiment quelque chose de spécifique. Les plus hauts placés sont toutefois tellement déconnectés de la vie réelle qu'ils ont des priorités bien différentes des miennes parfois. Heureusement, pour l'instant, je suis plutôt libre de mes mouvements, mais j'ai besoin de leurs accords sur certaines choses. Or, difficile de faire entendre ma voix quand ils considèrent que mes suggestions ne sont guère plus importantes que les leurs. Et quand je ne suis pas face à un refus catégorique, c'est toujours un 'on verra ça plus tard' qui se transforme en 'jamais'. Je le sais, depuis le temps. Mais cette affaire des bidonvilles à Amanil m'a toujours tracassé. Peu après les catastrophes, quand j'ai pu acquérir un peu de responsabilité, j'avais demandé à ce que des opérations soient faites pour que de la nourriture -entre autre- soit distribuée au sein des quartiers pauvres de l'ancienne capitale. Toutefois, les émanations d'Emergya étant considérées comme encore potentiellement dangereuses, j'avais eu pour ordre de les faire cesser. Depuis, je n'ai plus eu d'occasions pour renouveler un projet similaire. Il faut dire que mes pouvoirs ont leurs limites : certaines choses ne peuvent être faites sans l'accord des plus hauts gradés que moi, et je ne peux pas demander à d'autres miliciens de m'aider s'il y a un risque qu'ils perdent leurs emplois à cause d'une de mes directives. Il n'y a cependant pas que ça : Amanil est devenue un refuge pour la criminalité, et ces activités plus que suspectes et illégales doivent cesser au plus vite. La ville a subi tant de drame qu'elle n'a, de mon point de vue, pas besoin de violence supplémentaire dans ses rues.

Mais je n'ai pas eu pour ordre d'agir dans cette zone. Je dois faire bonne figure et continuer à répandre mon image d'Elite de la manière la plus positive qui soit pour ne pas faire de l'ombre à la Compétition. Je ne peux toutefois pas non plus rester les bras croisés alors que je pourrais faire quelque chose. Quitte à ce que j'ai de l'emprise, il faut que je m'en serve à bon escient, au bout d'un moment. Alors je ne suis pas passé par Éléanore Swan, pour une fois. De mon plein gré et sans prévenir personne, je suis allé rendre une visite en douce au Champion d'Amanil, ou comme il se fait appeler, 'le Revenant'. Je ne connais pas grand chose de lui si ce n'est qu'un Champion d'Amanil stable était grandement attendu depuis longtemps (ces derniers, pour une raison inconnue, ne restent jamais plus de quelques mois) et cet homme-là est actif au bataillon depuis trois ans maintenant, ce qui est grandement appréciable. Mais hormis les rumeurs que j'ai pu entendre à son sujet comme quoi il avait bien aidé après les destructions des villes et comme quoi il était grandement respecté, je n'en sais pas grand chose. Pour le coup, il est bien plus âgé que moi. Ce n'est pas la première personne sous mes ordres qui se trouve être un aîné, mais ça me fait bizarre, même après ces quelques années. Pourtant, si je suis un peu nerveux, je suis aussi excité de connaître un nouveau collègue. Les Champions étant relativement occupés -et moi aussi- ce n'est pas toujours évident de trouver une horaire pour se voir. Récemment, j'ai toutefois appelé l'arène pour décrocher un entretien afin d'être sûr de ne pas le déranger (j'aurais pu lui faire une surprise mais bon, pas sûr qu'il aurait beaucoup apprécié qu'un plouc débarque comme ça dans son domaine). J'ai dû prendre un jour d'avance, cependant, vu le trajet en bateau qui m'attendait, mais une fois que je me trouve devant le bâtiment du Champion, je n'ai aucun regret. Revenir dans cette ville me fait juste... étrange. Je suis même passé devant la stèle commémorative, mais cette dernière est toujours aussi douloureuse à regarder. Cela faisait cependant un moment que je n'y étais pas allé. La ville grouillait tant de monde il y a quelques années encore que la voir bien plus déserte me fait tout drôle à chaque fois. La grande capitale a perdu de son éclat, peut-être n'est-ce pas si mal. C'est juste étrange à voir quand on a été habitué à la voir si peuplée et vivante comme j'ai pu le faire. Je me souviens encore après tout des journées où nous allions jusqu'au marché pour faire les courses. C'était bondé de monde. Désormais, par souci de proximité, nous nous déplaçons jusqu'à Vanawi puisqu'elle se trouve être la métropole la plus proche et je dois dire qu'elle est un peu plus jolie. Mais ce n'est que subjectif. Les images de l'explosion reviennent parfois dans ma tête et me font frisonner, mais je les chasse de mon esprit tandis que je sonne à la porte pour qu'on m'invite à y entrer. L'entrée est libre mais du personnel de service doit quand même se trouver là parfois pour vérifier les sacs. Après tout, avec les contrebandiers des environs, je ne suis pas très surpris. C'est un peu pénible, mais nécessaire.

Un peu pressé, toutefois, je demande bien vite à ce qu'on m'amène devant le Champion, et je présente ma carte d'Elite pour confirmer mon identité. Bon, je ne vais pas mentir : quand on s'appelle Sirius et qu'on est Maître de la Ligue ainsi que de co-chef de la Milice, on a le droit à certaines permissions privilégiées dont je ne vais certainement pas me plaindre. Sans plus de question, on m'indique la loge du Champion où je me rends aussitôt. Devant la porte, je me permets de toquer et d'attendre qu'on accepte que je rentre avant de tourner la poignée.

« Bien le bonjour, monsieur... Le Revenant, si je ne m'abuse ?.. Je vous remercie de me recevoir aujourd'hui. Sirius, pour vous servir. »

Je m'incline légèrement même si je suppose que les présentations ne sont pas nécessaires : il est connu, moi aussi. C'est surtout par politesse envers mon interlocuteur qui doit se demander pourquoi je l'ai dérangé aujourd'hui. En vérité, j'ai déjà pu le voir à quelques occasions durant la Compétition lorsqu'il faisait des matchs. Même si je n'y participe plus, je suis toujours autant fan des combats, bien sûr.

« J'espère ne pas trop dérégler votre emploi du temps ; je sais que vous avez une vie de famille, vous aussi. »

Petite blague à part : on peut tout à fait être seul.e et être quand même occupé.e, mais j'avais cru comprendre que Léandre Savage ici présent élevait de son côté une adolescente, et cette dernière est connue pour ne pas être des plus calmes. Si tout le monde sait que le Champion a une fille, c'est que cette dernière aime bien le clamer haut et fort. Je ne peux que compatir, en un sens. Même si j'ai toujours été fier de mes parents quand bien même ni l'un ni l'autre ne faisait partie de la Compétition, je me connais assez pour savoir que j'aurais pu le crier également sur tous les toits, si j'étais né avec un père ou une mère comme Elite.


Samaël Enodril
Elite
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Mai - 3:16
Revenir en haut Aller en bas
ft. Sirius
Promenons-nous dans les déchets pendant que Swan ne le sait pas

/!\ Langage grossier (pour ce poste et sûrement tous mes autres aussi, z’êtes prévenus) /!\


- Pour la dernière fois, arrête de faire le con et rentre dans ta maudite Pokéball …

Le Trousselin virevoltait partout dans la pièce tel un enfant qui sentait une tempête de neige sous le regard de Milady et de son maître. C’était à peu près le cas. Quelques jours plus tôt, l’arène avait reçu l’appel de nul autre que le Maître de la Ligue. Celui-ci désirait un entretien avec le Champion, entretien qu’il accepta (pas qu’il avait vraiment le choix de refuser) bien que la façon de faire le laissa perplexe. Sirius aurait pu le prévenir plus en avance, non ? C’était peut-être urgent … À moins que c’était un simple caprice d’Élite. Avec ces gens-là, on ne sait jamais.

Assis plus ou moins confortablement, le rouquin tentait de viser le Pokémon métallique avec sa Pokéball. La loge de Savage ne ressemblait pas vraiment à une loge d’artiste ou de dresseur dans son cas. Bien sûr, il y avait un grand miroir typique, mais à part ça … On aurait presque dit une copie de son bureau au poste de police : un bureau et une chaise. Comme quoi, on peut sortir le policier du poste de police, mais pas le poste de police du policier… ou quelque chose du genre. Léandre était enfin parvenu à remettre le Trousselin dans sa Pokéball lorsqu’on cogna à la porte. C’était sans aucun doute l’invité de marque qui était derrière.

- Foutu Porte-clés, grommela-t-il pour lui-même en rangeant sa Pokéball avant de prendre une voix plus neutre et forte : Entrez.

Un jeune homme aux cheveux bruns pénétra dans sa loge et se présenta sans tarder. C’était, en effet, bel et bien Sirius le Maître de la Ligue et co-chef de la Milice. Son supérieur hiérarchique donc. Techniquement le plus fort dresseur de l’île aussi. Le Revenant avait déjà visionné des reprises de ses combats (ou plutôt, sa fille l’a forcé à regarder) et même lui devait avouer que le gamin faisait des ravages avec ses monstres de poche. Pas qu’il était envieux ou jaloux de son talent; contrairement à beaucoup d’enfants, Savage n’avait jamais eu la piqûre de la Ligue. S’il avait le niveau pour être Champion, c’était tout simplement grâce à son âge et à l’expérience. Bref, il voulu se lever pour lui serrer la main, mais Sirius préféra s’incliner respectueusement. Bon, ça faisait pareil … Le roux resta donc assis pour l’instant bien que la politesse aurait voulu qu’il se lève. Mais peu importe : son domaine, ses règles.

- Appelez-moi par mon titre ou mon nom, peu importe. C’est moi qui vous remercie de vous être déplacé.

Après tout, son patron aurait pu lui demander de le retrouver à Nuva Eja au lieu de se bouger lui-même. Ou peut-être pas. Peut-être avait-il quelque chose de prévu à Amanil ? Dans tous les cas, Léandre ne perdit pas son temps dans ce genre de rêverie inutile. Il était plutôt attentif à ce que lui racontait l’autre et il cligna de l’œil lorsque Samaël mentionna sa vie de famille. Comment savait-il qu’il avait une fi… Oh. C’est vrai. Désirée se présentait toujours ainsi : « Je m’appelle Désirée Savage et mon père, c’est le Champion d’Amanil ! » Ah, l’adolescente devait être fière de son coup ! Il faut rappeler que c’était surtout elle qui avait convaincu son paternel de postuler. Le quarantenaire se contenta de hausser les épaules en s’enfonçant légèrement dans son dossier.

- Quand t’es flic, ce ne sont pas tes propres enfants qui demandent le plus d’attention. Ce sont ceux des autres qui font des conneries dans les rues.

Désirée était peut-être très excitable, mais au moins, elle était bien élevée contrairement à d’autres mioches. Un miracle quand on sait que son père est un sale criminel, haha… Ahem, bref. Les deux Élites ne s’étaient pas donné rendez-vous pour discuter parentalité, si ?... L’aîné décida enfin de se lever de sa chaise et sa pupille sombre scruta l’invité. Ce dernier n’était pas énormément plus petit que Léandre, or sa musculature semblait loin de l’égaler. Détail sans grande importance, certes, sauf pour Milady qui s’était tenue tranquille jusqu’à maintenant. La Banshitrouye se mit derrière le brunet, presque collée contre lui, dans l’espoir de le rendre mal à l’aise. Ah, les spectres, que voulez-vous ? Son dresseur trouvait cela comique même si cela ne se lisait pas sur son visage. À la place, il croisa les bras et prit la parole comme si tout était normal :

- Je dois avouer que ce petit rendez-vous m’a surpris … Même la ô grande Compétition ne me demande pas de me libérer à la dernière minute normalement. Vous jouez les inspecteurs en plus du travail de Maître ? plaisanta-t-il de son air toujours aussi neutre.

C’était connu : les inspecteurs débarquent toujours à l’improviste pour s’assurer que tout est en ordre. Si le co-chef de la Milice en personne devait venir fourrer son nez dans les affaires du Revenant, ce serait… "fâcheux", comme dirait l’autre riche de merde. Enfin, pas besoin de s’inquiéter; cela l’étonnerait fortement si le jeune homme était là pour ça. Léandre ignorait toujours pourquoi il était là d’ailleurs. Au lieu de tourner autour du pot comme des aristocrates discutant du vin pendant quatre heures, faudrait aller droit au but. « Le temps, c’est de l’argent. »

- Bon, qu'importe. Vous savez sûrement que les dossiers criminels s’empilent vite dans cette ville et honnêtement, les discussions autour d’une tasse de thé ne sont pas mon fort. Dîtes-moi plutôt exactement pourquoi vous vouliez me voir.

Venait-il de prendre un ton commandant avec son supérieur hiérarchique ? Uh… oui. Déformation professionnelle, que voulez-vous ? Samaël était dans son territoire après tout.


Le cyclope vous parle en #FF4500.
Léandre Savage
Elite
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Mai - 3:33
Revenir en haut Aller en bas

&&&



élites rebelles
feat le Revenant
"thug life"

La nonchalance du Champion me tire un léger gloussement. Je ne me déplace jamais avec ma tenue dans la rue et donc mon boulot de Milicien passe inaperçu, mais il est vrai que ça ne doit pas être très reposant de devoir supporter les bêtises d'enfants qui ne sont pas les siens. Enfin faut dire que je n'ai jamais embêter Alice quand elle en faisait il y a quelques années, déjà parce que ce n'est pas ma fille, et ensuite parce que j'étais bien trop gaga pour comprendre qu'il ne fallait pas que je l'encourage dans ses quatre cents coups. En tout cas, Savage est bien moins... rigide que ce je pensais, disons. Pas que j'avais une mauvaise opinion de lui, loin de là, mais après tout, je ne le connais pas encore très bien et je n'avais pas encore eu le temps de le rencontrer plus intimement qu'en dehors du travail. Bon, là c'est encore pour le travail, mais disons que j'espérais que cette sortie soit aussi prolifique pour une future relation positive avec Léandre ?.. Enfin, je ne vais pas le forcer non plus s'il préfère qu'on reste juste collègues, après tout.
Sursautant légèrement lorsque la Banshitrouye du Champion passe près de moi, je finis par lui offrir un petit sourire amusé. Ce n'est pas un Pokémon avec qui j'ai particulièrement d'affinités mais je ne les côtoies que parce que cette espèce fait partie de la spécialité de mon compagnon. Et parce que disons que niveau Spectre... Mon Ectoplasma m'a suffisamment donné de traumatismes et de mal de crâne pour que j'apprenne à moins en avoir peur, enfin... Heureusement, Gatsby a fini par totalement être dressé, mais l'apprentissage n'a pas été de tout repos et je ne suis pas près d'oublier les cauchemars qu'il m'a fait faire. Il est vrai toutefois que ce n'est pas tous les jours qu'un des Maîtres vient rendre visite à un Champion sans trop prévenir sur la raison (encore que...).

« Pas d'inquiétude : aucune inspection ne sera faite aujourd'hui. À moins que vous n'ayez des choses à cacher ? »

Je dis ça bien sûr en plaisantant avec une expression malicieuse sur le visage. Contrairement à un certain ancien Champion d'Anula, au moins, si le Revenant a des choses à dissimulé, il le fait très bien. Mais par défaut, je me dois de placer un minimum de confiance envers les Conseillers et Champions, ou au moins de leur laisser, à la base, le bénéfice du doute si je ne les connais pas déjà au préalable. En l'occurrence, je ne sais pas grand chose sur le Revenant que ce qui est connu du grand public et il ne donne pas vraiment de mauvaises images de lui, au contraire. Son surnom de 'héros' ne vient pas de nulle part, après tout, et il est même possible que je l'ai déjà croisé quand je cherchais des disparus dans les décombres d'Amanil mais que je ne m'en souvienne pas. Il me faut pourtant reprendre mon sérieux car je mentirais si je disais que je ne prends pas quelques risques en venant ici à l'improviste. Certes, je fais parfois ce que je veux, mais la Compétition n'aime pas non plus quand on leur échappe un peu trop, ou du moins, ils tendent à devenir plus exigeants à l'avenir quand ça entache leur image aux yeux des civils. Heureusement, je n'ai encore jamais rien fait qui aille contre leurs principes, alors je n'ai techniquement rien à craindre, mais il faut bien que je fasse quelques actions qui se révèlent utiles et pour ça, je n'ai pas le choix d'enfreindre une règle ou deux.

« Personne ne sait que je suis là. Enfin... presque personne. Même Swan n'est pas au courant. Mais j'avais besoin d'aller faire un tour dans une partie de la ville dont vous avez la charge. »

J'ai bien compris qu'il voulait que j'entre au cœur du sujet (ce qui est normal) alors je ne le fais pas attendre longtemps. Aussi, il a besoin de savoir pourquoi je me suis ramené comme une fleur dans son bureau, alors après l'appel que j'ai passé qui a dû lui paraître étrange, il n'a pas besoin d'être plus que ça dans le flou.

 J'aimerais que vous m'accompagniez jusqu'aux bidonvilles. »

Dans les faits... Je pourrais y aller seul. Ce n'est pas ce qui me dérangerait en soit puisque je sais me défendre à mains nues et que j'ai une équipe de Pokémon plus que qualifiés pour me protéger si c'est nécessaire. Je n'ai pas vraiment peur de me faire attaquer, mais c'est pour un but précis que je suis venu. Je voudrais apporter un peu de mon aide aux bidonvilles et voir de mes propres yeux ce qu'il est advenu de ce coin d'Amanil après les catastrophes. J'ai seulement ouïe dire que leur situation avait empiré et que la taille de ces taudis avec doublé de volume. Un bref soupir m'échappe.

« Éléanore ne veut pas s'en occuper mais nous ne pouvons pas les laisser sans rien faire. Je dois les voir par moi-même et vérifier par la même occasion l'activité criminelle qui s'est développée là-bas. »

C'est une zone dangereuse, cela va sans dire. Si j'ai demandé à Léandre de venir avec moi, c'est, déjà, pour affirmer à la population que nous sommes de leur côté, et ensuite pour qu'il me parle de ce qu'il sait déjà sur cette ville qu'il connaît désormais bien mieux que moi depuis que je l'ai déserté après les catastrophes. Il n'est pas obligé d'accepter, mais j'espère qu'il pourra être disponible et qu'il n'est pas trop chargé dans son planning. J'aimerais, aussi, pour être honnête, le connaître un peu mieux lui-même.


Samaël Enodril
Elite
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Juin - 22:41
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le profil
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: