Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Eté 2024

~25° - 37°C / Fortes chaleurs dans les terres, venteux sur les côtes, orages occasionnels.

Intrigues et Events
Intrigue n°2 : « Passions »
Des conflits s'engagent entre les Monarchistes et les Anarchistes.
Event n°2 : Le festival de Cayagane
Le festival de Cayagane est victime d'un incendie criminel.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Demandes de RPs et liens
- Cendrée cherche un.e partenaire pour un RP ou un défi.
- Pseudo cherche ...
- Pseudo cherche ...
+ pour afficher vos demandes, contactez staff !




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée)
LUCAS H. ANDERSON
Informations générales

Nom : Anderson
Prénom(s) : Lucas Hugo
Surnom : //
Âge : 21 ans
Date de naissance : 1er avril 2003
Genre : Homme
Origine(s) : anglo-enoliannes
Date d'arrivée sur l'île d'Enola : Août 2024
Métier/Occupation/Études : sans emploi (a obtenu son A-level puis a quitté l'université dès la première année)
Lieu de résidence : aucun pour l'instant, il séjourne dans un hôtel à Nuva-Eja
Groupe : Neutre
Sous-Groupe : Compétiteur
Rôle : Dresseur
Pseudonyme : Hugo Anderson

Fiche dresseur
Informations
Rôle : Dresseur
Voulez-vous utiliser le dé shiney? : Oui

Équipe Aventure
- Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_052_XY - Miaouss ♀ - Victoria - Technicien - Rigide
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Héritage de mon père, très câline je l'ai toujours appréciée. N'ayant jamais quitté l'appartement de Londres, c'est la première fois qu'elle quitte ce pays pour partir à l'aventure. Elle reste très coriace quand il le faut et sait se montrer féroce...quand elle en a envie.
- Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_170_XY - Loupio ♂ - Andrew - Absorb Volt - Calme
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Héritage de mon père, il ne se remet pas encore de sa mort. Il l'accompagnait partout où il allait. Il ne m'apprécie pas vraiment et c'est une vraie déchirure pour lui de devoir quitter Londres pour l'île. Il devra s'y faire, je ferai en sorte qu'il s'y sente comme chez lui.
- Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_004_XY - Salamèche ♀ - Elisabeth - Brasier - Jovial
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Oeuf Pokémon confié par la Compétition au moment de votre inscription afin de tester votre capacité d'adaptation à un nouveau Pokémon que vous n'aurez pas choisi. Votre personnage en ignore le contenu. Celui-ci est choisi par vous dans une Sélection de trois Pokémon préparée par le Staff.


PHYSIQUE
Couleur de peau : Lucas est caucasien, héritage de ses origines anglaises, sa peau blanche ne bronze jamais (assez difficile dans un pays où le soleil se montre très peu me direz-vous). Souvent pâle, on peut croire qu’il est malade ou qu’il ne va pas tarder à s’évanouir.
Description des cheveux : Lucas a les cheveux châtain clair auxquels il tient beaucoup. Très attentif à sa coiffure, il les coiffe toujours de la même façon en les dirigeant vers l’arrière. Ses cheveux lisses ne sont pas très longs, mais prenne quand même un peu de volume. Il se peut quelques fois que l’on puisse apercevoir des reflets roux quand le soleil brille.
Description des yeux : On pourrait dire que ses yeux bleus sont magnifiques, mais ses cernes viennent entacher la vérité. De plus, le blanc de ses yeux est souvent rouges à cause des yeux au beurre noir qu’il se fait lui-même.
Taille : 1m73
Poids : 64kg
Description de la silhouette : Sa silhouette n’est pas vraiment différente de celles des autres garçons de son âge. Il n’est pas du genre musclé sans être trop maigre non plus, il a néanmoins un petit bide qu’il essaye de cacher au mieux. Il a souvent le dos un peu courbé, les mains dans les poches avec ses écouteurs dans ses oreilles et une cigarette entre les lèvres. À en juger sa coiffure et ses vêtements, on peut connaître facilement sa classe sociale.

Problèmes de santé physique : Outre ses nombreux yeux au beurre noir, le blanc de ses yeux rouges et une petite cicatrice qu’on aperçoit à peine au-dessus de son sourcil droit, rien à déclarer.
Particularités autres : Il ne quitte jamais sa veste rouge.

CARACTÈRE
Personnalité : Lucas n’est pas vraiment celui qu’on veut avoir comme ami, ça tombe bien car il n’en veut pas. Il est assez exécrable avec ceux qu’il ne connaît pas et ne veut, en aucun cas, être forcé à parler avec quelqu’un. Il est donc très associable et préfère avoir pour compagnie des Pokémon plutôt que des humains. En le voyant comme ça, sans le connaître, on se dit qu’il n’est qu’un enfant de riche gâté par la vie et qu’il prend de haut tout le monde car on ne peut mélanger « deux classes sociales totalement différentes ». En vérité, ce n’est qu’une façade qu’il a créée pour se protéger du monde qui l’entoure. Si on arrive à bien creuser, ce qui reste très difficile, on peut voir qu’une énorme tristesse constante l’habite et qu’il est rempli de remords qu’il n’arrive pas à se défaire. Il préfère la solitude plutôt que de devoir se plaindre à n’importe qui. Beaucoup de personnes ont critiqué la richesse de sa famille car ils l’enviaient. Lui n’a jamais trop compris pourquoi. Bien sûr qu’il ne manquerait jamais rien de matériel, mais ses parents le manquent et ce n’est pas une montre de luxe qui pourra les remplacer. Il trouve la vie injuste, soit on a quelque chose mais il nous en manque d’autres soit c’est l’inverse, on ne peut malheureusement pas tout avoir. En plus de cette solitude qui le force à se montrer insupportable, il se force à se frapper car il pense l’avoir bien mérité. Quand il ne pense que ce n’est pas assez, il n’hésite pas à aller énerver des voyous pour se faire tabasser. Il ne pense pas réellement à sa santé et fume donc beaucoup, il n’aime pas réellement ça mais les cigarettes lui permettent de se sentir un peu plus serein même si ce n’est qu’éphémère. Malgré cette personnalité qui lui fait souvent défaut, il souhaite changer. C’est encore assez difficile pour lui mais il se force un peu chaque jour à montrer son vrai visage. Un jour, peut-être, il pourra se sentir bien dans sa peau et dans sa tête.

Goûts/Dégoûts : Lucas aime les Pokémon, plus que tout au monde. Ces créatures ne sont pas comme les humains et peuvent se montrer beaucoup plus empathiques qu’eux. Bien qu’il sache que ces derniers peuvent vite devenir très dangereux de par leurs pouvoirs, le jeune homme pense plutôt qu’ils peuvent être de vrais alliés dans une vie. Lucas adore la musique et en écoute tout le temps, n’importe où. L’anglo-ennolian a toujours vécu dans un minimum de luxe. Bien qu’il souhaiterait se détacher de cette image de fils à papa, il aime avoir son petit confort et ne supportera pas que quelque chose n’aille pas dans son sens. Il n’hésite jamais à rester chez lui pendant des semaines voire des mois, il ne sort que si l’occasion se présente. À cause de son passé dont il se sent coupable, Lucas se sent dans l’obligation de se punir. On ne peut pas dire qu’il aime ça, cependant il se sent beaucoup mieux dans sa tête lorsque son visage dévoile un magnifique œil au beurre noir.

Ce garçon déteste plus que tout, la présence d’autres personnes. Ayant été mis à l’écart lors de sa scolarité par les autres élèves, il a compris que c’était sa place et il compte bien la garder. Il n’aime pas vraiment parler et ne se forcera pas s’il n’en a pas envie. Si vous vous efforcez de vouloir avoir une discussion avec lui, il vous insultera et prendra la fuite tout en étant énervé par ce qu’il s’est passé. Ce n’est pas un grand amateur de la vie, ne comptez pas sur lui pour pousser la chansonnette gaiement dans les champs. La sienne n’ayant pas été de tout repos, il trouvera toujours un argument pour voir les choses négativement. C’est pourquoi il préférera avoir le visage fermé et inaccessible plutôt qu’avoir un grand sourire débile sur les lèvres. De plus, il déteste l’injustice bien qu’elle soit omniprésente dans ce monde. Il sera le premier à cracher sur les policiers qui, selon lui, ne font pas correctement leur boulot. Pour terminer, on peut finalement dire qu’il se déteste aussi. Bien qu’il trouve son physique assez bien, sa façon d’être et sa mentalité le répugnent fortement. Cependant, il n’arrive pas à s’en défaire, ce qui l’énerve encore plus. Un cercle vicieux en somme.

Objectifs et aspirations : En quittant pour de bon Londres pour s’installer à Enola, Lucas compte bien changer de vie et devenir celui dont il a toujours rêvé d’être. Il souhaite être un peu plus positif et arrêter de se faire autant de mal. Ce nouveau départ est un grand chamboulement pour celui qui avait tendance à ne rien vouloir faire, il sait que c’est sa seule chance de sortir de sa zone de confort. En devenant dresseur, il souhaite aussi donner une nouvelle vie à ses Pokémon qui n’ont pas réellement eu le sens de l’aventure et qui ont, comme lui, toujours vécu dans le luxe et un confort extrême. Il se donne du challenge et un objectif : être vu positivement par les autres.

Peur(s) : Lucas a peur de perdre pied et de faire des conneries beaucoup plus graves que celles qu’il a déjà faites. Ayant beaucoup trop peur de la mort pour se suicider et mettre fin à cette souffrance psychologique, il se raccroche à la cigarette pour se sentir vivre. Néanmoins, il sait très bien qu’elle le rapproche tous les jours un peu plus de la mort. C’est aussi un garçon qui a peur de l’inconnu. Bien qu’étant citoyen énolian, il n’a jamais vécu sur l’île et a suivi toute son histoire de très loin. Il a donc peur qu’un néo-régime apparaisse à Enola au moment où il s’y trouve, qu’il ne puisse donc plus profiter de sa liberté et de devoir assister en temps réel à toute la souffrance apparue sur l’île.

ALIGNEMENT
Cette partie est obligatoire. Que votre personnage soit né sur l'île ou fraîchement débarqué, les idéologies des différents groupes sont connus et il doit forcément avoir un avis là-dessus selon ses propres opinions.
Votre personnage a-t-il/elle connu Enola entre 2008 et 2017, sous le joug du Régime, et que pense-t-il de cette époque ? : Lucas n’était pas présent sur l’île, vivant à Londres. Cependant, il a beaucoup suivi cette période. Dans un premier temps avec sa mère, originaire de l’île puis, après sa mort, seul derrière son écran d’ordinateur. Au départ, il ne comprenait pas réellement comment tout cela pouvait se passer au XXIe siècle et se sentait très impuissant. Lorsque l’Emergya a commencé à exploser, il s’est senti encore plus meurtri de voire l’île de son cœur (et aussi celui de sa mère) devenir une ruine. Cette période était donc très difficile pour lui, car il repensait souvent à sa mère dans ces moments-là.
Que pense-t-il/elle de la manière dont les choses ont évolué, et du nouveau gouvernement ? : Il a suivi de très loin la période de reconstruction et n’en a vu que sa finalité. Il se dit que le nouveau gouvernement ne sera pas pire que le précédent. Il n’a pas encore tout très bien compris mais il sait très bien que ce dernier prend en compte tous les habitants et est très attentif, en plus d’être protecteur, à tout ce qu’il se passe sur l’île.
Que pense-t-il/elle de la légende de Regigigas et des Monarchistes ? : Sa mère étant adepte des contes et des légendes, elle lui a transmis cette passion. Bien qu’il ne le montre jamais en public, il s’intéresse beaucoup à cette légende bien qu’en gardant ses distances. Il sait que certains sont assez illuminés pour s’autoproclamer élu de la prophétie. Il veillera donc de loin de l’avancée de cette prophétie.

Qu'est-ce que votre personnage pense d'Elixir ? : Assez détaché de tout ce qui touche le domaine scientifique, Lucas n’a toujours pas compris comment ils ont réussi à fabriquer un vaccin pour contrer l’épidémie de l’Emergya. N’étant pas un adepte des valeurs progressistes que cette institution prône sans cesse, il préfère rester loin de celle-ci. D’un autre point de vu, il n’a absolument rien contre eux. Il souhaite seulement que l’Elixir ne prenne pas trop de décisions néfastes pour Enola.
Qu'est-ce que votre personnage pense de la Compétition ? : Étant là depuis bien plus longtemps qu’Elixir, Lucas a une petite préférence pour la Compétition. Ses valeurs plus traditionnelles le convainquent plus. Devenue un peu plus importante depuis la reconstruction d’Enola, il aime beaucoup la mise en place de milice dans chaque ville même s’il pense que les protecteurs de l’ordre (partout dans le monde) ne font parfois pas assez bien leur boulot. Si le jeune homme était forcé à choisir un camp, il opterait plus pour la Compétition. Néanmoins, tout comme pour Elixir, il préfère rester loin d’un nouveau conflit inutile qui ne serait que néfaste pour Enola.
Qu'est-ce que votre personnage pense des Anarchistes ? : Lucas sait comment les Anarchistes fonctionnent, il en a croisé beaucoup à Londres. Du moins, il a tendance à tous les mettre dans le même panier. Il ne connaît pas réellement les anarchistes d'Enola et ne connaît pas grand chose d'eux. C’est pour ça qu’il se méfie beaucoup des personnes prêtes à tout pour leur propre intérêt. Il comprend qu’ils ne veuillent pas être sous l’autorité d’organisations comme la Compétition et Elixir – il est même d’accord avec eux sur ce sujet – mais pas au point d'enfreindre toutes les règles. Il faut de l’ordre pour que les choses se passent bien.

Alignement/Allégeance ? : Lucas reste dans la neutralité, ne souhaitant pas prendre part à un pseudo-conflit.
Et vous ?
PUF/Surnom : Sun
Âge : 21 ans
Disponibilité : Plus présent les soirs que la journée, maximum 6 jours sur sept.
Comment avez-vous connu le forum ? : J'étais Haru Saito mais après une longue absence je n'avais plus d'inspiration pour continuer de le jouer. Du coup, je reviens avec un nouveau personnage !
Suggestions ? :
Personnage sur l'avatar : Nathan Prescott [Life is strange]
Code : Nomnomnom
Autre: Toujours aussi admiratif de ce contexte autant détaillé  :love:


Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_052_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_170_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Bag_Mystery_Egg_SpriteLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_116_XY
Lucas H. Anderson
Compétiteur
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Aoû - 20:05
Revenir en haut Aller en bas
HISTOIRE
Je déteste ma vie ainsi que la vie en général. On pense que tout va bien puis tout part en fumée en un claquement de doigt. C’est un peu ce qu’il s’est passé pour moi. J’étais petit, jeune et insouciant, tout allait bien. Puis il a suffi d’une soirée pour que mon existence change à jamais. Quelques minutes qui ont réussi à faire de ma vie un enfer. Maintenant que je vous parle avec le recul de mes vingt-et-un ans, je suis prêt à tout vous dire. Mais vous devrez garder le secret. Personne d’autre n’a le droit de parler de ma vie. Elle ne regarde que moi, Lucas Hugo Anderson.

Je suis né à Enola, je ne sais pas trop où exactement, mais c’était un matin du premier avril 2003. Oui, le fameux jour du poisson d’avril ou « april fools » en anglais. Ma vie est donc une grosse blague depuis le début, une mauvaise malheureusement. Mon père était anglais, il était venu participer à la Compétition. Riche héritier, il avait lui-même fructifier ce qu’il avait déjà grâce à son métier de trader. Grâce à lui, ma famille ne manquerait de rien pour au moins deux générations. Il a rencontré ma mère durant son périple et, depuis, ils ne se sont plus lâchés. Cette dernière était originaire d’Enola, elle venait d’Amanil exactement. Coordinatrice dans l’âme, elle était arrivée jusqu’à la ligue, mais a malheureusement échoué dès la première manche. Ces deux jeunes gens pleins d’espoirs se sont ensuite mariés très jeunes avant de m’avoir quelques années plus tard. Ils n’avaient pas dépassé les 25 ans, mais qu’importe, ils prenaient la vie comme elle venait. Afin que mon père puisse reprendre son métier et évoluer dans celui-ci, ils ont pris la décision de quitter l’île début 2004 pour rejoindre Londres. Ville dans laquelle je vivrai pendant vingt ans.  

Ma mère ne souhaitant pas vivre dans le luxueux appartement familial, étant situé en plein centre-ville, ils ont acheté une grande maison excentrée et entourée de nature verdoyante. Tout se passait bien. C’était les meilleures années de mon existence, les seules. Mon père avait monté plusieurs échelons en très peu de temps et passait la plupart de la semaine au travail. Ma mère, quant à elle, s’occupait de moi toute la journée. Elle me racontait des histoires sur Enola et de toutes ses légendes. Cette île était un véritable fantasme pour moi, un rêve que je voulais rapidement vivre. Mais le Régime arriva et plomba le moral de ma maternelle qui tentait, tant bien que mal, de cacher sa peur et sa tristesse. Elle ne pouvait rien faire, c’était beaucoup trop dangereux d’y retourner et elle m’avait, moi. Tous les jours, elle téléphonait à ses parents, leur disait de venir à Londres pour fuir le Régime, mais rien n’y faisait. L’île est trop sacrée pour qu’on la quitte ainsi, surtout que la résistance pointait déjà le bout de son nez. Mes grands-parents pensaient que ça n’allait durer que quelques semaines, ils se trompaient bien. À leur mort, impossible pour nous de nous rendre à Enola. Mon père nous l’interdisait, ayant trop peur de ce qu’il pouvait se passer. Mon oncle, quant à lui, ne donna plus aucune nouvelle. Ma mère se retrouva très vite seule, sans parents ni frère pour savoir ce qu’il se passait sur l’île de son enfance. Elle devint de plus en plus triste. De plus, sa vie en Angleterre était devenue monotone. Le seul but qu’elle avait était de m’élever de la meilleure des façons. Et c’est ainsi que, jusqu’à mes dix ans, ma vie était la plus belle.

Un soir d’été, je me préparais à entrer en secondaire dans une école entièrement anglaise. Je me rappelle que j’avais peur d’oublier le français, langue avec laquelle ma mère me parlait. Mon père était parti en voyage d’affaires en Écosse, il faisait nuit et je n’arrivais pas à dormir. Un bruit avait retenti dans le salon, j’ai entendu ma mère y descendre puis crier. J’avais tellement peur que je ne pensais plus à rien. Ni à Enola ni à ma rentrée en secondaire. Je m’étais levé tout doucement pour ne faire aucun bruit, puis ais descendu les escaliers. J’entendais ma mère gueuler contre quelqu’un. J’ai appris plus tard qu’il s’agissait d’un cambrioleur. Ma mère n’était pas du genre à se laisser faire, elle avait réussi à plaquer l’homme au sol. Tout aurait pu bien se passer si je n’étais pas intervenu. Mais que voulez-vous, j’étais jeune. En levant la tête lorsqu’elle m’aperçut, ma mère relâcha machinalement l’un des bras du cambrioleur qui en profita pour prendre le vase le plus proche et l’éclater sur la tête. La violence fut telle qu’il y avait du sang partout, j’ai vu ma mère sombrer tandis que son corps s’alourdissait petit à petit. L’homme se releva en panique, s’excusa puis prit la fuite. Le corps de ma mère gisait là devant moi. Je m’étais approché en pleurs, j’essayais de la réveiller. Son crâne était ouvert et le sang continuait de couler. Je suis resté auprès d’elle durant de longues heures. Attendant tout bêtement qu’elle se réveille. Ce que je ne savais pas, c’est qu’elle mourrait à petit feu. Mon père est revenu dans la matinée, puis tout s’est enchaîné très vite. Je ne me rappelle pas vraiment de tout. Les pompiers sont arrivés ainsi que les policiers, mon père me serrait dans ses bras en pleurs. Je ne comprenais rien. C’est le jour de son enterrement que j’ai compris que je ne la reverrai plus. Et jusque-là, je me suis rendu compte que j’étais responsable de sa mort. Si j’avais téléphoné aux pompiers, elle aurait pu survivre. Mais non, je n’ai fait qu’attendre qu’elle meure sans le savoir. Je m’en veux encore aujourd’hui.

Que pouvait-il arriver de pire ? Tout aurait pu devenir un peu normal et la vie aurait continué ainsi. Mais plus le temps passait, plus rien n'allait. À partir de ce jour, je fais des cauchemars de cette horrible soirée toutes les nuits. Je refaisais à chaque fois un nouveau scénario qui terminait quand même dans un bain de sang. Ils étaient plus intenses à l’époque. À la suite de cet événement, mon père a sombré petit à petit dans la dépression. Il a vendu la maison pour revenir habiter dans l’appartement familial en plein centre-ville situé dans l’un des plus grands gratte-ciels. Avec son argent, mon père aurait pu me payer un garde du corps ou même une nourrice qui aurait pu s’occuper de moi vu qu’il passait son temps au travail. Mais non, sa tristesse était telle qu’il semblait m’oublier. Je me suis donc retrouvé seul, dans un appartement démesuré à pleurer tous les jours et en priant que ma mère revienne. J’ai appris à cuisiner grâce à Internet, à laver mes vêtements et à me faire livrer les courses grâce à l’argent de mon père. C’est à ce moment-là que je suis devenu indépendant, m’enfermant dans un mutisme qui ne m’a pas du tout aidé lors de la rentrée. J’ai passé mon secondaire dans une école complètement anglaise, étant bilingue grâce à mes parents, je n’avais pas de difficultés pour comprendre. Mais j’avais gardé de ma mère un léger accent français qui faisait bien rire mes camarades. J’étais timide et n’osais parler à personne. Je suis donc devenu le bouc émissaire. De plus, de par la richesse de mon père, la jalousie n’a pas attendu pour faire sa place. Ils m’ont ridiculisés, humiliés, et ce, plusieurs fois. J’étais triste et ne pouvais rien faire. L’école appelait souvent mon père qui disait que tout se passait bien à la maison. Comment pouvait-il le savoir ? Il n’était là que de 23h à 5h. Et encore, quand il était présent, il passait des heures dans sa chambre à pleurer et à boire. De mon côté, je faisais en sorte que rien ne se sache. Pendant plusieurs années, j’apprenais bien mes leçons et avais de bonnes notes tout en me faisant insulter par les autres. Je ne parlais et ne me livrais à personne. J’étais seul contre tous.

Les deux dernières années de secondaire furent les plus terribles. Ma tristesse et mes remords prenaient de plus en plus le dessus et j’avais beaucoup de mal à les contenir. J’ai commencé à piquer des paquets de cigarettes de mon père lorsque j’avais quinze ans et à boire quelques verres de ses alcools quelques mois plus tard. Je me suis alors rendu compte que nous réagissions de la même façon à la mort de ma mère. On se taisait, on survivait à notre journée puis on se consolait comme on pouvait le soir. Mais le silence était notre seul allié. On aurait pu traverser ça ensemble, mais mon père ne me regardait presque plus.

Un jour, je suis arrivé complètement saoul à l’école. Je me suis fait aussitôt expulser et mon père a enfin trouvé la force de me parler, mais pas de la manière dont j’espérais. Il m’a engueulé pendant tout un week-end, se défoulant de toutes ses années à se meurtrir derrière des verres qui se vidaient aussi rapidement qu’ils se remplissaient. Il m’a donné une claque puis une autre pour enfin faire cogner son poing sur mon visage. Conscient de son mauvais geste, il s’est alors mis à pleurer et à s’excuser tout en continuant de me dire que c’était de ma faute. Lui aussi pensait que j’avais causé la mort de ma mère. Sans moi, ça ne serait pas arrivé. C’est à ce moment précis que j’ai compris que je méritais de souffrir. Que les coups qu’il m’avait portés, je les méritais. Alors je me suis infligé mes poings sur mon visage et continué ainsi durant de longues années allant jusqu'à énerver des dealers en bas de chez moi pour qu'ils me tabassent.

Niveau scolarité, j’ai failli tout gâcher. Rescolarisé de justesse dans une autre école, j’ai tout de même réussi à obtenir la note minimale de C à mes A-level. J’ai pu m’inscrire à une université, mais j’ai rapidement décroché. Je n’avais plus le goût d’étudier, je me disais que je ne me le méritais pas. La dépression de mon père était encore plus grande et il refusait de se faire guérir. Continuant ainsi à travailler comme un dingue la journée et à pleurer toute la soirée. Moi, de mon côté, je vagabondais dans les rues ou restais dans ma chambre. Je ne faisais rien. J’attendais que la mort vienne pointer le bout de son nez. Je me frappais, je buvais, je fumais. Ce n’était plus la descente aux enfers, j’y étais. Mon père s’est alors aperçu que je n’allais plus à l’université et avais compris pourquoi certains paquets de cigarettes disparaissaient. Il a donc recommencé, une nouvelle fois. Cette fois-ci, la violence était seulement verbale. Il n’osait même plus me toucher. Il était déçu de moi, ne m’aimait plus et avait raté sa vie. Je l’ai retrouvé mort un an plus tard, dans son lit, entouré de plusieurs boites de médicaments ouverts. J’allais bientôt avoir vingt ans.

J’ai donc hérité de tout, étant la seule descendance. J’ai longtemps pensé savoir ce qu’était la solitude, mais je ne l’ai réellement vécu qu’à ce moment précis. Mes parents étaient morts, mes grands-parents aussi. Je n’avais plus de famille, mis à part un oncle qui était sûrement mort lors de l’explosion de l’Emergya à Enola. Je me suis donc repris en main. J’ai jeté toutes les bouteilles d’alcool, mais n’ai pas réussi à me défaire du tabac. Je suivais de loin ce qu’il se passait à Enola, rêvant de plus en plus d’y retourner. La reconstruction se terminait, le nouveau gouvernement était en poste depuis quelques années et la compétition n’allait pas tarder à reprendre. Pendant un an, je suis resté seul dans cet appartement. J’ai vendu la plupart des affaires de mon père ainsi que quelques mobiliers. J’étais riche et n’avais donc pas besoin de travailler même si je faisais en sorte d’économiser au maximum mes dépenses. Je n’avais qu’un seul objectif, retourner à Enola. Cette île dont ma mère vantait les traditions locales et les légendes. Accompagné des Pokémon de mon père, mon moral remontait un peu. Mais ce sentiment de culpabilité était toujours là. Je n’ai donc pas arrêté de me frapper.

Il y a quelques semaines, j’ai enfin sauté le pas. J’ai vendu l’appartement familial, refais mon passeport énolian et acheté un billet sans retour pour Enola. Ma nouvelle vie s’apprête à commencer et j’espère enfin pouvoir tourner cette page. Vingt ans dans une vie, ce n’est rien. Il me reste beaucoup de choses à vivre. Pour cela, je dois changer, m’ouvrir aux autres et me donner du challenge. Ça va être très compliqué. Mais me voilà prêt.


Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_052_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_170_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Bag_Mystery_Egg_SpriteLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_116_XY
Lucas H. Anderson
Compétiteur
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Aoû - 20:06
Revenir en haut Aller en bas
Coucou Lucas !

C'est moi qui vais me charger de ta fiche, avec mes excuses pour le retard. Globalement, j'ai beaucoup aimé, tu fais preuve d'une maturité rare sur des sujets assez durs et complexes en terme de psychologie, et ton écriture est très fluide, on ne s'y perd pas, c'est assez rafraîchissant. J'ai passé un bon moment à lire, même si je te demanderais de mettre un petit avertissement quant à la dureté de ton histoire, vu les termes qu'elle aborde ^^

Globalement, je n'ai qu'un minuscule souci avec ta fiche, plus particulièrement dans la partie "alignement" ; ": Lucas sait comment les Anarchistes fonctionnent, il en a croisé beaucoup à Londres. C’est pour ça qu’il se méfie beaucoup de ces personnes prêtes à tout pour leur propre intérêt.". Alors, je crois voir ce que tu veux dire, ou du moins que tu tentes d'exprimer le point de vue de Lucas, mais les anarchistes sur Enola n'ont pas encore fait grand chose, donc je suppose qu'il fait une généralisation ? La phrase suivante semble rentrer dans cette logique, puisque "faire tout pour son propre intérêt" est un peu le contraire des idéaux anarchistes sur Enola. Si tu veux montrer qu'il est très biaisé sur ce point, ce serait bien de l'éclaircir juste un peu ! :)
Dernier petit détail, dans la partie "couleur de peau", tu dis que Lucas est blanc "par ses origines anglaises" : au vu de la diversité des ethnicités en Angleterre, je crois que tu peux remplacer ça par "caucasiennes" ^^ Ou peut-être parle-tu de pâleur à cause du manque de soleil ? XD

Dans tous les cas, il ne reste vraiment quasiment rien pour que tu sois validé. Lucas est assez attachant et je viendrais t'embêter pour un RP très vite, j'ai hâte de voir la manière dont tu vas le faire évoluer ! Je vais préparer ta sélection en attendant les dernières modifs, et ce sera bon !
Xerneas
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Aoû - 13:07
Revenir en haut Aller en bas
Salut Xerneas !

Merci beaucoup pour tes retours, j'ai rajouté "contenu violent" dans le titre de la présentation. C'est vrai que je n'y avais pas du tout pensé. Je ferai un peu plus attention la dessus à l'avenir.

Pour le reste, j'ai corrigé ce que tu m'a demandé de modifier :
- Pour l'alignement, c'est en effet ce que je voulais montrer, il généralise un peu trop ces personnes sans connaître réellement leurs intentions.
- Pour la couleur, pareil. Très difficile de "trouver" du soleil, en effet (même si ce n'est qu'un cliché parmi tant d'autres). C'est rajouté.

Merci encore pour tes retours, hâte de pouvoir rp avec toi !


Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_052_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_170_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Bag_Mystery_Egg_SpriteLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_116_XY
Lucas H. Anderson
Compétiteur
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Aoû - 0:22
Revenir en haut Aller en bas
C'est parfait ^^ ! Merci beaucoup pour tes changements et ta politesse, au plaisir de se croiser en rp !

Voilà ta sélection, je te laisse poster à la suite pour m'indiquer ton choix et les infos de ton pokémon. Je m'occuperais de créer ton sac par la suite !
SÉLECTION

#004 Salamèche
Les Salamèches sont difficiles à élever. Joyeux dans l'enfance, coléreux et de très mauvais poil durant l'adolescence, il faut beaucoup de patience, de pédagogie et de temps pour qu'ils finissent par s'épanouir en de fiers Dracaufeu. Lucas est un peu coincé au stade "Reptincel" pour le moment, alors peut-être que s'occuper d'un pokémon pareil pourrait l'aider à découvrir des choses sur lui-même ?

#175 Togépi
Un peu plus de tendresse par ici. Togépi est un pokémon qui transforme les émotions positives des gens en son propre bonheur qu'il leur renvoie ensuite : il a donc besoin d'un dresseur qui pourra le lui en offrir pour évoluer convenablement. S'occuper d'un bébé pokémon aussi demandeur en attention et en affection pourrait peut-être aider Lucas à progresser émotionnellement ?

#360 Okéoké
Ici, c'est un choix un peu plus inhabituel. Pour se battre, Okéoké, et surtout Qulbutoké, a besoin qu'on l'attaque pour renvoyer la balle, souvent de manière assez dévastatrice. Absurde dans son comportement, il rappelle beaucoup Lucas et sa tendance à chercher qu'on l'attaque : peut-être bien que l'utiliser en combat pourrait lui permettre de trouver des moyens de gérer son agressivité !
Xerneas
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Aoû - 1:17
Revenir en haut Aller en bas
Merci beaucoup Xerneas !

J'ai passé toute la nuit à réfléchir sur la sélection, la décision a été très difficile vu les Pokémon que tu as proposé que j'adore tous.

J'ai longuement hésité entre Salamèche et Togépi qui m'inspirent beaucoup pour Lucas, une chose est sûre : j'essayerai d'avoir les deux dans mon équipe plus tard.

Mon choix se porte donc sur : Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_004_XY - Salamèche ♀ - Elisabeth - Brasier - Jovial

Merci encore et hâte de pouvoir rp sur Enola avec ce personnage :huhu:


Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_052_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_170_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Bag_Mystery_Egg_SpriteLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_116_XY
Lucas H. Anderson
Compétiteur
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Aoû - 11:34
Revenir en haut Aller en bas
Tu es donc validé, je vais de ce pas créer ton sac. Tu commences l'aventure avec 50 opals, 3 pokéballs et 2 potions, bon jeu !

Xerneas
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Aoû - 14:38
Revenir en haut Aller en bas
Edit ; et le dé shiney oublié, mais pas de shiney !
Xerneas
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Aoû - 14:41
Revenir en haut Aller en bas
Le membre 'Xerneas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé shiney' :
Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Dommag11
Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Lun 19 Aoû - 14:41
Revenir en haut Aller en bas
Merci Xerneas ! Tant pis pour le shiney, peut-être aurais-je plus de chance lors de mes captures :huhu:


Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_052_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_170_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Bag_Mystery_Egg_SpriteLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_116_XY
Lucas H. Anderson
Compétiteur
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Aoû - 22:38
Revenir en haut Aller en bas
Bienvenue en retard beau gosse, en esperant pouvoir rp avec ta bouille
Cendrée Desforêts
Monarchiste
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Aoû - 23:20
Revenir en haut Aller en bas
Merci Cendrée :huhu:


Lucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_052_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_170_XYLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Bag_Mystery_Egg_SpriteLucas H. Anderson - The rich kid (contenu violent - terminée) Miniature_116_XY
Lucas H. Anderson
Compétiteur
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Aoû - 22:50
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le profil
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: