Légendes d'Enola


 

Partagez | .
 

 Tomorrow is another day - Emilly Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emilly Carter
avatar
Ranger
Messages : 79
Date d'inscription : 02/01/2018

MessageSujet: Tomorrow is another day - Emilly Carter    Mar 2 Jan - 17:25

Emilly Carter
INFORMATION GÉNÉRALES

Nom : Carter
Prénom : Emilly
Surnom : Emi (Un surnom affectif qu'elle rêve de se voir attribuer de nouveau)
Âge : 21 ans
Date de naissance : 30 novembre 2002
Genre : Femme
Origine(s) : Enoliane originaire de Dimaras
Date d'arrivée sur l'île d'Enola : depuis sa plus tendre enfance
Métier/Occupation/Études : Emi possède un Bac L avec mention (Qu'elle a eu avec peine et douleur) après cela, la demoiselle à travaillée comme apprentie patrouilleuse auprès d'un des amis de son père puis est devenue patrouilleuse à son tour. En plus de son métier, elle est souvent appelée auprès de son père pour diverses tâches comme faire la plante verte dans des dîners luxueux.
Lieu de résidence : Nuva Eja, dans la maison immense de son père.
Groupe : Anarchiste (voir Alignement)
Sous-Groupe : Ranger
Rôle : Patrouilleuse
Pseudonyme : Red. C'est ainsi qu'elle se fait appeler sur les réseaux sociaux et c'est aussi comme cela qu'elle souhaiterait s'appeler quand elle aura le courage de faire partie de la confrérie du bouclier.

FICHE DRESSEUR
Informations
Rôle : Ranger Patrouilleur
Voulez-vous utiliser le dé shiney? : Oui

Équipe Aventure
- Mini-sprite - Mysdibule  ♀ - Nyx - Intimidation - Rigide
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: C'est une rencontre unique, quoi qu'un peu triste quand on y pense. Elle était seule, moi aussi. Elle était solitaire, dure, brutale et sauvage. Elle a dû en bouffer des coups bas. Elle était couverte de coupures quand je l'ai trouvée. J'ignore combien de fois elle s'est battue, combien de fois elle a pu goûter à la cruauté de l'homme ou de la nature. Je m'étais enfuie, j'étais perdue. Nos chemins se sont croisés et lorsqu'elle m'a vu elle m'a attaqué. Elle aurait sûrement pu me faire du mal, beaucoup de mal, mais elle ne l'a pas fait. Nous sommes restés là, comme deux idiotes à nous jauger du regard. Je lui ai parlé. Elle m'a écouté. Ça a mit plusieurs dizaines de minutes. Il faisait froid et humide. Finalement, nous sommes restées ensemble tout le long de la nuit et le lendemain nous sommes parties ensemble. Depuis, nous sommes devenues amies.


PHYSIQUE
Couleur de peau : C'est à l'aide de mot "Blafarde" qu'on décrit son teint. On lui trouve une couleur de peau maladive, soit disant preuve d'une santé fragile alors que ce n'est pas du tout le cas. Emi se caractérise par une santé de fer et une énergie à toute épreuve malgré son tempérament calme et renfermé. Sa peau blanche lui vient de la branche maternelle de sa famille. C'est un caractère physique propre aux femmes du côté de sa défunte grand-mère. Une peau blanche, pur-Non, on rigole. La puberté lui a laissé quelques traces, les petites cicatrices de ses boutons d'acnés trop grattés aux fils des années en sont un bon exemple. On remarque aussi une peau hyper réactive et sujette aux rougeurs.

Description des cheveux : Emi possède une tignasse brune et quelque peu... Épaisse. Ses cheveux, c'est un combat de tout les jours. Une horreur à brosser, une horreur à coiffer. A croire que ses pensées rebelles s'expriment via son cuire chevelu. Elle pourrait les couper vous me direz maiiiiiiis, mine de rien, elle y tient à ses cheveux longs. Quelqu'un qui lui était très cher lui disait qu'elle était la plus belle des héroïnes avec sa crinière brune et indomptable.

Description des yeux : Des yeux verts ? Bleus ? Violets ? Rien de tout ça. Emi à des yeux noisettes, tout ce qu'il y a de plus normal. Cependant, il arrive à notre demoiselle de se parer de lentille de couleur rouge pour... Faire la rebelle ? Soumise à un code vestimentaire strict et à un père qui veille au respect des bonnes mœurs, notre demoiselle s'est permis une petite excentricité qu'elle porte de temps en temps. Un petit plus qu'elle se permet de porter lorsqu'il a le dos tourné. Une manière d'exprimer le fait qu'elle n'est pas d'accord. Une façon pour elle de se rebeller... Sans trop risquer ses miches.

Taille : 1m68
Poids : 63 kilos
Description de la silhouette : Emi est une jeune-femme qui rentre dans la grande moyenne des gens avec silhouette dite : Normale. Elle n'est ni petite, ni grande, ni maigre, ni grosse. Elle à un petit bidon discret sur lequel elle ne complexe pas. Des joues bombées et des cernes qui ne la quittent que très rarement. Emi est dotée d'une poitrine plutôt discrète et à titre personnelle, la demoiselle vous dira que c'est mieux comme ça. Elle est taillée en H et possède des jambes plutôt... costauds. C'est d'ailleurs quelque chose sur lequel elle complexe beaucoup. Elle trouve ses jambes particulièrement difformes et moche à voir. De son avis : "On dirait deux gros jambonneaux sur un étale de marcher". Elle aime les cacher à l'aide collant noir extra slim qui soit-disant donnent une forme plus agréable à vos guibolles. Elle ne supporte pas les pantalons parce qu'elle trouve que ça ne fait que ressortir la laideur de ses jambes et... Mon dieu, Jamais... AU GRAND JAMAIS, vous ne la verrez jambe nues.

A savoir qu'elle n'est pas vraiment à l'aise dans sa peau. Soumise à l'étiquette et à la pression des règles, Emi ne sait pas bouger son corps. Elle aimerait être plus libre, puis séduisante et aimerait paraît moins empotée et plus femme forte.

Problèmes de santé physique : Emi souffre de diabète de type-2 et est donc soumise à un régime alimentaire strict ainsi qu'à des activités physique régulières.

Particularités autres : Emi possède une voix très particulière lorsque qu'elle chante. Elle est aussi extrêmement douée en musique.

CARACTÈRE
Personnalité : Réservée - Rêveuse - Avenante - Maladroite - Jalouse - Perspicace - Humble - Créative - Passionnée - Peureuse - Réfléchie - Impulsive par moment - Calme - Soumise - Garde tout pour elle - Énergique - Curieuse - Hyper Sensible - Rancunière envers son père - Douce - Cultivée - Sportive - Haineuse - Patiente - Ouverte d'esprit - Anti-matérialiste - Lâche - défaitiste - Pudique dans ses sentiments, elle apporte une grande importance au respect de l'intimité d’autrui - Fait un pas puis recule - Ne tient jamais ses résolutions - Recherche constamment l’approbation et l'amour de son entourage - Dépendante émotionnellement, elle à besoin des autres - Maniaque - Perfectionniste - Ne supporte pas l'échec - Culpabilise un peu trop souvent - Aimerait se décoincer et avoir les couilles de vivre sa vie

Goûts/Dégoûts : Elle aime : Les escapades - Les grands espaces - Le calme - Lire - les comédies musicales - le thé - Sa guitare qu'elle a nommée : Aèdé - Chanter - Composer - Marcher - Nager - Etre seule - Recevoir des félicitations - Les comédies - Les films d'actions de et fantaisies - Dialoguer sur internet avec des inconnus - Les jeux de rythme - Débattre avec les autres - La satisfaction du travail bien fait - Venir en aide - les Super héros - l'indépendance

Elle n'aime pas :
Son père - Les bains de foule - Les cérémonies luxueuse - la mode - l'art du paraître - le système pistonné et les privilèges - Les gens qui se croient au-dessus des autres - Les comportements faux-culs - Les gens indiscrets - Les journalistes - Les gosses de riches - L'injustice - l'humour de riche - la "bonne cuisine" - le concept même de hiérarchie - Les opéras - La saleté - Les gens sales (oui, toi qui laisse traîner tes mégots et tes papiers partout, sache qu'Emi te juge très fort) - l'imprévu - les marques de respects trop fortes type "je suis riche donc tout le monde me vouvoie"

Objectifs et aspirations : - Emi souhaiterait prendre son indépendance vis à vis de son père. Elle voudrait devenir plus sûre d'elle, plus forte, plus adulte également. Elle voudrait à ce titre avoir le cran de rejoindre la confrérie du bouclier et d'ainsi obtenir la force nécessaire pour affronter son paternel.

- Elle voudrait reprendre la musique et en faire son métier plus tard. Voilà presque quatre ans maintenant qu'elle a été privée de sa guitare, de ce qui la faisait vibrer, de ce qui l'a rendait réellement heureuse.

- Parallèlement à tout ça, Emi rêve de faire partie d'une communauté, d'un groupe. Son manque d'affection et de chaleur au sain du foyer familial la pousse à se tourner vers l'extérieur à se construire une famille de cœur. Elle voudrait être appréciée et aimée à sa juste valeur. Ne plus être "La fille du richos de Carter" mais juste "Emi".

Peur(s) : Son père. Il constitue sa plus grande peur. Cet homme l'a privée de tout mais il peut encore tout lui prendre. Elle le craint, elle le déteste. Elle a peur de rester seule, de ne plus pouvoir rattraper le temps perdu. Elle à l'impression que plus le temps passe, plus sa vie manque de sens. Elle voudrait bouger, se rebeller, vivre comme elle le voudrait mais à l'impression d'avoir des chaines qui l'en empêche. Elle a peur de périr sans avoir personne pour la pleurer. Elle a peur d'une vie sans saveur, sans décisions.

ALIGNEMENT
Votre personnage a-t-il/elle connu Enola entre 2008 et 2017, sous le joug du Régime, et que pense-t-il de cette époque ? : Emi avait six ans lorsque tout ça est arrivé. Au départ, elle n'avait pas comprit ce qu'il se passait et encore moins les tenants et les aboutissants de tout cela. En grandissant, elle pu observer de ses yeux l'injustice, la censure, la peur de son entourage. Elle a observé, longtemps, et comme beaucoup de monde elle s'est mise à haïr le régime. Elle haïssait d'autant plus ce groupuscule puisqu'il était à l'origine de la fortune de son père. Opportuniste, ce dernier avait su jouer correctement ses cartes pour monter, monter et encore monter et ainsi élever son niveau de vie. Elle détestait voir et savoir que la richesse de son paternel se faisait sur le dos de centaine de famille qui avait le cran de crier haut et fort à l'injustice. Elle était écœurée de savoir que son repas si luxueux ne pouvait profiter à d'autres plus nécessiteux. Mais, de tout ça, elle déteste encore plus voir son père s'en être sortit. Qu'on considère que cet homme qu'elle répugne soit lavé de toutes sanctions puisque "pas actif et en lien direct avec le régime".

Que pense-t-il/elle de la manière dont les choses ont évolué, et du nouveau gouvernement ? : Elle trouve que ce qui est en place, en ce moment, est toujours plus préférable au régime d’antan. Cependant elle juge le système en place encore trop bancal et considère que tant qu'une classe d'Elite existera l'injustice régnera.

Que pense-t-il/elle de la légende de Regigigas ? : Une fable, rien de plus, rien de moins.

Qu'est-ce que votre personnage pense d'Elixir ? :Son père y travaille. Elle pourrait détester le groupuscules pour cette raison mais ce n'est pas le cas. Elle considère que le travail qu'apporte Elixir est nécessaire mais n'aime pas beaucoup l'idée d'une rivalité entre eux et la compétition. De plus elle est septique quant au réel visage de bon samaritain que se donne Elixir... Si un être détestable comme son père y travail c'est qu'ils ne doivent pas être tous blancs.

Qu'est-ce que votre personnage pense de la Compétition ? : Là encore, Emi ne comprend pas vraiment l'existence de la Compétition si ce n'est pour une valeur historique. De son avis, la compétition n'a pas tellement lieu d'être et aurait plus d’intérêt à rejoindre Elixir pour former un plus grand groupuscule. Elle trouve les deux groupes un peu ridicules à se tirer dans les pattes et ne s'est jamais sentie réellement proche du "la tradition c'est cool" que prône certains de leur membre.

Qu'est-ce que votre personnage pense des Anarchistes ? : Elle est plutôt contre le côté très "violent" de certains membres de l'Anarchie mais... C'est le groupe qui l'attire le plus. Elle admire la confrérie du bouclier et, il faut le dire, l'idéalise un peu. Elle aime l'idée qu'une réelle fraternité relie tout leurs membres et surtout que chaque être soit sur un pied d'égalité. Elle pense sincèrement que c'est, à ce jour, le seul moyen qu'elle a pour exister en tant qu'Emi et non pas en tant que gosse de riche. Elle pense qu'elle pourrait s'épanouir auprès d'eux et... pourquoi pas, trouver une seconde famille.

Alignement/Allégeance ? : Anarchiste
ET VOUS?
PUF/Surnom : Brenda/Emi/La Cassos/La bouffeuse de chips
Âge : 21 ans
Disponibilité : Maintenant que j'ai tué le cancer, beaucouuuup plus souvent 8D
Comment avez-vous connu le forum ? : DC de Brandon Blanchett maggle /PAN/
Suggestions ? : J'aimerais créer un groupe de cassos anonyme dans le but que mes deux personnages progresses /PAAAAAAN/
Personnage sur l'avatar : Ayano Tateyama [Kagerou Project/Mekakou city actors]
Code : Bouffé
Autre: Je vous aime ♥️

____________________________________________



Emi fait sa crise existentielle en 0099ff

Dc : Brandon Blanchett, Patrick Olson et Bellamy Crowford


Dernière édition par Emilly Carter le Jeu 4 Jan - 14:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilly Carter
avatar
Ranger
Messages : 79
Date d'inscription : 02/01/2018

MessageSujet: Re: Tomorrow is another day - Emilly Carter    Mar 2 Jan - 19:12

Entourage

Isaac Carter - Père - 43 ans : Il s'agit d'un riche homme d'affaire à l'époque du régime qui travaille aujourd'hui pour Elixir. Il jouit d'une qualité de vie qui en ferait pâlir plus d'un et est réputé pour sa ténacité à toute épreuve. Il fait partie de ces "génie" qui savent où se placer pour tirer le meilleur d'une situation. Son histoire de succès story en fait un homme populaire puisqu'il s'est construit seul. Fut-il une époque, c'était un jeune homme brillant un plein d'entrain mais, aux fils des années, il a appris à être un requin pour réussir. Sa relation avec Emi est quelque peu compliqué. Il s'agit en fait de sa belle-fille. La demoiselle est en effet issue d'une première relation qui date de bien avant la rencontre entre Isaac et sa femme. Ce serait mentir que de dire qu'Isaac n'a pas honte de cette enfant qu'il considère comme une tâche à son si brillant cadre de vie. Il aime cependant follement sa femme et est bien incapable de virer à grand coup de pompe cette petite rebelle qui lui donne tant de soucis. Pour la garder en place, il la flic constamment, allant même jusqu'à la placer dans patrouilleuse par piston.

Camille Carter - Mère - 37 ans : La réputation de sa beauté la précède. Camille est une femme qui a longtemps vécue dans la pauvreté. Sa famille n'était en effet pas très riche et la jeune-femme à longtemps détesté cela. Elle jalousait les personnages avec plus de moyen qu'elle et ne comprenait pas comme ses parents pouvaient se satisfaire d'aussi peu. Plus jeune, elle rêvait de rencontres passionnées, de vie de gala, de soirées luxueuses dans des palais. Ce besoin de s'évader, de vouloir s'élever de sa condition qu'elle jugeait misérable la poussé à commettre une grosse bourde à 17 ans, celle de coucher avec riche camarade de classe de son université. Cette passion d'une nuit lui a valu de tomber enceinte et d'accoucher neuf mois plus tard d'une petite fille. Malheureusement, le père n'a jamais voulu reconnaître l'enfant et face à cet homme avec des moyens conséquents elle s'est avouée vaincue. Elle n'a, cependant, jamais pu réellement détestée son enfant. On pourrait même dire qu'elle l'adore mais est bien trop maladroite pour le montrer. Elle a rencontré Isaac quelques années plus tard. Ce fut un coup de foudre. Il lui a tout donné, la vie dont elle rêvait tout. Même si elle avoue volontiers que son mari est dur avec sa fille, Camille considère que c'est pour son bien et n'arrive pas être objective face à ce qu'elle considère être une "bête crise d'ados".

Irina Bronol - Grand mère - 58 ans (décédée) : Irina, c'est la mère qu'Emi n'a jamais eu. L'être le plus cher qu'elle possède... ou possédait. Emi à toujours été proche de sa grand mère, c'est elle qui l'a élevée une grande partie de sa vie, Emi refusant tout contact avec les nounous qu'embauchaient son père. C'est aussi elle qui lui à donné le goût de la musique et qu'il l'a encouragée dans ses passions. Malheureusement, la jeune mamie à été prise dans les explosions de Zazambes alors qu'elle rendait visite à une amie. Elle est morte sur le coup. La décès de la vieille dame a anéantie Emi qui n'avait encore que quinze ans.



HISTOIRE


/!\ Même si c'est assez léger et pas explicitement dit on parle, dans cette histoire, de maltraitance, de deuil et de dépression. Ce sont des sujets sensibles qui sont exprimés, ici, du point de vu du personnage. Si vous êtes très très sensible faites attention .o. Je précise qu'il n'a jamais été question de donner tors ou raison au personnage d'Emi. Pour être honnête, l'histoire est peut-être un peu "sombre" pour bien cerner le côté amer qui entoure le personnage mais je suis la première à vouloir faire évoluer tout ça dans le bon sens par la suite XD /!\

"Les enfants naissent de l'amour entre un homme et une femme"... Enfin, ça, c'est la théorie. Je pense que mon cas est assez équivoque, moi, je ne suis née de l'amour de personne. Je n'ai pu que parler très peu des circonstances de ma naissance avec ma mère. Tout ce que je sais, c'est que c'était une erreur de jeunesse. Par moment, je me dis que ce simple fait est peut-être la source de tous mes problèmes. Je suis une erreur, un événement imprévu. Maman n'a jamais dit qu'elle me détestait mais je me doute bien que ma venue au monde lui a causé un certain nombre de problème. Elle lui en cause encore, d'ailleurs. Suffit de voir les regards qu'on pose sur nous quand on se présente dans ses soirées mondaines à la con. Arg. Qu'est-ce que je suis amère.

Pourtant, au départ, je ne ressentais rien de cela. Mon père, ma mère, le reste. Ça n'a jamais été tout rose, faut le dire, mais ça n'avait jamais été noir non plus. Mon père biologique je ne l'ai jamais connu et il ne me manque pas des masses. J'ai grandi dans une maison qui n'a jamais eu cesse de s'agrandir, elle aussi, aux fils des années. Mon père, le mari de ma mère, est un requin des affaires. Ça me tue de le dire, mais il est doué dans ce qu'il fait. Il a toujours deux coups d'avances, il est impossible à berner ou à battre. Grâce à cette faculté à savoir bien se placer et à être là au bon moment il a vite gagné en capital. Il est l'exemple parfait de la fortune construite de ses seules mains. A cette époque là, c'était pas la joie déjà. Il y avait le régime, le père qui faisait déjà chier mais... Franchement, ça allait. Parce qu'il y avait grand-mère. Parce qu'il y avait mamie... Ma mamie.

Mamie, c'était mon héroïne, mon amie, ma confidente, la seule personne avec laquelle je voulais être. Elle venait nous rendre visite souvent, tellement souvent qu'elle a fini par vendre sa petite maison à Dimaras et à venir habiter chez nous. Tout ça a été les plus belles années de ma vie. Mamie avait cette écharpe rouge qu'elle considérait comme son porte bonheur et qu'elle ne quittait pas. Elle disait que cette écharpe elle l'aimait beaucoup parce qu'elle était rouge et que le rouge était la couleur des héros. C'était une grande fana de comics ma mamie. On en lisait souvent ensemble. On jouait aux justiciers dans les grands couloirs du manoir familial. Elle avait plus de quarante ans déjà mais elle semblait n'en avoir que faire de son âge. Elle était libre. Totalement libre. Dans ma tête elle était sûrement la femme la plus heureuse du monde, je ne me souviens pas d'avoir vu une seule expression triste sur son visage.

Quand j'avais huit ans, elle m'a offert spontanément une guitare. Elle était marron, toute brillante, toute belle. Je ne savais pas en jouer. Mamie a justifié son cadeau en prétextant que c'était bigrement cool de savoir jouer d'un instrument et que je chantais trop bien pour ne pas tenter de devenir un orchestre à moi toute seule. Père n'a jamais voulu payer une seule leçon, alors grand-mère s'est mise à apprendre avec moi en potassant des bouquins. On passait des heures et des heures dans la bibliothèque de Nuva Eja à mimer avec nos doigts les accords dessinés sur les pages et à les reproduire quelques heures plus tard à la maison. A force d'apprendre, j'y ai pris goût, tellement goût que je n'ai jamais su m'arrêter. J'ai développé une putain de passion pour ma guitare. En prenant de l'âge, j'ai commencé à composer.

Tout ça n'a jamais plus à père. Soit disant que la guitare n'était pas un instrument digne de mon nom. Soit disant que je devais me pencher sur le violon et arrêter d'écouter de la musique de "sauvage" comme il aime l'appeler. Que mon père soit contre la musique que j'aimais jouer et composer n'a pas du tout fait plaisir à mamie qui s'était mise dans une colère noir, ce jour-là. Elle traité mon père d'empoté et de mou du bulbe. Elle lui a dit qu'il ne comprenait pas le talent que j'avais et qu'il n'avait pas son mot à dire. La dispute à durée plus d'une semaine et comme par hasard, pour ma rentrée en seconde, j'ai été foutue en pensionnat.

C'est un truc que je dois aussi raconter, ça. L'école et le rapport que j'ai avec. J'aime étudier, j'aime apprendre. J'aime découvrir des choses que je ne sais pas. Je prends plaisir à lire des livres d'histoires ou résoudre un calcul qui me paraissait impossible à première vue. J'aimais profondément me plonger dans des domaines inconnus et j'aimais encore plus la satisfaction que j'avais à trouver une réponse que je cherchais. Cependant, je n'ai jamais pu adhérer au système scolaire tel qu'il était. J'ai toujours aimé prendre mon temps ou plutôt... J'ai toujours eu besoin de temps. Je n'ai jamais eu de facilité particulière pour les études et pour arriver à un résultat il me fallait plus de travail que certain de mes camarades. Mais dans les établissements que je fréquentais (des écoles de richouilles à uniforme) tout allait trop vite. Ce qui comptait n'était pas ce qu'on avait réellement comprit mais la capacité à connaître par cœur une leçon recopiée. Ce n'était pas intéressant, pas formateur pour deux sous. On apprenait bêtement sans comprendre. Je détestais profondément cela. Mon entrée en penssionnat n'a rien arrangé. Les maigres coupures que j'avais à la maison n'était plus. Matin, midi et soir le même problème, la même rengaine. Heureusement, j'avais ma guitare et mamie. Du moins, ce fut le cas jusqu'à ce jour-là.

C'était le chaos. Partout sur Nuva Eja on voyait des images de guerre défiler sur les écrans. Le régime était tombé, j'avais quinze ans. Des ferry entiers de réfugier débarquaient sur l'île. Les gens étaient dans la rue. Tout semblait totalement irréel. C'était un mélange entre l'euphorie et la panique. Père ne cessait de faire des aller-retour dans la maison, son portable à l'oreille. Maman regardait l'écran d'un air d'incompréhension et moi j'appelais mamie. Encore et encore. Des dizaines de fois, probablement des centaines. Le téléphone sonnait dans le vide. Impossible de la joindre. J'appuyais frénétiquement sur le bouton du rappel dans l'espoir d'entendre sa voix. Mais rien. Je crois que j'ai cassé le dit bouton au bout d'un moment. Ce n'est qu'au bout de trois jours que nous avons reçu un appel. J'étais de retour au pensionnat. Notre île avait été peu touchée et de ce fait la vie avait reprit presque normalement en très peu de temps. Bien sûr, il y avait un air de... Changé mais l'école avait reprit. C'est maman qui m'a annoncée la nouvelle. Mamie était morte. Elle avait été prise dans les explosions, là-bas, et n'avait pas survécu. On nous a renvoyé ses affaires dans un carton. Sa montre brisée... Et son écharpe. Surprenant... elle était presque intact.

A partir de-là, tout est devenu noir. Mes notes ont chutées. Je ne travaillais plus. La seule chose que je faisais c'était jouer. J'avais récupéré l'écharpe de mamie et je ne pouvais plus rien faire d'autre que jouer. J'avais l'impression que la peine insoutenable que j'avais se soulageait un peu lorsque mes doigts grattaient les cordes. Peu avant l'accident, j'avais montée un groupe avec quelques élèves boursiers de l'école. On avait fait un petit concert en ville, c'était sympa. Maintenant j'avais dissous le groupe et quand le bulletin de trimestre arriva, je me suis enfoncée encore un peu plus bas.

Je me souviens exactement de ses mots : C'est inadmissible Emilly. Je ne sais pas si tu te rends compte d'à quel point ta mère et moi nous nous saignons pour te payer cette école ! Nous mettons beaucoup de côté pour t'offrir le meilleur possible et voilà comment tu nous remercies ?! Avec ce genre de torchon ?! Sais-tu au moins ce qu'on va dire sur nous ? Le sais-tu petite insolente ?! Je savais bien que cette femme t'avais embrumé l'esprit. Je le savais ! Elle t'as mis en tête ce stupide talent pour la chanson et voilà que tu ne fais plus rien ! Tu ne me laisse pas le choix. Plus de musique. Plus de guitare. Plus rien ! Je vais te mettre au pas jeune-fille. Je vais t'apprendre à nous décevoir.

Ce jour là, je l'ai haï. Il m'a tout enlevé, la guitare, mes compositions. Il a jeté Aèdé au feu comme-ci elle n'était qu'une vulgaire chaussette. Il m'a obligée à regarder ma compagne de toujours brûler au milieu des flammes. Le soir-même, j'ai fugué. Je me suis enfuie de la maison. Je le détestais. Lui. Sa richesse. Ses valeurs. Je le détestais. C'est ce soir-là que j'ai rencontrée Nyx. Quand je suis revenue à la maison le lendemain, père m'a frappée et pour la première fois de ma vie j'ai eue peur de lui. Maman n'a jamais approuvé ce geste mais n'a jamais osé le contredire non plus. Maintenant quand il me frappe, elle fait semblant de ne rien voir. Je crois qu'avec le recul, j'ai commencé à la mépriser, elle aussi. Nyx m'empêchait de me sentir trop seule. Dans mon malheur, j'avais gagnée une amie. J'ai bouclée mon Bac avec mention comme le souhaitait mon père. J'ai fait bonne figure à tous ses bals et ses galas. J'ai joué mon rôle et lui est laissé libre choix de mon avenir. Il m'a placé chez Elixir auprès d'un de ses amis chef patrouilleur dans le but de me former. J'ai étudié comme il le voulait. Ouais, j'ai joué mon rôle.

Mais depuis ma fugue, j'ai commencé à surfer un peu sur les forums, j'ai beaucoup parlé avec des gens, je me suis renseignée. J'ai fait la connaissance de la mouvance anarchiste et de son point de départ en Enola. Ils étaient peu mais ils étaient libres. Plus j'en lisais, plus je me disais qu'ils pouvaient m'apporter ce dont j'avais besoin. Ça faisait longtemps que nous n'étions plus une famille... Mais eux semblaient en être une. Comme dans chaque famille certains de leurs membres faisaient des erreurs, aka les quelques attentats. Mais la confrérie du bouclier, elle, semblait pacifiste, soudée. Ils pouvaient m'aider. Mais il restait père. Père qui m'enchaîne et qui me fait peur. Père qui m'a privée de tout. Alors je me suis mise à observer, à me faire active sur internet dans l'espoir qu'un membre de cette confrérie me remarque et me sauve, enfin.

Aujourd'hui j'ai 21 ans. Je suis patrouilleuse. J'aime mon métier autant que je l'exècre parce que c'est cet homme qui me l'a donné. Je continue toujours à être très active sur les réseaux sociaux sous mon pseudo : Red. J'admire les anarchistes, j'admire la confrérie. J'essaye de gagner le courage de me faire officiellement initiée. Je sais qu'une fois fait, père sera furieux, peut-être qui me cognera de nouveau. Mais... J'ai le sentiment que si seule je suis totalement soumise... Entourée je pourrais le battre. Emilly est faible mais Red est forte. Avec eux je pourrais tuer Emilly. Avec eux je pourrais devenir Red. Avec eux, grand-mère, je ne serais plus seule et faible.

____________________________________________



Emi fait sa crise existentielle en 0099ff

Dc : Brandon Blanchett, Patrick Olson et Bellamy Crowford
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cobaltium
avatar
Staff
Âge : 25
Messages : 304
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: Tomorrow is another day - Emilly Carter    Mer 3 Jan - 12:27

Oyooo o/ Re-bienvenue par ici, toi (a)

Eh bien, quelle fiche °W° Je me demandais comment tu adapterais ton Emiri, et j'ai été très agréablement surprise. On sent que tu as vraiment mis des efforts dans cette fiche et j'ai l'impression d'un gros progrès ou alors c'est que cette version est plus "mature" que celle que je connaissais, c'est assez impressionnant, dans tous les cas, j'ai dévoré l'histoire XD Bon par contre, c'est triste comme tout, j'ai de la peine de voir Emi ainsi. Même si finalement, l'espoir est toujours assez présent, enfin, je l'ai ressenti ainsi. En espérant qu'elle puisse trouver chez les Anar (ou ailleurs) ce qu'elle désire ! C'est aussi chouette d'avoir notre première Ranger dans le coup °W°

Bon, arrivée là, je suis ennuyée, car je ne trouve vraiment rien à corriger sur ta fiche :derp: Vraiment, tout y est, la présentation est globalement bien fichue, et je t'avais déjà contactée pour deux trois détails que j'avais pas lu assez attentivement. Juste pour ton information, Emily sera bel est bien pro-Anarchiste, mais on lui donnera la couleur d'Elixir, comme il s'agit de son boulot "officiel" :v:

Je te valide donc, et je te laisse investir le forum comme une grande ! Ton sac sera fait plus tard dans la soirée ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilly Carter
avatar
Ranger
Messages : 79
Date d'inscription : 02/01/2018

MessageSujet: Re: Tomorrow is another day - Emilly Carter    Mer 3 Jan - 13:02

Ooooooooooooooh chic chic chiiiic ! **

Merci ! ♥️ Hâte de rp avec vous tous ! ♥️

____________________________________________



Emi fait sa crise existentielle en 0099ff

Dc : Brandon Blanchett, Patrick Olson et Bellamy Crowford
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regigigas
avatar
Messages : 987
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: Tomorrow is another day - Emilly Carter    Mer 3 Jan - 17:37

Le membre 'Cobaltium' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé shiney' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tomorrow is another day - Emilly Carter    

Revenir en haut Aller en bas
 

Tomorrow is another day - Emilly Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes d'Enola :: Premiers Pas :: Présentoir :: Présentations Validées-