Légendes d'Enola


 

Partagez | .
 

 AMETHYST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amethyst E. Blyns
avatar
Compétitrice
Âge : 25
Messages : 52
Date d'inscription : 12/01/2018

MessageSujet: AMETHYST   Ven 12 Jan - 17:32

AMETHYST E. BLYNS
INFORMATION GÉNÉRALES

Nom : Sur son baptistaire, on y lira le nom Kozlowski, le nom de son père biologique. Maintenant, la jeune fille en porte un tout à fait différent, Blyns, d'origine française.
Prénom : Un prénom peu commun à n'en pas douter, le nom d'une pierre précieuse peut-être, ou tout simplement une extravagance de sa mère. Amethyst dans tous les cas, avec pour second nom Erica.
Surnom : Nombreux, à commencer par Amé, Amy, Amémé ou même Tytie. Là où l'imagination vous mène, un surnom peut en résulter.
Âge : 15 ans.
Date de naissance : 4 janvier 2008
Genre : Féminin
Origine(s) : Enolianne de sa mère, polonaise de son père biologique.
Date d'arrivée sur l'île d'Enola : Elle y est née.
Métier/Occupation/Études : Étudiante en 5e, elle a été retardée d'une année à cause de ses difficultés scolaires puis d'une deuxième lors l'année 2017.
Lieu de résidence : Nuva Eja.
Groupe : Anarchistes
Sous-Groupe : Compétiteurs
Rôle : Coordinatrice
Pseudonyme : Dark Petal, son surnom très recherché de Compétitrice.

FICHE DRESSEUR
Informations
Rôle : Coordinatrice
Voulez-vous utiliser le dé shiney? : Oui

Équipe Aventure
- Moufouette ♀ - Princesse Daisy - Boom Final - Modeste
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Offerte à Amethyst alors que la Moufouette n'était qu'un bébé par Marek, Princesse Daisy ne quitte jamais Amethyst très longtemps. Elle considère sa dresseuse telle sa mère.
- Capumain ♂ - Diddy Kong - Ramassage - Malin
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: C'est en visitant la Pension de Damien et Solène avec son père et sa tante que Amethyst a fait la rencontre de Diddy Kong. Le petit est né sous ses yeux, sous la protection de sa mère la Capidextre de Solène, nommée Cathy. Sitôt né que le petit singe s'est précipité sur elle pour lui ébouriffer les cheveux. Autant dire que l'adolescente et le petit singe ont passé l'après-midi à s'amuser ensemble, se poursuivant partout dans la Pension. Quelques semaines plus tard, Amé a de nouveau visité la Pension pour parvenir au même résultat : de toute évidence ces deux-là étaient faits pour s'entendre. Ce soir-là il fut donc décidé que la jeune fille deviendrait la dresseuse officielle du petit.
- - Vorastérie ♀ - Samus - Cruauté - Solo
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Oeuf Pokémon confié par la Compétition au moment de votre inscription afin de tester votre capacité d'adaptation à un nouveau Pokémon que vous n'aurez pas choisi. Votre personnage en ignore le contenu. Celui-ci est choisi par vous dans une Sélection de trois Pokémon préparée par le Staff.


PHYSIQUE
Couleur de peau : Blanche, très pâle, dernier héritage de son père aux origines polonaises et dont la peau pâle comme neige faisait réputation. Très sensible au soleil, elle doit souvent se couvrir davantage afin d'en éviter la morsure. Elle souffre aussi d'un mal commun chez les adolescents, soit l'acné. Dans le visage, sur la poitrine et dans le dos aussi à l'occasion, elle a quelques boutons dont elle tente désespérément de se débarrasser, honteuse de la situation. Heureusement, elle prend un soin méthodique pour éradiquer le problème, qui se résorbera avec l'âge.

Description des cheveux : À défaut d'une peau délicate, Amethyst se démarque par sa chevelure aux nuances sombres, d'un violet intense. Coupés courts et stylés, ses dégradés prononcés engendrent parfois de drôles de plis, surtout au sortir du lit. Elle prend grand soin de les placer et les lave souvent car ils deviendraient gras et sans volume autrement. Cette crinière violacée fait sa grande fierté, il s'agit d'ailleurs de sa teinte naturelle, peut-être ce qui aura inspiré sa mère à lui donner ce nom si unique, en référence à la pierre précieuse.

Description des yeux : Deux billes immenses, mangeant la majorité de son visage, expressifs, naïfs et tempétueux. Ses iris arborent une teinte violette semblable à celle de ses cheveux, un peu plus nuancée toutefois. Ses iris sont plutôt doux malgré sa personnalité explosive, tirant parfois vers le bleu du ciel.

Taille : 1 mètre 71 centimètres, elle est grande mais a terminé sa poussée de croissance désormais. Peut-être prendra-t-elle encore un ou deux centimètres mais sans plus.
Poids : 57 kilos
Description de la silhouette : Maigre et élancée. Amethyst n'a ni muscles ni gras, et encore moins de formes. Autant dire qu'il s'agit d'une jolie planche aux membres maigres. Elle n'est pas bien forte physiquement non plus, muscle peu même si elle mange et bouge beaucoup. Elle est légèrement en sous-poids et fait tous les efforts pour s'arrondir quelque peu (par l'horrible tâche de se gaver de sucreries et autres cochonneries salées et sucrées), sans réel succès.

Problèmes de santé physique : On le remarque au premier coup d'oeil, sans mauvais jeu de mots. Amethyst ne porte pas un cache-oeil pour rien. Sous celui-ci, son oeil droit est aveugle. Cet handicap lui occasionne parfois quelques soucis au niveau de la profondeur et la distance des objets. Elle a aussi un angle mort étendu qui permet aux farceurs de s'approcher en toute discrétion pour lui faire peur.
Particularités autres :  La jeune fille préfère les habits particuliers, sans pour autant être la plus extravagante. Elle aime bien le style punk, les veste de cuir, les habits plus masculins ou même certains vêtements inspirés gothique. Elle ne rechigne pas pour autant sur une robe. En fait, elle n'est pas bien difficile en ce côté et se réinvente souvent dans sa garde-robe. Oui, parfois, ces styles jurent totalement.

CARACTÈRE
Personnalité : Amethyst ne peut se décrire en une poignée d'adjectifs, même si nombreux sont ceux qui en feront l'erreur. Aisé, pensent-ils, de décrire cette jeune fille d'apparence froide et capricieuse. Il est vrai qu'elle n'est pas facile d'approche, au contraire. Malgré de solides habiletés sociales, l'adolescente éprouve une difficulté saisissante à se mêler aux autres et même à en avoir l'envie. Chaque relation lui apporte son lot de souffrance. Pour ceux ne connaissant pas sa condition, il est facile de la voir comme une simple personne entêtée, conflictuelle et hautaine, qui se plaît à blesser les autres. Or, Amethyst ignore tout des relations humaines. Dans son enfance, on aura négligé certains de ses besoins et des coupures récurrentes avec ses figures d'attachement auront laissé place au développement d'un trouble de l'attachement. Cela signifie pour elle de grands défis au quotidien, particulièrement avec l'adulte où elle préfère se détacher et ne pas compter sur lui ou elle. Pour les personnes atteintes de ce trouble, il y a eu apprentissage qu'ils ne peuvent compter que sur eux. Amethyst se concentre très souvent sur elle, sur ses propres plaisirs et intérêts au détriment des autres et refusera de s'ouvrir ou de dépendre d'une autre personne. Cette attitude méfiante aura compromis de nombreuses amitiés, d'autant plus que l'adolescente à la chevelure violette doit constamment tester ses relations, particulièrement après un bon moment passé ou un compliment. Elle doit s'assurer qu'on sera toujours là pour elle, qu'on l'aime toujours. Elle ne supporte pas qu'on attende quelque chose d'elle, ou du moins difficilement, et se sabotera souvent plutôt que de causer du désarroi ou de la déception en tentant de faire autrement. La Coordinatrice en herbe ne ressent rien face aux différents changements qui peuvent ponctuer sa vie, peut se montrer insensible à plusieurs occasions, même devant la souffrance d’autrui. En contrepartie elle exige une réponse immédiate à ses besoins et a beaucoup de mal à patienter.

C’est une personne immature, faisant plus jeune que son âge malgré son étonnante perspicacité. Sa tolérance à l’attente et aux refus se rapproche du néant. Elle aime s’obstiner, obtenir raison. Elle parle fort, attire l’attention sur elle et s’accapare certaines personnes en jalousant tous ceux tentant de l’approcher. C’est le cas de son père, et gare à celle ou celui qui désirerait entrer dans sa vie. Dans un groupe de pairs, Amethyst fera le bouffon afin qu’on la regarde et se frustrera rapidement si on ne fait pas attention à elle. Elle boude souvent, tempête, rage ou hausse le ton, devient même parfois agressive même si ces tendances se sont beaucoup diminuées avec le temps. Si elle a énormément de mal à reconnaître ses torts cela ne l’empêche pas de culpabiliser. Elle aimerait améliorer sa façon d’être, mieux fonctionner dans ses relations, mais ne peut s’empêcher d’avoir recours à de vieux réflexes et a parfois l’impression épuisante qu’elle ne parviendra jamais à mettre fin à son anxiété dans ses relations sociales. Ses émotions lui paraissent parfois bien trop vives, l’emportant à faire des choses qu’elle sait inacceptables. Or, elle ne peut s’empêcher d’être désagréable, de remettre en question les autres, de les contempler de haut. Mais elle n’aime pas ça. Elle se sent seule.

Pour les rares à qui elle accepte de s’ouvrir, elle devient tout autre. Charismatique, drôle, enjouée, elle s’intéresse à de nombreux sujets (pour peu qu’elle arrive à se taire deux minutes). Elle est volubile, sportive, mais surtout créative. Elle possède une sensibilité particulière qui la rendent particulièrement douée à l’écriture, le dessin ou toute forme d’art. Elle s’avère plutôt douée en cuisine aussi. Elle est organisée, concentrée, méticuleuse. Et passionnée! Oh Amethyst aime rarement quelque chose à moitié. D’ailleurs, sa vision du monde est plutôt manichéenne, repoussant rapidement certaines choses sur le dos d’une poignée de ouï-dires. Elle est naïve et un peu limitée dans sa compréhension des choses, la nuance lui étant encore inaccessible. L’adolescente a des points de vue bien tranchés et peut se montrer particulièrement obstinée, ce qui ne l’empêche pas d’être facilement impressionnable et influençable. Elle est plutôt peureuse, ce qui lui évite de ne trop se mettre en danger, mais disons qu’avec sa tête brûlée, elle pourrait rapidement se lancer dans une entreprise trop grande pour elle. La jeune fille déteste qu’on la prenne de haut ou qu’on tente de faire quelque chose pour elle. D’ailleurs, elle est plutôt débrouillarde. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est se rendre utile et aider les autres. Lorsqu’elle tente de se sauver d’une situation relationnelle, lui demander de rester pour aider l’apaise et lui permet de mieux gérer ses émotions. Avec les enfants, elle se montre particulièrement douce, ainsi qu’avec les Pokémon. Mais avec les autres, elle est trop explosive, trop réactive. Elle manque de confiance en elle et se rabaisse souvent tout en ne le laissant jamais paraître. Au final, elle a simplement besoin d’être aimée, même si d’être aimée peut s’avérer particulièrement complexe pour elle.

Goûts/Dégoûts : Amethyst a principalement des goûts qui s’inscrivent dans la culture geek. Elle raffole des jeux vidéos, il s’agit même d’un de ses passe-temps favoris. Des shooters en ligne à Mario Kart, elle les apprécie tous et y témoigne un certain talent. Elle s’improvise souvent critique de jeux vidéos. Ceux qu’elle apprécie le plus, ce sont ceux qui ont un côté artistique comme Okami. Autant dire qu’elle collectionne les consoles et utilise absolument tout son argent de poche pour se payer les nouvelles sorties. C’est d’ailleurs pour cette raison que ses Pokémon portent des noms issus de personnages de jeux vidéos. Elle apprécie aussi la science-fiction, particulièrement les histoires de superhéros ou d’épopées spatiales telle que Star Wars. Elle raffole de fantasy et de donjon et dragons, même si elle assume un peu moins cette part d’elle. L’adolescente passe beaucoup de temps sur Internet à regarder des vidéos de ses blogueurs favoris ou critiques de jeux vidéos ou de films. Elle écoute énormément de musique, préfère particulièrement le vieux rock, le punk et même le heavy metal, même si elle ne rechigne pas trop sur la pop rose bonbon (elle adore Barbie Girl pour donner une idée). Il lui arrive de lire roman par-dessus roman, même si cet exercice lui prend un certain temps vu sa dyslexie. Cette difficulté ne l’a d’ailleurs jamais empêché d’écrire, ce qu’elle fait régulièrement. Transcrivant ses pensées et ses émotions, elle écrit des poèmes ou des nouvelles un peu trop larmoyants et dramatiques. Si sa plume reste à se développer avec sa maturité, la jeune fille a tout de même de bonnes idées. Elle ne fait presque jamais lire ses écrits, qu’elle conserve jalousement pour elle. Écrire représente pour elle une manière d’avoir du contrôle sur certains aspects de sa vie et faire le vide sur ses sentiments parfois contradictoires et violents.

La jeune fille préfère la ville à la forêt ou la mer. La vie qui pulse, le bruit, les lumières, elle en a l’habitude. Elle ne se sent véritablement à son aise que dans le chaos des cités. Nuva Eja lui apparaît trop calme, trop mondain. Malgré son jeune âge, elle se prévoit déjà aménager ailleurs lorsqu’il en sera le temps. Amethyst a besoin de bouger et de se sentir vivante. Ainsi, elle pratique de nombreux sports. Les sports d’équipe ont été une bonne manière pour elle d’améliorer ses relations sociales et à travailler sur ses difficultés d’attachement et sa méfiance envers les autres. Elle pratique donc le volleyball et le basket, ainsi que la course à pied de façon régulière. Elle aime bien regarder le sport à la télévision aussi, même qu’elle s’emporte aisément devant une bonne partie de football ou tout autre sport. Pour passer son trop-plein d’énergie, elle apprécie beaucoup dessiner, ce qu’elle fait en classe pratiquement tout le temps. L’adolescente à la chevelure violette adore dessiner et à force de pratiquer, en est venue à des résultats plus que potables. Elle aime mélanger les couleurs et dessiner d’étranges créatures qui amusent ses rares amis. Amethyst parle aussi, beaucoup. Elle a constamment quelque chose à dire, même si elle ignore de quoi elle peut causer. Il faut qu’elle s’implique et qu’on s’intéresse à elle. C’est peut-être ce qui la pousse vers les Concours, qui ont toujours suscité son admiration. Son côté créatif, mais aussi son besoin criant d’attention. La jeune fille adore les Pokémon, les dorloter comme combattre à leurs côtés. Elle apprécie particulièrement ceux aux types moins recherchés, ceux un peu étranges que personne n'aime vraiment. Les types insecte, poison et ténèbres figurent parmi ses favoris. À l'inverse, les Pokémon trop populaires comme Goupix ou Caninos l'indiffèrent quelque peu.

Au niveau des dégoûts, ils se concentrent majoritairement autour de deux choses : les relations sociales et l’école. D’abord les relations, elles causent chez elle une grande détresse. Amethyst ne sait pas comment agir avec les autres et de nombreux nœuds l’entravent compte tenu de ses problèmes au niveau de l’attachement. L’adolescente se sabote souvent, ce qui engendre chez elle de grandes frustrations. Elle n’aime pas être méchante avec les autres ou faire des crises mais a de la difficulté à se gérer. Elle voit régulièrement un intervenant social à cet effet, des rencontres qui lui demandent beaucoup d’engagement. Elle trouve difficile de travailler sur elle, même si elle le désire ardemment. Elle n’a parfois pas la compréhension ou la maturité pour faire ce qu’on lui demande. Amethyst déteste d’ailleurs l’échec, il s’agit de sa bête noire. Chaque petit échec la pousse à se rabaisser et à abandonner sans demander son reste. C’est d’ailleurs ce qui rend son rapport avec l’école si ardu. De par ses difficultés d’apprentissage, son parcours scolaire fut semé d’embûches. À présent, la jeune fille se débrouille correctement dans quelques matières, mais a des notes en-dessous de la moyenne et chaque examen, chaque travail, lui demande un effort qu’elle ne veut pas toujours fournir. Elle passe beaucoup de temps en crise lorsqu’on lui demande de faire un devoir, car elle préfère se saboter plutôt que de réellement se donner la peine.

Objectifs et aspirations : Difficile de définir les objectifs concrets d'Amethyst, comme la jeune fille change régulièrement d'idée. Pour le moment, elle désire devenir Coordinatrice de métier et rejette un peu toutes les autres possibilités. Elle aspire aussi à cheminer du point de vue relationnel et parvenir à dompter ce qu'elle appelle «la bête», soit ses vieux mécanismes de défense qui l'amènent à traiter les autres de façon mesquine ou à tester les relations par la provocation.

Peur(s) : Dans le même ordre d'idée, la jeune fille est terrifiée à l'idée de ne jamais parvenir à vaincre «la bête» en elle et à construire des relations saines avec les autres. Elle craint aussi d'être «trop stupide pour terminer l'école», son objectif malgré son horreur des études. L'adolescente craint beaucoup de choses. Le ridicule, ses émotions trop vives, la violence sous toutes ses formes (particulièrement celles dont elle fait preuve à son insu), et l'abandon. Qu'on ne l'aime plus, que ses comportements amènent le mépris des gens qu'elle apprécie sur elle. Elle tente parfois de se convaincre que de toute façon, elle n'a besoin de personne, et cette tendance l'effraie, car elle sait que c'est faux. Puis elle craint l'échec, comme dit plus tôt, qu'elle ne supporte pas.

ALIGNEMENT
Votre personnage a-t-il/elle connu Enola entre 2008 et 2017, sous le joug du Régime, et que pense-t-il de cette époque ? : Amethyst naquit quelques mois avant la prise de pouvoir du Régime et n'a vécu que leur cadre violent et contrôlant pendant presque toute son existence. L'entrée au pouvoir du Régime a eu de nombreuses incidences sur sa vie, notamment de par le laisser-aller du financement et donc des ressources des services sociaux qui l'ont empêché de véritablement se poser jusqu'à ses quatre ans. Le Régime a tout de même été bon pour elle, en un sens, ayant payé pour les subventions de sa famille d'accueil pendant son enfance. De par l'influence de celle-ci et celle sournoise mais bien présente à l'école, elle a d'abord entretenu une image idéalisée du gouvernement en place avant de lentement prendre conscience des horreurs du passé. De par sa position d'enfant, elle n'en conserve que peu de souvenirs ou de rancoeurs, mais sa vie en a certainement été chamboulée à de nombreuses reprises, notamment lors de la chute de celui-ci.
Que pense-t-il/elle de la manière dont les choses ont évolué, et du nouveau gouvernement ? : Pour la jeune adolescente aux idéaux trop tranchés, le gouvernement en place n'en fait jamais assez. Amethyst ne comprend pas encore les contraintes qu'amène la gérance d'un pays ou même d'une région. Elle a des attentes démesurées envers le nouveau gouvernement et sa difficulté avec l'autorité la pousse à le rejeter, sans véritable raison valable. Elle a aussi en travers la gorge la fin du financement de sa famille d'accueil, qui a fait en sorte qu'elle a dû quitter tout ce qu'elle connaissait pour rejoindre un organisme accueillant les orphelins. N'aurait-il pas été mieux que tout reste comme avant?
Que pense-t-il/elle de la légende de Regigigas ? : Amethyst change d'idée régulièrement au sujet de la légende, selon qui l'évoque. Si on interlocuteur y croit, elle en fera autrement, et vice versa. En vérité, la jeune fille apprécie cette légende et rêve secrètement d'en être l'élu. Parce que pourquoi pas hein? Perdue dans ses idées de grandeur, elle s'imagine bien que ce pourrait être elle.

Qu'est-ce que votre personnage pense d'Elixir ? : Envers Elixir, elle a surtout une méconnaissance profonde. Elle connaît encore peu leur philosophie et ses valeurs. Elle s'est contentée de mettre l'organisation dans une case de «gros méchant loup» suite à l'influence de certaines personnes. Elle les rejette un peu par anti-capitalisme, par manque de confiance et par rejet de l'autorité. Dans les faits, Amethyst a bien des valeurs en commun avec l'organisation mais ne peut autoriser à suivre une compagnie dont l'objectif est d'enrichir lorsqu'il s'agit de politique. Vous l'aurez bien compris, son idée ici est bien trop simplifiée. Peut-être qu'à force de mieux connaître, elle appréciera son investissement communautaire plutôt que d'éprouver pour eux beaucoup de mauvaise foi.
Qu'est-ce que votre personnage pense de la Compétition ? : À l'instar d'Elixir, Amethyst considère que la Compétition ne devrait pas se mêler de la vie politique de l'île et rejette son autorité. Les miliciens, tout particulièrement, la rendent mal à l'aise. Son rapport avec les figures d'autorité entraînent cette méfiance, sans l'ombre d'un doute. Malgré tout, la jeune fille éprouve une sorte de fascination pour cette vieille organisation, mais aussi pour le monde compétitif des Concours. Pour quelqu'un qui affirmera bien haut et fort son dédain pour la Compétition, elle ne se gêne pourtant pas pour en faire partie en tant que Coordinatrice... L'hypocrisie à son apogée, je vous le dis.
Qu'est-ce que votre personnage pense des Anarchistes ? : Alors ici, la jeune fille peut devenir particulièrement vocale lorsqu'il s'agit des Anarchistes. Elle les admire sans vraiment les comprendre entièrement. Les notions de liberté et de fraternité, d'un monde dépourvu d'autorité, font écho en elle. Elle aura toujours des tendances anarchistes, même en vieillissant, mais les suit surtout par naïveté et par l'influence de certaines personnes autour d'elle. La rébellion ne s'inscrit qu'à moitié à son caractère, du coup elle se trouve parfois en confrontation de valeurs lorsque certains d'entre eux se montrent plus extrêmes. Cependant elle admire beaucoup leur implication communautaire et souhaiterait leur prêter main forte et faire partie de la Confrérie du Bouclier. Un jour peut-être. Elle a bien des croûtes à manger avant d'y parvenir.

Alignement/Allégeance ? : Anarchiste.
ET VOUS?
PUF/Surnom : Same as usual
Âge : 24 ans
Disponibilité : Comme d'hab
Comment avez-vous connu le forum ? : Hahahaha
Suggestions ? : Nope
Personnage sur l'avatar : Chrome Dokuro [Katekyo Hitman REBORN!]
Code : Auto-mangé o/
Autre: Cette fiche parle beaucoup de certaines notions que je me permets de clarifier. L'attachement, comme décrit par de nombreux chercheurs en psychologie notamment Bowlby (un pionnier dans le domaine de l'attachement), se crée au contact d'une figure maternelle ou paternelle (donneur de soins principal). L'attachement sert de base de sécurité pour l'enfant et cette sécurité lui permet d'explorer le monde autour de lui. Le lien d'attachement se développe à la manière dont le parent répond aux besoins de son enfant et qu'il est sécurisant pour lui. Se développe un modèle d'attachement (quatre types, sécurisant, désorganisé, ambivalent ou évitant) qui influencera par après les interactions de la personne avec non seulement ses parents, mais toutes les autres personnes significatives de sa vie. Lorsque l'attachement en bas âge est compromis, il peut s'en suivre des dommages qui sont, malheureusement, irréversibles et difficilement traitables (voire pas du tout). On remarque ce genre de conséquences chez les enfants ayant connu de la maltraitance ou encore des coupures récurrentes avec les figures d'attachement. Un attachement non-sécurisant ou désorganisé est un facteur de risque dans l'apparition de plusieurs troubles et difficultés, dont les comportements agressifs, la délinquance, etc. Dans le cas d'un trouble de l'attachement, les difficultés au niveau de l'attachement deviennent pathologiques. On remarque chez ces personnes de grandes difficultés avec les figures d'autorité, ces jeunes ne peuvent compter que sur eux et ne cherchent pas le réconfort d'une figure parentale lorsqu'ils vivent de la détresse, ne réagissent pas aux changements de milieu de vie, peuvent avoir des relations superficielles avec les autres ou être «faux», réagissent mal aux bons moments, aux compliments, aux cadeaux et sabotent les instants positifs, ne supportent pas les attentes de l'adulte envers lui, ont de la difficulté à admettre leurs torts, peuvent être contrôlants et possessifs dans leurs relations, etc. etc. pour ne nommer que quelques symptômes. Pour plus d'informations sur les symptômes et manifestations, vous pouvez consulter ce site du Centre jeunesse de Montréal : http://www.centrejeunessedemontreal.qc.ca/pdf/cmulti/defi/defi_jeunesse_9910/attachement.htm . Ce trouble entraîne des problèmes sérieux au niveau émotionnel, social, affectif, de la confiance en soi, du respect des normes et des études. Certaines conséquences sont irréversibles. Ces personnes peuvent se rétablir en réussissant à construire une relation sécurisée avec une personne, par exemple un conjoint ou un autre parent. Pour plus d'infos, n'hésitez pas à lire sur le sujet ou me questionner, je me ferai plaisir de répondre :3


Dernière édition par Amethyst E. Blyns le Sam 13 Jan - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amethyst E. Blyns
avatar
Compétitrice
Âge : 25
Messages : 52
Date d'inscription : 12/01/2018

MessageSujet: Re: AMETHYST   Ven 12 Jan - 17:32

HISTOIRE
Elle naît dans les cris, les tremblements et la douleur. Tout son petit corps avide de ce qu’il n’aura plus. Amethyst n’a que quelques minutes qu’il lui faut sa dose, celle que sa mère n’a pas cessé de lui administrer de sa grossesse. La jeune fille ne se souvient pas, mais on lui a décrit comment les services sociaux sont entrés dans sa vie, quelques heures à peine après sa naissance. Peut-on y croire? Un enfant, en sevrage d’alcool et de drogues que sa mère n’a su cesser en la sachant pourtant en son ventre, en pleine connaissance des risques. Trop difficile de se mettre à la place d’un autre. Le couple, jeune mais pas autant qu’ils le pourraient prétendre, ne flanchèrent pas lorsqu’on la leur pris, se sachant incapables d’assumer ce bébé dont on ne savait déjà pas s’il survivrait. Ce genre de procédures exceptionnelles survient. Même en tendant de s’y faire, l’horreur y est, profonde. Quel chemin avaient mené Dania et Jensen sur cette pente? Nul ne sait. Amethyst, elle s’en fiche.

Ses premiers jours furent passés dans la plus grande détresse. On constatait déjà les effets de la consommation de sa génitrice sur elle. Son œil droit, aveugle, des difficultés respiratoires, un petit poids. Sauf que l’enfant refusait de mourir. Elle se battait. Elle devint vite la coqueluche de l’hôpital. Tous avaient eu vent de son histoire. Tous désiraient la voir surmonter ses difficultés, tout en ignorant encore quelles embûches elle devrait traverser. On tentait de la prendre dans nos bras le plus souvent possible, lui assurer l’amour qu’une mère aurait dû lui offrir, mais ce ne serait pas suffisant. Car là où elle allait, nul ne l’aimerait. Un enfant comme elle, malgré son handicap, aurait dû attirer de nombreuses familles à sa rencontre. Oh, on aurait dû la regarder, l’aimer. Pourtant, elle passait d’une famille d’accueil à une autre, jamais assez longtemps pour réellement construire un lien, malgré les efforts des services sociaux de la conserver à un seul endroit. C’était difficile. En 2008, les familles bougeaient vite, trop vite, Enola changeait et Amethyst, elle, sombrait dans l’oubli. C’était un enfant difficile, au tempérament tempétueux et aux besoins intenses. On ne pouvait la poser quelques instants sans qu’elle ne se mette à pleurer. Il y eu bien des périodes plus longues que d’autres, mais l’enfant avait presque quatre ans lorsqu’elle put enfin se poser.

Dania, elle, conservait l’espoir de récupérer ses droits sur son enfant. Il s’agissait d’une histoire d’orgueil, de retrouver ce qu’on lui avait volé. Ses habitudes de vie l’entraînaient vers le fond, sa consommation intense malgré les efforts des services sociaux de la réhabiliter à recevoir sa fille. Il y eu des essais, tous infructueux. Madame ne se mobilisait que quelques jours avant de se désordonner de nouveau, manquant aux besoins du bambin qui de toute façon ne la traitait qu’avec mépris. Pour ce qui est du père, il passa quelque fois dans son existence, comète éphémère. Il la traitait mieux, bien mieux. Il travaillait dans l’entretient d’immeubles, il aurait pu, peut-être. Sauf que certaines personnes manquent d’ambition, même dans leurs relations. Peut-être est-ce ce qui l’avait poussé vers Dania en premier lieu. Non, ç’aurait été trop difficile pour lui, il trouvait toujours des excuses. Lorsqu’on dénicha une famille d’accueil stable pour Amethyst au début 2012, tous rapports avec ses géniteurs furent coupés, pour le meilleur et pour le pire. Aujourd’hui, l’adolescente se souvient encore de leurs visages mais ne pourrait dire qu’ils lui manquent car ce serait mentir.

Ainsi, la petite Amethyst atterrit dans la vie d’Henri et d’Irma. Le couple accueillait à Amanil une demi-douzaine d’enfants issus de toutes sortes de milieux et présentant pour la plupart des troubles de développement divers. Certains étaient de passage, mais Amethyst restait toujours, probablement car ces deux gens, sans être durs, se détachaient plutôt rapidement des crises que faisait l’enfant. Pour elle, le diagnostic était rapidement tombé, rien de bien surprenant pour un enfant du système : trouble de l’attachement modéré. Dès son jeune âge, la petite testait chaque relation et éprouvait une difficulté immense à se lier avec quiconque. Les autres enfants s’en méfiaient, car elle se montrait tempétueuse et même méchante avec eux, agressive en période de jeu et capricieuse. Henri s’occupait d’elle principalement, patient et stoïque. Ce n’était pas un homme démonstratif, mais cela correspondait bien à Amethyst. Elle n’aimait pas qu’on la touche, qu’on envahisse son espace. Irma se chargeait de la prendre dans ses bras, même si c’était plutôt rare. Ils n’étaient pas ses parents, et elle pas leur fille. Elle grandissait au sein de leur famille, mais leurs rapports étaient plutôt froids. Il y avait Marek, par contre, le fils biologique du couple. Pour Amethyst, Marek était sa source d’attachement positive, son confident, le seul réellement capable de l’approcher. Le seul être qu’elle puisse dire avoir réellement aimé, avant son adoption bien sûr.

Henri et Irma avaient ce lien spécial avec les enfants à besoin particuliers. Tous deux issus de familles peu chaleureuses, et même violente dans le cas d’Henri, ils avaient tous deux suivi leur chemin dans l’adversité, quittant l’Europe pour Enola afin de s’y construire une autre vie. Lui, il avait étudié l’éducation spécialisée, tandis qu’elle se cherchait du boulot la moitié du temps, ouvrière. La vie et une série de hasards les avaient poussés à prendre un enfant sous leur aile en tant que famille d’accueil. Un peu de compagnie pour leur fils unique, peut-être. Mais ils ne s’arrêtèrent pas là, prenant de plus en plus de ces jeunes sous leur aile, jusqu’à ce que l’emploi principal d’Irma fut de s’occuper à temps plein de ceux-ci. La famille vivait des subventions pourtant limitées offertes par le Régime. C’était une famille d’ailleurs plutôt tournée vers ce groupe, et Amethyst grandit avec l’amour de la dictature en place, n’ayant jamais connu autre chose que celle-ci. Marek, lui, mettait la main à la pâte aussi. Plus âgé que l’enfant à la chevelure violette de presque neuf années, il amenait souvent les enfants au parc, les accompagnait à l’école et veillait à ce qu’ils ne manquent rien. Parmi le lot, Amethyst était sa préférée. Il y avait quelque chose de brisé chez elle qui lui rappelait un peu son père, qui lui donnait envie de la protéger. Les deux passaient énormément de temps ensemble. Pour l’enfant, Marek était source d’inspiration. Elle s’efforçait donc constamment de lui ressembler et d’adopter des choix semblables. C’est lui premier qui la fit douter de bien des choses, qui causa les remous qui se font encore sentir aujourd’hui.

Amethyst éprouvait d’importantes difficultés scolaires. On lui diagnostiqua rapidement des difficultés d’apprentissage, notamment la dyslexie qui rendait son travail particulièrement ardu. La petite fille pouvait passer des heures tous les soirs sur ses devoirs, aidée d’Irma ou d’Henri, parfois de Marek ou d’un autre jeune accueilli de la famille plus âgé qu’elle. Malgré tout, les défis de la violette se mutèrent en grand blocages et il fallut, à ses sept ans, lui faire répéter une année. Il faut dire que la petite n’y mettait qu’un effort dilué, préférant largement dessiner sur une feuille ou rêvasser pendant les explications de l’enseignante. Elle n’y pouvait rien. Tant de choses l’intéressaient! Puis à l’école, Amethyst ne vivait que peu de réussites. Incapable de se lier avec les adultes du milieu, souvent rejetée par ses pairs pour ses comportements excessifs et son immaturité, elle en vint à développer une aversion profonde pour le milieu scolaire. Les choses ne se tasseraient jamais véritablement pour elle malheureusement et elle éprouve encore de grandes difficultés scolaires malgré ses efforts (occasionnels) pour combler ses retards par rapport aux autres.

L’année de ses sept ans vit aussi l’apparition d’un premier doute pour Amethyst. De par la sympathie éprouvée par Henri et Irma et leur influence, l’enfant n’avait jamais remis en question l’autorité en place, celle du Régime. Quelque chose en elle avait appris à s’en méfier, sans l’ombre d’un doute, malgré elle témoin collatérale de certaines formes de violence qui malgré l’habitude venaient tout de même influencer ses jeunes pensées. Sauf qu’à cet âge, Régime et Résistance ne faisaient pas beaucoup de sens pour elle. Leurs intentions se limitaient aux bribes offertes régulièrement aux écolier d’Amanil, sous forme d’une propagande insidieuse et sournoise que la petite de l’époque gobait sans trop se questionner. À l’époque, d’autres préoccupations l’alourdissaient, après tout. Son vécu scolaire prenait toute la place, si bien qu’elle aurait très bien pu passer à côté de l’horreur. Sauf qu’elle n’a pu faire autrement. Cette journée-là de 2015, la colonne défilant de silhouettes blanches l’avait attirée à la fenêtre, et fascinée, elle les observait marcher pour une cause dont elle ne pouvait comprendre la portée. Leurs chants emplissaient son cœur d’enfant d’une euphorie féérique, et elle invita bientôt les autres enfants de la maisonnée à la rejoindre pour les scruter avec elle. Elle ne comprit pas les visages graves de Henri ou Irma, ni les mots dans leur langue d’origine qu’ils échangeaient à voix basse. Mais elle entendit les coups de feux. Elle vit les gens passer sous sa fenêtre à nouveau, éparpillés, confus, désespérés. Elle vit le sang, les blessés qui accourraient, et l’horreur de leur course. Marek la tira de la fenêtre pour la réfugier dans la chambre des enfants. Elle n’avait pas compris. Ce jour-là, l’adolescent tenta de la rassurer, de lui faire comprendre ce monde complexe et la violence que certains pouvaient témoigner.

Quelque chose dans son regard avait changé. Lorsqu’elle marchait près d’un soldat, c’était pour précipiter ses pas, son petit cœur battant à la chamade. Les armes l’effrayaient, maintenant qu’elle en connaissait la puissance. Elle faisait des cauchemars, après cet incident. Il n’y avait pas d’issue pour elle. Amethyst ne voyait pas le Régime tel un ennemi, mais tel un contexte qui ne changerait pas, qui ne pouvait le faire, comme c’était ce en quoi elle avait toujours existé. La petite avait peur. Elle vécut ainsi longtemps, le quotidien ravalant de plus en plus ses angoisses. Elle redevint progressivement l’enfant souriante et insouciante, qui ne remarquait rien des tensions nouvelles dans la famille. Des sorties nocturnes de Marek, qui vraiment était trop jeune pour s’impliquer dans la Résistance. Des conflits que cela orchestrait avec ses parents. Amethyst s’occupait des plus petits, de ses devoirs, et du bébé Moufouette offert par son protecteur adoré pour l’aider à vaincre ses craintes. Surnommée Princesse Daisy en l’honneur du personnage de Nintendo (et pas Peach, car Amethyst a toujours préféré les choix plus impopulaires), la moufette suivait Amy absolument partout, la traitant comme sa mère. La petite était là, contre sa poitrine, quand l’univers de la jeune fille vola en éclats, tout comme la réalité dans laquelle elle vivait jusqu’alors.

Août 2017 marqua de nombreux esprits Enolians, particulièrement pour les Amanilois. Âgée de neuf ans, Amethyst avait déjà pris la place de protectrice et grande sœur envers les enfants plus jeunes accueillis par la famille d’Henri et Irma. Ce jour-là, ils s’étaient tous tassés sous la table de la cuisine, bien trop petite pour tous les protéger des séismes. Pourtant, l’adrénaline et la peur les poussa les uns contre les autres, parmi les cris étouffés. La terre trembla si fort, ce jour-là, que la moitié de leur petite maison s’écroula. Eux, ils eurent tous de la chance. Ils s’en sortirent de quelques égratignures et autres blessures mineures. Pourtant, quand Amethyst releva dans un nuage de poussière, elle le sentit aussitôt. Que plus rien ne serait jamais plus comme avant. Elle ne se surprit pas même lorsqu’on vint la chercher, quelques jours plus tard, pour l’emmener dans un refuge. Elle comprenait bien que Irma et Henri ne pourraient plus l’accueillir, ni les autres enfants. Qu’ils avaient tout perdu, ces deux-là qui se débrouillaient dans la modestie depuis toujours. L’enfant ne versa pas une larme, mais elle gardait d’eux un souvenir plutôt positif. Elle laissait derrière un grand frère néanmoins. Elle pensait à Marek constamment. Lui aussi avait eu de la chance. Échappé de la maison familiale aux premières lueurs de l’aube pour mener un combat auquel il était trop jeune pour prendre part, le hasard l’avait protégé de nombreuses balles. Sorti indemne, il rentra penaud, sachant très bien que ses parents venaient de tout perdre.

On débattit longuement du sort de tous ces orphelins aux traits hagards, les dernières victimes de cette guerre finalement achevée. Beaucoup furent adoptés de par un élan généreux et citoyen, d’autres tels Amethyst se retrouvèrent dans des organismes communautaires. La jeune fille en fit quelques-uns, avant de se retrouver aux Couleurs de l’Espoir, qui était en mesure de l’accueillir compte tenu de ses besoins spécifiques au niveau de l’attachement. De nombreux bénévoles tâchèrent de percer la carapace d’Amethyst, sans véritablement y parvenir. La petite, depuis les événements d’Amanil, se montrait particulièrement taciturne. Il y en eu un, bien sûr, car toute histoire comporte ses exceptions. Présent lors des pires crises de la pré-adolescente, Erin Blyns de son nom parvenait à l’apaiser de sa douceur de sa patience, ainsi que d’une certaine fermeté. L’éducateur spécialisé de formation ne se laissait pas impressionner par son caractère, par ses méchancetés et son chantage affectif, tout ce qu’elle faisait pour obtenir de l’attention et pour tester ses liens avec les autres. Il s’intéressa à elle, à ce jeune cœur furieux, à ses intérêts, à ce qui la définissait. Il fallut du temps, un an entier, avant que l’enfant ne guette ses apparitions et ne l’attende au pas de la porte. Avant qu’elle n’ose se confier, qu’elle s’ouvre véritablement à lui. Puis un jour, elle lui dit que cette vie lui pesait, qu’elle n’aimait pas être ainsi, cruelle et hargneuse. Cette journée-là, il lui promit de l’aider. Le lendemain, les papiers lui étaient amenés, et elle les lisait les yeux écarquillés. Le mot «adoption», elle en rêvait depuis longtemps. Elle n’y croyait plus depuis si longtemps que sa mention seule provoqua une grande colère chez elle. Pourtant le processus s’enclancha, un peu trop rapidement peut-être, semé d’embûches.

Il fut plusieurs mois pour compléter l’adoption. Amethyst s’y montrait particulièrement ambivalente. Tantôt paradant dans le centre d’hébergement en narguant les autres enfants de sa chance, parfois pleurant seule dans son lit, elle s’habitua progressivement à la nouvelle, qui vraiment l’enchantait. Sauf que c’était difficile pour elle, surtout après tout ça, avec ses difficultés à s’attacher à l’adulte. Faire confiance ne lui était pas aisé, ainsi elle attendait tous les jours qu’il ne vienne lui avouer qu’il avait changé d’idée. Parfois, elle le provoquait délibérément, lui disant que de toute façon, elle se fichait de lui et qu’il pouvait bien la laisser là. Il voyait clair dans son jeu et n’en démordit pas. La petite avait presque douze ans lorsqu’elle s’installa enfin chez Erin Blyns, et qu’elle fit la rencontre de toute sa famille. Du moins officiellement, car elle connaissait déjà une part d'entre eux de par leur implication dans l'organisme les Couleurs de l'Espoir. Sa vie avec cet homme célibataire la changea bien entendu. Elle avait du mal à s’endormir, la nuit, dans leur demeure de Nuva Eja qui lui paraissait trop calme sans le chahut de la ville, et celui des autres enfants. Tout dans cette nouvelle existence lui paraissait incongru. Il y eu beaucoup de résistances et de crises, mais la patience de l’éducateur eu raison de ses réticences. Elle ne mit pas bien longtemps à l’appeler «papa» au final, car c’est bel et bien ce qu’elle ressentait pour cet homme pour lequel elle entretenait un grand respect.

Auprès d’Erin, Amethyst eu tout le loisir de se développer convenablement, de découvrir qui elle était. Elle devint rapidement avide de découvertes, définit ses intérêts. Elle s’intéressa à la vieille musique qu’écoutait l’homme, aux jeux vidéos (son dada), au dessin et à l’écriture. Elle eu aussi le loisir de côtoyer sa famille, qui bien qu’elle ne se résumait véritablement qu’à Yasmina, son mari et ses deux enfants, ne pouvait véritablement entrer dans cette seule définition. Elle rencontra ainsi les Weber et les Young, pour qui elle montra au début d’importantes réserves, voire du mépris. Ces gens lui paraissaient trop heureux, trop parfaits, elle loin de se douter des tragédies ayant alourdi leur passé. Avec Mina et les siens, ce fut plus facile. Il y avait quelque chose chez ces éleveurs quelque chose qui attirait Amethyst. Il n’en fallut pas long pour que Kendra et Tommen ne deviennent ses cousins, Mina et Jasper ses oncles et tantes. Avec les Weber, le travail dura un peu plus longtemps. Elle les apprécie désormais (surtout Solène depuis qu’elle lui a offert son petit Capumain du nom de Diddy Kong). Elle revoit aussi parfois Marek, le fils d’Irma et Henri, qui, maintenant un étudiant à Zazambes, lui parle souvent de la philosophie des Anarchistes. Mais toutes les relations demeurent pour elle un important défi et il est difficile de la côtoyer, surtout lorsqu’elle se met en tête de tester si on l’aime encore, si on ne l’abandonnera pas une fois de plus. Elle développe de plus en plus des tendances Anarchistes, idéalisant le groupe qu’elle côtoie parfois en faisant du bénévolat avec son père. Ces âmes libres défiant l’autorité lui plaisent énormément.

À l’école, les choses ne se sont pas beaucoup améliorées. Amethyst est désormais dans une classe spécialisée pour les adolescents en difficulté d’apprentissage, ce qui a au moins le mérite de bien la soutenir. Dernièrement, elle s’est trouvée une nouvelle passion, une nouvelle aspiration qui pourrait aussi bien être passagère. Elle rêve de devenir Coordinatrice, de suivre les pas d’Anaïs, d’Angela, de Maxwell, de Kendra et d’Abby. Au final, la Coordination la botte bien, le fait d’être au centre de l’attention, d’user de sa créativité… n’est-ce pas exactement ce dont elle désire? Il lui a fallu de la patience pour convaincre son père de la laisser entrer dans la Compétition, sachant les difficultés qu’a l’adolescente avec l’échec. Néanmoins, Erin fit un marché avec elle, celui que non seulement elle irait à ses cours (ce dont elle négligeait de plus en plus de faire ces derniers temps) mais aussi de les passer. Cette motivation pousse donc la jeune fille à se prendre en main un peu plus au niveau scolaire. Désormais, son inscription est scellée. Contrairement à Lya et Crystal, l’adolescente ne partira pas sur les routes. Elle ne s’en sent pas capable, ni assez mature, même si elle jalouse ses «cousines» sur ce cas. Elle sait qu’elle n’a pas leur talent à l’école et qu’il lui faudra fournir les bouchées doubles pour réussir. De toute façon, elle n’est pas pressée. N’a-t-elle pas la vie devant elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cobaltium
avatar
Staff
Âge : 25
Messages : 304
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: AMETHYST   Sam 13 Jan - 17:40

Pwette, toi :V

Bon, bah, j'ai pas grand chose à signaler qui empêche ta validation avec cette fiche. L'ensemble tient la route et à part ce dont on a parlé sur la chatbox, je n'ai pas vu d’éléments qui nécessiteraient éclaircissement.

C'est tout à fait subjectif, après, mais j'ai été mise fortement mal à l'aise par l'effet "phénomène de foire" qui ressort de la fiche quand les "originalités" de Amethyst sont abordées. Peut-être est-ce volontaire et conscient, du moins je l'espère, car je sais pas trop comment me positionner par rapport à ça XD J'espère dans tous les cas qu'Amethyst trouvera sa voie et apprendra à être elle-même notamment grâce à la coordination (vivement les concours, hehe) ^^

Comme tu t'en vas faire la compétition et que je valide déjà cette fiche, voila ta sélection !

SÉLECTION

#316 GLOUPTI
De la patience et de la mesure, ce sont des choses qui manquent à Amethyste qui a tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre et à être impulsive. Or, il n'y pas pas plus mou et je-m'en-foutiste du regard des autres qu'un Gloupti qui passe son temps à manger et digérer sans discontinuer. Prendre son temps, ne pas exiger l'absolu tout de suite, savourer le plaisir d'apprendre pas à pas et accepter l'échec, ce sont des choses que Gloupti pourrait transmettre à Amethyst, l'aider à se détendre, s'accepter sans ses défauts et ses contradictions.

#240 MAGBY
Amethyst est un être en train de se questionner entre enfance et adolescence. Son immaturité est toujours assez honnêtement décrire, on sent chez elle un certain refus de grandir, de s'occuper d'elle-même comme une adulte (ce qui est assez ordinaire, finalement). J'avais envie de donner un bébé Pokémon à Ame depuis le début pour illustrer ses hésitations vis-à-vis de la période transitoire qu'elle est en train de vivre. De plus, je voulais aussi illustrer le lien plus responsable qu'elle a eu avec les plus jeunes lorsqu'elle se trouvait chez Henri et Irma. Margby est un Pokémon avec qui elle pourrait retrouver ce lien en partie, et dont le type feu renvoie à son tempérament impulsif et caractériel, qui réagit "à chaud" donc.

#747 VORASTERIE
Bon, tu le sentais venir celui-ci, hein ? XD L'explication est assez classique car Amethyst est encore repliée sur elle-même, c'est un être qui a tendance à fuir, à s'esquiver elle-même, boucher ses oreilles à ce qu'elle veut, et à ce que les autres pourraient parfois lui offrir de positif. Il lui faudra briser sa propre cage pour s'épanouir pleinement, comme Vorastérie doit faire des efforts pour voir devant elle et ne pas avoir l'air dangereuse au premier regard.


Dernière édition par Cobaltium le Sam 13 Jan - 17:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regigigas
avatar
Messages : 987
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: AMETHYST   Sam 13 Jan - 17:40

Le membre 'Cobaltium' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé shiney' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Amethyst E. Blyns
avatar
Compétitrice
Âge : 25
Messages : 52
Date d'inscription : 12/01/2018

MessageSujet: Re: AMETHYST   Sam 13 Jan - 18:31

Bon, après de grandes délibérations, j'opte finalement pour Vorastérie. Mais franchement, cette Sélection était sensationnelle et m'a fait bien baver xD Voici donc les infos ^^

Vorastérie ♀ - Samus - Cruauté - Solo

Merci encore <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: AMETHYST   

Revenir en haut Aller en bas
 

AMETHYST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes d'Enola :: Premiers Pas :: Présentoir :: Présentations Validées-