Légendes d'Enola


 

Partagez | .
 

 Jian H. Kerr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jian H. Kerr
avatar
Elite
Messages : 15
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Jian H. Kerr    Lun 12 Mar - 6:11

JIAN H. KERR
INFORMATION GÉNÉRALES

Nom : Kerr, le nom de famille de son père, d'origine écossais.
Prénom : Jian, un nom qui évoque la vie, qui signifie la santé. Heng, beaucoup plus symbolique aux yeux du jeune homme, choisi par son père à la mort de sa mère, au sens d’éternel. Comme une volonté d'offrir à son fils ce que sa mère a perdu.
Surnom : Beaucoup de ses amies et collègues l'appellent par le surnom qu'il utilise pour la compétition, son deuxième prénom, Heng.
Âge : 26 ans
Date de naissance : Le brun est né le jour du solstice d’hiver, le jour le plus court de l’année, la nuit la plus longue, un 21 décembre 1996.
Genre : Masculin
Origine(s) : Né d'une mère chinoise et d'un père enolien dont les parents étaient écossais.  
Date d'arrivée sur l'île d'Enola : L’année 2011, juste après le nouvel an chinois, avant que le jeune garçon ne fasse sa rentrée au lycée.
Métier/Occupation/Études : Informaticien pour la milice. Il gère toutes les bases de données et d’informations de Vanawi, s’occupe de renforcer la sécurité informatique de la milice, analyse et modifie des programmes, améliore les systèmes d’exploitation… Parfois, il couvre également les agents sur le terrain et pirate de temps à autre certains organismes de l’île, recherche les forces et les faiblesses d’un système, les exploite à son avantage, pour son propre plaisir, en réponse à ses pulsions. Comme un fumeur qui aurait besoin de sa dose de nicotine.
Lieu de résidence : Vit dans un grand duplex au centre de Vanawi, dans les quartiers neufs de la ville.
Groupe : Compétition
Sous-Groupe : Elite
Rôle : Champion dresseur
Pseudonyme : Jian utilise son deuxième prénom comme surnom dans la compétition et comme ID sur le net. C’est également sous ce pseudonyme qu’on le connaissait dans le régime comme hackeur de génie.

FICHE DRESSEUR
Informations
Rôle : Champion dresseur
Ville de l'Arène/Amphithéâtre : Vanawi
Type de prédilection : Dragon
Voulez-vous utiliser le dé shiney ? : Oui

Équipe Aventure
- Lixy ♀ - Huan - Intimidation - Douce
- Hélionceau ♂ - Wang - Tension - Brave

COMMENT LES AVEZ-VOUS CONNU ? Jian a connu Huan et Wang quand ils n'étaient encore que des jeunes lionceaux. Le hasard a voulu que des résistants qui les avaient sauvés du régime, n'ayant pas de place pour les accueillir ni de temps à leur consacrer, proposent au hacker de les adopter afin de leur trouver un bon maître qui les garderait en sécurité. Les deux boules de poils étant inséparables et Jian incapable de refuser, il avait accepté de prendre soin des félins, d'abord temporairement, et puis, avec le temps vient l'attachement et il est finalement resté le maître des lionceaux.

Équipe Élite
- Bébécaille ♀ - Yue - Pare-balles - Gentille
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU ? La petite dragonne a été offerte à Jian à l'âge de sept ans par son père, lors du nouvel an chinois de 2003. L'enolien savait la fascination et l'adoration que portait son fils aux pokémons à écailles, c'est pourquoi, dès qu'il a jugé l'enfant capable de s'occuper d'un compagnon avec son aide, il lui a offert cette petite dragonne.
- Draco* ♂ - Ming - Mue - Sérieux
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU ? Ming est un pokémon que le jeune homme a adopté dans un refuge après la fin du régime. Il a lui-même travaillé à réhabiliter le Draco, a lui redonner confiance en lui et en l'homme. Aujourd'hui, le jeune dragon est une boule d'énergie qui apprécie la compagnie des humains et de ses congénères.
- Rexillius ♂ - Chen - Prognathe - Relax
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU ? Quand il avait 15 ans, avec son premier salaire durement gagné en travaillant dans la boutique de son père, Jian s'est offert un oeuf de Ptyranidur.


PHYSIQUE
Couleur de peau : Le jeune homme a une peau laiteuse, très claire, une peau habituée à l’obscurité des bâtiments et au travail de bureau. Quand il était plus jeune et qu’il sortait souvent s'amuser dehors, se balader ou partir en exploration, il prenait une jolie coloration hâlée qui faisait d’autant plus ressortir la teinte de ses yeux.
Description des cheveux : Jian a des cheveux d’une teinte très foncée, presque noirs et bien lisses. Ce sont ces distinctions, plus que toutes les autres qui permettent de deviner ses origines asiatiques au premier coup d'oeil.
Quand il était petit, son père avait l'habitude de lui couper les cheveux seulement quand ils devenaient trop longs, c'est pourquoi, encore aujourd’hui, il ne coupe sa tignasse que lorsqu'elle descend sous ses épaules. En attendant il attache systématiquement ses cheveux pour dégager sa nuque.
Description des yeux : « Tu as ses yeux, mon fils. » Avant, quand il était enfant, le jeune homme avait l’habitude de se regarder dans le miroir, il observait son regard, ce gris aux reflets bleus qui lui faisait penser à un ciel orageux. Il se regardait longtemps et il essayait d’imaginer, imaginer à quoi ressemblait sa mère. Ça le rassurait et le réconfortait.

Taille : Jian est de taille moyenne, il mesure environ 1 mètre 76. Il ne s’est pas mesuré depuis ses 17 ans mais il pense ne pas avoir grandi ou tout au plus, d’un centimètre.
Poids : Environ 68 kg, un peu en dessous de ce qui est recommandé pour sa taille.
Description de la silhouette : Adepte des écrans et des claviers, Jian a pourtant un corps entraîné, c’est ça être dans la milice. Même derrière un écran, pour entrer dans la police de l’île, il faut avoir suivi un entraînement rigoureux, entraînement qu’il est obligatoire de continuer à suivre même une fois embauché dans l’armée afin de rester en forme, peu importe si son rôle est derrière un écran. Si c’est ce que Jian aime le moins –avec le port des uniformes pour les cérémonies officielles-, il se prête malgré tout aux règles et applique scrupuleusement les plannings d’entraînement minimums imposés. L'objectif n'est pas de sculpter son corps ou de prendre de la masse mais simplement de garder la forme.

Problèmes de santé physique : Jian ne présente pas de soucis de santé particulier, sauf si la flemme et la procrastination sont considérées comme tels.
Particularités autres : Le brun s'est fait tatouer un dragon chinois en nuances de noir et de blanc, qui recouvre son bras gauche jusqu'à l'épaule. Ce n'est pas forcément aux goûts de tout le monde mais le dessin est une merveille de précision et on ne peut qu'admirer le travail de l'artiste.

CARACTÈRE
Personnalité : Souvent distrait - Adroit - Méticuleux - Ordonné - Ignorant des évidences - Compétiteur - Fidèle - Têtu - Borné - Volontaire - Un peu tricheur - Travailleur - Maniaque - Susceptible - Altruiste - Vicieux - Capable de se concentrer - Efficace - Franc - Ingénieux - Logique - Irritant dans ses mauvais jours - Autonome - Buté - Terre à terre - Aime tout savoir - Débrouillard - Appliqué dans ce qu'il aime - Réaliste - Tenace - Rationnel - Responsable - Pas très expressif - Un peu anarchiste - Doué - Reconnaissant - Boudeur - Admet difficilement ses torts - Pas rancunier - Maladroit - Tient compte de l'avis des autres - Impatient - Persévérant - Un peu timide - Se confie rarement - Secret - Décalé - Dans sa bulle

Goûts/Dégoûts : Jian aime : l'informatique, le numérique, les ordinateurs, les choses logiques, la science, la Chine, les dragons, le nouvel an, la bière, seulement la blonde, recevoir du courrier, dévorer une série, marcher pieds nus, le thé glacé, lire, jouer à Tetris et Mario Kart, laisser des notes au crayon de papier sur les pages d'un livre, les Fall out boys, manger une pizza chaude un soir et les restes froids le lendemain, la satisfaction d'avoir réussi quelque chose correctement, internet, Harry Potter, les Vans, les gens authentiques, le streaming, l'odeur des livres, l'accent british,  les nems et les rouleaux de printemps, écouter les conversations des gens dans la rue, boire un grand verre de lait d'une traite, avoir raison, surtout quand il a tort, parler d'histoire, être rassuré, jouer au time's up, écouter des vieilles chansons, la nuit, rendre service, traîner tard le soir plutôt que de se coucher, le travail, savoir à quoi s'en tenir, café-clope en terrasse, l'odeur de la pluie, écouter rire les gens, les tatouages, contredire, les défis, ne pas marcher sur les lignes.

Jian n'aime pas : faire la grasse matinée, passer la journée en pyjama, prendre à la légère ce qui est sérieux, les smileys, une température supérieure à 27 °C, les kiwis (le fruit et l'oiseau), improviser une recette, les pubs, les agrumes, l'orage, dormir nu, faire les courses, les vieux films de guerre, inventer des mots, rêver, les jeux-gratuits-sur-internet-qui-font-baisser-le-QI-de-5-points-par-minute, la limonade, avoir le vent dans le visage, les changements qui n'ont pas de conséquences, les professeurs qui font de longues digressions, qu'on joue avec ses cheveux, attendre le bus, faire le ménage, l'hésitation, le démineur, avoir une chanson dans la tête (vrei sa pleci dar nu ma, nu ma iei, nu ma, nu ma iei, nu ma, nu ma, nu ma iei, nu ma, nu ma iei, nu ma, nu ma, nu ma iei, chipul tau si dragostea din tei, mi-amintesc de ochii tai), les horoscopes, les câlins, les muffins aux myrtilles, sortir de la douche et avoir froid, aller à Ikea, monter un meuble Ikea, entendre "lol", passer du temps au téléphone, prendre un bain, les spéculos, trier des vieilles photos, se retrousser les manches, l'ironie et les sarcasmes, quand l’ascenseur est en panne, les escalopes de dinde, les histoires de zombies, faire craquer ses articulations.

Objectifs et aspirations : Bucket list : sauter à l’élastique, écrire un livre, aimer, être heureux, former un apprenti, retourner en Chine et participer au tournoi du nouvel an, gagner, voler en montgolfière, construire sa propre maison, apprendre à surfer, être parent, créer une association, avoir tous les pokémons dragons, visiter la France, rencontrer sa filleule, arrêter de fumer, se couper les cheveux très courts.
Peur(s) : la maladie, la souffrance, la mort, l'échec, l'abandon, l'addiction, l'avion, les crabes, les aiguilles, le temps qui passe, la profondeur de l'océan, les éclairs.

ALIGNEMENT
Votre personnage a-t-il/elle connu Enola entre 2008 et 2017, sous le joug du Régime, et que pense-t-il de cette époque ? : Jian est arrivé sur l'île en 2011 pour la première fois, il n'avait connu que l'Enola en guerre, l'Enola brisée, l'Enola déchirée. Une partie de son cœur regrette d'avoir quitté la Chine, d'avoir causé la mort de son père, regrette cette guerre et les fléaux qui l'ont accompagnée. L'autre moitié lui rappelle chaque jour qu'il a participé à la libération de l'île, qu'il a trouvé des amis, une famille de liens du cœur, qu'il a réussi ses études et qu'il fait un boulot qui lui permet de vivre de ce qu'il aime. Alors cette île, cette guerre lui a coûté beaucoup mais il a gagné encore plus.
Que pense-t-il/elle de la manière dont les choses ont évolué, et du nouveau gouvernement ? : Pas grand chose, pour le moment. La ville se rétablit petit à petit, ça demande de l'argent mais surtout beaucoup de temps. Que feront-ils quand les reconstructions seront terminées ? Que feront-ils de tout ce temps qu'ils ne passeront plus à dépenser pour la ville ? Jian attend de voir, de voir comment se déroulera les partages du pouvoir, comment les premières grandes décisions seront prises et si le nouveau gouvernement en place va conserver sa politique.  
Que pense-t-il/elle de la légende de Regigigas ? : Le jeune homme est très terre à terre, très réaliste. Il s'interdit de rêver et de croire à ce qu'il n'a pas vu. Pour lui, une légende est une légende, il n'y croit pas et n'y porte que peu d'intérêt.

Qu'est-ce que votre personnage pense d'Elixir ? : Elixir a trouvé l'antidote, merveilleux. Mais aider la population ne justifie pas l'accession du groupe tout en haut de la direction de l'île ni le pouvoir qu'il se réserve le droit d'exercer sur le peuple. Et puis, Jian se méfie des rumeurs qui laissent à croire que les scientifiques travailleraient sur l'Emergya alors que les Enolians portent encore la douleur des erreurs passées.
Qu'est-ce que votre personnage pense de la Compétition ? : Jian fait partie de la grande catégorie employés plutôt que de celle j'adhère totalement aux valeurs de la compétition. Jian reconnaît l'importance des traditions et des coutumes, lui-même continue à fêter seul le nouvel chinois, en hommage à ses racines asiatiques. Cependant, la compétition prend une part trop importante dans la culture de l'île, dans ses racines au détriment d'autres histoires et traditions. L'île ne se résume pas à la compétition. Jian est certain que l'investissement financier de la compétition à la reconstruction de l'île n'est pas complètement désintéressé et qu'un jour ou l'autre, elle demandera des comptes.
Qu'est-ce que votre personnage pense des Anarchistes ? : Si Jian devait adhérer idéologiquement à un groupe, ce serait les anarchistes. Il n'approuve pas les excès de ces derniers qui reviennent parfois dans les journaux mais il adhère à l'idée que le pouvoir doit revenir au peuple, que le peuple mérite de décider après tout ce qu'il a affronté.

Alignement/Allégeance ? : Jian adhère aux idées des anarchistes. Peut-être aussi que son sang de résistant s'identifie naturellement à ce groupe, refusant de rentrer une case bien définie.  
ET VOUS?
PUF/Surnom : Jujube
Âge : 21 ans
Disponibilité : 7j/7
Comment avez-vous connu le forum ? : TC
Suggestions ? : -
Personnage sur l'avatar : Nezumi [No.6]
Code : Code bouffé!
Autre: -


Dernière édition par Jian H. Kerr le Sam 24 Mar - 16:05, édité 34 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jian H. Kerr
avatar
Elite
Messages : 15
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Jian H. Kerr    Lun 12 Mar - 12:44

HISTOIRE - CHAPITRE 1
« Papa ? Papa ? Paaaapaaaa ? Pa...
- Quoi ?! Fiston… Tu vois bien que je travaille, on est en plein service, ne reste pas dans mes jambes, va attendre dans la salle ou dans ta chambre ?  
- Mais papa…
- Je passerai te voir après, mon chat, c’est promis.
- Tu promets hein ?
- Oui chéri, maintenant file dans ta chambre.
- Oui papa. »

Le père exténué regarda son fils s’élancer dans l’escalier étroit et disparaître à la sixième marche. Il soupira avant de reprendre le travail, mijotant et assaisonnant par-ci, découpant par-là, il songeait à son enfant, seul dans sa chambre mais il ne pouvait faire autrement. Depuis que son épouse l’avait quitté, lui laissant un fils à élever seul, la vie n’avait pas été de tout repos. Il lui avait fait la promesse d’y arriver, pour elle, pour eux mais il n’aurait jamais imaginé que ce serait si difficile. Pourtant, Jian était un enfant adorable, obéissant, poli, il ne discutait jamais les demandes, il ne posait jamais une question de trop qui pouvait le mettre mal à l’aise ou qui avait un risque de le rendre triste. Il était intelligent et doué d’une sensibilité rare, ne le questionnant jamais à propos de sa mère même s’il lisait la curiosité dans son regard quand il avait le courage de lui en parler, à croire que malgré son jeune âge, le garçon comprenait, à croire qu’il lisait dans son cœur.
Mais le pire, c'est que Connor avait la terrible angoisse d’être un mauvais père pour son fils. Il avait peur, peur de ne pas lui consacrer suffisamment de temps, peur de ne pas faire preuve de suffisamment de maîtrise de soi-même pour lui parler de sa mère, peur de ne pas être capable de l’élever comme elle aurait souhaité qu’il soit élevé. Il avait beau faire son maximum, il savait qu'il ne remplacerait pas la douceur de sa femme et même si son fils était heureux, il ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir. Bien sûr, il n'était pas responsable de la mort de sa femme mais le sentiment de culpabilité n'en était pas moins fort, il voulait le meilleur pour son fils, sentiment classique d'un parent pour son enfant. Mais maintenant qu'elle était partie, il n'imaginait pas aimer une autre femme.

De son côté, Jian, du haut de ses 6 ans, était loin d'être un enfant idiot. A l'école, il se faisait remarquer pour ses facilités à apprendre, à comprendre et ses réactions parfois étonnantes pour un enfant de son âge. Les maîtres le félicitaient, il attirait l'attention et ce n'était malheureusement pas au goût des autres élèves qui se jouaient de lui, s'amusaient de sa solitude et se moquaient de sa petite famille. Jian préférait les ignorer, ignorer leur cruauté et leur méchanceté. Ce genre de choses arrivait presque tous les jours et tous les jours, quand son père venait le chercher à l'école, il mourrait d'envie de lui raconter, de pleurer dans ses bras et de lui demander pourquoi lui, pourquoi il n'était pas comme tout le monde, pourquoi il n'avait pas de maman ? Et tous les jours, l'enfant prenait la main de son père en silence et rentrait à la maison.
Heureusement, tout n'est jamais noir ou blanc et il y avait des occupations bien plus intéressantes et amusantes en dehors de l'école : les pokémons et plus particulièrement les dragons dont il était fou. Une passion qui lui est venue après avoir assisté à son premier nouvel an chinois quand il avait cinq ans. Depuis, chaque année, Jian participait au réveillon et chaque année, il était fasciné par ce qu'il voyait. La fête du printemps était ce que l'enfant attendait avec le plus d'impatience : les feux du Bengale, la célébration des coutumes, les danses, les feux d'artifices, les costumes et les dragons... Qu'ils soient vivants ou de papiers, le garçon les admirait, perché sur les épaules de son père. C'était le seul soir où il ressemblait réellement à un enfant de son âge, des étoiles plein les yeux et une admiration, une fascination qui le faisait paraître aussi jeune qu'il en avait l'air. C'était le seul soir où il se permettait le caprice de demander à son père de suivre la foule, d'emboîter le pas des dragons et de les suivre jusqu'au bout de la fête. Et chaque année, Jian refusait d'aller se coucher, il attendait toujours la fin de la nuit, son moment préféré, celui où l'affrontement final décidait du meilleur dompteur de dragon. Après l'immense défilé auxquels les monstres écailleux participaient, il y avait un tournoi pour départager le meilleur d'entre eux. Les dresseurs s'affrontaient, maquillés et déguisés de costumes plus colorés et extravagants les uns que les autres, leurs dragons arboraient des peintures de fêtes sur l'ensemble du corps, des peintures éclatantes et expressives qui donnaient l'impression que le combat n'était qu'une danse. A la fin, le vainqueur était couvert d'honneur, la tradition voulait que le dragon pousse son cri de victoire au levé du soleil, offrant ainsi sa force, son courage et sa santé au peuple de la ville pour la nouvelle année. Le garçon accompagnait toujours celui du vainqueur du sien, se promettant en silence qu'un jour il participerait lui aussi, qu'il combattrait et qu'il se tiendrait à cette place. C'était un peu son rêve d'enfant.

« Dis papa, est-ce que moi aussi je pourrai avoir un pokémon ? »

Ce jour-là, Connor ne s'attendait pas à cette question. D'abord parce que son fils ne demandait jamais rien, jamais et ensuite parce qu'il l'avait posé comme ça, soudainement, sur le chemin du retour de l'école. Habituellement il ne parlait pas, ne racontait pas sa journée et ne posait pas de questions. Aujourd'hui pourtant, il avait boulversé ses habitudes et le père esquissa un sourire, bien trop heureux que son fils se comporte comme un enfant. Il lui promit qu'il y réfléchirait tout en sachant que ce à quoi il allait réfléchir était quelle espèce il offrirait à son enfant. Il ne pouvait pas lui refuser un compagnon, un ami. Même si Jian ne lui racontait jamais ses journées d'école, Connor savait qu'il était seul, qu'il avait des difficultés à s'intégrer et que tout ne se passait pas comme il l'aurait souhaité. Tout ne se passait jamais comme il l'aurait souhaité sinon sa femme serait vivante et son fils aurait une mère. 

« Jian, tu peux descendre me voir s'il te plaît ?
- J'arrive papaaaaa ! »


L'enfant dévala les marches en courant et se planta devant son père, le questionnant du regard.

« Tu te souviens de ce que tu m'as demandé il y a quelques temps ? Et bien, je te présente un bébécaille. »

Connor observa la mâchoire de son fils se décrocher quand il aperçu la petite dragonne derrière lui. Jian n'en revenait pas, un dragon, un vrai dragon, un vrai dragon pour lui. Il se précipita à la rencontre du pokémon et s'agenouilla à côté d'elle, ne sachant comment l'aborder ou quelle situation adopter, néanmoins, son instinct lui dicta d'être calme et de ne pas faire de gestes brusques. Il laissa la dragonne s'approcher, faire le premier pas et venir à sa rencontre et pendant un moment, alors qu'il faisait connaissance avec sa nouvelle amie, il oublia qu'il était un peu différent, il oublia que sa famille n'était pas comme les autres, il oublia que tout n'était pas rose tous les jours, il oublia tout ça et il se contenta de savourer la chance qu'il avait d'avoir un père comme le sien. Cette dragonne le rapprochait un peu plus de son rêve.


HISTOIRE - CHAPITRE 2
« Pourquoi on doit partir papa ? On est pas bien ici ? Yue veut rester en Chine, elle a des amis ici, elle ne veut pas aller sur ton île.
- Est-ce que ce n'est pas plutôt toi qui souhaite rester ici ? Et puis, toi, tu as des amis ?
- Hm...
- Tu vois, ça te fera du bien de voyager. Tu pourras entrer dans un bon lycée et même sauter une classe, tu as largement les capacités pour. Et ne me raconte pas le contraire, je sais que tu t'ennuies en cours, tes professeurs me l'ont dit.
- Je veux pas partir...
- Tu vas te faire des amis, plein d'amis et découvrir une nouvelle culture, un pays complètement différent.
- Mais on est tellement bien ici et c'était la maison de maman, on ne peut pas la laisser.
- C'est justement parce que c'était la maison de ta mère...
- Qu'est-ce que tu veux dire papa ?
- Elle me manque fiston. J'ai... J'ai besoin de changer d'air, j'ai besoin de partir. 
- D'accord papa. »


L'île d'Enola, un petit morceau de terre au sud du Japon. Jian éprouva une immense tristesse à l'idée de quitter sa région natale mais il savait que son père avait raison, il savait la chance qu'il avait de recommencer une vie sur l'île qui avait vu naître Connor. Ils s'installèrent au coeur de la capital de l'archipel, Jian entra dans un bon lycée tandis que son père monta sa petite boutique, un traiteur chinois. Une année qui commençait normalement pour la petite famille jusqu'à ce que l'adolescent découvre l'informatique. Jian se trouva aussitôt un talent particulier et rare pour les ordinateurs et le numérique. Tout était logique et il aimait la logique. Il se perfectionna petit à petit, développant des compétences et des aptitudes dans certains domaines très pointus allant de la création d'un flyer pour la boutique de son père jusqu'à la conception de pare feux efficaces. Connor, qui ne perdait pas une miette des progrès de son fils, l'encouragea à passer son bac avec une année d'avance et à s'inscrire dans une école d'informatique réputée. Son père souhaitait de tout son coeur que Jian fasse ce qui lui plaisait enfin, qu'il développe son talent, ses connaissances et décroche un travail dans lequel il pourrait s'épanouir. Il avait rêvé de ça toute sa vie, rêvé que son fils soit heureux, il ne pouvait que l'encourager à poursuivre dans cette voie. L'adolescent entama donc ses études supérieures à Vanawi, dans une école d'informatique réputée. Les au revoir avec son père furent difficiles. Pour Jian qui avait seulement 16 ans et n'avait connu que l'amour de son père et pour Connor qui ses seize dernières années, n'avait vécu que pour son fils.

Au cours de ses deux premières années d'études, l'adolescent se spécialisa en gestion des systèmes d'informations et en sécurité numérique. Jian continua à apprendre, à développer ses connaissances, il suivait scrupuleusement les cours mais là où il se débrouillait le mieux, c'était quand il trouvait ses propres astuces, qu'il progressait seul, tâtonnant, revenant en arrière, créant ses propres codes et programmes. Cette année-là, il se fit même des amis, des amis comme lui, des amis qui partageaient sa passion, des amis qui se fichaient que sa famille soit plus petite que les autres, des bons amis. Jian était heureux comme il ne l'avait jamais été, son père avait eu raison, son père avait toujours raison, il aurait dû le savoir depuis le temps. Si la Chine lui manquait, il s'habituait petit à petit à l'île d'Enola, en apprenait les coutumes, les habitudes et découvrait avec plaisir les spécialités locales et la mer. La mer qu'il avait vu pour la première fois en venant sur l'archipel. Bon sang la mer, jamais il n'aurait imaginé qu'elle puisse être aussi grande et aussi bleue. Maintenant qu'il l'avait vu, il rêvait de s'y baigner, de goûter à l'eau salée, de se laisser secouer par les vagues et de découvrir ce qu'elle pouvait bien cacher sous ses eaux turquoises. Le jeune adulte attendait la période chaude avec impatience pour pouvoir découvrir ses secrets et profiter de longues baignades sous un soleil d'été. Il avait maintenant 17 ans, bientôt 18 et il avait l'impression de ne rien savoir, de ne rien connaître, de ne rien avoir vu. Il se promit d'y remédier, se promit de voyager quand il serait plus grand, de partir à la découverte du monde, de faire ses expériences, tracer sa propre voie. En attendant, il occupait son temps libre en participant à la vie associative de l'école et plus particulièrement au club des combats pokémons. Il apprenait les règles des affrontements, les astuces, entraînait ses pokémons, faisait de nouvelles connaissances et profitait d'une autre de ses passions. Il aimait ça autant que les cours et l'informatique. Il avait trouvé un équilibre dans sa vie étudiante, un équilibre qui le rendait heureux mais lui donnait également la sensation d'être fort, invincible, intouchable. Tout le contraire de sa vie d'enfance. Seulement, personne n'est intouchable et ce petit morceau de bonheur dans lequel il avait croqué s'apprêtait à l'étouffer.

Paru dans l'Est Enolian, le 8 juillet 2013,
« Eliza Turnac, symbole politique de l'ancien régime a été exécutée hier en place publique d'Amanil pour haute trahison. Par cet acte, le régime rappelle au peuple qu'il détient les pouvoirs et que toute personne susceptible de trahison se verra réserver un sort similaire, sinon, les citoyens n'ont aucune raison de s'inquiéter, le régime exerce son autorité pour le peuple et se battra pour lui. [...] Le régime souhaite le meilleur pour les Enolians et invite la résistance à se rendre afin d'éviter des affrontements inutiles et dévastateurs et d'assurer la sécurité des habitants de l'île. »


HISTOIRE - CHAPITRE 3
La mort d'Eliza Turnac, cette grande femme politique, fit rapidement le tour de l'île, ce n'était pas seulement l'exécution cruelle d'une femme mais aussi la mort d'un symbole de pouvoir, de puissance mais surtout de bienveillance et d'opposition. Jian, arrivé seulement deux années plus tôt, avait saisi toute l'ambiance politique qui régnait sur l'île et ne resta pas indifférent face à au meurtre de la femme. Il ne s'agissait plus seulement d'un simple coup d'état, le régime avait déclaré publiquement la guerre à la résistance et les deux camps allaient s'affronter sur l'archipel jusqu'à la victoire de l'un et la défaite de l'autre.

« Bonjour...
- Allô pa ?
- Vous êtes bien sur le répondeur de Connor Kerr, je ne suis pas disponible pour le moment mais laissez moi un message et je vous rappellerai. Biiiiip.
- Ouais pa, c'est moi. Écoute, j'essaye de te joindre depuis hier soir, alors si tu pouvais me rappeler dès que tu as ce message. Je m'inquiète un peu, ne tarde pas trop. A plus. »


Jian doutait, s'inquiétait, il savait que son père répondait systématiquement au téléphone, il avait le sentiment que quelque chose clochait, que quelque chose n'allait pas. Son père répondait toujours au téléphone et sinon il le rappelait systématiquement dans la journée. Quelque chose n'allait décidément pas.  Alors, quand il vit l'homme en rouge, au regard grave, venir vers lui ce matin-là, il ne réfléchit pas une seconde, il eu un doute, suivi son instinct qui lui hurla de fuir et il détala, aussi vite que ses jambes pouvaient le porter. Il traversa le campus, se frayant un chemin entre les étudiants en ignorant les ordres que lui hurlait l'homme afin qu'il s'arrête. Mais Jian n'était pas idiot, cet homme n'était pas un étudiant, il ne l'avait jamais vu sur le campus et son regard était rivé au sien. Il venait pour lui, il lui avait fait peur. L'adolescent ne savait pas vraiment pourquoi il avait fui mais il l'avait fait, instinctivement, avait-il pris la bonne décision ?

Il se réfugia et se cacha le reste de la journée dans la grande Vanawi, il prit le temps de respirer, de ravaler le sentiment de panique grandissant et de réfléchir. Etait-il parano ? Avait-il imaginé tout ça ? Petit à petit il se calma, arrivant à la conclusion qu'il avait tout ce dont il avait besoin sur lui s'il devait fuir : son PC. D'une façon absurde, savoir qu'il avait son ordinateur dans son sac le rassura parce qu'il le connaissait par cœur, parce que c'était ce qu'il faisait de mieux, qu'il était son meilleur allié pour survivre. Il chercha à nouveau à joindre son père, plusieurs fois, il tomba sur le répondeur, encore et encore. Tout était-il lié ? Des scénarios plus graves les uns que les autres traversèrent l'esprit de l'adolescent qui cherchait à se rassurer avec quelques explications rationnelles. Mais la nervosité se transforma petit en petit en terreur et quand une main se posa sur son épaule, il hurla de surprise. Se dégageant maladroitement de la poigne de l'inconnu, il trébucha en reculant et s'écrasa violemment au sol. La surprise lui avait soulevé l'estomac et il ravala la nausée qui le prenait à la gorge et au coeur. En croisant le regard de l'inconnu, le coeur de Jian manqua un battement, sa respiration s'accéléra et de la sueur perla de son front : c'était l'homme en rouge.

« Je n'ai rien fait ! Je ne sais pas ce que vous me voulez mais je n'ai pas...
- Tu es bien Jian Kerr, le fils de Connor Kerr ? »


L'inconnu était calme, son ton doux, presque trop. C'était louche, étrange, toute cette journée était bizarre. Cependant, à la mention de son père, le gamin en oublia presque sa situation et se redressa brutalement, questionnant l'inconnu sur Connor. Qui était-il ? En ravalant un instant le sentiment de panique, Jian pris le temps d'observer l'homme, ou plutôt le jeune homme qui se tenait devant lui. Il avait toujours sur le visage cet air grave qui l'avait effrayé plus tôt dans la journée et cette détermination alarmante. Mais il lisait aussi de la peine, du remords et... De la culpabilité ?

« Il faut qu'on y aille petit, je ne peux pas traîner dans le coin plus longtemps. Je vais t'expliqu...
- Mon père ?! Vous connaissez mon père ?! Vous êtes un résistant ? Vous... Vous me voulez quoi ? Je ne fais pas la guerre, je n'ai rien fait.
- Je sais Jian. Je suis un ami de Connor, un bon ami de Connor.
- Comment ça ? Pourquoi je ne vous ai jamais rencontré si vous étiez un bon ami de mon père ?
- Pour te garder en sécurité. Connor a toujours été très attentionné et prévenant. Il ne voulait pas te mêler à tout ça.
-  Mon père est toujours prévenant et attentionné, il... »


L'emploi du passé frappa soudain l'adolescent. A nouveau, il sortit son téléphone de la poche arrière de son jean et composa le numéro de Connor. Et une fois de plus, sa voix sur le répondeur l'invita à laisser un message. A nouveau, la panique l'étouffa. Il foudroya du regard le résistant, commençant à assembler petit à petit les pièces du puzzle, refusant pourtant d'y placer le dernier coin.

« Où est-il ?
- Je t'expliquerai tou...
- Où est mon père ? OU EST-IL ?!
- Enfermé dans une prison du régime, condamné. Je suis désolé... »


L'adolescent se laissa aller à un sanglot déchirant et interminable alors qu'il s'écroulait au sol en tremblant de tous ses membres. S'il avait eu un peu plus de courage ou de force, il aurait frappé l'autre, il aurait cherché à lui faire du mal pour évacuer la brusque douleur qui s'était emparée de son être mais il n'était qu'un gamin. Il ne cessa de répéter que c'était impossible, se balançant d'avant en arrière, réflexe physique exprimant la souffrance psychologique qui le gagnait progressivement. Jian ne se souvient pas de grand chose après la douleur, seulement, il revoit encore le résistant l'enlacer, le soulever et l'aider à avancer, lui s'agrippant à ses bras comme s'il se raccrochait à ce qui pouvait le sauver, à ce qui pouvait le garder en vie. Il se souvient aussi des larmes du résistant, de sa détresse, de sa propre souffrance qui avait achevé de convaincre l'adolescent. Son père était mort. Il avait perdu la vie sur l'île de son enfance qu'il avait ô combien aimée.


HISTOIRE - CHAPITRE 4
« J'ai rencontré ton père en 2013. Il m'a sauvé la vie en me cachant du régime une nuit. A partir de là, nous sommes devenus amis. Il me répétait sans cesse que je ressemblais beaucoup à son fils avec quelques années de plus. Je crois que c'est pour ça qu'il prenait autant soin de moi.
- Ca lui a coûté la vie...
- Quand le régime a assassiné Eliza Turnac, il m'a fait promettre de prendre soin de toi s'il devait lui arriver quelque chose. Il connaissait les risques et il aimait son pays libre.
- Et il est mort.
- Je suis désolé Jian.
- Tu peux me raconter encore une fois l'histoire avec Sherlock ?
- Autant de fois que tu le souhaites. »


Entendre le résistant lui parler de Connor aida curieusement Jian à faire son deuil. Il comprenait pourquoi son père avait pris de tels risques, malgré toute sa volonté, il n'arrivait pas à en vouloir au résistant qui prenait aussi soin de lui qu'il l'avait promis. Alors petit à petit il se releva, animé par la vengeance et la volonté de libérer le pays de son père, ce pays qu'il aimait tant. Au fil des mois, Jian trouva naturellement sa place au sein de la résistance. Ses talents informatiques le placèrent au cœur du mouvement, il interceptait les informations, gérait les flux, participait à la conception des plans, envisageait toutes les possibilités, piratait les bases de données du régime. Il travaillait avec une équipe qui, comme lui, se débrouillait bien en informatique. Son sauveur, qui se révéla être le fils d'Eliza Turnac, le prit sous son aile et lui força à apprendre les bases du combat, le maniement des armes à feu, à gagner en endurance et en dextérité. Il n'était pas question pour un résistant de se contenter de taper sur les touches d'un clavier, il fallait qu'il soit capable de se défendre seul afin de ne pas gêner les autres, au cas où. Le jeune homme se plia à l'entraînement intensif que lui imposa Lucas, Lucas qui était devenu pour lui bien plus que son sauveur ou que son mentor, il était devenu un frère.

« On les tient ! On les... Mon dieu on les tient... »

Mars 2016 marqua un tournant sans précédent dans l'équipe de Jian. Après des mois à travailler sur les notes cryptées du général Mazinkaizer, ils réussirent à trouver les codes et faire exploser les recherches du régime au grand jour. Un grand pas pour la résistance, qui, petit à petit a commencé à prendre l'avantage sur le régime. Après cette découverte, tout s'est accéléré. La résistance s'est imposée, révélant le vrai visage du régime au grand jour jusqu'à ce que l'explosion de l'Emergya mette fin à la dictature, plongeant Amanil sous des torrents d'eau. Ce jour-là, Jian n'est pas resté derrière son ordinateur à taper sur son clavier, il est sorti aider, participer au sauvetage, sauver des vies. Son père était vengé mais le carnage l'empêchait de profiter de la victoire. Dans une guerre, même les victoires sont tristement vécues parce qu'elles sont illustrées par des sacrifices. Celle-ci n'a pas fait exception. Et puis Amanil s'est reconstruite petit à petit. Jian aussi.

« Salut Lucas, alors, la France ?
- Dépaysant ! Je pense que tu aimerais beaucoup le pays, les habitants son accueillants et il y a la paix mais il fait tellement froooooid.  
- Ah ah, un peu frileux ?
- Ne m'en parle pas ! En fait, tu sais quoi Jiji ? Je vais être père d'une petite fille, tu te rends compte ?! Une mini-moi. J'espère qu'elle aura les yeux de sa mère, elle a les plus beaux yeux que j'ai jamais vu. Elle sera tellement belle, la plus jolie.
- Félicitations, je suis heureux pour vous. C'est vraiment... Vraiment une excellente nouvelle. Vous avez déjà réfléchi au prénom de la demoiselle ?
- On y pense encore mais Cassey semble arrêtée sur Lou. Une petite Lou, incroyable, ma princesse. D'ailleurs Jian... Tu voudrais être le parrain de ma fille ? J'aurais aimé te le demander en face mais les circonstances sont ce qu'elle sont et... Tu es le parrain que j'aimerais pour ma fille. »


Ça faisait deux ans que l'explosion avait mis fin au régime. Tout était rentré dans l'ordre. Son ami allait devenir père, il allait être parrain. Si on lui avait dit quelles épreuves il traverserait en quittant la Chine, il n'y aurait pas cru. En regardant un instant en arrière, il prit conscience de combien il avait changé, tout le mal et à la fois tout le bien que lui avait apporté cette île. Si la Chine lui manquait, il se sentait pourtant chez lui à Enola, sur cette île qu'il avait aidé à libérer, sur cette île entourée de la mer dans laquelle il ne s'était toujours pas baigné. Il esquissa un sourire, renouant ses promesses de jeunesse. Il ne souhaitait plus voyager ou découvrir le monde, non, il aspirait à la tranquillité d'esprit, au repos et à la liberté.

« Vous êtes diplômé de l'école nationale supérieure d'ingénierie informatique, parcours de gestion des systèmes d'information et sécurité numérique ?
- Oui. J'ai repris mes études quand euh... J'ai eu l'occasion de le faire.
- Et vous postulez au post de champion dresseur parce que...
- Je veux entrer dans la milice et mettre à profit mes connaissances, faire ce que j'aime.
- Ce que vous aimez ?
- L'informatique et les dragons. D'où le type de mon équipe. »


A l'issu d'un second entretien, d'une série de tests physiques et de combats pokémons, Jian décrocha le boulot qu'il visait depuis plusieurs mois. Si au début on ne lui confiait que les tâches les plus simples, le laissant faire ses preuves, on remarqua vite ses aptitudes derrière un écran et petit à petit il grimpa les échelons jusqu'à devenir, en 2022, le chef du service informatique de la nouvelle capitale de l'île. Un rôle à responsabilités qui lui permettait de s'épanouir dans ses missions, son travail et ses connaissances. Il ne pût s'empêcher de songer à quel point son père aurait été fier de lui. Son père.

« Ça fait dix ans cette année... Je suis désolé. »

Le jeune adulte lisait et relisait sans cesse le nom gravé sur le mémorial, un nom parmi tant d'autres. Un nom qui longtemps avait représenté tout ce qu'il était. Il déposa un bouquet de fleurs, lui trouvant une place entre les autres. Il resta là longtemps, à adresser silencieusement des remerciements à celui qui avait fait de lui ce qu'il était aujourd'hui. Le remercia pour sa vie, pour son courage, pour son entêtement et sa confiance. Il lui exprima quelques vœux de bonheur avant de tourner les talons et de rentrer chez lui, le cœur lourd d'émotion. Connor Kerr pouvait reposer en paix et retrouver la femme qu'il avait aimé même dans la mort, il avait réussi, son fils était heureux.


Dernière édition par Jian H. Kerr le Sam 24 Mar - 16:05, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victini
avatar
Staff
Messages : 333
Date d'inscription : 25/06/2017

MessageSujet: Re: Jian H. Kerr    Sam 17 Mar - 13:17

Coucou Jian et rebienvenue avec ce troisième personnage What a Face vive la faiblesse
J'aime bien ce genre de personnages pas doués je t'avoue, j'ai hâte de le voir évoluer en RP et de combattre son équipe de dragons! Avant de pouvoir jouer, il y a encore quelques petits détails à corriger mais c'est pas mal tout des trucs très simples tu verras.
Premièrement au niveau physique, tu dis que 74 kilos pour 1m76 c'est un peu en-deça de ce qui est recommandé pour sa taille. Or, c'est plutôt le contraire, là Jian est exactement dans un poids santé (IMC de 23.9)! Tu pourras lui faire perdre des kilos ou enlever cette simple mention :) Le reste du physique je n'ai rien à redire, c'est tout bon ^^
Au niveau du caractère, ben comme je te disais j'apprécie pas mal la partie goûts et dégoûts que je trouve creusée et qui donne vraiment vie au personnage. Par contre, niveau caractère je reste un peu à me questionner. Pour un garçon qui n'aime pas sortir de sa zone de confort, il veut des enfants lui...? Pourrais-tu justifier un peu la chose? Ça m'a beaucoup surpris je t'avoue! Puis aussi, ce côté qui n'aime pas sortir de sa zone de confort, c'est parce qu'il est anxieux autrement? Qu'est-ce qui le bloque? Ici c'est plus des questionnements que de véritables trucs à corriger, je te laisse voir sur ces sujets.
Alignement, rien à redire, je trouve ça bien réfléchi et nuancé ^^
Du côté de l'histoire maintenant, je t'avais déjà demandé de corriger un petit truc. Par contre, certaines phrases peu nuancées nous ont fait sourciller, comme «Il avait beau faire son maximum, il savait que rien ne remplaçait une présence féminine, rien ne remplaçait une mère dans une famille». Qu'en est-il des couples homosexuels? Un père monoparental peut tout aussi bien faire l'éducation de son fils! Bref, à nuancer, tu pourrais dire que lui, une présence féminine lui a manqué dans sa vie sans dire que c'est un «must» absolu ^^ Il y a aussi «famille brisée» qui me gêne un peu, un papa monoparental est pas ce que j'appelle une famille brisée enfin xD C'est un peu de chipotage là-dessus. Au niveau de ce que je t'avais demandé de corriger, j'ai encore un peu de mal, là on se retrouve avec l'effet inverse. Pourquoi le Régime utilise le père de Jian, qui est dans une autre ville, pour le chopper? Ça ne me semble pas logique, Jian n'était pas un dangereux Résistant mais simplement quelqu'un qui en a accueilli un chez lui. À revoir encore du coup, je t'aiderai au besoin.
Sinon, le boulot de s'occuper de l'aspect informatique de touuuut l'île c'est un peu gros pour un Champion. Tu peux changer ce détail pour «de sa ville», déjà la capitale c'est pas rien ;) Nous aimerions avoir une meilleure justification pour que Jian soit dresseur car tu n'en parles pas du tout dans ta fiche en fait qu'il aime combattre... Peut-être lui ajouter un passé de Compétiteur par exemple? Sinon tu as bien amené une justification de milicien :)
Dernier petit détail à faire attention : attention au côté «surdoué» de Jian, c'est un peu simple de dire que à cause qu'il est intelligent il est allé vers l'informatique et ce côté l'a marginalisé. J'ai bien compris que c'était pas ça le propos alors je te demanderai pas de corrections supplémentaires, je fais juste souligner pour faire attention dans les RPs ^^

Voilà voilà, je te laisse arranger ces quelques détails ^^
Si tu as besoin d'aide hésite pas :)

Victini

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jian H. Kerr
avatar
Elite
Messages : 15
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: Jian H. Kerr    Sam 24 Mar - 14:25

Boooooon alors, je vais faire point par point pour ne rien oublier :

- J'ai corrigé le poids.

- Pour le caractère, je crois que je vais simplement laisser une liste de traits que j'ai un peu étoffée et je le développerai correctement en rp :c

- Dans les aspirations, plutôt que d'écrire ce que Jian souhaite, parce que là tout de suite, il a un peu ce qu'il veut et que du coup, il ne vise pas les sommets, un poste en particulier ou autre, j'ai préféré mettre ses aspirations sous la forme d'une bucket list, c'est à dire une liste des choses à faire avant de mourir. C'était pour changer un peu... Et dans ses choses à faire avant de mourir, il envisage en effet d'avoir peut-être un enfant. Il n'est pas vraiment question ici de sortir ou non de sa zone de confort mais simplement de penser à ce qu'il souhaiterait faire, avoir ou vivre un jour. Je ne l'imagine pas non plus sauter à l'élastique et pourtant, il peut très bien y songer et se dire qu'il serait fier de le faire une fois :) C'est une liste à prendre large en fait, avec la progression du personnage, parce que j'espère qu'il va progresser hein.

- Du coup pour l'histoire j'ai corrigé les points demandés.

- Pour l'informatique, je n'ai pas mis l'île entière, j'ai utilisé la découpe de la carte de la milice et du coup j'ai mis chargé de la zone centre, est-ce que c'est bon ou pas ? EDIT : Changé pour Vanawi, problème réglé :)

- Et pour l'informatique, le fait que Jian soit un peu surdoué n'est pas la raison pour laquelle il s'est orienté en informatique, bien entendu! S'il avait voulu être artiste, professeur, marin, médecin, artisan ou peu importe, son père l'aurait encouragé de la même manière donc ça n'a rien à voir ^^! Il s'est juste trouvé une passion pour le numérique et il a mis ses connaissances et ses facilités à profit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victini
avatar
Staff
Messages : 333
Date d'inscription : 25/06/2017

MessageSujet: Re: Jian H. Kerr    Dim 25 Mar - 11:17

Bon eh bien tu as très bien travaillé puce, je ne vois pas d'autre option que de te valider!
Tu connais le chemin donc je ne te le répéterai pas (a) J'ouvrirai ton Sac sous peu.

Bon jeu parmi nous :)

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victini
avatar
Staff
Messages : 333
Date d'inscription : 25/06/2017

MessageSujet: Re: Jian H. Kerr    Dim 25 Mar - 19:06

Dé shiney que j'avais pas du tout oublié...

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regigigas
avatar
Messages : 987
Date d'inscription : 24/06/2017

MessageSujet: Re: Jian H. Kerr    Dim 25 Mar - 19:06

Le membre 'Victini' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé shiney' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Jian H. Kerr    

Revenir en haut Aller en bas
 

Jian H. Kerr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes d'Enola :: Premiers Pas :: Présentoir :: Présentations Validées-