Légendes d'Enola


 

Partagez | .
 

 Journée (presque) ordinaire [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tristan T. Weber
avatar
Ranger
Messages : 21
Date d'inscription : 12/01/2018

MessageSujet: Journée (presque) ordinaire [OS]   Lun 28 Mai - 21:53



Journée (presque) ordinaire
Eclosion de Asami

Négatif ici aussi. Son détecteur est formel : pas de trace de l'Emergya. En même temps, voilà un moment que la mystérieuse énergie que voulait contrôler le Régime n'a plus fait parler d'elle dans la nature. On y trouve encore quelques traces autour de Amanil, majoritairement, mais dans les forêts paisibles, rien. Tristan se permet un soupir de soulagement. Chaque fois qu'il pense au sujet, il lui arrive d'avoir des maux de têtes, mais en ces temps-ci, ils le laissent tranquilles. Difficile de travailler dans des mauvaises conditions de santé, mais le Weber ne peut pas se laisser toucher par la première migraine qui lui prend. C'est un simple Ranger comme les autres, mais il se doit de rester fort et en bonne santé s'il veut pouvoir assurer ses fonctions. Il sort son talkie-walkie afin de prévenir ses camarades et s'en va pour sécuriser le reste du périmètre.
Quand il rentre chez lui, la nuit est tombée depuis un bail. La toison étoilée ne le rassure pas, toutefois, et sur le chemin du retour, il est mal à l'aise. Il n'aime pas la nuit quand il est seul. Accompagné de ses Pokémon, ça peut encore aller, mais sinon, il déteste ça. Il en a peur, même. Ce n'est que par le biais d'une lampe torche ou quand la lune fait voir comme en plein jour qu'il peut se déplacer dans l'obscurité. Heureusement, Toph est à côté. C'est celle qu'il garde le plus souvent quand il part à l'extérieur. Son alliée de toujours sait comment l'apaiser par sa seule présence. De plus, elle lui est bien utile pour ses explorations, avec ses talents de grimpeuse et... bah de fouineuse aussi, évidemment. Il lui arrive d'amener également Mako avec lui, pour ses talens de pisteur, mais jamais il ne prend trop de Pokémon sur lui. Les équipements qu'on leur fournit à Elixir se suffisent généralement à eux-mêmes, mais des compagnons sont toujours utiles, bien sûr. De plus, il est content de faire route avec sa chère amie, la première qu'il s'est faite et celle qui ne l'a jamais quitté. Bientôt, enfin, il aperçoit la Pension familiale.

« On fait la course ? »

Toph lui répond par un cri jovial, avant de se mettre à courir aussi vite qu'elle le peut. En gloussant légèrement, amusé par son enthousiasme, il fait ensuite de même, laissant le vent le rafraîchir un peu alors que la saison chaude arrive à grand pas. Et encore, il se sent chanceux car l'air est plutôt doux, là où il est là. Ce ne sont pas des températures lourdes qui l'agressent dès qu'il pose un pied dehors et qui l'empêchent de dormir la nuit. Il ralentit l'allure quand ils ne se trouvent qu'à quelques mètres de la maison. Déjà, il entend des grattements derrière la porte au moment où il est juste devant.
Ça, ça doit être Iroh.

« J'arrive, mon grand, une seconde. »

Il sourit, attendrit par l'impatience de ses Pokémon quant à son retour. Leur présence à la pension lui donne du baume au cœur. Au moins, il sait qu'il y aura ses alliés pour attendre qu'il rentre, et c'est déjà mieux que rien. S'il avait été moins stupide, peut-être que son ex serait encore là. Il aurait pu l'appeler, passer la soirée avec... Mais il a décidé de s'en séparer, jugeant qu'il aurait pu être dangereux pour elle et qu'il valait mieux qu'elle se trouve quelqu'un de mieux que lui. Il se souvient encore après tout de l'état dans lequel était la maison lorsqu'il souffrait de l'Emergendémie, et ce n'était pas beau à voir. Même ses alliés avaient fini par prendre peur, alors qu'ils n'ont pas quitté son chevet durant toute sa convalescence. Il ne souhaite plus jamais retomber comme il a pu le faire sous le coup de la maladie.
Et en ouvrant la porte, il est effectivement accueilli par son Evoli, sa Leuphorie, sa Lilia et la toute jeune Héricendre qui a éclos il y a encore peu de temps. Cette dernière, débordante d'énergie, tente d'aller à sa rencontre mais trébuche sur le tapis, avant d'émettre quand même un rugissement joyeux et de marcher jusqu'à lui, toute souriante. Iroh, lui, saute carrément sur ses jambes pour demander des câlins. Il l'accueille alors dans ses bras pour lui offrir les caresses demandées.

« Oui, vous aussi, vous m'avez manqué. »

C'est devenu une habitude, depuis. Hormis sa famille et quelques rares amis, Tristan n'a plus que eux, désormais. Il ne déteste nullement les Rangers qui l'accompagnent quotidiennement, mais de là à parler de proches... Il ne dirait pas comme ça. Mais ses Pokémon sont avec lui, et c'est suffisant. Au moins, il n'a pas l'impression de se sentir seul. Même si... Même si certaines présences lui manquent, parfois. Parler à des Pokémon, ce n'est pas exactement pareil que de discuter avec humains ; les relations sont différentes. Mais il vit très bien ainsi, alors il ne s'en formalise pas. Alors comme chaque soir, il salue ses compagnons un par un, même ceux qui restent dehors toute la journée, et s'occupe du repas de tout le monde pour qu'ils dînent tous ensemble. Après, il ira sûrement se coucher en ayant hâte au lendemain. C'est un soir comme les autres.
À une différence près. Et c'est sa Leuphorie qui vient le voir alors qu'il n'a même pas encore terminé de manger son omelette.

« Kya ?.. Qu'est-ce qu'il y a ? »

Celle qui fut son assistante s'est tout à coup approchée de lui tapoter son avant-bras, l'intimant de la suivre. Elle semble pressée, alors il va à son allure et la laisse le guider jusqu'à sa chambre. Quand il se rappelle toutefois de ce qu'il y a à l'intérieur, il presse le pas.

« Ah ! L'Oeuf ! »

Il n'y a plus pensé aujourd'hui, et pourtant il surveille l'état de ce dernier tous les jours. Il monte les escaliers quatre à quatre pour entrer dans la pièce où demeure l'Oeuf et s'en approche. Il a commencé à briller intensément en clignotant.
Ce petit ne va pas tarder à pointer le bout de son nez.
Un Oeuf de Medhyèna, s'il doit en juger par l'aspect de la coquille. Un don précieux que Natsume lui a confié. Et depuis, il en prend très grand soin. L'excitation qui le parcoure lui rappelle d'ailleurs toutes les éclosions qu'il a vécu en tant qu'éleveur, puis Hôte de Pension. Il se sentait responsable. Il était utile. Ces Pokémon avaient besoin de lui et il avait l'impression de pouvoir les aider, leur offrir quelque chose que d'autres ne pourraient pas leur donner.
Toph et Iroh l'ont rejoint dans sa chambre. Il le sent, l'éclosion est toute proche... Voire immédiate. Car la coquille s'illumine davantage et reste dans une lumière permanente, entourée d'une aura chaleureuse. Quand la lueur s'estompe, un tout jeune Medhyèna se trouve désormais sur son lit. La nouvelle-née bâille à s'en décrocher la mâchoire avant d'ouvrir ses petits yeux et de scruter l'humain avec curiosité. Tristan se sent soudainement ému, et accueille la petite femelle dans ses bras avec un sourire plein de tendresse.

« Comme tu es belle... Bienvenue parmi nous. »

Il n'a pour toute réponse qu'un léger jappement, mais dès lors qu'elle s'attaque à ses doigts, il rit, heureux. Il ne s'en rend pas compte, mais l'émotion a laissé échapper une larme traîtresse. Il a beau dire à tout le monde qu'il a tourné la page, il est le premier à savoir que ce n'est pas vrai. Sa passion pour l'élevage brûle encore en lui, et il le sait. Depuis le début.

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Journée (presque) ordinaire [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes d'Enola :: L'Île d'Enola :: Région du Sud :: Zazambes-