Légendes d'Enola


 

Partagez | .
 

 Aëliane Marshall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aëliane Marshall
avatar
Scientifique
Âge : 19
Messages : 22
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Aëliane Marshall.   Lun 13 Nov - 15:21

Aëliane Marshall
INFORMATION GÉNÉRALES

Nom : Marshall, un prénom aux connotations un peu inconnues et floues, dont elle connaît peu l’origine et à laquelle elle s’est très peu intéressée.
Prénom : Aëliane pour revendiquer les origines françaises de sa mère qui tenait absolument à lui offrir un prénom imprononçable par tout étranger.
Surnom : Aël’/Aëly, même si en général elle préfère se faire appeler par son prénom en entier.
Âge : 26 ans.
Date de naissance : 14 Octobre 1996.
Genre : Féminin.
Origine(s) : Aëliane est née sur Enola et c’est à peu près tout ce qu’elle a vu de toute sa vie, très peu portée sur les voyages. Sa mère vient de France mais elle n’en connaît pas la ville ; son père semble être un Enolian depuis quelques générations.
Date d'arrivée sur l'île d'Enola : Dès sa naissance.
Métier/Occupation/Études : Aëliane est une scientifique ; elle ne vit que pour les chiffres et la logique et ça ne fait que quelques années qu’elle s’est spécialisée en archéologie, particulièrement intriguée par les ruines du Titak. Elle est passée par la voie la moins originale: la fac tout simplement. A côté, elle était "mentorée" par une scientifique aguerrie qui la prenait sous son aile pour la plupart de ses stages.
Lieu de résidence : Vanawi, car elle se sent plus en sécurité dans le cœur de vie de l’île.
Groupe : Elixir.
Sous-Groupe : Scientifique et ex-membre de la Résistance.
Rôle : Scientifique affiliée à l’Elixir et Résistante Pardonnée.
Pseudonyme : /

FICHE DRESSEUR
Informations
Rôle : Scientifique.
Voulez-vous utiliser le dé shiney? : Non.

Équipe Aventure
– Goupix d’Alola ♂ - Winter – Rideau Neige - Prudent
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Il lui a été donné par quelqu’un de proche il y a quelques années de cela, depuis Aëliane ne s’en sépare jamais et considère son Goupix comme membre de sa famille.


PHYSIQUE
Couleur de peau : Blanche, peut-être trop pâle même, tellement qu'il lui est difficile de bronzer, sa peau préférant virer au rouge à chaque rayon de soleil un peu trop puissant.
Description des cheveux : De longs cheveux bruns et lisses qu'elle refuse de couper ; mais il ne faut pas croire son apparence car Aëliane est en vérité blonde de naissance, même si ça fait des années qu'elle n'a plus laissé une seule mèche de cheveux arborer cette couleur.
Description des yeux : Légèrement en amande leur couleur varie entre le vert et le jaune suivant la luminosité, ils ont tendance à briller à toute occasion.
Taille : 1m65, une taille tout à fait normale.
Poids : 57kg.
Description de la silhouette : Aëliane n'est ni longiligne ni large, elle a un corps qui la place dans la moyenne des femmes de 26 ans notamment si on prend en compte le fait qu'elle a vécu une grossesse plus jeune. Elle a une poitrine avantageuse et des bras qui témoignent de ses longues heures à soulever des cailloux et à dépoussiérer des ruines. Son plus grand avantage reste dans le fait qu'elle paraît particulièrement jeune pour son âge, surtout au niveau du visage.

Problèmes de santé physique : Aucun.
Particularités autres : Le dos d'Aëliane regorge de cicatrices, mais la plupart ont été recouvertes par un tatouage qui représente une chaîne de papillons qui s'envolent.

CARACTÈRE
Personnalité : Aëliane est avant tout timide, réservée et anxieuse. Elle n'apprécie pas être le centre de l'attention et le monde en général l'effraie. C'est une scientifique et pas que dans son métier ; elle analyse et elle observe mais la sociologie humaine lui paraît très compliquée. Prendre la parole en public lui apparaîtrait comme un véritable fardeau et elle se tient très éloignée des réunions de foule, surtout depuis la fin du Régime qui l'a un peu traumatisée de ce côté avec toutes les émeutes et tous les rassemblements. Cependant la jeune femme sait très bien se faire violence quand c'est nécessaire et par cela elle a très bien su s’intégrer au sein de son équipe de scientifiques. Son métier lui donne une confiance en elle inébranlable et quand elle se retrouve face à ses recherches peu de personnes pourraient la piéger avec des questions subtiles. Quand elle doit faire quelque chose, elle le fait jusqu'au bout avec une détermination qui pourrait l'empêcher de manger et de dormir ; l'échec n'est plus une option pour elle et son entourage sait la laisser tranquille lorsqu'elle a un projet à mener. Ses recherches lui permettent de se vider la tête et d'oublier ces dernières vingt-six années, mais découvrir les mystères de l'île est aussi un moyen de tenir la promesse qu'elle lui a faite.

Son anxiété bien sûr cache une enfance difficile, mais c'est aussi la perte de l'être aimé qui l'a conduite à se retrancher dans son monde. Une partie de sa vie ne se résumait qu'à elle, et sa mort a amené Aëliane à reconsidérer sa vie entière, ses projets et ses aspirations. Bien loin de l'idée d'entretenir un amour avec une âme sœur quelconque pour s'occuper d'enfants avec la maison et les pokémons qui gambadent partout, la brunette n'aspire qu'à la tranquillité et à l'accomplissement de son travail. C'est en partie pour cela qu'elle tente de ne pas s’immiscer dans les querelles politiques bien que son affiliation l'oblige à se tenir à jour, mais son plus grand rêve est d'un jour se détacher de tout ça et d'explorer le monde aux côtés de son unique Pokémon.

D'ailleurs, si la jeune femme n'est pas très douée avec les humains, elle possède un lien particulier avec les petites bêtes qui parcourent le monde. Elle est fascinée par les pokémons, mais a contrario de d'autres scientifiques, elles préfère les observer de loin plutôt que de les utiliser. Elle possède une forte connexion avec Winter qui d'ailleurs n'a plus vu l'intérieur de sa Pokéball depuis des années. C'est quelque part son unique compagnie et elle sait que lui au moins ne la jugera jamais, né pour la protéger et la faire sourire. Elle lui rend d'ailleurs très bien cet attachement, toujours prête à lui offrir une balade, des jouets ou même parfois un petit combat avec des joueurs de son niveau.

D'extérieur Aëliane apparaît donc comme une personne réservée mais sans prise de tête, un peu perdue dans son monde mais pas méchante pour autant. Si on la connaît cependant, la jeune femme peut s'avérer très amicale, sensible, à l'écoute des autres ; elle n'a juste pas envie de s'investir dans des relations, amicales ou amoureuses, pour le moment même si elle laisse l'élément de surprise gouverner une partie de sa vie. Aëliane n'a rien d'égocentrique, en fait elle parle très peu d'elle de peur de trop en révéler ; son enfance, son implication lors du Régime ou elle, aucune période de sa vie ne lui semble intéressante à aborder. Pourtant au fond, elle rêverait d'extérioriser ses pensées, de laisser imprégner les habitants d'Enola ses idées politiques. Elle ne le fera cependant pas, préférant tenir une sorte de journal intime qu'elle sait secret. C'est son côté un peu - beaucoup - lâche qui ressort, en plus de son anxiété. Aël' préfère fuir plutôt que de foncer, et si elle tente de le cacher aujourd'hui, c'était très flagrant sous le Régime.
Goûts/Dégoûts :

Elle aime: l'archéologie, les énigmes, l'histoire, les pokémons, le calme, les jolis paysages, la nature, les sons mélodieux, se balader la nuit, les rencontres imprévues qui ne durent pas mais lui donnent le sourire, lire, les musées et sorties culturelles, courir, analyser, étudier.
Elle n'aime pas: le bruit, les foules, la violence, l'alcool, les personnes trop extrémistes, le froid, la pluie, parler en public, se livrer, parler d'elle, l'eau, les couples qui s'embrassent dans les transports en commun, l'injustice, les enfants, les discussions inintéressantes.

Objectifs et aspirations : Aëliane aspire plus que tout à la paix et à la tranquillité, tant intérieure que sur Enola. Elle est fatiguée de la violence et des querelles, et elle est toujours prête à discuter avec une âme tumultueuse pour tenter de la calmer. Dans un tout autre registre, la jeune femme espère un jour élucider les mystères de l'île, puis pourquoi pas essayer de percer les énigmes du monde en voyageant avec Winter. Son objectif premier est d'oublier, même si elle sait qu'un jour elle devra faire face à ces dernières années pour enfin pouvoir avancer.
Peur(s) : Il est difficile pour tout Enolian de ne pas avoir peur qu'un nouveau Régime se mette en place et la brunette se retrouve donc terrifiée par toute conversation et réunion politique qui pourrait mal tourner. Elle ne veut plus jamais revivre cette période et un bruit trop sourd lui rappelle sans difficulté celui des armes utilisées pendant toutes ces années. Ce traumatisme lié à la violence ne date cependant pas seulement du Régime, et cela en fait sa peur principale, profondément inscrite dans sa chair. Aëliane est également terrifiée par l'eau étant donné que son père avait pour habitude de l'aspergée d'eau glacée lorsqu'elle n'écoutait pas ses consignes ; d'ailleurs Winter se charge de geler pour elle toute étendue d'eau trop conséquente. Sa peur de perdre à nouveau un être aimé hante également ses cauchemars, mais il n'y a personne pour remplacer son visage pour le moment.

ALIGNEMENT
Votre personnage a-t-il/elle connu Enola entre 2008 et 2017, sous le joug du Régime, et que pense-t-il de cette époque ? : Ayant été à Enola toute sa vie, cette période est capitale dans la vie de la jeune femme qui n'a oublié aucune des journées passées sous l'oppression du Régime. Au départ Aëliane était très indifférente quant au déroulement des événements, mais elle s'est très vite retrouvée impliquée de par la résistance ; cette période malgré tout lui manque car elle était encore là et la brunette n'avait jamais connu une adrénaline aussi intense. Bien sûr elle souhaite que jamais Enola ne se retrouve dans une position aussi misérable et injuste, et depuis elle puise son énergie dans le maintien de la paix.
Que pense-t-il/elle de la manière dont les choses ont évolué, et du nouveau gouvernement ? : Le nouveau gouvernement mériterait selon elle d'être modifié pour parvenir à quelque chose de plus stable et de plus pacifique, mais elle sait qu'il est préférable au Régime et soutient malgré tout les représentants qui essaient de faire de leur mieux après un tel chaos.
Que pense-t-il/elle de la légende de Regigigas ? : Elle est intriguée par cette légende bien sûr qui accapare une partie de ses recherches ; c'est une scientifique et toute nouvelle énigme lui paraît intéressante à résoudre, elle a bien hâte de découvrir qui sera l'élu tant qu'elle n'a pas à s'impliquer dans cette histoire.

Qu'est-ce que votre personnage pense d'Elixir ? : Aëliane est une Elixir notamment par son travail, mais elle adhère aux idées de paix et de progressisme qui sont attachées à ce groupe. Cependant, elle n'en reste pas naïve et tente de ne pas trop se mettre en avant car toute position politique est dangereuse.
Qu'est-ce que votre personnage pense de la Compétition ? : Là aussi des idées lui semblent bonnes à prendre, d'autres beaucoup moins. De par sa rivalité naturelle avec l'Elixir elle s'en méfie, mais contrairement à certains de ses collègues elle ne pense pas tous les Compétiteurs bons à jeter à la poubelle.
Qu'est-ce que votre personnage pense des Anarchistes ? : Dans une autre vie avec un peu plus de courage Aëliane aurait certainement rejoint les Anarchistes, car elle adhère un peu plus à leurs idées mais préfère la sécurité offerte par l'Elixir. Elle les observe de loin, en esquissant quelques sourires à chaque fois qu'ils réussissent un de leurs coups.

Alignement/Allégeance ? : Si ce n'est pas déjà compris, Aëliane est une Elixir.
ET VOUS?
PUF/Surnom : Aël' ira très bien. c:
Âge : 19 ans.
Disponibilité : En général je suis active, les périodes varient si j'ai des examens ou si je suis motivée !
Comment avez-vous connu le forum ? : J'ai été endoctrinée par Golden. :nuu:
Suggestions ? : Je sais pas si j'ai besoin de lunettes ou pas mais à certains endroits l'écriture est un peu petite je trouve :hm: sinon encore bravo pour tout ce travail ! **
Personnage sur l'avatar : Yuuri dans l'anime Gakkou Gurashi !
Code : Gloup.
Autre:  :love:


Dernière édition par Aëliane Marshall le Lun 13 Nov - 15:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëliane Marshall
avatar
Scientifique
Âge : 19
Messages : 22
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: Aëliane Marshall.   Lun 13 Nov - 15:23

HISTOIRE
/!\ Cette histoire contient les références suivantes: morts peu détaillées, violence, violences sur enfant (conséquentes).

Pour beaucoup d'habitants d'Enola, leur vie se découpe facilement en trois parties ; il y a l'avant Régime, la période du Régime, et l'après Régime. Pour Aëliane, c'est un peu différent, car contre toute attente l'oppression de ces dernières années a eu beaucoup moins d'impactes sur sa vie qu'elle. Aëliane découpe sa vie en trois autres parties ; l'avant Anna, la période Anna, et l'après Anna.



L'avant Anna, c'est ce qu'elle a toujours essayé de repousser dans un coin de son esprit. Si on lui en parle, Aëliane se dissociera toujours de la jeune fille qu'elle était jusqu'à ses 16 ans. Mais reprenons depuis le début.

Aëliane Marshall est née sur l'île d'Enola un 14 Octobre, il y 26 ans de cela. Ce qui aurait dû être un heureux événement s'est transformé en une terrible épreuve pour les parents, et la mère ne connut son enfant que quelques minutes avant de s'éteindre. Des cas comme ça, il y en a des milliers chaque année ; hémorragie, infection, prise en charge trop tardive... il est parfois difficile de prédire une complication à l'accouchement, et dans la hâte les médecins peuvent facilement manquer quelque chose. La petite pourtant était parfaitement bien constituée, d'un poids et d'une taille tout à fait convenables pour un bébé né à terme. Le père avait égoïstement prié pour que l'enfant meure quitte à sauver sa femme, mais c'est sans elle qu'il devait continuer sa vie, et avec ce « truc » criard à s'occuper. Il aurait pu la mettre à l'adoption, mais il savait que sa femme ne l'aurait jamais voulu. Et il a essayé, si durement, d'aimer cet enfant qui lui rappelait tant sa défunte compagne. Mais tout ce qu'il voyait dans ses yeux si similaires à celle qu'il avait aimée, c'était sa mort, encore et encore. Dans ses gestes et dans ses mots la petite ressemblait de plus en plus à sa mère, et comment l'homme aurait-il pu aimer une réplique de son âme sœur qui n'avait pourtant ni son caractère, ni sa délicatesse ? Aëliane, dès ses premières années, s'était montrée plus têtue et téméraire, sûrement à cause d'un manque flagrant de figure maternelle. Et la colère du père au début dirigée contre des murs et des punching-balls se détourna doucement contre sa fille ; une claque au départ puis des éclats de verre à la fin, toujours après une bonne bouteille d'alcool fort.

*

« Tu sais quel jour on est aujourd'hui, Aëliane ?
- Oui Papa.
- Tu sais ce qui s'est passé, ce jour-là, il y a quelques années ? »

Je suis née, pense la petite du haut de ses neuf ans, une lueur de fierté brillant dans son esprit. Mais elle sait très bien que ce n'est pas la réponse qu'attend son père, et elle sait aussi qu'il vaut mieux baisser les yeux pour lui répondre.

« Maman est morte. »

Le poids de ces mots répétés chaque année ne lui fait plus aucun effet, car quel bien aurait-elle à pleurer une femme qu'elle n'a pas connue et qui l'a abandonnée aux bras de ce bourreau ?

« Et elle est morte à cause de toi, Aëliane. Si tu n'étais pas née... ta mère serait encore avec moi. Enlève ton tee-shirt.
- Oui, papa. »

Comme un rituel l'enfant enlève le bout de tissu qui lui couvre le corps, exposant son dos encore rouge des dernières marques qu'elle a reçues. Si seulement seul son anniversaire pouvait servir de prétexte pour la punir, mais parfois simplement respirer semblait susceptible d'attirer les foudres de son père et de raviver sa colère. C'est avec des larmes brûlantes et un dos ensanglanté que la petite fête son anniversaire, et elle n'en aura pas de vrai avant 7 longues années.

*

Encore sept années à subir les sévices de son géniteur, toujours plus originales que les précédentes. La petite se tait et endure, expérimente ses propres bandages et invente ses propres amis imaginaires pour lui faire de la compagnie. A l'école et au Collège, elle est très peu entourée, se contente de « potes » qui ne verront jamais ne serait-ce que l'extérieur de sa maison. Elle travaille cependant sans relâche, plafonne à 16 de moyenne générale et développe un goût prononcé pour les matières scientifiques et l'histoire. Dès la quatrième, elle sait qu'elle sera une scientifique, rêve déjà de rejoindre les écoles préparatoires les plus prestigieuses. A ce moment-là, le Régime se met sûrement en place au-dehors mais Aëliane n'y prête qu'une attention relative ; elle vit l'enfer tous les jours, à quoi bon se préoccuper de la politique ? Elle estime malgré les restrictions et la peur qui règne au Collège que tout ça ne l'atteindra pas. Son père est doué pour se cacher et se fondre dans le moule, alors elle aussi.

Le Lycée est pour elle un grand tournant dans sa vie ; elle connaît malgré le contexte de plus grandes libertés et elle se sent suffisamment grandir pour commencer à s'opposer à son père. Au détriment de quelques punitions, elle parvient parfois à faire le mur, retrouve des potes à elle qui ont tout autant besoin de s'échapper de leur famille et du contexte qui petit à petit empoisonne Enola. Malgré des couvre-feux et les limites imposées par le Régime, Aëliane profite de quelques échappées, de soirées où elle noie sa vie non pas dans l'alcool ou dans la drogue mais bien dans les méandres du plaisir charnel. Inconnus et inconnues, parfois sans se rappeler des visages ; suffisamment pour que son père en entende parler et la traite de tous les noms, menaçant de faire profiter des collègues à lui de ce comportement de débauchée. Aëliane se calme, mais ce qui devait arriver arriva ; elle tombe enceinte courant 2012. 


Anna. Elle ne l'aurait pas rencontrée sans toutes ces bêtises et sans ce fichu bébé. Plus que lui sauver la vie, elle lui en a donné une. De tout ce qui lui était arrivé dans sa vie, Aëliane a vécu sa grossesse comme la pire. Sans savoir qui était le père, totalement imprégnée de honte d'avoir ainsi usé de son corps et à devoir supporter le regard de ses camarades au Lycée... mais Anna, elle ne l'a jamais jugée. C'était l'infirmière en charge de sa grossesse, plus âgée de huit années, déjà mariée, femme accomplie. Aëliane avait tout à lui envier, et plus que ça, elle l'admirait. Quand elle est arrivée à l'hôpital pour confirmer sa grossesse, jamais l'adolescente ne s'était sentie plus mal ; elle savait à l'avance les questions qui allaient lui être posées et elle ne pouvait pas supporter le regard de ces médecins.

*

« Bonjour Aëliane, je suis Anna. Tu vas bien ? »

Son sourire sincère est réconfortant, et de suite Aëliane se sent plus à l'aise, répondant aux questions avec hésitation mais sans jamais se sentir jugée ou dénigrée. L'interrogatoire passe rapidement, l'infirmière procède à la partie plus délicate du processus sans pour autant perdre son sourire et sa chaleur. Elle parle à sa patiente comme elle lui parlerait au supermarché, la met en confiance, lui demande des détails sur sa vie et tique sur quelques réponses vaguement formulées. Et puis après l'attente vient le verdict ; Aëliane est enceinte. Anna n'attend pas et lui demande de qu'elle compte en faire, car il est encore temps d'avorter. L'idée terrifie l'adolescente qui n'en a entendu que du mal, mais se souvient des menaces de son père, « j'espère qu'au moins tu t'es protégée avec toutes tes conneries, je veux pas de mioche à la maison, et encore moins le tien ». Elle se met à pleurer sans pouvoir s'en empêcher et de suite l'infirmière est à ses côtés. Anna lui laisse le temps de se calmer, mais finit par lui poser la question fatidique, lui demande ce qui ne va pas.

« Mon père... il va me tuer, j'en suis sûre... »

Elle lui raconte par bribes son histoire son récit toujours entrecoupé de sanglots. Elle s'en veut intérieurement de raconter tout ça et elle a peur des conséquences, mais Aëliane se sent tellement soulagée qu'elle repousse ces pensées de côté.

« Tu sais que je ne peux pas te laisser partir en sachant ça ? »

L'adolescente acquiesce et trouve dans les yeux azurés de l'infirmière un réconfort soudain. Comme jamais auparavant Aëliane sent l'espoir naître en elle, comme une flamme qui vient réchauffer tout son être. Grâce à Anna, elle va s'en sortir. Et elle a eu bien raison de se confier ce jour-là, car très vite son père lui est enlevé ; elle ne veut pas savoir où il est emmené, s'en fiche bien et se retrouve placée sous tutelle jusqu'à ses 18 ans. Sans famille proche, c'est Anna qui prend le rôle de tutrice, touchée par cette jeune fille qu'elle a sauvée alors qu'elle n'était qu'une simple infirmière.

*

Aëliane se retrouve plongée dans la famille Laita, et ces années passées avec Anna et son mari lui reviennent souvent avec nostalgie. La grossesse ne lui paraissait plus si difficile soudainement, épaulée par ce couple un peu atypique et dysfonctionnel. Ils se disputaient souvent et Aëliane soupçonnait le mari de tromper Anna, mais la sécurité que lui procurait cette famille lui faisait fermer les yeux sur tout. Anna, elle, restait toujours la même ; souriante, affectueuse, magnifique.

Début 2013, Aëliane accouche d'un petit garçon qu'elle fait placer à l'adoption, car jamais elle n'aurait pu élever un enfant dans son état. Elle voulait terminer le Lycée et entreprendre des études, elle voulait guérir. Peut-être aurait-elle dû le garder, le laisser avoir une place auprès d'elle, et aujourd'hui encore c'est une décision qui la fait douter, mais elle l'a laissé et jamais elle ne reviendra en arrière.

2014, Aëliane a 18 ans et intègre la faculté de Médecine d'Enola, abandonnant avec la fatigue et le passé ses ambitions d'enfant. Anna la pousse à étudier, lui apporte la confiance nécessaire pour se distinguer auprès de ses professeurs. Elle brille de par ses études, mais sa vie personnelle va prendre un nouveau tournant, et cette fois-ci elle ne s'en remettra pas.

*

Aëliane a alors 19 ans ; Anna en a 26. Le 14 Octobre, en rentrant des cours, l'étudiante trouve la maison vide à l'exception d'un petit paquet posé sur la table de la salle à manger. A l'intérieur, une seule phrase, une adresse. Celle d'un hôtel situé plus loin sur l'île. Aëliane s'y rend, intriguée et c'est une Anna totalement inconnue qu'elle retrouve allongée sur le lit d'hôtel.

« Julien m'a trompée, je l'ai vu hier en rentrant plus tôt. Est-ce que tu le savais ? »

La jeune fille hésite puis recule, prévoyant sans difficulté l'éclat de colère qui aurait dû suivre.

« Oui... enfin, je crois. Je... il ne te méritait pas, il...
- Parce que tu me mérites, toi ? »

Les larmes d'Anna brouillent sa vue mais son ton est calme, assuré... sensuel ? Aëliane la fixe dans les yeux, cherche à comprendre la réaction si étrange de celle qu'elle a appris à appeler son amie. Anna se lève, se rapproche d'Aëliane et colle ses lèvres salées contre les siennes. Aëliane ne la repousse pas.

« Tu m'aimes Aëliane, n'est-ce pas ? Tu m'as toujours aimée.
- Oui. »

Figure maternelle ou amante, partenaire ou mentor ; Anna représente tout pour Aëliane, qui jusqu'à très tard ne savait pas comment interpréter ses sentiments. Le rouge sur ses joues à chaque compliment, l'envie de vomir à chaque fois qu'elle la voyait lovée dans les bras de son mari qui la trompait à côté ? Ce soir dans tous les cas dépasse largement sa pensée, elle en perd ses mots et sa logique... et elle ne s'est jamais sentie aussi bien, aussi aimée.

Au matin Anna la réveille tôt ; elle lui dit qu'elle a quelque chose à lui montrer. Aëliane s'habille et suit, non sans rougir, la jeune femme qui lui ferme presque la porte dessus tant elle est excitée. Les deux amantes se retrouvent près du lieu de travail d'Anna qui lui demande d'attendre dans la voiture. Alors Aëliane obéit, et un long moment plus tard Anna revient. Au départ, Aëliane pense qu'elle a les mains vides, mais c'est en cherchant un peu qu'elle distingue une Pokéball cachée derrière le dos de l'infirmière. Toujours le sourire aux lèvres, elle lui tend de ses longs doigts fins.

« Tiens, c'est pour toi. Ton premier Pokémon ! Je sais que tu m'as un jour dit ne pas en vouloir car être dresseuse ne te tente pas, mais il pourra toujours te faire une compagnie. Vas-y, libère-le ! »

Aëliane regarde avec émerveillement la Pokéball, puis en quelques secondes jaillit de cette dernière un beau Goupix sous sa forme d'Alola, tout petit et tout blanc. Il éternue et gratifie sa nouvelle maîtresse d'un signe de queue avant de se mettre à explorer les environs.

« Winter. Je vais l'appeler Winter. Tu as déjà un Ponyta qui s'appelle Summer. Mon Goupix sera Winter. »

*

Anna aurait pu s'arrêter là, mais ce n'était pas tout ce qu'elle avait à montrer à Aëliane. Une cause beaucoup plus grande lui tenait à cœur, et sa compagne devait être au courant. Pire, elle devait en faire partie. Un matin, en 2015, Anna lui fait découvrir tout ce que l'étudiante aurait préféré éviter ; la Résistance. Jusqu'alors Aëliane pensait qu'Anna se fichait bien de tout ça, préférant se faire discrète, obéissant au Régime sans pour autant les glorifier. C'était beaucoup moins dangereux. Lâche certes, car pendant que certains se battaient au péril de leur vie, pendant que certains se voyaient arracher leur famille, Aëliane pouvait vivre sa vie bien tranquille. Quel mal y avait-il à vouloir vivre, sans être torturée ou pire ? Mais pour Anna, elle rejoignit la Résistance. Peut-être que cette période n'était pas si mauvaise après tout même si elle a été rudement traumatisante. Bien que ne se mouillant pas trop, Aëliane découvrit les derrières du Régime ; elle vit des hommes se faire tuer, sans pitié. Elle pouvait de par sa formation en fac de Médecine soigner les blesser et jamais elle n'avait vu autant de sang. Anna l'aidait à apaiser ses cauchemars, mais parfois ce n'était pas suffisant. Le karma certains diraient ; après avoir profité du Régime pendant des années, Aëliane se retrouvait au cœur de la Résistance. Elle ne fit pas grand-chose, regardait avec anxiété Anna prendre les devants. Elle avait peur de la perdre, car plus le temps passait, plus les émeutes et les violences s'accentuaient. Aëliane était persuadée que la Résistance allait perdre.

Il s'avéra donc en 2017 qu'elle avait tort, mais pour elle, la perte fut plus grande. La Résistance avait gagné, mais elle avait perdu Anna. Anna. Sa douce Anna ; son infirmière, sa sauveuse, son amie, sa confidente, son amante. Une balle perdue comme tant d'autres, et aucune chance de s'en sortir.

*

« Où est-elle, s'il vous plaît ?
- Chambre 203. »

Le cœur accélérant à une vitesse folle, Aëliane se rend dans la chambre indiquée en courant, ignorant les protestations des internes qui lui criaient de ne pas courir. L'hôpital, si c'en était vraiment un, était délabré, les lumières illuminaient à peine la pièce. Pourtant, elles étaient suffisantes pour briser le cœur d'Aëliane en mille morceaux. Anna avait des fils qui sortaient de partout, accrochés à tous les membres de son corps. Un bandage recouvrait son corps, mais il était déjà imbibé de sang.

« Non non non, Anna. »

Entre les larmes et la bile qui lui montait à la gorge, Aëliane mit un temps fou à rejoindre Anna près du lit. Elle prit dans ses mains celles glacées et trop fragiles de sa bien aimée, son regard plongé dans celui agité de la mourante.

« Aëliane. Ma chère Aëliane. Tu vas me manquer, tu sais ? Je t'observerai, de là-haut.
- Tais-toi, tu vas pas mourir, c'est pas possible. Tais-toi. Garde tes forces...
- Je vais mourir Aëliane, mais c'est pas grave. J'ai vécu avec toi... des années magiques. Je t'aime, ne l'oublie pas.
- Moi aussi je t'aime je... ne pars pas s'il te plaît, je ne sais pas comment vivre sans toi je... j'ai besoin de toi, Anna !
- Tu n'as jamais eu besoin de moi, Aël'. Et tu t'en sortiras très bien toute seule. Juste, promets-moi... si la Résistance gagne, promets-moi de continuer tes études et de briller. Tu as toujours aimé l'histoire et les mystères, Enola en regorge. Vis pour moi, Aëliane. »

Un dernier souffle et Anna s'éteint. Le silence de la pièce contraste avec les sanglots d'Aëliane, bientôt suivis par un hurlement qui la pousse à frapper maladroitement le mur à côté d'elle.

« Je suis tellement désolée, Anna. »

Je suis désolée d'avoir été si lâche et de ne pas avoir pris cette balle pour toi.


Et puis il y a l'après Anna. Quelques mois plus tard, l'emergya met un terme au gouvernement du Régime. Aëliane vit ces instants à distance, elle subit les derniers retournements sans vraiment y prendre part, parfois obligée de s'impliquer cependant ayant toujours le titre de Résistante. Elle échappe à beaucoup de choses plus par passivité que parce qu'elle aurait essayé de tout éviter. Elle est rapidement pardonnée par le nouveau gouvernement en place parce que rien ne prouve vraiment son implication dans tout ça et malgré la promesse faite à Anna, la jeune femme passe une année entière presque enfermée dans son appartement à broyer du noir. C'est Winter qui lui redonne un peu la joie de vivre ; il l'oblige à sortir parfois et un beau jour, il l'emmène près des ruines de Titak. Sa passion pour l'archéologie ravive une flamme en elle et avec beaucoup de coups de pieds aux fesses elle reprend ses études et complète un master en archéologie. Quand elle obtient son diplôme, on se trouve en 2020. Aëliane est toujours seule, a évité pour l'instant de faire des rencontres car elle se sent toujours détruite par la mort d'Anna. Elle en profite alors pour s'échapper un an d'Enola ; elle visite la France, renoue de très loin avec sa grand-mère maternelle qui au moins elle ne lui en veut pas de la mort de sa fille. Les deux femmes sont cependant trop différentes et Aëliane a le mal du pays. Elle rentre à Enola et décide d'occuper un poste de scientifique au sein de l'Elixir. C'est un peu plus posée que se trouve la jeune femme désormais, se consacrant sans relâche à son métier, n'espérant plus pour le moment un jour revivre l'adrénaline du passé. Sur son dos sont alors tatoués des papillons, avec, en guise de signature, un petit « A » bien caché mais qu'elle a l'habitude de toujours toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solène E. Ikeda
avatar
Compétitrice
Messages : 70
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: Aëliane Marshall.   Mar 14 Nov - 6:57

Waaaaah alors ça c'est de l'histoire triste °°
& si ça peut te rassurer je pense que le contexte est plutôt bien respecté ; du moins pour la partie v1 que je maîtrise mieux. En attendant bienvenue encore, & au plaisir de découvrir la miss en RP :dummy:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xerneas
avatar
Staff
Messages : 290
Date d'inscription : 25/06/2017

MessageSujet: Re: Aëliane Marshall.   Mar 14 Nov - 7:35

Alors alors, étant donné que tu as déjà réglé tout ce dont j'ai parlé auparavant, je n'ai plus le moindre chipotage à faire :V
Ma foi, c'est assez dur comme background mais tu gères le sujet avec maturité et suffisamment de finesse pour que ce soit bien fait, donc chapeau sur ce point déjà. Au niveau caractère, par contre, je t'avoue que j'aime beaucoup ce que je vois et que tu viens de nous créer un personnage dont j'ai hâte de voir l'évolution. Son travail de scientifique aussi, à vrai dire. Bref, c'est nickel chrome et je n'ai aucune raison de retarder ta validation.

Tu es donc validée. Je vais rapidement créer ton sac. Tu commences l'aventure avec 50 opals, 3 pokéballs et deux potions. Libre à toi, maintenant, de commencer à RP, de faire des captures, de demander une habitation, créer une fiche de liens... Bref, tu es libre, petit oiseau.

En espérant que tu te plairas sur Enola ^^
Bon jeu :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Aëliane Marshall.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aëliane Marshall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes d'Enola :: Premiers Pas :: Présentoir :: Présentations Validées-