Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Printemps 2024

~20° - 25°C / Temps ensoleillé, venteux par moments

Intrigues et Events
Intrigue n°2 : « Passions »
Des conflits s'engagent entre les Monarchistes et les Anarchistes.
Event n°2 : Le festival de Cayagane
Le festival de Cayagane est victime d'un incendie criminel.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Sujets récents
RP-1
RP-2
RP-3
+ demandez l'ajout de vos RPs au staff !
Des piafs et des anar Zzz5


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Des piafs et des anar
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Des piafs et des Anar.
avec Bruce Livie
Début Aout 2023 – Anula, début de soirée.

Quand on voit son look de type pas sérieux qui veut faire très sérieux, on peut être confus devant l’idée que Mell adore voir des gens et causer par SMS a ses amis. A force de discuter avec Livie par ce biais, on peu dire que ça a contribué à ce que les deux paumés qui s’étaient rencontrés en forêt fasse plus ample connaissance. Ils s’étaient vus lorsque Calico avait eu un œuf que Livie avait laissé à Mell et puis, ben, le travail ça occupe, que voulez-vous. Finalement, Mell avait commencé à renvoyer des SMS à Livie après la naissance de Décibelle et l’avocate avait paru totalement euphorique et gaga en voyant les photos du bébé. Ce qui les avait décidé à se dire « ouiiii faut que tu vois le bébééééé » « oh oui le bébé, choueeette olalala » (oui, de vraies têtes à claques) et à se revoir afin de présenter Decibelle et peut-être d’aller boire un coup car ils sont trop des jeunes gens dans le vent.

Un peu comme d’habitude il fallu du temps à Mell pour se préparer à partir à Anula et aussi rapidement appeler Natsume en disant à peine « bonjour » et demander « j’peux t’emprunter Kaito steuplééééé ? » de sa voix la plus mielleuse. On ne pourra pas lui reprocher de prendre le risque de conduire alcoolisé au volant, mais tout de même, être enjoué ne devrait pas l’empêcher d’être poli avec ses amis. Enfin, cela fait, il fut très facile à Mell d’aller en quelques minutes de Nuva Eja jusqu’à Anula. En remerciant copieusement Kaito en lui offrant des friandises qui feraient surement rougir de colère le côté eco-friendly de Natsu, le razibus à rouflaquettes se mit en route vers le domicile de Livie en suivant le GPS de son téléphone à la lettre. Au passage il envoya un autre SMS de la malaisance : un « j’arriiiive » avec des tonnes de smileys enjaillés (vous pouvez cringer en toute sérénité, personne ne vous en voudra).

On vous passe la demie-heure de retard et les « euh en fait, non, je suis perdu XDXDXD » que Mell envoya à l’avocate jusqu’à arriver devant la porte de son immeuble. Après tout, les Straum n’ont jamais été connus pour leur ponctualité, c’est plutôt l’inverse. Enfin, bref, le binoclard appuya sur la sonnette, monta les escaliers et se fit ouvrir la porte sur un petit appartement installé sur les toit, mais auquel quelques poutres foncées donnaient un certain cachet.

« C’joli ici ! Et c’grand ! »

Pour Mell, un peu tous les appartements de plus d’une pièce le sont, en fait. Il ne vit pas dans un F1 non plus, mais bon, c’est qu’il est poli, aussi, le monsieur. Gênant, aussi, mais passons. Il prit le temps d’admirer  en silence pour tira sans attendre la Pokéball de Decibelle de son sac.

« Ah, et la v-voila ! Tadaaa ! C’Décibelle »

Il fit sortir la Pijako qui s’ébroua en secouant ses ailes en restant perchée sur l’épaule du chercheur. Elle pencha la tête sur le côté en fixant timidement Livie, l’air calme et un peu réservée devant cette personne qui lui est encore inconnue.

« Héhé, c’marrant, ça. Hi-hier elle pouvait p-pu s’arrêter d’chanter et d’ess-essayer d’m-m-m’imiter et là, elle f-fait sa timide ! Hein Bébélle ? »

Comme interpellée par son surnom, la Pijako écarquilla les yeux et se mis à croasser des « aaaah ! chémarraaaaant » dans tous les sens. Tout d’abbord interloqué, Mell se mit à ricaner avant de prendre délicatement l’oiselle entre ses mains pour la féliciter.

« M-mais vi c’est m-marrant ! Bravo Bébélle ! »


Qu’est-ce qu’on s’enjaille, hein. Waouw.







Mell pique ses crises et se la pète en #663300.
RPs : Easton, Tristan.

DCs : Cobaltium, Tobito, Alexander, Angarade, Ludwig et Lionel.
Mell Straum
Scientifique
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 23:49
Revenir en haut Aller en bas
>>>Des piafs et des anar
>>> FT. Mell Straum
Livie aime beaucoup envoyer des messages. Mais, beaucoup. Beaucoup de messages. Du genre à squatter vos boîtes textuelles et à vous acccabler de petits smiley insupportables en fin de texto, par exemple, et de se rendre compte une quinzaine de messages plus loin qu'iel est quelque peu en train de se répéter. Bref, rien de bien exceptionnel, me direz-vous. Livie a juste la manie d'être excité.e pour un peu près tout, et encore plus quand il s'agit de revoir des connaissances.
Il faut dire qu'iel est plus ou moins amicale avec n'importe qui, tant que la personne en face ne lui crache pas trop ostentoirement en pleine figure, et encore. Il n'y a rien de très étonnant, donc, à remarquer qu'iel a vite commencé à apprécier les conversations plus ou moins productives qu'iel a pu avoir avec le médecin-chercheur qu'elle avait rencontré au lac, à l'occasion. Il faut dire qu'iel avait suivi attentivement la progression de l'oeuf de Calico, même si cette dernière paraissait moins intéressée que l'avocat.e, et que, après avoir abondament gagaté sur les photos envoyés par le chercheur, ils s'étaient entendus sur une date de rencontre à l'occasion. Et Livie étant Livie, iel avait passé la journée d'avant à s'enthousiasmer pour ça, prenant même le temps de cuisiner quelques muffins par simple envie de bien faire. Pour le coup, finir ses dossiers avait été un peu plus pénible que d'ordinaire, à la sortie du boulot.

Gigotant sur son canapé pour se défouler alors qu'iel ne regardait même pas la série diffusée sur la télévision par volonté de s'occuper, iel attendait tellement la sonnerie de la porte que tout finissait par être convaincu avec cette dernière. Les voitures, un bipement de téléphone, et, malheureusement, un pépé qui s'était perdu et demandait le chemin par le biais de l'interphone, en se montrant au passage obligé de lui raconter tout sa vie. Alors c'était bien passionant, certes, mais il y avait à faire !
Et, sans surprises, après quelques échanges de messages, et quand la sonnerie finit par retentir, iel bondit presque du canapé pour s'en aller vers la porte et l'ouvrir vivement, un grand sourire sur son visage. Face aux propos du scientifique quant à son appartemment, Livie cligna un peu des yeux, surprise quant au commentaire sur la superficie, et, ignorant complètement le fait que la douche ne connaissait que le froid un jour sur deux ou que les volets de la chambre n'avaient toujours pas été réparés par exemple, en profita pour sortir la phrase la plus positive possible, dans l'espoir de bien faire.

« Ah, on y est bien en tous cas ! Mets-toi à l'aise ! »

Iel invita le plus âgé à s'avancer alors qu'iel refermait la porte derrière et s'en alla lui présenter la table basse sur laquelle elle avait fièrement exposé le fruit de son eg-, pardon, ses muffins dont tout le monde se fichent. Néanmoins, son attention fut vite retenue par autre chose ; notamment l'apparition de la Pijako que Mell présenta en grandes pompes. Pleine de curiosité, ses yeux s'emplirent d'une lueur attentive alors qu'iel surveillait les mouvements de son interlocuteur, puis ceux de l'oisonne à ses côtés. Toute émerveillé.e par la simple existence de cette dernière, iel ouvrit grand la bouche et les yeux, souriant comme un.e neuneu devant un cirque.

« Ooooh qu'elle est jolie... Cali, Cali, tu l'as vue ?! Elle te ressemble ! »

La Pijako, qui se trouvait perchée sur le canapé, garda un regard quelque peu vague sur sa fille biologique. Il n'aurait pas été aisé de dire si elle était intéressée par cette dernière ou si elle la regardait comme elle aurait regardé un mur, à vrai dire, mais elle se contenta d'un vague « Pii » qui indiqua à Livie que oui, effectivement, elle avait vu. Son désintérêt transparut toutefois un peu, vu que même l'avocat.e le remarqua et esquissa une moue déçue.
Les commentaires du scientifique, suivis de la petite imitation de Décibelle, eurent le mérite de la faire glousser comme un dindon, ce qui en soit n'est pas dur, mais tout de même. Livie était bon public, et, ce faisant, iel crut bon d'applaudir vivement des mains, souriant toujours. Iel tenta d'approcher, intrigué.e par la jeune pokémon, et esquissa une moue enjouée.

« Elle peut déjà faire ça ? C'est rigolo ! Elle pourra faire plus, en vieillissant ? »

Comme d'habitude, iel veut en savoir plus, comme si son interlocuteur était une page wikipédia. Livie a un rapport assez naïf au savoir : elle tend à surestimer largement les connaissances des gens qu'elle estime, et, couplé à un manque de gêne sociale, n'hésite pas à poser toutes les questions du monde quand iel le peut. Cela inclut, également, de faire des interventions parfois inutiles en plein milieu de la conversation, comme celle qu'iel réalise en prenant la parole, le regard posé sur Décibelle.

« C'est rigolo, parce que Cali a pas l'air très intéressée, enfin... J'aurais cru, mais non ! »

Livie ne comprend pas trop ; pour iel, c'est compliqué d'imaginer qu'un parent ne s'intéresse pas à son enfant. En un sens, iel est étrangement dans le déni à ce sujet, refusant toujours même d'imaginer le fait qu'iel a peut-être vécu ça, et réfutant les possibilités que ce genre de cas existe. Dans tous les cas, son attention et toutes les questions qui auraient pu être posées par là à son esprit sont vite coupées par sa propre tentative inconsciente de changer le sujet, principalement car iel avait remarque que quelque chose s'était collé à sa chambre. Tout naturellement, Livie s'était écarté.e de quelques centimètres, un nœud de malaise se formant dans son ventre.

« Crona, dis bonjour ! »

Le Scrutella ne parut pas être d'humeur à le faire, d'ailleurs. Livie cligna des yeux, pris.e par surprise, et esquissa un sourire bêta envers le scientifique.

« Enfin, euh, pardon... Je comprends pas trop pourquoi il fait ça. Il est tout le temps en train de faire ça depuis qu'il est bébé, c'est normal ? »

Car bon, comprendre que les jeunes ont besoin d'attention de sécurité, pour Livie, c'est plus ou moins une nouvelle révolutionnaire. Et oui, un jour, iel apprendra à se taire.

Début Août 2023, soirée


DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Alice C. Donovan & Roxanne Novak.
Livie A. Vulpino
Sr de la Confrérie
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Aoû - 0:21
Revenir en haut Aller en bas
Des piafs et des Anar.
avec Bruce Livie
Début Aout 2023 – Anula, début de soirée.

Mell est de nature enjaillée et électrique et il semblerait que Livie soit tout aussi enthousiaste à l’idée de rencontrer Decibelle. D’ailleurs, c’est assez clair que l’avocate est contente car elle s’ébroue et se met à faire des vocalises enjouées à a vue de la plus jeune Pijako. Mell sourit à son tour de manière béate et fier comme un papa quelque peu relou qui présente ses enfants. Décibelle resta timide dans un premier temps en se cachant de Livie quelques secondes, tout de même réconfortée et rassurée par la présence de son dresseur. Petit à petit, la Pijako sortit de sa « cachette » et observa mieux Livie ainsi que Calico, postée un peu plus loin, en sentinelle. Intimidée par la Pijako plus âgé, la plus jeune fit profil bas et se concentra sur l’humanoïde à cheveux blancs en train de la regarder avec des étoiles dans les yeux.

Mell, attendri par la scène releva les yeux lorsque Livie continua ses commentaires gagatouilleux sur Decibelle. Il se retint de relever que, oui, une Pijako ressemble forcément à une autre Pijako, parce que, eh bien, tous les Pijako se ressemblent un peu, mais peut-être que ce serait un peu rabat-joie. Livie a l’air si contente de rencontrer la progéniture de Calico que Mell préfère mettre ses commentaires de chercheur intello au placard. Le lunetteux se contenta de sourire bêtement comme le gros niais qu’il est et fut surpris quand Décibelle se remit à lâcher des « aaaaah iiiiiih aaaah » de perroquet enjaillé à mesure qu’elle redevenait à l’aise. Bon, en dehors du fait que ça lui casse les oreilles, Livie, pour sa part, semble encore plus ravie.

« J’sais pas c-c’est la première f-fois qu’elle fait ça ! ‘F-fin, elle crie b-beaucoup quand l’est à l’aise d-donc… C’qu’elle est à l’aise. »


Oui, bravo le veau. Si elle est à l’aise… Eh bah, elle est à l’aise. Héhéhé.


On ne peut pas forcèment en dire autant de Calico qui, comme le relève Livie, n’a pas l’air spécialement confortable à a vue de sa « fille ». La plus vieille Pijako se contente d’observer Decibelle d’un œil circonspect pendant que les deux humains la congratulent pour tout et n’importe quoi. Mell haussa les épaules avec le sourire, en s’asseyant sur le canapé après avoir posé son sac.

« Bah, t’sais, les Pokémon c’comme les humains, y’en a qu’on p-pas forcément la f-fibre parentale. C-comme les p’tits sont s-souvent aut-t-tonomes ou d-dépendants d’un d-dresseur quand y s-sortent d’l’œuf, c’pas s-si grave. B-beaucoup de P-Pokémon issus d-d’œufs d-domestiques c-connaissent j-jamais leur parents. »

Le chercheur avait exposé ces faits d’un air serein, sans penser qu’il pouvait être cassant ou avoir l’air pessimiste. Pourtant, avec quelques secondes de recul sur ses paroles, il s’aperçut que cela pouvait sonner rude aux oreilles d’autres personnes. Les concepts de parentalité sont assez étrangers à Mell qui n’a jamais vraiment eu de figure parentale marquée en dehors de la présence de son grand-père qui les a élevés, lui et sa sœur. On lui a déjà fait remarquer qu’il était très détaché à cet égard avec des réactions assez différentes et parfois franchement cruelles, allant de « ah, t’as de la chance, la famille c’est vraiment de la merde » à « oui bon, tu dis ça parce que tu sais pas pas trop ce que c’est d’avoir une vrai famille », alors que… Ahaha. Même s’il a vécu toute sa vie avec sa sœur, c’est déjà bien assez suffisant pour que Mell comprenne que la famille, c’est effectivement complexe. Et ça, qu’on ait qu’une seule sœur ou une famille nombreuse, c’est pareil partout. Enfin.

« Enfin… P-Peut-être que C-Calico d-doit juste s’habituer, hein… »


Se corrigea-t-il, l’air un peu plus penaud, se sentant finalement assez peu légitime pour parler de parentalité. Heureusement la conversation pu vite s’en aller ailleurs lorsque Mell surprit deux grands yeux rivés sur lui. Sur le coup, le binoclard eut un mouvement de recul et émit un « Aaah ! », interpellé par e regard fixe que lui lance le jeune Scrutella de Livie.

« Oh, euuuh… Hahaha… B-bonjour Crona. »

S’emmêla-t-il en reprenant ses esprits, mis mal à l’aise par la prunelle inhabituelle du Pokémon Psy. Pourquoi font-ils ça ? Alors là, Mell est bien incapable de répondre. Déjà il ne s’appelle pas « Wikipedia » mais en plus, il n’a pas suvent rencontré de Scrutella.

« P-p-pourquoi… quoi… ? Pourquoi y f-fixe les gens où pourquoi y dit p-pas bonjour… ? Euh… J-j’en sais rien... Le c-comportement des P-Pokémon Psy c’pas vraiment mon d-domaine, t’sais. »


Bon, après, Mell se dit que si Crona est encore un bébé, c’est normal qu’il soit curieux et plus observateur que sociable.

« M’fin… L’est surement juste timide, hein. T-t’inquiètes, j’me vexerais p-pas s’il me dit p-pas bonjour, hein ! »


A vrai dire si ce petit gars au regard qui fait peur pouvait rester loin de moi, ça m’arrangerait bien…

Mell déglutit et décida de regarder ailleurs que dans l’abîme des pupilles étranges du petit Pokémon au look gothique.

« Au fait ! J-j’ai apporté un c-cake s-salé p-pour l’apéro ! C’moi qui l’ait fait ! »

Fier comme un paon, Mell sortit le petit cake rectangulaire du sac et le tendit à Livie pour qui offrir de manière très officielle. La pauvre ne se doute pas encore de la nullité intégrale du binoclard pour tout ce qui touche à la cuisine… Autant dire que le résultat risque d’être franchement médiocre voire immangeable. Ce n’est pas pour rien que Leanne ne laisse jamais son frère aller au fourneaux, même quand celui-ci déborde d’envie de bien faire. C’est d’ailleurs un énième sujet de discorde car Mell n’aime pas que Leanne passe trop de temps à la cuisine et lui reproche de toujours laisser cette dernière dans un état pitoyable dès qu’une goutte de café n’est pas à sa place (même, si, honnêtement, Leanne a des raisons de s’agacer car Mell éparpille ses tasses de thé dans tout l’appartement et ne prend jamais le temps de les laver et de les ranger, elle en a retrouvé une dans la douche avec un vieux sachet de thé, un jour, c’est pour dire).

Le chercheur attendit que Livie sorte des couverts pour découper des parts de cake, tout content d’avoir préparé quelque chose et de pouvoir le manger. Mais en coupant quelques parts, une personne avec plus d’un neurone actif aura déjà compris que ça n’allait pas être aussi bon que Mell semble le croire. Déjà, il y avait trop de choses dans ce gâteau, ça sautait aux yeux : il y avait plus de garniture que de pâte. Ensuite, le centre n’avait pas l’air franchement assez cuit mais le chercheur justifia ça par le fait qu’il « adore quand c’est moelleux » et qu’il avait ajouté des fraises et des bananes…

« …P-parce qu’j’aime b-bien les fraises et les b-bananes alors j’me suis dit que ça s’rait b-bon d’en rajout-rajouter ! »


Oui, alors, Mell n’a pas encore compris que ce n’est pas parce qu’on met toutes les bonnes choses qu’on aime dans un plat que ça va forcèment être bon. Dans le cas du cake salé, ça va probablement être très mauvais et… Bon, rater un cake salé à 31 ans, ça relève quand même un peu de la prouesse. Mais passons. Mell pris sa part dans sa main et tendit une miette à Decibelle qui la renifla et se détourna en grimaçant d’un air dégouté.

« Oh… B-Bah Bébelle… ? »
Il regarda sa part et haussa les épaules. « T-tant p-pis pour elle, l’était s-surement très b-bon m-mon-- »

Il croqua dans sa part et s’interrompit en réalisant que le gout n’était pas exactement à la hauteur de ses espérances.

Uuuuuh… C’était mieux dans mon imagination !

« …Mon cake…. Hm…. Hm-hm ! C-c’est… C’pas m-mauvais, hein… ? H-hein ? »

Dit-il pour sauver la face, pourtant bien conscient qu’il a totalement raté sa tentative de cuisiner quelque chose, et trop fier pour avouer que ses capacités en cuisine se limitent à la spécialité « plats à réchauffer ».






Mell pique ses crises et se la pète en #663300.
RPs : Easton, Tristan.

DCs : Cobaltium, Tobito, Alexander, Angarade, Ludwig et Lionel.
Mell Straum
Scientifique
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Aoû - 0:48
Revenir en haut Aller en bas
>>>Des piafs et des anar
>>> FT. Mell Straum
Livie est toujours content.e qu'on lui réponde, même si c'est pour ne rien dire ou pour énoncer des banalités. Sans trop savoir pourquoi, iel aime entendre les autres parler, et écoute attentivement ce que lui raconte le scientifique. Pour Livie, toutefois, c'est étonnant. Il faut dire qu'on lui a tellement rabattu que les parents aiment forccément les enfants qu'ils ont que le contraire lae surprend toujours un peu, sans qu'iel ne sache pourquoi iel se sent étrange en y pensant. Mais comme cette pensée est un peu embêtante et demanderait de s'investir, Livie se contente de vaguement hocher la tête, étonnamment satisfait.e de passer à autre chose. L'idée que Calico avait juste besoin de s'habituer était bien plus tentante.
Le cas de Chrona restait toutefois un peu étonnant pour l'avoca.e, qui, toujours mise quelque peu mal à l'aise par son existence même et son côté très collant, ne savait absolument pas comment se comporter face à elle. Livie se serait senti.e très mal de l'abandonner, en un sens, donc iel l'avait gardé dans son appartemment, sans trop oser l'approcher et lui donner toute l'attention dont il pouvait rêver. Sans surprises, donc, Chrona faisait plus ou moins n'importe quoi. Et ça, pour que Livie le comprenne... Iel cligna des yeux devant la réponse de Mell, étonné.e, mais sourit bêtement.

« Oh, d'accord ! »

Tout cela fut toutefois bien vite oublié dès lors qu'une mention de nourriture fut faite, et un très large sourire s'étira sur le visage de la jeune personne aux cheveux blancs. Oui, là, tout allait définitivement très bien ; goinfre comme iel était, résister à du cake lui paraissait difficile. Et, par un grand optimisme, Livie se dit que cela devait sûrement être très bon.

« Très bonne idée ! J'ai du fromage, en plus, je crois ! »

'Je crois' voulant à coup sûr dire quelque chose comme 'il y a six variétés de fromage dans mon frigo car je dépense les trois quarts de ma paie déjà maigre dans de la nourriture et du coup j'ai du mal à payer mes factures'.  Avec enthousiasme, iel courut dans le coin cuisine pour sortir des couverts et des petites assiettes (aux motifs de petites fleurs extrêmement colorées), et découper le machin rectangulaire ramené par Mell.
Le grand sourire de Livie, toutefois, s'amenuisa quelque peu lorsque la découpe commença. Très clairement, il n'y avait pas de peinture plus claire et expressive de la déception que l'expression du visage de l'avocat.e laissait entrevoir maintenant. Car si iel s'attendait à manger quelque chose de qualitatif, tout espoir fut brisé dès lors que Livie remarqua tout ce que contenait ce « cake salé ».  Un peu indigné.e, iel retint une moue boudeuse.
... Mais... Mais on ne fait pas à de la nourriture !

Livie ne répondit pas tout de suite, circonspecte, et toujours très critique dès lors que le sujet tait abordé. Iel haussa toutefois les sourcils lorsque même Décibelle refusa de goûter à cette abomination, et se permit un fort gloussement amusé, ne craignant pas vraiment de vexer son homologue car il est difficile pour iel de réaliser que cela pourrait être vexant.
De son côté, toutefois, la curiosité était peut-être plus grande que la capacité à réaliser les risques encourrus. Devant la tête que tirait Mell, Livie fut peu convaincu.e et, en fronçant les sourcils, osa approcher la part de cake de son visage pour en prendre une bouchée. Une grande grimace s'étira d'un coup sur son visage. Sans plus attendre, iel se releva d'un coup, et, bousculant presque la table, partit recracher ce qui avait été naïvement goûté dans l'évier. Et, comme si cette action ne suffisait pas, Livie tourna de la tête pour exprimer ce qui était, à ce stade, plutôt évident.

« Ah non, l'est pas très bon ! »

Et oui, Livie n'a pas la moindre idée du fait que ce qui a été dit est très cruel et pas franchement gentil, car il manque quelques cases à son cerveau. Pour rattraper le coup, iel ouvrit la porte de son frigo, espérant y trouver une corne d'abondance ; il n'y avait malheureusement pas grand chose de plus que dans une map d'un jeu vidéo datant du début de l'époque 3D. Une moue embêtée s'étira sur son visage, et Livie releva la tête en se grattant le bout du nez, embêté.e

« Hm, hm...  J'ai plus beaucoup de fromage, je crois, en vrai. Enfin, j'ai un peu de fruits et tout mais... »

Mais ce n'était pas assez pour quelqu'un qui aimait en faire des tonnes en matière de nourriture. Iel réfléchit donc à une manière de régler ce problème, et, ce faisant, dû cogiter quelques secondes. Quelques très longues secondes, en soi, qui lui permirent, au final, d'avoir une idée qui ne lui paraissait pas excessivement mauvaise. Tapant dans sa paume d'une manière très peu naturelle, Livie finit par reprendre la parole d'un ton très enjoué.
,
« Je sais ! Tu voudrais bien m'accompagner dehors ? Je connais un bar sympa qui fait des petits trucs à grignoter pas chers et assez bons ! »

'Plus bons que ce que je viens de manger', aurait-iel pu dire si iel était honnête, mais si la pensée lui était certes passée en tête, son intérêt était plutôt porté vers une potentielle sortie. Comme toujours, en somme : passer du coq à l'âne, surtout quand l'âne était plus divertissant que le précédent dont iel se lassait toujours extrêmement vite, était sa spécialité.

Début Août 2023, soirée


DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Alice C. Donovan & Roxanne Novak.
Livie A. Vulpino
Sr de la Confrérie
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Aoû - 18:18
Revenir en haut Aller en bas
Des piafs et des Anar.
avec Bruce Livie
Début Aout 2023 – Anula, début de soirée.

Malheureusement, Mell ne perdit pas une seconde du moment ou le visage de Livie se décomposa de dégout devant sa préparation. Lui le premier, il pensa tout de suite qu’il s’était foiré en beauté et ne savait pas cuisiner, mais, il fallait que sa susceptibilité s’en mêle quand même. En faisant la moue, Mell avait regardé Livie goûter (surement pas politesse) et laisser le reste de sa part en déclarant que ce n’était vraiment pas fameux. Même s’il n’est pas suffisamment de mauvaise foi pour la contredire, le chercheur se vexa comme un pou, sachant pourtant très bien que prendre ainsi la mouche est stupide car il le sait, lui aussi, que son cake est dégoutant.

Ouais, bah, ça va, Mell il a compris qu’il ne savait pas cuisiner ! Même quand y fait un truc avec amour, c’est juste « pas très bon » ! Gnagnagna…

Le binoclard pinça les lèvres d’un air boudeur et se redressa dans une attitude péteuse et suffisante, regardant ailleurs que vers Livie.

« Hmph… J’sais qu’c’est p-pas b-bon m’enfin, roh, hm, euh, voila, qu-quoi… »


Marmonna-t-il en faisant boudinette comme un gamin de 5 ans à qui on vient d’annoncer qu’il va devoir aller chez Tata Simone pour le goûter et supporter son fichu Couafarel qui bave. Livie tenta d’arranger la situation en cherchant dans son frigidaire mais lui annonça bientôt qu’elle n’avait plus grand chose à se mettre sous la dent. Sur le coup, Mell compatit intérieurement, car un frigo vide en début de mois, ce n’est pas ce qu’il y a de plus réjouissant. Il en oublia très vite l’épisode du gâteau gerbique, d’autant plus quand Livie lui proposa de sortir au bar. Effectivement, l’idée l’enchantait, mais il espérait que ça ne dérangera pas les plans de son hôte. En même temps, c’est Livie qui propose donc c’est que ça doit aller… Puis, Mell n’est pas un invité difficile.

« Oh… Ok-okay, pas d’soucis !  »


Il prit le temps de ramasser son sac et suivit Livie vers l’extérieur, sans oublier Decibelle au passage qui se percha sur son épaule bien sagement.

« En p-plus, j’connais p-pas les bars d’Anula. D-du c-coup, c’l’occas-s-sion ! »

Ajouta-t-il tandis qu’il marchait à côté de Livie en direction du bar. Sur la route, ils parlèrent de sujets assez peu intéressants comme le temps et le fait qu’il faisait lourd. Mell s’empressa aussi de poser des questions sur les rues et bâtiments Anuliens qu’ils croisèrent, à croire qu’il prenait Livie pour l’office du tourisme. Insupportable. Enfin, ils arrivèrent devant l’enseigne du bar que l’avocate avait annoncé. Sans plus tarder, ils entrèrent pour profiter de la climatisation et s’installèrent dans une table non loin de l’entrée. L’endroit était assez fréquenté, visiblement, mais un serveur ne tarda pas à venir prendre leurs commandes.

Mell demanda un simple jus de fruit pour le moment, pas vraiment d’humeur à s’alcooliser pour l’heure, et s’attarda sur la décoration du lieu. Il lui sembla distinguer un motif Anarchiste mais…

Bof, c’est surement juste parce qu’ils trouvent ça stylé… Non ?

Pas que ça lui déplaise, hein. Enfin, vu la non-subtilité de la chose, le doute est permis.

« Alors, t-t’viens souvent ic-ici ? »


Il lui épargna le discours rapidement vexant et gênant de « oh je t’imaginais pas aller au bar hahaha tu as l’air tellement sage lol ptdr c’est drôle paske t’es avocate et les avocats ont pas d’vie » de gros beauf irréfléchi.






Mell pique ses crises et se la pète en #663300.
RPs : Easton, Tristan.

DCs : Cobaltium, Tobito, Alexander, Angarade, Ludwig et Lionel.
Mell Straum
Scientifique
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Aoû - 14:16
Revenir en haut Aller en bas
>>>Des piafs et des anar
>>> FT. Mell Straum
Livie aime beaucoup sortir boire dehors, à vrai dire. Son compte en banque n'est probablement pas d'accord avec son goût démesuré pour les terrasses pleines de musique, mais cela ne l'empêche pas de persévérer avec tout le côté capricieux d'un gamin qui est prêt à sacrifier sa journée à la plage pour avoir sa sucette. C'est encore mieux quand les établissements susdits lui sont un tant soit peu agréables sur les questions politiques ; iel a le souvenir, de toute manière, que celui où iel compte emmener Mell est particulièrement connu pour revendiquer ses opinions. Au passage, enthousiaste comme tout, iel répond à toutes les questions de son interlocuteur, sortant parfois d'énormes approximations et autres grossièretés qui seraient sans doute oubliées dans la journée. Lorsque leurs pars les mènent enfin à une table et que, sans trop attendre, Livie se met à réclamer une planche mixte ainsi qu'un fruit pressé (un mélange particulièrement goûtu que le cantal-jus d'orange), iel ouvrit grand ses esgourdes, un peu trop impatient.e à l'idée de discuter de tout et de rien. Un grand sourire s'étala sur son visage lorsque le plus vieux lui posa quelques questions sur ses préférences.  

« Ouip ! »

C'est qu'iel sautillerait presque sur place, vu son bonheur de partager plus ou moins n'importe quoi. Cela passait notamment par le fait de parler plus en détails d'anecdotes quelconques, sans forcément réaliser que ce n'était pas les choses les plus intéressantes au monde, mais de le faire avec un ton particulièrement jouasse. Livie remercia chaleureusement le serveur qui s'était chargé de leur ramener leurs commandes, et se mit à siroter tranquillement sa boisson tout en grignotant dans un bout de reblochon (et cela lui plaisait pas mal).

« En fait, c'est une cliente qui m'a donné l'adresse ! Au début, j'étais un peu intimidée, mais au final, la patronne est super ! »

Ou du moins, le dit-iel. En réalité, iel s'était mis à blablater en quelques minutes à peine, exaspérant même la plus déterminée des serveuses qui avait réussi à s'échapper en prétextant une urgence. Livie devrait peut-être ajouter qu'iel apprécie beaucoup l'endroit, d'ailleurs, mais cela lui semble si évident qu'iel ne blablate pas pour rien, pour une fois. Et en même temps, l'avocat.e est plus intéressé.e par ce que l'autre peut avoir à lui dire. Un peu maladroitement, Livie tente de faire la conversation.

« Donc, euh, euh... T'as du neuf ? Des trucs un peu rigolos qui se sont passés ? »

Lae juriste ne peut s'empêcher de tenir en place ; sa tête se mouvoie un peu, et iel bascule très légèrement de droite à gauche, cherchant à se défouler par un quelconque moyen. Le cerveau de Livie est plein de questions et d'interrogations, de pensées, aussi, qui s'emmêlent quelque peu pour le moment. Des pensées qui, pendant une seconde, lui font exprimer une interrogation qu'iel gardait depuis tout à l'heure. D'un ton plus léger et qui laisse transparaître une légère hésitation, Livie reprend la parole.

« Et oh, hm... Le style te dérange pas trop ? »

D'un petit coup de tête, iel montre l'un des très nombreux signes anarchistes qui ornent la façade de l'établissement. C'est vrai qu'en réalité, Livie n'a jamais trop pensé à lui demander ce que Mell en pensait, de tout ça.

Début Août 2023, soirée


DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Alice C. Donovan & Roxanne Novak.
Livie A. Vulpino
Sr de la Confrérie
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Sep - 1:28
Revenir en haut Aller en bas
Des piafs et des Anar.
avec Bruce Livie
Début Aout 2023 – Anula, début de soirée.

Mell saliva sur la planche dès que celle-ci débarqua sur leur table et il se hâta de commencer à siroter jus d’ananas. En écoutant Livie blablater sur les circonstances qui l’avaient amené jusque dans le bar Anulien. Les prix étaient un peu cheros aux yeux de Mell, mais, après tout, c’est Anula, il ne s’attendait pas exactement à ce que soit bon marché… Enfin, en vivant à Nuva Eja, il ne devrait pas se plaindre. Pas pour rien qu’il commande ses courses à Dimaras ou Vanawi pour aller les chercher au drive quand il le peut. Enfin, tout ça pour dire que la vue d’une planche toute simple sans fioriture totalement inutiles de restau cher de Nuva Eja (oui sa dernière expérience dans un restau là-bas aura été la dernière, vu le prix et en plus, ce n’était même pas spécialement bon) c’est un véritable bol d’air frais. A la limite, il n’osait qu’à peine y toucher parce que… Bah, c’est trop beau une planche, non ? Enfin, c’est surtout par politesse, peut-être que Livie veut tout garder et… Bref.

Mell se demanda un peu comment les choses se passaient entre Livie et ses client.e.s. pour que ces dernièr.e.s lui fassent des suggestions de bars mais pourquoi pas, après tout. Peut-être que le monde du droit n’est pas aussi guindé et coincé que le chercheur l’imagine.

« T’as des clientes qui t’font des b-bonnes suggest-tions, alors ! ‘F-fin,c’pas avec les internes qu-qu’on irait… F-fin j’en sais rien en fait… »

C’est vrai qu’il n’est jamais vraiment allé au bar avec les internes du Centre Pokémon de Nuva Eja. Bon, enfin, l’intervention n’était peut-être pas si intéressante qu’il l’aurait pensé avant de commencer à parler.

« J-j’peux m’serv-vir sur ta p-planche ? »


Demanda-t-il quand même parce qu’il en mourrait envie, et continua d’écouter Livie qui lui demandait des nouvelles et lui parlait aussi de la déco.

Ah, donc j’suis pas l’seul à l’penser.


« Des tr-trucs rigolos ? Hmmm… » Il a certainement des histoires d’expériences marrantes à raconter s’il cherche bien. Mais c’est toujours quand ça lui demande que ça lui échappe. « Bah, ça f-fait un bail m-mais… F-fin j’fais d’t-temps en temps d-des randos et j’suis allé avec un p-pote Ranger et j’ai failli m’faire b-bouffer par une maman B-Bazoucan et m-mourir sous un éb-éboulement d-dans une carrière, haha ! »

Alors, sur le coup, t’as pas vraiment ri, Mell, m’enfin…

Au moins il relativise et il la décence de conserver l'anonymat de Tristan, mais bon. En plus, qui va croire une pareille histoire à dormir debout ? Quoique non, Livie va probablement totalement l’acheter. Avec ce qui leur était arrivé dans la jungle, en plus. Et on ne parlera pas des sorties improbables avec John, il y a maintenant quelques années. Me demande ce qu’il est devenu, lui.

« … P-parfois j’me dis qu-qu’entre ça et n-notre s-sortie dans la j-jungle, j-j’aimerais bien f-faire une p-p-prom’nade normale, sans r-risquer d’m’faire b-bouffer, héhé. »

Et il ne s’agit même pas de Pokémon dangereux « oubliés » par la compétition. Pour le coup, Mell pense qu’ils ne servent un peu à rien, dans cette histoire, les miliciens. Enfin, là n’était pas la question.

Sur ces mots, il continua de boire son jus et tapa dans quelques morceaux de saucisson… On ne peut pas dire que le mélange ananas/reblochon soit vraiment agréable sur les papilles du chercheur. Il grimaça un peu et s’attarda de nouveau sur la décoration, mais sortit quand même sa vapoteuse, histoire de rendre le mélange encore plus insolite (entre ça et le cake, il doit vraiment penser à arrêter les mélanges foireux, sinon, la prochaine étape, c’est le café salé de la mort et il aura une très mauvaise surprise…).

« T’crois que ça dérange s-si j’vap-vapotte ? »

Dit-il, en commençant malgré tout à aspirer dans son machin en plastique qui pue la menthe trop fraiche. Personne ne semblait s’en formaliser pour le moment donc il retourna à la déco.

Si elle le relève, c’est que les symboles Anar, c’est pas juste pour faire joli ?


« B-bah… n-non ? »

Il marqua une pause et regarda autour de lui.

« ‘Fin, ç-ça a pas l’air de s’donner un g-genre anar juste pour att-ttirer les bourges hipster intellos chiants, d-donc, c’cool. »

C’est vrai qu’il ne voit pas de telles personnes (enfin, de ce qu’il perçoit) peupler le bar. Les gens nt l’air très tranquilles à l’exception d’une table d’étudiants aux débats quelque peu agités.

« C’juste que j’t’imaginais p-pas forcèment aim-mer c’genre de l-lieux ! M-mais bon, j’ai p-ptet des p-prejugés nuls sur les av-vo-c-cats. »

Il se redressa d’un coup, repensant dans l’instant à quelque chose qu’il devait bien à Livie pour leur sortie dans la jungle. Tout sourire, il s’en alla fouiller dans son sac et tendit la revue dans laquelle il avait contribué récemment avec son article sur les Pokémon oiseaux et entre autres, sur Calico. Il est bien normal pur lui, que Livie, qui a bel et bien participé à l’expérience, ait droit à un exemplaire gratuit.

« Tiens ! Ca-cadeau ! C’la revue où j’ai p-publié mon article ap-après n-nos « expériences » d-dans la jungle ! Les autres art-ticles s-cont très cools, j-justement, y’en a un s-sur les Pokémon psy et leur c-capacité d’observation du c-comportement hum-humain… ça m’fait p-penser à ton Scrutella. ‘Fin voila, t-tu m’as bien aidé alors j’te dois b-bien ça. »







Mell pique ses crises et se la pète en #663300.
RPs : Easton, Tristan.

DCs : Cobaltium, Tobito, Alexander, Angarade, Ludwig et Lionel.
Mell Straum
Scientifique
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Sep - 12:38
Revenir en haut Aller en bas
>>>Des piafs et des anar
>>> FT. Mell Straum
Généralement, Livie fait à peu près attention à éviter de « trop » parler politique. Ou du moins, autant qu'iel en est capable, puisque c'est souvent bien plus insidieux que le fait de simplement mentionner tel candidat, ou tel projet. La politique s'imbrique tellement naturellement et vicieusement en tout que cela finit forcément par ressortir à un moment donné dès lors que l'on discute un peu avec quelqu'un d'autre : c'est quelque chose qu'iel n'est pas assez naïve pour ignorer, ou trop arrogant.e pour faire comme si ce n'était pas le cas avec son auguste personne. Toutefois, Livie a aussi conscience que cela peut amener des ennuis, que d'être trop direct.e quant à ses véritables pensées, alors iel tend à se tempérer, malgré son dégoût pour la chose.
Laissant à l'autre le loisir de se servir sur la planche, car après tout on ne prend pas une planche sans ambition de partager vu le prix que ça coûte, Livie gloussa bêtement face à l'histoire qu'il raconta, persuadé.e que c'était après tout très drôle, tout ça. Et oui, sans surprises, iel se montre bien incapable de comprendre la portée du danger que l'autre avait pu voir, ce qui lui permettait de rire sans honte aucune de ce qui était arrivé. Enfin, iel aurait dû avoir un peu honte, mais bon, pour cela, il faudrait que Livie soit déjà capable d'en comprendre le concept.

Le cadre ne dérange en outre pas trop Mell, ce qui ravit l'avocat.e, qui esquisse un sourire satisfait et amusé par la remarque du plus vieux. Bien loin de saisir qu'ils font tous deux déjà partie de cette catégorie sociale, Livie hausse malgré tout les sourcils sur la supposition faite quant à ce qu'elle pouvait apprécier comme endroits. En même temps... Sur le coup, Livie ne put vraiment lui donner tort. Ce n'était pas comme si « le milieu » était gangrené par les idéologies anti-autoritaires et anti-oligarchiques ; pour certains, même, la contribution à de pareils systèmes était une vraie mine d'or financière. Livie s'y fait, en se disant avec tout l'optimisme du monde qu'il faut bien changer les choses de l'intérieur : et iel est sincèrement persuadé que c'est possible. Bouffi.e d'arrogance, iel esquisse un rictus satisfait.

« Héhé, j'suis plein de surprises, que crois-tu ! »

Avec étonnement, toutefois, Livie voit l'aîné lui tendre une revue dont l'apparence et le titre ne lui disait rien du tout à première vue. Plein.e de curiosité, iel se jette presque sur le papier et ce qu'il contient, écoutant d'une oreille distraite. Ne comprenant pas comment le système académique fonctionne, ou en tous cas sa première année de master commençait à remonter, Livie écarquilla grand les yeux, impressionné.e pour un rien par les travaux de Mell et ouvrit bêtement la bouche, comme un poisson surpris.

« Ooooooh ! Mais c'est super, ça ! Merci, Mell, c'est adorable ! »

… En quoi, ça, c'était une très bonne question, mais visiblement, Livie trouvait que c'était assez génial pour s'exclamer bêtement à la manière d'un.e lycéen.ne devant un plot twist de base de sa série pourrie favorite. Empli.e de curiosité, iel se mit à feuilleter la revue avec empressement, comme si iel était en train de jouer à un simple jeu de « trouvez Charlie » qui l'amusait un peu trop pour que ce ne soit pas ridicule. Tout.e excité.e, Livie sourit bêtement, et gloussa stupidement, comme si iel le contenu de l'article était la chose la plus intéressante au monde, d'un coup. Il faut se dire qu'avec l'image excessivement glorifiée que l'avocat.e se faisait des recherches universitaires, il n'a rien d'étonnant à ce qu'iel trouve ça proprement fascinant.

« J'vais lire ça à ma pause demain, c'est promis ! T'auras toute mes impressions ! »

Des impressions qui ne seront probablement pas grand chose d'autre que des dizaines de messages plein de smileys, de citations et d'expressions plus ou moins compréhensibles comme des « reojhkghhrfj » ou des « oh la vache !!!!!! » pendant une quinzaine de minutes. Mais bon, c'était l'intention qui comptait, après tout... ?
Durant une seconde, son coup d’œil passa sur le petit objet du chercheur qu'il n'osait pas trop sortir, et iel esquissa une moue franchement amusée. Il y avait bien un petit paquet d'histoires qui traînaient au fond de sa tête, mais iel se retint de les conter, conscient.e que ce serait peut-être un peu risqué pour l'instant, et qu'un certain nombre d'entre elles tombaient sous le secret professionnel. Toutefois, Livie se permit un rictus amusé.

« J'crois pas que ta 'vapotte' dérangera, en vrai, y'a des trucs plus discutables, des fois, héhé. »

Un petit regard vers un groupe attablé plus loin et à l'air particulièrement détendu en disait bien assez sans qu'iel n'ait besoin d'entrer dans les détails, après tout. Rien de bien extrême, dans les faits. Mais dans les faits, Mell paraissait avoir déjà bien saisi une partie de l'orientation du bar, ce qui lui fit se dire qu'une bonne explication était de mise, ou du moins, que Livie pouvait se permettre d'en dire un peu plus sans se faire manger.

« C'est que c'est souvent un départ et une fin de manif, par ici, enfin, pour les pots, tout ça. Puis en vrai, y'a des réunions et des clubs de discussion de temps à autre, c'est juste que les soirs comme ça, c'est plus calme. »

Ce n'était pas forcément pour lui déplaire, en un sens, mais Livie devait avouer préférer les journées de débat, aussi complexes qu'elles soient, parfois. Là, c'était sympa pour boire un verre, mais dans les faits, ce n'était pas aussi convivial, à ses yeux. Quoique en un sens, rien n'est jamais assez convivial pour Livie qui veut toujours en faire trop (pour se rassurer, en vrai, mais chut). Toutefois, en dépit de toute sa bonne volonté, et de ses efforts pour ramener du monde, l'avocat.e savait très bien qu'iel ne pouvait se permettre cette folie avec tout le monde. En l'évoquant, iel esquisse une grimace un peu embarrassée.

« Après... Je crois que je n'inviterais pas mes patrons par ici, ça ne serait sans doute pas leur genre ! Mais bon, c'est pas grave, j'suis sans doute pas la seule. Faut juste que je les trouve ! »

Un sourire candide et stupidement optimiste s'étira sur ses lèvres. Livie ne se décourage pas, malgré le fait que ses études, et son milieu socioprofessionnel actuel, soient bien loin de ses pensées et de son idéologie. Mais comme d'habitude, iel a l'arrogance et la naïveté de croire que ses petits gestes pourraient changer quoi que ce soit. En soi, Livie se disait que même si ce n'était pas l'université... Tiens, d'ailleurs, en parlant de ça ! Enthousiaste, iel se permit d'être plus souriante.

« … Mais y'en a beaucoup, je crois, à la fac, non ? Enfin, du peu de souvenirs que j'en ai. »

… Pas de son campus, en tous cas, pour des raisons évidentes. Disons que la propension des gens à se dire que la loi est absolue et aucunement sous l'influence directe de la politique est grande, et que celle des amoureux fétichistes de l'ordre et du tout sécuritaire n'étaient pas loin d'être égales. Ce fut donc sans surprises que Livie traîna davantage avec les gens des autres bâtiments, même si iel ne vérifia jamais trop leur matière et qu'iel ne pouvait pas se douter que ce n'était pas nécessairement le cas dans ceux de sciences naturelles.
Dans tous les cas, une autre question lui trottait en tête. Un rien de bien intéressant, en soi.

« Tu fais souvent de la randonnée ? Moi j'aime beaucoup l'accrobranche, c'est fun ! Faudra que je t'emmène, un jour ! »

Rien à faire : Livie est content.e, très content.e. Un peu trop, d'ailleurs. En même temps, dans les faits, ce n'est pas souvent qu'iel sort accompagné.e.

Début Août 2023, soirée


DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Alice C. Donovan & Roxanne Novak.
Livie A. Vulpino
Sr de la Confrérie
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Sep - 22:57
Revenir en haut Aller en bas
Des piafs et des Anar.
avec Bruce Livie
Début Aout 2023 – Anula, début de soirée.

Plein de surprise, hein ? J’imagine que c’est pour être surpris qu’on fréquente de nouvelles personnes, alors, ça tombe bien.

Pensa le chercheur, content de ne pas avoir blessé Livie à force de dire tout ce qui lui passe par la tête. Il y a des gens à qui ça ne plaît pas. Même quand on connaît bien Mell, s’entendre dire « eh mais t’as pris un double menton, c’est rigolo ! » de manière totalement spontanée peut-être quelque peu déroutant. Probablement devrait-il être un peu plus prudent à l’avenir quand il parle d’avocats, même si, en fait, il préfère enchainer les gaffes que jouer les faux-culs. L’enthousiasme de Livie fit chaud au cœur et aux joues de Mell lors de la découverte de la fameuse revue dont il lui faisait cadeau. Le chercheur se mit à sourire bêtement à son tour aux propos de l’avocate.

« Roooh, c’gentil m’c’p-pas obligé hein ! »

Fit le binoclard, même s’il trépignait d’avance à l’idée d’avoir des retours de Livie sur son article, mais aussi sur le reste de la revue. De cette manière, il pourra voir si ses écrits ne sont pas trop hermétique pour les personnes qui ne connaissent pas forcément les notions abordées sur le bout des doigts. Enfin, pas que Mell les connaisse si bien non plus, enfin, c’est une manière de parler.

« ‘Fin… J’esp-père que ça s’ra clair pour toi ! J’serais t-très con-content d’avoir tes impressions ! Ap-après tout, c’est aussi un p-peu ton article et c’lui d’Calico ! »


Après avoir causé et feuilleté très rapidement la revue scientifique, Livie revint sur le lieu où ils se trouvaient. Apparemment c’était un lieu qui, en dehors de ses activités de bar, organise un certain nombre Evènement et de forums visant à discuter et faire avancer et évoluer les idées et les revendications des anarchistes. Un petit sourire naquit sur le visage de Mell, en voyant son amie parler de tout ça de manière tout à fait décomplexée. Il est vrai que s’il se retrouve dans les idées de ce groupe, c’est aussi un peu car il ne trouve pas ses repères ailleurs, au niveau politique, du moins. Et même s’il lui arrive avec Natsume de refaire le monde à leur façon en grognant dans leur coin, il n’affirme pas vraiment tout ça en public. Les propos simple de Livie dédramatisaient vraiment tout ça et Mell l’écouta attentivement, se disant qu’il pouvait certainement en apprendre plus de cette manière et réfléchir à son propre « engagement ». Enfin, il est vrai qu’il n’a jamais osé s’en aller manifester et qu’il ne tient pas spécialement à s’engager corps et âme… Pourtant, il partage les idées anarchistes et les encourage dès qu’il s’en sent le courage.  

« Ahhh ! J’savais pas ! » En même temps, jamais il n’était venu ici, donc… « C’est interess-ssant ! Je… J’aimerais b-bien venir à une reunion un jour… Enfin, j’sais pas, j’me d’mande si c’pas un peu d-déplacé d’venir que p-par cu-curiosité quand on y connait p-pas grand-chose comme moi… ? »

Être déjà sincèrement intéressé et curieux d’en savoir plus est déjà un bon début, se dit-il, tout de même un peu embêté d’admettre son ignorance sur ce sujet (et sur n’importe quel sujet en général, bien qu’il est évident qu’il ne sait pas tout). Mais, pour ce qui est des Anar’ à la fac…

« Hm… C’pas en s-sciences qu’y’en a l’p-plus en f-fait. Pis b-bon, à l’époque, avec l’Régime et tout, enfin, quand j’tais en Master à Amanil, c’tait chaud. Mais, d’puis la r’construction d’Amanil, b-bah, y’a vach’ment plus d’groupes engag-gés et actifs, avec les assoc’ d’charit-té et tout. »

Avec la disparition du régime, il faut dire qu’Amanil s’était un peu « réveillé » au niveau politique, depuis sa destruction. Il y a beaucoup de choses à faire et les communautés sont actives, notamment à l’Université qui reste fort fréquentée. Mais comme il l’a dit à Livie, le chercheur n’ose pas trop s’associer aux communautés anarchistes déjà existantes, car il est un peu frileux et qu’il est encore en questionnement à ce sujet. Le sujet qui suivit avait quelque chose d’un peu plus familier pour lui, et le binoclard se remit à sourire, un peu amusé qu’on considère ses diverses mésaventures comme des « randonnées ».

« Bah, c’est des bonnes excu-cuses pour que j’aille f-faire des r’cherche sur l’terrain, surt-tout. C’tait des t-trucs qui manqu-qu-quaient un peu à ma thèse. P-Parce que p-pour des rais-sons f-financières et de temps, b-bah, j’avais p-pas eu trop l’temps d’en faire y’a 2-3 ans. »


Cela lui laisse toujours un goût amer de ses années de thèse en plus interrompues par les catastrophes qui avaient eu lieu sur Enola, mais en même temps, il n’y était pas pour grand-chose et n’était pas le seul dans cette galère.

« M-m’enfin ! J’aime bien ! Et… B-bah… L’acc-ccrob-branche, j’crois qu’j’en ai fait qu-qu’une ou d-deux fois, d’l’acrob-branche… Avec m-mon copain d’la fin du lycée. »

C’est vrai que les parents d’Etienne, pensant évidemment que son fils était seulement « vraiment très proche de son ami Mell, hihi, c’est tellement adorable on dirait des cousins ou des frères de cœur », acceptaient parfois de le trimballer avec leur « petit ange » jusqu’à ce genre de parcs en forêt.

« Ce s’rait s-sympa, m’enfin, j’te préviens, qu-quand j’ai la trouille j’pête des ca-câbles un peu facilement. C’contre p-personne, m’enfin… Ou-ouais, disons que c’est déjà arrivé que ça s-surprenne des gens, haha ! »

Comme avec Tristan, par exemple. Mais, pour ça, Mell ne s’en veut pas vraiment de s’être énervé même si ça n’a peut-être pas amélioré la situation. Enfin. Voila maintenant qu’il avait déjà l’estomac un peu rempli des fromages et de la charcuterie qui se trouvaient sur la planche. Et c’est tandis qu’un type entra avec ses potes en trombes, annonça des trucs au barman, visiblement euphorique, et annonça qu’il payait sa tournée aux occupants des lieux. Le chercheur haussa les sourcils sous le coup de la surprise puis se retourna vers Livie.

« Bon, bah… Si on veut c-commencer à picoler, on en p-profite ? »

Fit-il, en amorçant de se déplacer jusqu’au bar pour aller chercher quelque chose d’alcoolisé, probablement un cocktail.

« T’as un t-truc à m’c-conseiller ? »







Mell pique ses crises et se la pète en #663300.
RPs : Easton, Tristan.

DCs : Cobaltium, Tobito, Alexander, Angarade, Ludwig et Lionel.
Mell Straum
Scientifique
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Oct - 3:23
Revenir en haut Aller en bas
>>>Des piafs et des anar
>>> FT. Mell Straum
Ce qu'iel se dandinerait presque sur place, maintenant, gloussant comme un dindon en tripotant avec une fausse modestie humble le petit objet que lui a donné Mell. Livie aime bien qu'on l'ae complimente, ce n'est pas vraiment nouveau, et iel se roule dans ces compliments comme un cochon dans la boue. C'est-à-dire que quand on a pas grand chose pour soi, ou qu'on y croit moyennement, on prend plus ou moins tout ce qu'on peut en en faisant des caisses. Un gloussement stupide lui échappe tandis qu'iel se trémousse quasiment sur place.

« Hihi, merci ! »

En outre, ce n'est pas très neuf non plus qu'iel aime être écouté. Aux yeux de Livie, un.e avocat.e qui n'aime pas ça est au pire malheureux, au mieux un peu à l'ouest. D'autant plus qu'iel n'a pas souvent l'occasion de pouvoir parler de ces choses, dans les faits. Tenter de parler d'anarchie dans son milieu, c'était un peu comme tenter de proposer un plat vegan dans un barbecue de lions, aussi perchée que soit cette analogie. La curiosité de Mell lui semble donc on ne peut plus plaisante, et voilà qu'iel sourit bêtement, toutes dents devant, hochant vigoureusement de la tête. Un enthousiasme vigoureux lae prend, lui donnant envie de s'élancer dans de grandes discussions, de grands concepts, mais iel ne se le permet pas.
Au lieu de cela, Livie est quelque peu surpris.e. Cela ne lui était jamais passé par la tête, de se dire qu'iel ne serait pas légitime sur ces sujets, pour une raison quelconque qu'iel n'arriverait pas à définir. Un jour, iel en avait eu marre, et iel s'était décidé à y aller, puis c'était tout. L'apprentissage s'était fait et se faisait sur le tas, parce que c'était comme ça. Un peu embêté.e que cet environnement paraisse clos et agressif envers les intéressé.e.s, Livie ne put s'empêcher de reprendre la parole, esquissant une moue qui se voulait rassurante alors qu'iel empruntait une voix neutre au possible.

« Mais non, mais non ! Promis, c'est pas un souci ! »

Après tout, Livie ne comprenait pas la moitié des débats qui animaient la confrérie, même si clairement, iel n'amènerait pas Mell vers la confrérie sans savoir si il serait intéressé auparavant, et sans de grandes certitudes sur son idéologie. Livie a beau être détenteurice d'une grande quantité de naïveté, cela ne veut pas dire qu'iel ferait prendre des risques à ses compagnons par simple volonté de bien faire. Et puis, tout le monde n'appréciait pas non plus cette forme d'organisation, il faut le dire. Dans tous les cas, ce qui l'intéressait d'abord ici, c'était de comprendre ce qui pouvait bien intimider Mell à ce point.
… Et peut-être qu'iel était capable de comprendre face à ce qu'iel entendait. En grimaçant, Livie se remémora malgré son propre souhait ses années de fac, et tout le refoulement qu'iel avait dû mettre en place pour éviter de provoquer des conflits avec d'autres de ses camarades de promo. En ce sens, iel pouvait bien comprendre le souci de Mell. Toutefois, un début de sourire s'étira sur son visage en entendant que des associations se développaient ; à Anula, et plus tard à Baguin, elle avait bien vu les restes de la dévastation, mais elle n'avait jamais osé imaginer ce qu'avait dû advenir à Amanil. Entendre que les groupes de reconstruction et les associations florissaient ne pouvaient qu'être une bonne nouvelle. Et, quelque part, avec la lente réhabilitation d'Enola, les villes n'étaient pas les seules à se réveiller sur un plan politique ; de ce que Mell disait, cela s'appliquait aussi aux gens. Le bout de ses lèvres s'arqua très légèrement en un sourire mêlant satisfaction et attendrissement. Sans être condescendant.e, il y avait quelque chose de touchant à voir cela. D'autant plus que pendant un temps, de ce qu'il racontait, des soucis divers devaient l'avoir retenu ; Livie ne pouvait qu'être content.e de voir que ce n'était plus le cas. Au fond, toutefois, iel aurait bien été incapable de jauger de la pénibilité de ce que son interlocuteur lui disait ; mais si c'était passé, alors ce n'était plus la peine d'y penser, n'est-ce pas ?

De toute façon, le présent semblait plus tentant à ses yeux. En gloussant stupidement, iel ne put s'empêcher de faire quelques commentaires quant l'autre lui fit part de quelques anecdotes, et de sa tendance à paniquer facilement.

« Oh, tu sais, ça ne serait jamais pire que des clients que j'ai pu avoir ! »

… C'est-à-dire que Livie ne comprenait pas vraiment que Mell était sérieux, en fait. Pour iel, en parlant de crises, il devait probablement parler d'un peu d'excitation, et voilà, comme n'importe qui. Ayant beaucoup de mal à saisir ce genre de choses, ou à ce que son empathie se réveille pour qu'iel remarque que tout n'était pas forcément drôle car c'était dit avec légéreté, Livie avait donc opté pour l'humour, quitte à forcer le trait.
Et de toute façon, l'arrivée soudain d'un généreux personnage allait leur permettre de boire leur premier verre de la soirée. Pas qu'iel soit forcément contre, d'ailleurs, puisque Livie réagit avec un enthousiasme débordant à la question de son ami. Blablatant comme un.e enfant surexcité, iel reprit la parole, prenant la peine de saisir la carte pour venir présenter ce qu'iel connaissait déjà.

« Hmmm... Aloooooors, y'a les classiques, hein ! Tequila sunrise, sex on the beach, daïquiri, pina colada... Mais moi, en vrai, ce que je préfère, c'est leur punch ! Il tape un peu fort, mais il est vraiment sucré et en plus il rajoute de la liqueur de fraise et je suis sûre qu'ils ont changé mais mais mais avec de la framboise ça devrait passer aussi ! »

Et du blabla, du blabla, et encore plus de blabla. C'est à se demander comment Livie peut bien parler aussi vite sans même prendre la peine de respirer, des fois. Mais pour le coup, il n'est pas nouveau qu'iel aime partager ce qu'iel apprécie, ou tout ce qui peut susciter un tant soit peu d'amusement pour ses interlocuteurs. En vrai, Livie n'est pas très alcool ; en revanche, iel est très, très cocktail alcoolisé très fruité et très sucré. Enfin, en relative modération, évidemment.
Et partager, justement, c'était un peu l'idée du bar. Du coin de l'oeil, Livie se rendit compte que quelques personnes commençaient à se rassembler autour d'une table. Croyant reconnaître ce geste, iel saisit son verre avant d'en vider une demie gorgée, et se releva rapidement. Puis, avec une certaine impatiente, Livie tapota le poignet de Mell pour l'inciter à lae suivre.

« Hé bah, écoute, c'est l'occasion ! Ils font un débat, là, tu te sentirais d'y aller ? »

D'ordinaire, les débats n'étaient pas rares du tout, dans ce genre d'endroit. C'était même un indispensable, bien que souvent, les soirées se finissaient en cris et en verres cassés contre le comptoir, mais ça, c'était une histoire que Livie ne se sentait pas de dire de peine de gâcher la soirée. Guilleret.te, iel s'approcha donc en salutant d'un signe de la main et d'un sourire jovial les quelques personnes qui se trouvaient là ; à force, tout le monde connaissait à se connaître, même si quelques visages restaient inconnus à Livie. Cela ne lui posait pas de souci, de toute façon, puisqu'iel ne demandait qu'à les découvrir.
Ce ne fut qu'en s'asseyant, toutefois, que Livie comprit que ce n'était pas ce qu'iel avait compris. Ouvrant de grands yeux surpris, mais pas d'une mauvaise façon, elle se retourna vers Mell, encore plus jovial.e.

« … Oh bah, c'est du jeu de rôles ! T'as déjà joué à Donjons et Dragons, Mell ? »

Cela commençait à dater pour Livie, à vrai dire. Mais depuis son entrée dans la « vie active », Livie ne cotôyait plus assez de gens pour se lancer dans un jeu pareil, et avec les dossiers, iel avait rararement tenté de s'introduire dans une partie. Toutefois, ce soir, son humeur était optimale : c'est sans attendre qu'iel saisit le pamphlet de règles qu'on venait de lui tendre pour le détailler très rapidement des yeux.
Une lecture brève lui en dit assez pour qu'iel puisse faire part de tout cela à son camarade. Le ton guilleret, Livie trépigne du pied, devenu.e impatient.e.

« En fait, le jeu de ce que j'ai compris, c'est qu'on doit être une bande d'aventuriers qui veulent aller renverser le tyran du coin. Faut juste faire nos fiches, et on peut y aller ! »

… Rien d'un débat politique, oui, tout à fait. Cet aspect passa toutefois complètement au dessus de la tête de Livie, manquant clairement d'une once de véritable maturité politique. De toute façon, pour l'intant, tout ce qui l'intéressait était de se pencher sur ce scénario qui lui mettait l'eau à la bouche rien qu'à y penser.
Ce fut pourquoi, très vite, iel s'empressa de prendre une feuille noircie de petits tableaux pour remplir rapidement son profil, ne prenant pas vraiment le temps de réfléchir alors que ces choses se faisaient normalement un certain temps à l'avance. De toute façon, il y avait fort à parier qu'iel avait plus envie de jouer que réfléchir, pour le moment. Grifonnant sur le papier avec un crayon chippé à une voisine de table, il ne lui fallut que deux minutes pour faire part de son travail (plutôt) bâclé. C'est toutefois avec une fierté non négligeable qu'iel finit par relever la feuille, souriant bêtement et stupidement, toutes dents devant, pour présenter son chef d'oeuvre (non).

« Moi, j'vais être hm... Un voleur assassin ! Genre, avec des dagues et tout, et puis je suis super rapide ! Et forte !  Mon talent, c'est euh, le charisme extraordinaire ! »

… Un quelconque kéké braillard et égomaniaque à l'âme pseudo rebelle, en gros, qui se prend bien trop au sérieux alors qu'il est bête comme une brique. Car oui, comme un.e bête novice, Livie a gonflé ses stats d'attaque, de vitesse et de social sans jamais penser au fait qu'un coup de bâton suffirait à mettre à terre son précieux combattant. Rien de bien surprenant, en soi, et rien de bien lointain non plus, même si iel aurait été bien incapable de le remarquer. Enfin, de toute manière, pour l'instant, Livie avait bien trop envie de voir si son camarade allait se prêter au jeu, et quel choix il allait faire.

Début Août 2023, soirée


DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Alice C. Donovan & Roxanne Novak.
Livie A. Vulpino
Sr de la Confrérie
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Nov - 18:35
Revenir en haut Aller en bas
Des piafs et des Anar.
avec Bruce Livie
Début Aout 2023 – Anula, début de soirée.
Le chercheur admettra sans que cela lui pèse sur l’orgueil qu’il ne connaît pas bien le monde militant. Aussi, il a tendance à croire que ce sont des sphères peu accessibles, dans lesquelles ils se sentirait forcément illégitime s’il n’est pas assez « engagé » dans la lutte. Ces possibilités sont somme toute nouvelles pour Mell et il ne sait pas où commencer, n’ayant jamais osé par le passé. On ne peut pas dire qu’il soit quelqu’un de très « politisé », il a passé son adolescence en faisant comme si cela ne l’intéressait absolument pas et que dans cet ordre d’idée, il était « sans couleur politique » (ce qui est tout à fait absurde), puis, dès la fin du lycée et à la fac, avec le Régime, il prit peur et décida de garder ses idées pour lui, voire de les faire taire dans sa tête afin de se protéger. Et ce n’est pas l’engagement de sa grande sœur dans la Résistance qui aurait pu le faire changer à ce sujet, à l’époque, il avait bien trop peur pour Leanne pour l’encourager ou écouter ce que les résistants avaient à dire. Le retour au calme et le fait de rencontrer certaines personnes à la fac comme Natsume et son entourage lui avait redonné espoir il y a quelques années. Il y a quelques années, Mell se serait probablement montré bien plus fermé et cassant vis-à-vis du sujet de la conversation qu’il a en ce moment avec Livie.

De l’eau a coulé sous les ponts, depuis, même si Mell n’aurait jamais imaginé changer ses perspectives au niveau politique il y a 4 ans. Aujourd’hui, il aurait très bien pu se conforter dans les privilèges que lui donnent désormais son travail de médecin-chercheur et persister dans la « neutralité » en se disant que ça n’allait plus vraiment le concerner, désormais, qu’il ne pâtirait plus de mesures sociales radicales telles que celles d’il y a 6 ans, ou encore, que son avis de rat de labo n’était pas important. Mais marqué par les années sous le joug du Régime, il n’a pu s’empêcher de réfléchir à la manière dont la situation pouvait être améliorée. Il s’était tenu au courant de très près des évolutions du nouveau gouvernement dès la fin du Régime, pendu aux informations par paranoia en premier lieu de voir les soldats blancs revenir. Il avait grincé des dents lorsque les Résistants avaient fait les procès des Régimeux alors qu’à son sens ils avaient toujours été aussi impliqués, il avait ressenti du soulagement quand le projet du conseil des régions avait été évoqué après l’arrivée des impressionnantes recherches d’Elixir. Puis il y eut la Compétition et la désillusion. Son indulgence et sa tolérance pour les institutions et le nouveau gouvernement avait alors fondu comme neige au soleil. Entre les guéguerres d’Elixir et de la Compet’, la passiveté du gouvernement marchant sur des œufs, totalement ouvert à l’idée de donner la charge de la sécurité à des gens qui ne sont pas tous issus d’une armée de métier… En quoi Enola avait-elle besoin de s’armer de nouveau, en fait ? Pourquoi aurait-on besoin d’eux pour nous sentir plus libres et sécurisés après le Régime ? S’était-il dit. Et de fil en aiguille, il s’était retrouvé à assumer de plus en plus sincèrement sa sympathie pour les mouvements anarchistes en train de prendre de l’influence, avec certes une certaine naïveté due au fait qu’il était encore un petit nouveau dans toutes ces notions liées aux politiques. C’est plus souvent qu’avant qu’il se prononce sur ces sujets, comme lorsqu’il avait donné son avis sur Elixir à Tristan, ou qu’il avait dit le fond de sa pensée concernant la Competition à Easton. Et même si le moment avait été tendu, il ne regrette pas vraiment de s’être affirmé à ce niveau, surtout si c’est pour avoir des réactions positives comme celle de Livie aujourd’hui, nullement dérangée par le fait qu’il soit un « néophyte ». Mell lui sourit comme un gros niais pour cette raison et continua a conversation avant de dériver sur l’accrobranche. Le chercheur eut un moment de bug devant la réaction de Livie lorsqu’il évoqua qu’il était du genre très stressé en hauteur mais après tout, c’est lui qui en ricanait le premier. Mais il est vrai qu’il a la chance que sa nervosité n’a jamais été handicapante au point de ne pas en profiter, lorsque la situation est sécurisée, néanmoins… Enfin, le  bug de Mell venait plutôt de…

« … T’emmènes tes c-clients à l’acc-crobranche ? »

Encore une fois, il imagine le monde du droit très guindé donc la fraicheur des propos de l’autre le fit un peu rire. Mais après tout, pourquoi pas. Enfin, il était temps d’aller chercher de la picole et Livie lui fit la liste de ce qu’ils pouvaient boire de bon. Il décida de faire confiance à son amie et demanda un verre de punch. Tandis qu’il était au bar pour payer, Livie attira son attention sur un groupe de clients en train de se rassembler autour d’une grande table. Un débat se préparait, apparemment. Après une brève hésitation, Mell se dit qu’au pire, c’était l’occasion d’observer et d’en apprendre plus.

« Ah ! O-Ok ! »

Eut-il juste temps de dire avant de se faire entrainer à toute vitesse vers la table presque pleine à craquer. Il lui fallu surveiller son verre pour ne pas en renverser le contenu, jusqu’à ce qu’il soit assis et puisse boire quelques gorgées…

Effectivement, ce truc va vite me monter au cerveau ! Mais est-ce que c’est vraiment une bonne idée, de boire en plein débat… ? Bah, je ne serais sûrement pas le seul un peu pompette !

C’est juste qu’une fois un peu fait, Mell a tendance à dire tout ce qui lui passe par la tête et à être extrèmement « sassy » avec les gens qui l’ennuient (un peu comme d’habitude mais en pire, en fait). Mais, finalement, ce qui se préparait n’était pas un débat, du moins, Mell n’avait jamais entendu parler de débat qui fonctionnait avec des fiches de personnages de rpg. Les yeux ronds, il regarda la feuille à cases vides et à chiffres qu’on lui tendit…

C’est quoi ce truc de… C’est Natsu qui connait les RPG, pas moi !

« Euh… Non… » Répondit-il à Livie, un peu sceptique en lisant les règles et les papiers qu’n lui avait glissé sous le nez. « M’enfin, ça à l’air int-t-téressant. »

Dit-il, de plus en plus interpellé par ses lectures du contexte de ce RPG sur table et les explications de Livie et de son autre voisin, qui faisaient naître en lui des idées variées. En gros, il fallait faire son propre personnage, membre de cette bande de révolutionnaires… Autant dire qu’en buvant d’autres gorgées de punch, Mell ne fit plus vraiment le rapprochement avec le « débat » évoqué plus tôt.

Plusieurs classes étaient à la disposition de Mell et il consulta les possibilités de celles qui l’interpellaient le plus. Après avoir longuement réfléchi (tandis que d’autres avaient déjà terminé depuis quelques minutes), le chercheur s’empressa de remplir ses statistiques, sa classe et son talent, tout en écrivant une petite histoire à son personnage, comme il était demandé. Il choisit un apothicaire, enthousiasmé par l’idée de créer des potions pour soigner ou renforcer les capacités de ses compagnons, ou de donner des malus aux ennemis, afin d’avoir un rôle de soutient plutôt qu’un rôle de guerrier… Oui, il ne voulait pas que la victoire d’une bagarre ne dépende trop de lui, car, de ce qu’il avait compris, des combats, il y en aurait. Concernant les stats, il bugga quelque peu sur la manière de les booster. Se disant qu’il ne serait pas un guerrier, il mit de côté la Force pour se concentrer sur les stats de Charisme, d’Intelligence et de Dextérité : cela lui convenait bien de faire un personnage qui sait esquiver (fuir) et se défendre plutôt qu’attaquer.

Voila ! Génial !


Terminer cette fiche et assister à la « naissance » de son personnage avait effectivement quelque chose de très grisant. Maintenant, Mell ne pouvait plus attendre de le jouer ! Ils allaient reussir à détrôner le tyran, c’est sûr ! Avant qu’il ne se présente, Livie prit les devants et il fut assez surpris par les choix de sa camarade. Il ne l’imaginait pas aussi « bourrine » dans ce genre de contexte, ce qui était plutôt cocasse car leurs personnages s’opposeraient probablement en tout point.

« T-t’as un charisme extra-traordinaire, toi ? »

Plaisanta-t-il, l’air taquin en continuant de siroter son punch. La boisson était vraiment bonne, mais il ne voulait ni en abuser ni la finir trop rapidement. Ceci étant, c’était son tour d’introduire son personnage. Il sourit, l’air un peu fier en se présentant à son tour.

« B-bin, moi du c-coup, j’ai ch-choisi un apothicaire ! J’peux faire des P-potions d’soin, d’renforc’ment et d’malus pour les ennemis… J’suis assez malin mais d-difficile en aff-affaires : mon talent, c’est l’marchandage ! J’peux avoir des matériaux gratuits ou moins chers pour mes potions et… Voila ! »


Maintenant que tout le monde s’était présenté, Mell ne sut pas trop s’il avait bien fait ou non, mais n’eut pas e temps de demander son avis à Livie en mode « mais c’est sûr que j’vais pas trop être un b-boulet ? », car il fallait faire un tour de table pour tirer un malus pour contre balancer le talent de chaque personnage. Et cela ajouterait à la construction du caractère de leur personnage. Quand ce fut le tour de Mell, il tomba sur…

« Le… zèle ? C’quoi, ça ? »

Interrogea-t-il et c’est son voisin qui lui répondit avec un petit sourire amusé. Apparemment, ce malus faisait que le personnage de Mell était un peu trop fébrile dans la préparation de ses potions et si certes, il pouvait tirer des dés plus facilement pour les utiliser, leur efficacité serait réduite, et s’il faisait un mauvais tirage, il y aurait quelques chances qu’il lance une potion de malus sur un allié, ou une potion de bonus sur un ennemi.

« Aaaah ! Mais c’est t-terrible ! »

Sa réaction fit rire quelques personnes autour de la table mais son voisin le rassura à nouveau que ça n’était pas si terrible, il aurait pu tomber sur du « perfectionnisme », de la « maladresse » ou de la « grossièreté », mais Mell ne compris pas trop ce que c’était sur le coup. Une fois que tout le monde eut tiré ses malus et après quelques ajustements avec la dizaine de joueur.se.s présent.e.s et le MJ, le jeu commença pour de bon. Un premier combat contre des sous-fifres du tyran fut vite emballé et on n’eut même pas besoin de son apothicaire de suite. Il fallut donc se concerter sur la manière la plus appropriée d’interroger les mercenaires sur leur employeur et la manière dont il était possible de pénétrer dans le château du tyran, une fois qu’ils y seraient. Pour ça, ils tireraient quelques dés pour avoir le plus d’information possible, mais les bougres étaient loyaux et durs à faire parler. Mell eut alors une idée et se manifesta.

« Livie ! Ptet qu’ton v-voleur y peut les ch-charmer avec s-son charisme ? C-comme ça y nous r’joindront ! »

Apparemment, la chose avait déjà été évoquée sur le mode « qui a le plus de charisme ? » afin d’avoir plus de chances au dés. Mais bon, c’est l’occasion pour Livie de se rendre utile avec son super voleur assassin !

« Ou-ou alors j’utilise m-mon marchand-dage pour les corrompre… ? »

Cette idée n’eut pas l’air de plaire à tout le monde, en revanche. Car cela demanderait de dépenser l’argent du groupe et aussi, on lui reprocha de jouer le jeu du despote régnant sur le pays dans lequel évoluait l’intrigue.

« M-mais c’juste mon p-perso qu-qu-qu’est c-comme ça… »


Geint-il, en se reculant sur sa chaise, un peu piteux. Probablement aurait-il du infrmer les autres de la manière dont il voyait le caractère de son apothicaire avant, c’est-à-dire, un peu prêt à tout pour que le groupe atteigne son but.

Muh, j’ai gaffé, on dirait.


Dans tous les cas, il restait attentif à ce qui se passerait ensuite, curieux aussi de ce que ferait Livie pour prendre part au jeu.






Mell pique ses crises et se la pète en #663300.
RPs : Easton, Tristan.

DCs : Cobaltium, Tobito, Alexander, Angarade, Ludwig et Lionel.
Mell Straum
Scientifique
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Nov - 13:43
Revenir en haut Aller en bas
>>>Des piafs et des anar
>>> FT. Mell Straum
Livie aime bien les jeux. Un peu trop, d'ailleurs, c'est une grande partie du souci ; quand iel se lance dans quelque chose, iel n'en lâche pas jusqu'à ce qu'iel ait décidé qu'iel était satisfait, ou qu'iel se comporte comme un énorme mauvais joueur. L'un comme l'autre, cela veut dire que Livie va un peu trop s'investir dans cette activité de la soirée, et que c'était probablement très prévisible. Mais que, potentiellement, ce serait distrayant. Potentiellement, évidemment.
En sifflotant, Livie laissa du temps à son interlocuteur pour construire son personnage, non sans pouffer bruyamment et avec un certain excès lorsqu'iel eut droit à une taquinerie somme toute très banale. Mais Livie étant Livie, toutefois, il ne peut s'empêcher d'en faire des caisses.

« Héééé ! Reconnais mon charisme, vilain ! »

Tirant la langue comme un.e enfant en plein caprice, iel n'en rajouta toutefois pas davantage, ne faisant pas vraiment cela pour combler son ego ou quoi que ce soit du genre. Ou du moins, si son personnage était au moins le reflet de son ego, Livie ne prenait pas mal les commentaires, surtout en provenance de Mell. En outre, iel était bien trop curieux de savoir ce qu'il allait inventer pour s'embêter à des considérations plus basses comme celles-ci. Ce fut donc sans surprises qu'iel buva presque les paroles de son interlocuteur lorsque ce dernier révéla quel personnage il avait créé, un sourire bêta aux lèvres. Quand ce fut fait, Livie tressauta presque sur place, des étoiles dans les yeux, ne pouvant s'empêcher de s'exclamer alors que leurs partenaires de jeu leur offrait quelques sourires polis.

« Ooooh mais c'est trop sympa ! C'est toujours super utile, les apothicaires ! »

Et effectivement, quand on a tendance à jouer des bourrins qui perdent souvent un membre ou deux durant leurs aventures et qui plongent leurs mains dans des choses empoisonnées, l'on est bien content d'avoir des secours. Surtout quand on a aucune intelligence et qu'on se fait donc régulièrement plumer par les marchands, par exemple. Au delà d'une quelconque considération intéressée, toutefois, Livie était tout simplement de bonne humeur en voyant que son invité s'amusait et ne se gênait pas pour jouer sans grand refoulement. Tout cela, à ses yeux, prédisait une bonne séance.
Vint le temps de faire tomber le malus, et pour Mell, ce fut le zèle, un détail qui lui tira un pouffement amusé face à sa soudaine crainte. Et oui, iel rigolait bien, là, car c'était drôle. Ce fut moins drôle, toutefois, quand Livie se retrouva avec un personnage doté de Surconfiance ; c'est-à-dire qu'il lui était littéralement impossible de refuser le moindre défi, même le plus périlleux. Si Livie simula l'aisance en gloussant d'un air de 'oui j'ai vu pire héhéhé', toujours était-il qu'iel se doutait déjà que son pauvre bougre risquait d'en voir des vertes et des pas mûres. Mais bon, c'était le jeu, hein !

Jeu qui, d'ailleurs, avait débuté par quelque chose d'assez classique, comme un simple combat contre des sous-fifres, qui ne demande même pas au personnage de Livie de sortir des armes trop dangereuses. Bien arrogant.e et bêtement satisfait.e de ses actions, iel prit la peine de se la péter sans la moindre honte, sous le regard franchement quelque peu blasé et dépassé de certain.e.s de leurs camarades de jeux, bien que Livie s'arrangea pour faire comme si iel ne voyait rien. C'est vrai, quoi, ils étaient juste jaloux, voilà tout !
Vint toutefois le moment où il fallut faire preuve de finesse ; la finesse n'étant pas la spécialité de Livie, toutefois, cela s'annonçait compliqué. L'idée de Mell et des autres d'utiliser du charisme pour faire parler les mercenaires, toutefois, était plutôt bonne, et lae concerné.e hocha vivement de la tête.

« Oui, c'est génial ! On va faire comme ça, j'vais tirer des dés ! »

Car évidemment, cela nécessiterait le lancer d'un dé de persuasion, mais vu la grandeur de la statistique de charisme du personnage de Livie, ce ne devrait être qu'une formalité. Toutefois, alors que le MJ se mettait à préparer ce qu'il fallait, Mell proposa une seconde alternative. Livie, au départ, se dit que c'était une bien bonne idée, mais cela ne semblait pas du goût de tout le monde. Un sourire forcé aux lèvres, le pot de blanco dû admettre qu'en fait, la corruption, c'était peut-être un poil sale pour le karma, même si bizarrement, cette considération n'avait pas vraiment effleuré l'esprit de Livie. Pour iel, c'était avant tout des pinailleries, et des pinailleries qui allaient peut-être même leur coûter un moment clé !
Embêté.e, Livie ne comprit pas tout de suite pourquoi son interlocuteur semblait sur le point de se cacher dans un coin après que l'avis général ne se soit pas rangé auprès de lui. Une moue hésitante sur le visage, iel hésita à reprendre la parole pour dire à ce dernier de taper du poing sur la table, mais renonça en se disant qu'iel allait peut-être tout empirer. De toute façon, avec son jet de dés, le problème serait réglé.

« … Oh, un 2. »

Ou peut-être pas. Sur un joyeux 60% de réussite, les dés venaient de s'arrêter, révélant à tous le score minable que Livie venait de faire et par là, l'échec critique qui s'en suivait. En grimaçant, Livie dû accepter la sentence du MJ ; c'est-à-dire qu'en tentant de convaincre les mercenaires, le personnage de Livie dérapa et ne parvint au final qu'à insulter d'une manière particulièrement colorée, grotesque et dégoûtante les pauvres bougres attachés. Sans grande surprise, les concernés devinrent d'un coup bien moins d'accord pour les rejoindre, et une situation qui aurait dû être aisément gérable devint bien vite une impasse complète.
Livie esquissa un sourire gêné. Quelques soupirs et grognements agacés venaient de résonner à ses oreilles, et iel rit d'un air forcé, n'aimant pas vraiment être la source de soucis dans les intrigues.

« … A-ah. Euuuh, b-bah, désolé ! »

M-mais je voulais pas !
Ses complaintes ne serviraient probablement à rien, toutefois. Tout ce qui pouvait être fait, pour l'instant, c'était à la limite de prier pour un miracle, vu qu'aucun joueur ne parvenait à trouver une solution de rechange. Petit à petit, l'idée de corruption semblait gagner du terrain, mais Livie se dit ue si cela se trouvait, les autres joueurs allaient le reprocher à Mell plus tard, et ce n'était pas une idée qui lui plaisait. D'autant plus qu'il pourrait être très utile, avec ses talents et ses...
Oh, mais je sais ! Pourquoi est-ce que je n'y ai pas pensé avant, hein ?
Livie sourit de nouveau, enjoué.e. Ne pouvant attendre, iel reprit la parole, soudainement de très bonne humeur, surtout à l'idée d'avoir eu une idée qui pourrait aider quelqu'un qu'iel appréciait.

« Oh, oh ! Tu pourrais faire une potion de vérité, Mell ? Comme ça, pas besoin de s'embêter ! »

Parfois, les solutions les plus simplistes étaient aussi les meilleures. Encore fallait-il qu'ils aient de la chance, mais bah... Tout ça, c'était relatif !

Début Août 2023, soirée


DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Alice C. Donovan & Roxanne Novak.
Livie A. Vulpino
Sr de la Confrérie
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Déc - 2:29
Revenir en haut Aller en bas
Des piafs et des Anar.
avec Bruce Livie
Début Aout 2023 – Anula, début de soirée.
Bon, ok, d’accord, j’ai gaffé, j’ai cru que ce serait facile. J’avoue que je pensais que c’était du génie, mon RP apothicaire véreux mais en fait c’était nul ! Mais pour ma défense, je débute et je pensais pas que c’tait si sérieux, ce jeu !

En même temps, s’ils étaient arrivés assez tôt et avaient bien écouté toutes les règles du jeu et les informations données par le MJ sur le fait qu’ils incarnaient une compagnie anarchiste très fermement opposés aux principes du despote agissant justement grâce à la corruption de son Royaume (ce qui n’est quand même pas bien complexe à assimiler)…  Eh ben, on n’en serait pas là. S’il continuait ainsi à ruminer, le binoclard finirait la soirée boudeur et bourré car il aura bu trop vite son punch dans sa séance de « bouh je fais la tronche vous êtes tous CONS » fort immature. Heureusement pour l’ambiance générale (car Mell est très doué pour saboter une bonne ambiance, cet abruti), Livie réussit a « sauver » la situation en retombant très efficacement sur ses pattes. En sortant de sa torpeur, Mell écouta attentivement l’autre présenter ses idées à la troupe et l’avocate reçut un peu plus de succès que lui avec son idée de charme. Sauf que, tout de même, pour que ça marche, il fallait que la chance soit  du côté de Livie et… bon, Mell ne sait pas si c’est le genre à porter la poisse ou l’inverse.

Enfin Livie n’a rien à craindre car généralement c’est surtout moi qui porte la poisse, héhé.


« B-bonne chance, hein ! »

Envoya-t-il à la tête blanche chevelue avec le pouce levé, quoique pas forcément très sûr que cela aidera. Mais au moins, le chercheur était convaincu que Livie ne pouvait pas être plus à la masse que lui au niveau de la chance et donc, que cette fois, ils n’allaient pas s’afficher comme les gros boulets de service. Au pire, ça n’est pas si grave et ce n’est qu’un jeu, mais allez dire ça à un aussi mauvais perdant que Mell capable de bouder une semaine après avoir perdu au Uno et vous le rappeler à coups de « mais comment t’as pu me dire « contre Uno » alors que j’avais commencé à dire « Uno » juste parce que tu parles plus vite, t’es vraiment DEGUEULASSE ! » (et, oui, Leanne en avait bien soupé par le passé). Mais, là, tout irait bien, car c’est pas lui qui lançait le dé. Du moins, c’est ce qu’il pensait avant de voir le résultat du lancer du « voleur charismatique ».

« Ah. »

Fit le chercheur en voyant la face à 2 points du dé se retourner devant eux. Si Mell n’a jamais fait de RPG sur table auparavant pas besoin d’être expert pour comprendre qu’un résultat aussi bas qu’un « 2 » n’était pas franchement bon signe. Et, effectivement, la tentative de charme de Livie échoua et Mell regarda la table d’un air consterné.

Mais… il est nul ce jeu !

Oui, enfin, il dit ça avec n’importe quel jeu tant qu’il ne gagne pas, aussi, donc il est surtout très mauvais perdant et peu objectif. Il devrait prendre exemple sur Livie qui s’excuse et ne baisse pas encore les bras et essaie d’arranger leurs affaires tandis que le nerd, pour sa part, fait boudinette en coinçant son visage entre ses poings. Cela ne lui donnait pas l’air franchement malin lorsque ses joues commençaient à être compressées en dessous de son regard encore plus plissé que d’habitude. Pourtant, son attention fut de nouveau attiré par le jeu quand l’avocate était encore à chercher des idées pour sauver la face. Livie se donnait du mal et le scientifique commença à se sentir assez con de la laisser galérer toute seule. Le binoclard releva la tête et se redressa lorsque le « voleur charismatique » sembla avoir un éclair de génie.

« Qu-quoi ? J’peux f-faire ça, m-moi ? »


Le binoclard avait regardé les capacités de la classe de son perso en vitesse en consultant les règles du jeu et l’univers mais n’avait pas non plus tout assimilé d’un coup. En re-vérifiant, c’est vrai qu’il y avait cette option de la potion de vérité, mais…

« Ah, ouais, f-faut lancer le d-dé 3 f-fois, quoi, haha… »

Parce qu’il fallait d’une part que la préparation réussisse, réussir à la servir aux brigands et en dernier lieu, que l’effet de la potion soit efficace.

Effectivement, c’est surement génial si ça marche mais si je me loupe alors là, je pense que tout le monde va me détester pour de bon, héhé.


En même temps, Livie se donnait du mal pour lui donner une chance de réparer son erreur sur sa tentative de corruption (dont discutaient quand même les joueurs à défaut d’avoir d’autre choix, mais, clairement, c’était un choix que le MJ allait leur faire payer par la suite), alors, Mell n’avait pas vraiment le cœur à décevoir son amie. Aussi, il s’arma de courage avant de prendre sa décision (alors que ce n’est qu’un jeu, ce n’est pas comme s’il jouait sa vie, mais, ça, allez lui fait comprendre avec des mots simple, ici, on en a déjà marre) et attira l’attention des autres joueurs.

« J-je… ! J’essaie d-de préparer une p-potion de vérité ! C’p-possible ? »


Les autres joueurs se consultèrent en pesant le pour et le contre. C’était une solution risquée, surtout quand on ne sait pas comment pourraient réagir les brigands s’ils découvrent qu’on a voulu les droguer. Pourtant, le voisin de Mell et les propos de Livie insistant pour donner une nouvelle chance au chercheur parce que « bon, l’est débutant, hein » réussirent à convaincre le reste de la tablée.

« B-bon… euhm… d-désolé d’av-vance si j’fais un m-mauvais ti-tirage ! »

Dit-il, soudain complètement submergé par le trac, le binoclard se saisit des dés et lança les deux premiers l’un après l’autre. Résultat, la potion était une reussite et il parvint à la mélanger dans un breuvage offert aux malandrins. Maintenant, il fallait que ça marche et que leurs ennemis ne se rendent pas compte du tour qu’on était en train de leur jouer.

« Aller, ch-chauffe Marcel, c’est hyp-p-per sérieux ! »


Dit-il pour lui en frottant ses mains avant de lancer le dernier dé. Le pire, c’est qu’il y croyait à fond et avait vraiment l’impression de jouer sa réputation. Et donc, le dé fut finalement lancé et…

Et c’est un 1. Super. Echec critique. Crème de la crème.

Mell tapa du poing sur la table et s'atrangla dans sa salive.

« KLGHDHSJQHFF ! MAIS MERDE ! »


A l’instant où le dé fut observé par toutes les personnes joueuses et que des « ah… » déçus leur échappèrent, Mell ressortit sa vapote et tira longuement dessus alors que son niveau d’irritation atteignait des sommets très rapidement. Le MJ annonça que malheureusement, la potion donnait un goût trop prononcé au breuvage et donc que les brigands se rendaient compte de la supercherie et s’en prenaient alors à lui, faisant de son apothicaire malchanceux leur prisonnier pour soutirer de l’argent au reste de la compagnie.

Oh mais putain le bouleeeet…

Et vu qu’en début de partie, ils n’avaient pas vraiment d’argent, les autres n’avaient pas l’air hyper chauds pour dépenser trop de sous, d’autant plus que les tentatives de marchandage au charisme avaient déjà échoué.

Ah bah oui, bah, personne ne veut me sauver, bien sûr !

Le scientifique croisa les bras, tirant clairement la tronche en se remettant à siroter son verre de punch. Oui, oui, ce gros bébé mauvais joueur faisait la tronche et était très irrité que les dés ne lui aient pas porté chance. Résultat, comme les autres tergiversaient de nouveau et que visiblement, son apothicaire serait laissé entre les mains des brigands et probablement carrément tué… Bah, oui, QUI a besoin d’un apothicaire de génie, hein ! Si j’avais pris un gros beauf de chevalier avec une grosse hache, l’en aurait été autrement ! Pff !! Pensa-t-il, de très mauvaise foi et avec une envie urgence d’aller voir ailleurs s’il y était.

« J-j’reviens, f-faut qu’j’aille aux t-t-toilettes. »

Liant le geste à la parole, le binoclard se leva et se dirigea vers les toilettes en emportant son verre et sa vapote (ce qui était un peu grillé qu’il avait juste besoin d’un argument pour se barrer tel un gros con de drama queen). Juste avant d’entrer dans les toilettes, il bifurqua vers l’entrée du bar et alla s’asseoir à l’entrée, histoire de prendre l’air et ruminer en grommelant des choses comme « pff fait chier c’est nul les jeux toute façon c’est pas moi qui ait la poisse, beuh, grmbl ouin » et en continuant de tirer sur sa vapote comme un gros hipster frustré.

Toute façon y vont m’crever donc pourquoi j’y retournerais, hein ! Tss !


Il n’empêcherait pas Livie de jouer pour autant, pour ça aussi qu’il avait préféré s’en aller pour ne pas d’avantage ruiner l’ambiance du JDR… Même si c’est ce qu’il venait de faire, là, en fait. En plus, le punch commençait un peu à lui monter à la tête, ce qui le laissa un peu hagard pendant quelques minutes, tandis qu’il observait les gens aller et venir dans et hors du bar. Peut-être qu’il devrait y retourner maintenant, mais… ce serait grillé qu’il est un gros drama-queen ruineur d’ambiance, là. Et puis, ils n’ont pas besoin de moi, hein ! Mais en même temps, il ne veut pas trop inquiéter Livie et hésitait à lui envoyer un message avec une excuse à la con du genre « coup de fil hyper urgent je te juuuure que j’ai pas rage-quitté ! ». Sauf que c’est déjà vendu, là.

Finalement, il continua de trainer à l’entrée du bar en ne sachant pas quoi décider quant à son retour à la table du JDR ou au « rassurage » de Livie. Oui, c’est pas très très malin et c’est beaucoup de drama pour pas grand-chose.






Mell pique ses crises et se la pète en #663300.
RPs : Easton, Tristan.

DCs : Cobaltium, Tobito, Alexander, Angarade, Ludwig et Lionel.
Mell Straum
Scientifique
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Jan - 16:46
Revenir en haut Aller en bas
>>>Des piafs et des anar
>>> FT. Mell Straum
Livie tend à croire que si les choses peuvent bien se passer, alors il n'y a pas de raison à s'embêter pour se préoccuper de ce qui va éventuellement mal se passer. Une philosophie plutôt pratique lorsque l'on parle du fait d'attendre de recevoir son café après avoir mis sa pièce dans la machine, mais qui se heurte de temps à autre à une réalité qui n'en a pas grand chose à faire que des espoirs du pot de blanco. Pour les lancers de dé, eh bien, c'est un pareil, alors même que l'humiliation qu'iel vient de vivre est encore fraîche dans un coin de sa tête et qu'iel sourit aussi bêtement dans l'unique but de passer à autre chose. Puis, en un sens, il ne peut pas y avoir deux échecs critiques à la suite, non ?
… Ah, si.
Un résultat qui n'était pas prévu, et qui lui fit hausser les sourcils, ouvrir la bouche dans un 'oh' silencieux et cligner des yeux. Son expression joviale s'est crispée, et iel manquerait presque de balbutier un 'bah c'est pas grave !' peu convaincant mais plein d'assurance si le scientifique ne s'était pas mis à beugler d'un seul coup, prenant tout le monde par surprise. Apeuré.e, Livie sursauta brusquement et ouvrit de grands yeux de rongeur étonné, n'ayant pas vraiment prévu un tel déroulement des événements. En dépit de tout, l'on remarquera qu'iel n'avait pas perdu son sourire forcé ; une habitude d'avocat.e, si l'on veut.

La suite n'allait certainement pas arranger les choses. Livie eut bien du mal à tenir son sourire quand le personnage de Mell s'enfourna dans une situation toujours plus complexe, allant jusqu'à poser à la petite compagnie un problème assez cornélien quant à la tentative de sauvetage à faire. En examinant les visages de leurs partenaires de jeu, Livie n'eut pas grand mal à deviner que peu étaient chauds à tenter de récupérer l'apothicaire ; il suffisait de lire les quelques grimaces sur les visages présents pour le comprendre que l'option envisagée n'était clairement pas d'engager une nouvelle prise de risque. Hésitant.e, Livie grimace et essaya de trouver du soutien chez certains, mais ne reçut en échange qu'un silence gêné, ou des regards fuyants.
Mais... Mais on peut tenter ! On laisse personne de côté, quand on veut être meilleur !
Toutefois, iel n'eut pas le temps de faire grand chose de plus. Car déjà, Mell s'était levé assez brusquement, prétextant une envie pressante en emmenant son verre (???) et sa vapote (???????) avec lui. Un peu perdu.e, le blanco n'osa pas bouger, même si déjà, quelques murmures agacés filtraient entre les rangs. N'osant pas faire quoi que ce soit, Livie observa bêtement, regardant le brun s'éloigner alors que quelques regards mauvais lui étaient lancés par les divers participants du jeu. Interdit, l'avocat se rongea les lèvres, tapotant nerveusement des doigts sur le bord de la table. Des préoccupations telles que les prochaines actions de la compagnie lui semblaient d'un coup bien secondaires, tandis qu'iel cherchait à retrouver la silhouette de Mell dans le bar, espérant qu'il finisse par revenir, et que toute la situation s'apaise. Enfin, ça, c'était le plan. Puis, quelqu'un avait parlé un peu trop expressément.

« Non mais franchement, il abuse, quoi... Quel bébé, j'vous jure ! »

Livie ouvrit de grands yeux, étonné.e, et, très rapidement, plus indigné qu'il ne l'aurait imaginé. Sa bouche s'ouvrit sous le coup de la surprise en remarquant plusieurs personnes hocher de la tête, des grimaces embêtées au visage. Une brûlure vive vint lui enflammer la poitrine, et Livie fronça les sourcils, avant de reprendre la parole d'une voix plus autoritaire qu'iel ne l'aurait aimé.

« Mais... Mais c'est pas cool, sérieux, vous abusez ! »

Son emportement surprit plusieurs personnes, tout autant que le fait qu'iel se soit brusquement levé en grognant presque. Agacée, Livie vida son verre d'une traite (une décision qu'iel regretta dès lors que son plan de s'éloigner avec grâce résulta en quelques titubements pathétiques) et prit la direction du reste du bar, décidé à retrouver Mell. Il ne devait pas être bien loin, non... ?
Il avait parlé des toilettes, peut-être qu'il était vraiment au popo !
Avec toute la bonne volonté du monde, Livie prit donc cette direction, jetant de grands coups d'oeil aux alentours. Au début, ses recherches furent quelque peu infructueuses et iel en vint à se demander si, par hasard, le scientifique n'aurait pas menti pour s'éclipser en secret. Cette idée lae fit grimacer et afficher une expression peinée ; même si Livie manque bien souvent d'empathie, cela ne veut pas dire que l'idée d'avoir été une cause d'embêtement ne lae gênait pas quelque peu.
Je sais que je suis pas très supportable, mais...
Se mordant les lèvres, iel eut le réflexe de jeter un coup d'oeil au travers d'une vitre. Ce fut chanceux, puisque c'était justement là que Mell s'était plus ou moins installé, et Livie ouvrit de grands yeux, surpris.e. Sa position lui en dit toutefois bien assez sur la volonté du scientifique de rester ici, et, sur un coup de tête, l'avocat.e partir payer leurs verres avec un certain empressement, avant d'aller rejoindre Mell. C'est avec un grand sourire sur le visage et leurs affaires à la main qu'iel surgit, l'air jovial.

« Désolé du temps que j'ai mis ! Tu veux aller faire un tour, un peu ? »

Iel aurait bien proposé d'y retourner pour former un clan factieux et « de tout faire mieux pour montrer qu'on est les meilleurs et qu'ils ont tort nanananère », mais Livie avait comme l'impression que ce ne serait pas franchement agréable pour qui que ce soit. Voilà donc pourquoi l'avocat.e s'était décidé à se préparer à partir, puisque ce serait peut-être une meilleure idée.
D'autant plus qu'au fond, iel estimait que c'était peut-être un peu de sa faute. La culpabilité lui nouait le ventre sans qu'iel ne s'en rende compte, lui faisait esquisser son expression la plus « douce » possible, de peur de dire une bêtise.

« Ils étaient pénibles, pardon. Mais, euh, t'es pas en colère contre moi, hein ? J'voulais pas que ça se passe comme ça. »

Cela arrivait souvent, après tout ; par conséquent, Livie assumait que c'était ce qui allait et s'était passé.

Début Août 2023, soirée


DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Alice C. Donovan & Roxanne Novak.
Livie A. Vulpino
Sr de la Confrérie
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Jan - 16:51
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le profil
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: