Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Eté 2024

~25° - 37°C / Fortes chaleurs dans les terres, venteux sur les côtes, orages occasionnels.

Intrigues et Events
Intrigue n°2 : « Passions »
Des conflits s'engagent entre les Monarchistes et les Anarchistes.
Event n°2 : Le festival de Cayagane
Le festival de Cayagane est victime d'un incendie criminel.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Demandes de RPs et liens
- Cendrée cherche un.e partenaire pour un RP ou un défi.
- Pseudo cherche ...
- Pseudo cherche ...
+ pour afficher vos demandes, contactez staff !




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chronologie d'Enola
CHRONOLOGIE D'ENOLA

Ici se trouve la chronologie des événements majeurs d'Enola depuis sa création. La lecture de ce topic vous donnera de nombreuses réponses et informations précieuses sur le background de l'île, et sur tous les événements qui ont fait d'Enola ce qu'elle est aujourd'hui. Sans être obligatoire de bout en bout, la lecture et la relecture de cette chronologie est très fortement conseillée pour ne pas être perdu sur les terres Enoliannes !

SOMMAIRE :

- De la fondation à l'essor d'Enola (-1800 à 2007) www
- Enola sous le Régime Enolian (2008 à 2017) www
- Après le Régime (2018 à 2022) www
- Aujourd'hui (2022 et ensuite) www


Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Lun 16 Oct - 20:42
Revenir en haut Aller en bas
DE LA FONDATION À L'ESSOR D'ENOLA


ENTRE 1800~1500 AVJC
Découverte d'Enola par plusieurs tribues nomades, et premières civilisations.

Entre 1800 et 1500 avant Jésus Christ, des tribus de nomades traversant l'Océan Pacifique découvrent Enola suite aux grands mouvements d'exodes maritimes qui se sont poursuivis depuis 3000 avjc. Les premiers habitants sont des austronésiens et des populations de la Chine du Sud, s'installant progressivement dans ce territoire encore vierge et extrêmement fertile. Les fouilles archéologiques ont révélé que l'île était au départ extrêmement divisée, séparée entre des groupes de populations aux cultures très différentes, laissant place à une forte ségrégation spatiale. La sédentarisation a donc vite débuté.

Néanmoins, cette séparation se brouille progressivement au fur et à mesure que le temps passe. Les caprices du climat rendent difficile le départ vers d'autres territoires, notamment à cause du grand nombre de typhons et de rochers aux alentours des côtes, à l'instar du Japon. Forcées à cohabiter, les populations finissent par se mélanger au bout de deux ou trois générations. S'installe ensuite une hiérarchie, puis des rapports de domination, des lois : une civilisation à part entière. Une langue propre, mélange des dialectes sinitiques et austronésiennes, voit le jour. Le Titak était visiblement une société collectiviste, très portée sur le rapport aux pokémon et à la nature. On a par ailleurs retrouvé les vestiges de ce qui semblaient être des  constructions, certes sommaires, réservées entièrement à la pratique des combats.

745~722 AVJC
Première découverte de l'Emergya.

Les plus anciennes fresques murales et artefacts faisant référence à une source d'énergie incroyable remontent au IXe siècle avant notre ère, entre 745 et 722. Peu d'informations ont été collectées à ce sujet, à vrai dire : les ruines de la civilisation Titak ne délivrent que peu de détails, et la connaissance de leur langue s'est perdue. C'est pourtant à cette époque que la civilisation paraît rentrer dans un véritable âge d'or, comme en attestent les peintures, statues et gravures que l'on retrouve maintenant profondément enfouies sous terre. Les historiens sont quasiment certains qu'Enola connaît alors très vite un boom démographique, suivis de progrès rapides et majeurs dans l'usage des technologies et dans le perfectionnement des institutions sociétales. Pendant presque huit siècles, la civilisation prospère. On retrouve des objets ressemblant presque à des pokéballs, disséminées ici et là. Certaines zones semblent toutefois être abandonnées, et l'on remarque l'apparition de la mention d'une « malédiction » dans quelques très rares textes.

414 APJC
Destruction de la civilisation du Titak par l'Emergya.

On dispose de très peu d'informations sur ce qui est véritablement arrivé à la civilisation du Titak. Quelques rares et minces peintures très rustres illustrent une véritable catastrophe, presque une apocalypse, pleine de tremblements de terre, de maladies violentes, d'inondations et de massacres causés par la famine. L'état actuel des ruines laisse croire que la civilisation a disparu en l'espace de quelques semaines tout au plus.

415 APJC
Exil et exodes.

Dans les différents grands pays du Pacifique, on retrouve la mention d'une arrivée importante de réfugiés enolians, contant la destruction à laquelle ils ont témoigné. Les sources directes ne sont pas accessibles, ne laissant que des récits de témoignages réinterprétés encore et encore... La véritable histoire est encore très floue pour les archéologues et historiens. Il semble toutefois qu'une petite partie de la population est restée sur l'île, s'installant dans les zones du Nord et de Nuva Eja.


1540~1550
Re-découverte et colonisation de l'île par le français Eugène d'Aigues.

Le début du XVIème siècle en Europe est le théâtre des guerres d'Italie, opposant notamment la France et l'Espagne des Habsbourg. Le Portugal, souvent allié à la France, détient alors le droit d'exploitation d'une moitié de l'océan Pacifique depuis le Traité de Saragosse. Pour l'appuyer dans ses guerres, le Portugal lègue à la France le droit de naviguer et d'exploiter toute terre qu'elle découvrirait par ses soins. C'est ainsi que, par un bête accident de calcul l'ayant éloigné du chemin des Philippines et autres îles aux épices fortement désirées, le navire de l'Opale se retrouve sur les plages du sud-ouest le 13 août 1453. Le capitaine Eugène d'Aigues y plante alors le drapeau français au nom de la couronne et de François Ier.

La France développe un intérêt particulier pour Enola lorsque ses scientifiques et explorateurs y découvrent de grandes galeries souterraines regorgeant de matériaux précieux dans le sud. Or, cuivre, fer, chrome... Mais surtout d'importants filons de pierres d'évolution répandus dans toute l'île. À l'époque, elles sont vendues à prix d'or dans les différentes cours européennes au vu de leur rareté : la couronne fournit donc énormément d'argent pour mettre en place une colonisation rapide et intensive. Toutefois les colons se retrouvent devant quelques difficultés durant les premières années. En effet, l'île est encore habitée par une population native que les européens cherchent à réprimer pour pouvoir exploiter le territoire en toute liberté. Ceux-ci leur offrent en outre une résistance acharnée, grâce à leur connaissance des lieux et à leurs capacités de dresseur. Le conflit menaçant de mener au bain de sang, c'est finalement un accord qui permettra aux deux population de cohabiter pacifiquement.

Les Français avaient en effet grandement besoin de l'aide des natifs pour trouver et exploiter convenablement les mines de pierres d'évolution. En échange de leur collaboration, il leur était permis de vivre en paix, même si de nombreuses tensions ont existé entre les deux groupes. Le statut des natifs, par exemple, n'est devenu égal à celui des européens qu'en 1789, année de la Révolution Française, qui voit tous les habitants des colonies obtenir le statut de citoyens à part entière. Pendant 340 ans, l'île fut colonisée par les Français, adoptant son architecture, sa culture, sa langue et ses institutions. Pour autant, elle est marquée par la multiplicité des cultures qui s'y retrouvent : asiatiques, américaines, européennes... Aux XVII-XVIIIème siècles, cette singularité lui attire même le regard des scientifiques de tous les pays, et des touristes fortunés qui décident de s'y installer. Enola attire les investissements et les intérêts, en faisant un véritable atout de la couronne dans le Pacifique.

1780~1793
Enola se libère de la colonisation, et reprend son indépendance.

Les graves crises financières et alimentaires qui frappent la France dans les années 1780 ont une grande influence sur l'île à l'époque. Les impôts augmentent drastiquement pour tenter de couvrir la dette abyssale du royaume, suscitant tensions et revendications multiples. Les habitants de l'île sont appauvris, et la hausse des prix provoque des manques alimentaires de plus en plus graves ; les services rendus par l'état, quant à eux, sont de plus en plus superficiels. Quelques mouvements populaires ont lieu, sans succès toutefois. En 1789 éclate néanmoins la Révolution. Tous les hommes d'Enola sans exception deviennent citoyens, et l'île s'en réjouit dans un premier temps. Les pressions financières, pour autant, ne diminuent que légèrement et le mécontentement grandit malgré les droits obtenus. Un puissant sentiment d'injustice et d'inégalité parcoure les esprits. Les échos de la Terreur parviennent sur l'île, et si quelques uns tentent d'en appliquer les principes, les habitants résistent vaillamment. La distance considérable entre la métropole et l'île diminue le contrôle qu'en a le gouvernement révolutionnaire, et le 5 février 1793, la plus grande révolte des dix dernières années éclate dans la ville d'Amanil.

Très vite, les habitants de Baguin les rejoignent, suivis de ceux de Zazambes, entrant en conflit avec les riches administrateurs et fonctionnaires de l'ancienne capitale, Anula. Les paysans de Vanawi finissent par rejoindre le mouvement. Des barricades se forment et, pendant près d'un mois, le conflit fait rage. Anula tombe le 11 mars 1793, et un gouvernement provisoire déclare l'indépendance de l'État d'Enola le 16.

L'île s'inspire des révolutions américaines, haïtiennes et françaises en se dotant d'une constitution régie selon la devise suivante : "Entraide, Justice, Liberté". Les valeurs d'égalité, de fraternité et de liberté qui l'ont inspirées sont d'ailleurs gravées dans le préambule et ont marqué durablement la culture politique d'Enola. La constitution du 16 mars intronise le suffrage universel, pour les hommes comme pour les femmes, celles-ci ayant énormément participé au conflit. La France ne chercha pas à reconquérir son ancienne colonie, de par les dépenses que cela aurait coûté et les différents traités qu'elle avait signé. Elle a toutefois gardé des liens commerciaux et culturels très forts.

1793~1895
« Âge d'or ».

L'instauration d'un gouvernement stable est une longue progression, marquée par de multiples troubles politiques et des élections encore incertaines. Toutefois, Enola jouit maintenant d'une grande liberté et cela permet à son économie de progresser prodigieusement : l'île, à une époque où l'Europe est à feu et à sang, devient un vrai havre de paix. Destination rêvée des scientifiques curieux et des riches vacanciers, nombreux sont ceux qui s'y installent. L'immigration connaît un bond spectaculaire durant cette période. C'est donc sans surprise que les investissements explosent, dans le cadre de la première révolution industrielle. Les nouvelles habitations et commerces se multiplient, la population grandit et la misère recule : un vrai miracle économique. Après une cinquantaine d'années de stabilisation et de croissance, la situation est radicalement différente de celle d'il y a cent ans. La Grande Dépression de 1873 ne touche que partiellement Enola, à vrai dire. Beaucoup d'américains émigrent alors vers l'île qui, exemptée des troubles économiques connus par les autres pays, va rentrer à l'instar de la Grande-Bretagne dans la seconde révolution industrielle.

La fin du XIXe siècle est pour Enola l'occasion de développer ses institutions, particulièrement publiques, l'île étant imprégnée d'une culture politique fortement marquée par l'importance de l'aide au prochain. Le théâtre, la peinture et la littérature connaissent un âge d'or du à la baisse de la pauvreté. Peu à peu, le jeune pays se construit sa propre culture, différente mais semblable aux cultures françaises, américaines et asiatiques. Pour cause, la politique de libéralisme prôné par les différents gouvernements. La plupart des expérimentations culinaires de l'époque donnent lieu à des recettes qui sont devenues traditionnelles. L'île se différencie de la France par l'architecture de ses nombreux nouveaux bâtiments et l'aménagement progressif du transport.

1895~2006
Crises, mondialisation et modernisation.

Les choses se compliquent toutefois au début du XXe siècle. Les prétentions territoriales du Japon et de la Russie inquiètent beaucoup Enola, qui n'aurait pas pu se défendre face à deux puissances militaires aussi importantes. L'île fait alliance avec les États-Unis en 1895, à l'heure où le second pays est encore embourbé dans les restes de sa crise, et où termine la première guerre sino-japonaise. Cet épisode refroidira considérablement les relations entre Enola et le Japon pour les quarante années à venir. Ce traité installe pourtant un terreau fertile pour la seconde révolution industrielle, qui commence tardivement pour l'île.

Cette alliance a toutefois un rôle essentiel pour l'île au début des années 1910. En effet, le traité d'alliance est renégocié à l'avantage d'Enola, qui produit et vend en masse aux Américains des armes et des matériaux à l'usage de la Première Guerre Mondiale. L'apport commercial est si important que le budget de l'état devient excédentaire. Cet excédent est alors utilisé pour financer qui était à la base prévu pour être un événement ponctuel : la première grande compétition Pokémon. Elle est alors très rudimentaire, mettant uniquement en valeur les principales villes d'Enola, mais les habitants se prennent au jeu. Le succès massif de ce gigantesque tournoi incite le gouvernement à le renouveler l'année d'après, et ainsi de suite. Par ailleurs, la compétition deviendra vite indépendante : dès 1915,  elle devient une société privée, dont une grande partie du capital reste possédé par l’État.

Le krasch boursier de 1929 affecte l'île négativement, comme dans beaucoup d'autres pays, mais le gouvernement décide alors de promouvoir la compétition à l'international pour compenser la perte de recettes. C'est au cours des années 30 que la politique se tourne majoritairement vers le tourisme, aux dépends parfois des politiques sociales et sociétal.  Durant la Seconde Guerre Mondiale, et de nouveau à cause des peurs produites par les tensions entre les différents pays asiatiques, l'île s'allie aux Alliés. Elle ne subira que quelques bombardements de la part de l'Axe par le biais du Japon, qui cessera dès lors que débutera le conflit avec les États-Unis. De plus, après la paix, et à cause de l'occupation américaine, les relations sino-enoliannes deviennent bien plus cordiales. L'île connait un essor technologique inoui : ses habitations se modernisent, le confort de ses citoyens aussi. La Compétition, quant à elle, trouve dans la mondialisation croissante un emplacement parfait : son pouvoir est devenu énorme, et ses finales sont retranscrites aux quatre coins du monde. Cette situation se pérennise pendant cinquante ans.

1999-2000
Entrée dans la révolution technologique, premier mandat d'Eliza Turnac.

Alors que l'ère des nouvelles technologies commence et révolutionne les modes de communication mondiaux, Enola fait le choix d'une politique socio-démocrate, tirant sur le centre-gauche, mais marquée par le libéralisme de par le fonctionnement de son économie. Durant les élections de 1999, le parti d'Eliza Turnac remporte la majorité et cette dernière est faite présidente. On y compte de nombreuses avancées sociétales, et quelques projets de réforme, qui n'auront malheureusement pas le temps d'arriver à terme.
Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Lun 16 Oct - 20:43
Revenir en haut Aller en bas
ENOLA SOUS LE RÉGIME ENOLIAN

10 JUILLET 2008
Coup d'État à la Grande Maison, et prise du pouvoir par le Régime Enolian.

C'est vers la fin du mandat présidentiel d'Eliza Turnac qu'un groupuscule armé passant jusqu'à ce jour inaperçu engagea une série d'attentats dans la capitale Enolianne, Amanil. Après avoir fait exploser plusieurs bombes au cœur d'Amanil, des soldats vêtus et masqués de blanc, remontèrent jusqu'à la Grande Maison, centre politique d'Enola, puis assassinèrent et capturèrent la famille Turnac. Après une accalmie de plusieurs heures, il annoncèrent finalement en grande pompe qu'ils seront le nouveau gouvernement militaire et tout-puissant de l'île. Peu de temps après l'installation et le grossissement de leurs rangs, ils se firent officiellement appeler «Régime Enolian», et déclarèrent avec mystère qu'ils «rendront à Enola son lustre d'antan».

AOÛT 2008 ~ JUILLET 2009
Batailles de Baguin et naissance de la Résistance.

L'arrivée du Régime au pouvoir fit s'insurger les habitants d'Enola. Aussi, le gouvernement militaire décida d'avoir recours à la force pour contraindre la population à conserver son calme. C'est face aux habitants de Baguin que le Régime rencontra le plus de difficultés. Les trois grandes batailles dans l'orgueilleuse ville du nord s'éternisèrent sur plusieurs années, détruisirent le centre Baguinois, et marquèrent la naissance d'un groupe opposé au règne et aux idées du Régime : la Résistance.

2010 ~ 2013
Intensification de la répression du Régime, et traque des Résistants.

Vers la fin de l'année 2010, le Régime fut repoussé, et contraint de retirer ses troupes de Baguin. La ville nordique devint aux yeux de tous le fief symbolique de la Résistance, incarnant déjà l'espoir de la chute du Régime, grâce à l'essor d'une force opposante puissante. Suite à cette cuisante défaite, le Régime se rendit plus répressif et sévère. Il accentua la surveillance des habitants, et traqua les Résistants, qu'il faisait paraître comme une «menace pour le renouveau d'Enola et le bien-être de ses habitants».

7 JUILLET 2013
Pendaison d'Eliza Turnac et parution du premier article d'Azmitia.

Le cœur de la Résistance battait avec toujours plus d'intensité, et ses représentants, de plus en plus nombreux, filaient entre les doigts du Régime. Le gouvernement décida de mettre un point d'orgue à leur menaces, en exécutant publiquement un des derniers symboles politiques de l'Enola d'antan. Eliza Turnac fut pendue ce jour, sur la place public d'Amanil. Par cet acte cruel et fort de symbolisme aux yeux Enolians, le Régime rappela qu'il ne laisserait aucune menace planer sur l'île, ni s'opposer à leurs projets nébuleux, pour le bien de leurs concitoyens. Suite à cet événement qui marqua la mémoire des habitants, un article paru dans un journal québécois, dévoilant les actes du Régime aux yeux du monde. L'auteur de cet article répondait au nom d'Azmitia, c'était une journaliste qui ne tarda pas à rejoindre les rangs de la Résistance, bien décidée à mettre à nu les véritables intentions du Régime.

SEPTEMBRE 2013
Ouverture de la 100ème édition de la Compétiton Enolianne.

Malgré le joug du Régime, l'activité de la grande compétition d'Enola, principale institution touristique de l'île connue internationalement, battait toujours son plein. En plus de masquer aux yeux de l'extérieur le visage plus sombre d'Enola défigurée par les batailles, la Compétiton fête cette année-là son premier siècle. De grands festivités eurent lieu à Nuva Eja ainsi que les Arènes Enoliannes, et les dresseurs et Coordinateurs venant défier les champions débarquèrent plus nombreux que jamais pour célébrer cette occasion spéciale.

FIN 2013 ~ JUIN 2015
Séries d'attentats et de confrontations armées entre le Régime et la Résistance.

Pendant ces quelques années, Régime tout comme Résistance multiplièrent les attaques contre leurs adversaires. Cette série d'attentats commença avec l'assaut des Résistants du 31 octobre 2013 sur le Bloc R, prison du Régime détenant les «opposants au pouvoir». Cette attaque, couronnée de succès pour les Résistants, et coûtant la vie à plusieurs soldats et officiers Régimeux, ne fut pas sans représailles, et une réponse fut envoyée par le Régime le 1er janvier 2014, lors d'un attentat revendiqué par le Régime sur la place publique d'Amanil. Une compétition de combats Pokémon festive célébrant la nouvelle année avait lieu dans le centre, et on déplora à la suite des explosions plusieurs blessés graves et morts parmi les civils présents. S'en suivit une raffle de nombreux Enolians, qui furent emprisonnés et torturés plusieurs semaines, dans le but de trouver et d'éliminer les Résistants cachés parmi eux.

À la suite de ces malheureux événements, les batailles reprirent de plus belle. Entre le 15 et le 20 avril 2015, le Régime attaqua deux villages de la périphérie de Baguin, toujours avec l'argument de traquer et de supprimer les membres de la Résistance. Face aux répressions armées toujours plus nombreuses, une sorte d'accalmie s'installa progressivement, les les conflits de rarifièrent, la Résistance sembla se cacher du Régime pendant quelques mois.

10 JUILLET 2015
Marche Pacifiste Enolianne et fin de la chaîne des attentats.

Finalement, ce fut au tour des Enolians, véritables voix de l'île mise à feu et à sang, de s’exprimer, durant un grand défilé pacifiste dans la capitale, le 10 juillet 2015. Organisé dans l'ignorance totale du Régime, qui vint rapidement encadrer de ses soldats blancs la marche de militants vêtus de capes blanches et de masques ivoires maculés de faux sang, ce défilé réunissant plus d'un millier d'Enolians ne fut pas entendu comme tout le monde l'aurait voulu. Un homme rendu nerveux par la tension palpable, dûe à la présence des forces armées, se détacha de la nuée Enolianne que formaient les habitants pacifistes ordonna à un soldat du Régime de baisser son arme. La réponse du soldat fut sans appel, dans un mouvement de panique, une balle perdue frappa l'insurgé, et déclencha le chaos dans la foule, puis la capitale. S'en suivit un massacre semblable à celui du 1er janvier 2014, réprimant ainsi les voix des milliers d'Enolians présents.

DÉBUT FÉVRIER 2015 - FIN JANVIER 2016
Fermeture des Ruines du Titak au public, et début des grandes fouilles archéologiques du Régime.

Vainqueur amer des dernières batailles, le Régime retrouva la population Enolianne silencieuse, paralysée par la peur instaurée par les derniers massacres. Le Régime qui fouillait depuis son arrivée divers endroits d'Enola commencèrent leurs plus grandes inspections dans les ruines du Titak, fermant ainsi le site au public. Ils annoncèrent alors toucher au but, ne plus être très loin de pouvoir tenir leurs promesses faites à leur arrivée au pouvoir. En effet, leur but était de retrouver ce qui fit la puissance de l'antique civilisation du Titak : l'Emergya.

25 FÉVRIER 2015
Le Général Scientifique du Régime est remplacé.

Après le Général Politique en 2014, c'est au premier Général Scientifique du Régime de laisser la main à Mazinkaizer, qui lui succéda en février 2015. La démission de Gears, ancien Scientifique et ingénieur comptant parmi les fondateurs du Régime, ne manqua pas d'être controversée. En effet, ce dernier fut radié de ses fonction aussitôt que ses liens avec la Résistance cachés jusqu'à cet instant furent dévoilés au grand jour. La sentence fut sans appel, et Gears fut exécuté publiquement pour haute trahison envers le Régime. Plusieurs Enolians rendirent hommage à son sacrifice quelques jours après qu'il ait prononcé ses dernières paroles : « Le futur est entre vos mains, ne le ternissez pas de vos folles ambitions ».

MARS 2016
Les recherches du Régime sont découvertes par la Résistance.

Ces quelques mois semblèrent marquer un tournant dangereux pour le Régime, et faire renaître la flamme du combat dans les âmes Résistantes. En effet, tout s’enchaîna très vite à la suite d'une attaque informatique de la Resistance sur les serveurs du Régime. Les renégats trouvèrent en effet, sous une forme cryptée, des extraits du Journal de Mazinkaizer, nouvelle générale scientifique. Ces rapports détaillaient l'avancée des grandes fouilles du Titak, et les projets du régime bien décidés à utiliser l’énergie ancestrale trouvée dans les ruines à des fins nébuleuses. À la suite de ces révélations dévoilées au grand jour par Azmitia dans le journal des Résistants, les Enolians et les opposants au pouvoir retrouvèrent la force de se dresser à ceux qui les oppresser et leur mentaient, demandant des explications, et mettant ainsi la pression sur les branches politiques et scientifiques du Régime.

AVRIL 2016 ~ DÉCEMBRE 2016
Dévoilement des recherches du Régime au grand jour, et explications des Généraux.

De manière surprenante, et après plusieurs moins de mutisme, le Régime déclara vouloir tout expliquer à la population. Il convia les Enolians à un rassemblement citoyen, situé aux portes de Zazambes, laissant à l'audience une vue de choix sur les ruines du Titak, là où ils avaient fait leurs grandes découvertes. C'est là que Mazinkaizer fit les premières démonstrations des possibilités de l'Emergya, capable d'alimenter des objets du quotidien, donnant ainsi accès à une source d'énergie sans limites, et écologique. Tout cela paraissait aux premiers abords partir d'une belle intention, et être sans aucun risque, et soulagea peut-être quelques uns des Enolians présents. Pourtant, les révélations récentes des mensonges du Régime et de leurs rapports informatisés nébuleux avaient ranimé les instincts plus radicaux et destructeurs de quelques membres de la Résistance. Quelques renégats se dressèrent et dénoncèrent publiquement les propos manipulateurs des deux généraux présents : Mazinkaizer, responsable des recherches sur l'Emergya et générale Scientifique, et Hypérion, Voix du Régime et général Politique. Qu'importe les motivations du Régime, et les quelques personnes bien intentionnées qui y officiaient, il devenait urgent pour ces "radicaux" de détruire complètement l'armée blanche. Aussi, un groupe de Résistants interrompit la démonstration menée par les généraux Régimeux, et menacèrent ces derniers, semant le chaos dans la foule, rendant la situation incontrôlable. La générale Mazinkaizer fut capturée à l'issue de cette rencontre tendue et promettant malheureusement de nouveaux conflits à venir.

MARS 2017 ~ JUIN 2017
Le Régime et les conflits s'essoufflent, et la Résistance radicale prend le pas sur l'armée.

Il était de plus en plus évident que désormais, peu importait aux Enolians l’existence et les motivations du Régime, comme de la Résistance. Chacun ne souhaitait plus qu'une chose : la fin des conflits, et le retour à l'Enola paisible d'antan. Les conflits semblaient s’essouffler et perdre leur sens, mais aucun des deux camps ne lâchait l'affaire, et voulait tout de même avoir le dernier mot sur l'autre. L'armée blanche du Régime reculait graduellement face aux attaques Résistantes de plus en plus violentes, parfois choquantes par leur gratuité rappelant amèrement le 1er janvier 2014, ou le massacre du 10 juillet 2015. Petit à petit, la Résistance tendait à dominer et renverser le pouvoir en place, mais pour autant, la guerre ne semblait jamais vouloir prendre fin.

JUILLET 2017 ~ SEPTEMBRE 2017
Effondrement de l'influence du Régime, et perte du contrôle de l'Emergya.

En constatant que les Enolians ne s'étaient pas rangés pour une grande part de leur côté après la démonstration à Zazambes, le Régime précipita ses recherches sur l'Emergya, dans le but d'assurer le retour à l'ordre par la création d'une arme alimentée par le pouvoir de cette source d'énergie, et assisté par les forces d'un Pokémon. Il s'agissait du projet MIRAI, le projet à l'origine de la nomination de Mazinkaizer en tant que Générale : un prototype de robot humanoïde, alimenté par l'Emergya, par le type biologique d'un Pokémon et son lien avec son dresseur. Néanmoins, le Régime n'avait pas attendu que leur Générale scientifique soit relâchée pour continuer les recherches, et c'est par cette utilisation néfaste de l'Emergya, dans une urgence fébrile, qu'ils en perdirent finalement le contrôle.

DU 11 AU 14 AOÛT 2017
Explosions d'Amanil et Zazambes, et fin du Régime.

C'est dans le feu de violentes émeutes à Amanil, le 28 août, que les deux principaux sites de travaux consacrés à l'Emergya explosèrent quasi simultanément : il s'agissait du Pôle de Développement Technologique et du site de fouille des Ruines du Titak. L'explosion la plus violente, à Zazambes, déclencha un tremblement de terre d'envergure modérée mais contraint les habitants à évacuer les lieux. Au même moment, dans le désert du Titak, le Temple de Regigigas émergea de sous le sable. On ne l'a pas encore prouvé, mais nombreux avancent que l'Emergya, le temple de Regigigas et le cataclysme étaient liés.

Si Zazambes parvint à l'exception de quelques morts à mettre ses habitants à l'abri à Vanawi ou Nuva Eja, Amanil ne s'en sortit pas à si bon compte. L'explosion de la capitale avait entraîné une panique sans précédent dans les rues, et habitants comme Résistants profitèrent de la confusion pour se ruer sur les troupes du Régime présentes et en désordre. Le chaos laissa place au massacre, et les émeutes finirent au bout de 24 heures par gagner la Grande Maison. Le Général Militaire, chef du mouvement du Régime, fut tué cette nuit-là, et l'armée se disloqua. Une partie des soldats et des officiers fuirent hors d'Amanil, d'autres restèrent sur place pour résister encore aux émeutes, et les derniers rendirent simplement les armes, désireux que le conflit s'arrête enfin. Les deux autres généraux, Mazinkaizer et Hypérion, pour leur part, furent introuvables ce jour-là, mais il s'agissait de la moindre des préoccupations des Enolians.

Car, en effet, Enola n'était pas au bout de ses peines. Les explosions et le tremblement de terre avaient fait céder l'un des barrages de la lagune séparant Amanil et Anula, et la capitale se retrouva inondée et sinistrée en quelques heures seulement. Anula avait pu prévenir partiellement la catastrophe, et encouragea les autres villes à venir au secours des Amanillois, afin de les évacuer à leur tour. À partir de ce jour, malgré l'absence de communication officielle, les Enolians considérèrent que ces quelques jours avaient marqué la fin du Régime.
Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Lun 16 Oct - 20:45
Revenir en haut Aller en bas
APRÈS LE RÉGIME

SEPTEMBRE 2017 ~ DÉCEMBRE 2017
Désertification massive d'Amanil et Zazambes, Emergendémie.

La fin d’août 2017 fut consacrée à l'évacuation des derniers Amanillois et Zazambiens. Les rescapés des tremblements de terre et des inondations furent contraints à l'exode, et hébergés à Baguin, Vanawi, ou Nuva Eja, grâce à l'aide des nombreux Enolians volontaires. C'est dans la suite directe de ces catastrophes naturelles qu'Enola dû faire face à un nouveau problème d'envergure. En effet, depuis la première semaine de septembre, une épidémie semblait gagner progressivement les Enolians, à commencer par ceux venant des villes où avaient eu lieu les explosions de l'Emergya. On cru tout d’abord à de sévères complications ou mutations des maladies virales et bactériologiques contractées par la plupart des rescapés, à la suite aux inondations. L'épidémie se faisant plus sévère très rapidement, toute la communauté scientifique de l'île fut mise sur la recherche des causes de la maladie, et bien sûr d'un remède. L'origine de la maladie ne tarda pas à être confirmée : si le virus ne s'avérait pas contagieux, ni nécessairement létal (bien qu'on déplorait déjà quelques cas de morts suite à des épisodes de délires), l'essentiel des personnes ayant été en contact avec l'Emergya l'avaient contracté à plus ou moins forte dose, et surtout dans les régions d'Amanil, Anula, et Zazambes. Les scientifiques à la recherche de solutions exploitèrent à leur tour l'Emergya en recherche de réponses, mais plusieurs furent contaminés à leur tour, ralentissant encore la progression de leurs expertises.

JANVIER 2018 ~ FÉVRIER 2018
Arrivée d'Elixir et création du remède contre l'Emergendémie.

De manière assez providentielle, le problème de l'Emergendémie sembla trouver un chemin vers son dénouement. Une communauté nommée Elixir vint prêter main forte aux recherches des Enolians, et optimisa les soins donnés à la population en distribuant des médicaments ralentissant l'Emergendémie. Ceci leur laissa ainsi le temps et les moyens de trouver des solutions plus efficaces pour combattre l'épidémie. À la fin de ce même mois, un vaccin fut finalement mis au point par Elixir et les scientifiques Enolian. Il fut acheminé et diffusé en masse à tous les habitants en moins de deux mois.

En raison du chaos complet dans lequel était plongé Enola depuis l'explosion d'Amanil et l'épidémie, la Compétition avait totalement cessé ses activités. Si certains Elites et des actionnaires vinrent en aide aux habitants par des moyens financiers, la plupart avaient abandonné rapidement la place. De nombreuses écoles, surtout à Amanil et de Zazambes furent aussi dans l'impossibilité de dispenser leurs cours en raison du manque d'élèves, et l'année scolaire se vit annulée dans plusieurs établissements.

MARS 2018 ~ FIN 2018
Mise en place d'un gouvernement temporaire et traque des Anciens membres du Régime.

Après la diffusion massive du remède, et le rétablissement graduel des rescapés d'Amanil et Zazambes, Enola pu profiter d'une accalmie de quelques semaines, et d'un repos mérité. Puis, les choses se remirent lentement mais sûrement en place : les hauts gradés du Régime ne s'étaient pas re-manifestés depuis la mort du Général militaire, et la disparition des autres Généraux. Aussi, le gouvernement de l'île était à intégralement à reconstruire : il devenait urgent de trouver de nouveaux chefs à suivre, bien que certains étaient réticents vis-à-vis des expériences des huit dernières années de Régime. C'est de manière assez logique que des administrateurs de métier Enolians, ainsi que des membres d'Elixir et de la Compétiton formèrent un gouvernement temporaire, tandis que d'anciens Résistants se joignaient à eux. Si tout le monde se mit d'accord sur un grand projet de reconstitution de l'île, en commençant par Amanil et Zazambes, l'autre priorité fut mise par l'ancienne Résistance radicale sur la traque des ex-membres du Régime, du moins, pour ceux qui n'avaient pas encore quitté l'île.

Une longue série de procès visant à juger et punir crimes de guerre et les responsabilités des anciens Régimeux (et de leurs collaborateurs) débuta en avril 2018, et les anciens soldats, Officiers, Généraux de l'armée blanche se virent distribuer des peines de prison plus ou moins lourdes, selon leur engagement armé ou non dans le Régime. Une grande prison fut reconstruite dans la périphérie d'Amanil peu après le début de ces procès, pour contrevenir à l'envahissement soudain et problématique des autres pénitenciers d'Enola.

ANNÉE 2019
Début de la reconstruction d'Enola, la Compétiton prend les rennes de l'économie de l'île.

Un peu avant que le remède ait été distribué, les particules d'Emergya dispersées par les explosions avaient mystérieusement disparu des zones d'Amanil et de Zazambes. Aussi, les Enolians et Elixir décrétèrent qu'il était temps de re-conquérir les deux villes désertées. De lourds travaux avaient débuté depuis plus de six mois dans l'ancienne capitale et dans la ville festive du sud. Une grande aide financière fut apportée par de hauts actionnaires de la Compétition, qui avaient notamment lancé en partenariat avec Elixir, des collectes de dons internationales. Si le retour soudain et opportuniste des cadres de la Compétition dans les affaires de l'île fit sourciller plus d'un Enolian, personne ne souhaitait cracher pour autant sur les aides qu'on leur offrait.

La reconstruction alla plus vite pour Zazambes, qui ne souffrait «que» des conséquences du tremblement de terre sur ses bâtisses, qui furent rapidement aménagées en moins d'un an. Pour Amanil, en revanche, beaucoup restait à faire. Effectivement, l'inondation avait sinistré l'ancien centre-ville plus fragile, et plongé sous les eaux les anciens bidonvilles, et la partie basse de la ville. On fit appel en masse à des travailleurs, et on utilisa les prisonniers du nouveau pénitencier d'Amanil pour creuser des canaux qui allaient métamorphoser la grande cité, afin de drainer les inondations, et optimiser la ville qui pourrait redevenir vulnérable à ce genre de catastrophes en raison de sa localisation sur les grands plateaux de l'Ouest. En six mois, les canaux purent drainer totalement l'inondation, et on mit en marche les grands chantiers de reconstruction des bâtiments, en commençant par construire de nombreux logements neufs pour les Amanillois désireux de regagner leur ville. Néanmoins, bien que la main d'oeuvre se faisait de plus en plus nombreuse sur les chantiers, les travaux prendraient encore, au bas mot, deux ans. Autant pour des raisons de confort que pour les souvenirs auxquels renvoyait encore Amanil, les Enolians préférèrent gagner Baguin ou Vanawi, qui connurent alors une brusque augmentation démographique.

ANNÉE 2020
Mise en place du Conseil des Régions, premier mandat du représentant du Conseil, Théodore Allard.

Vers le milieu de  cette nouvelle année, les travaux de reconstruction avaient suffisamment progressé, et le problème des anciens Régimeux était traité pour l'essentiel. Entre temps, grâce à leur aide, Elixir et la Compétition devinrent les deux moteurs financiers, sociaux, et politiques de l'île. Il était logique qu'ils décident, avec les Enolians du futur gouvernement qui viendrait remplacer les Chefs Résistants temporaires, et qui ne pouvaient assurer un futur viable à Enola.

Pendant la crise des exodes et de l'Emergya et avec la disparition du Régime, les villes et les régions s'étaient unifiées, mais avaient aussi regagné un certain libre arbitre individuel. Certains plus petits villages tels que Cayagane et Dimaras prirent de l'importance et de l'influence depuis qu'ils accueillaient de nombreux anciens habitants d'Amanil ou de Zazambes. Aussi, il fut décidé que les villes et villages les plus importants d'Enola formeraient désormais le «Conseil des Régions». Ce Conseil se constitua des Maires de chacune des huit villes principales, et à leur tête fut placé le nouveau Représentant : Théodore Allard. Celui-ci fut choisi parmi et par les huit Maires Enolians. Monsieur Allard agirait désormais comme un «Maître de Séance», représentant et porte parole du Conseil et de ses décisions. Le Représentant s'installa dans ce qui s'était imposé ces dernières années comme la nouvelle capitale Enolianne : Vanawi.

2021 ~ 2022
Installation d'Elixir à Enola, mise en place de la milice des Élites, et retour aux croyances et mythes ancestraux d'Enola.

Petit à petit, le cours de la vie se remit en marche un peu partout sur Enola. Le Conseil et Théodore Allard commencent à gouverner Enola avec une préoccupation particulière pour les enjeux sociaux nécessaires à traiter en premier lieux afin qu'Enola retrouve son essor. On constate la naissance de nombreuses associations communautaires qui font leur possible pour aider les derniers Enolians en mal de ville d’accueil et contribuer aux chantiers toujours en cours à Amanil. Ces associations attirent aussi l'attention de la justice sur les prisonniers de guerre offrant à certains, qui furent injustement jugés, un moyen d’alléger leur peine.

Au début de l'année 2021, la Compétition annonce en grande pompe la reprise de ses activités dès l'année 2022, pour sa 104ème saison. De grandes festivités sont annoncées, et les Élites reprennent petit à petit leur place et leur influence. Les ex-Résistants ayant été éjectés du gouvernement dès l'arrivée du Conseil, c'est à la Compétition que revient certaines responsabilités en ce qui concerne la sécurité de l'île. Celle-ci ayant de nombreux dresseurs Pokémon de talents dans leur réseaux, les administrateurs décidèrent de placer leurs premiers pions pour assurer une certaine emprise sur les décisions de l'île. Les anciens Élites gagnèrent le rôle de protecteurs de leurs villes, formant avec des subordonnées une milice officielle avec pour mandat la défense des cités et de leurs habitants. Cette nouvelle milice plaît énormément à la population La Compétition réinstalle ainsi son quartier général dans une grande tour, à Nuva Eja.

Elixir, pour sa part, gagnait de plus en plus d'influence grâce à son aide financière et sociale dans la communauté. La compagnie fut autorisée à installer leurs quartiers généraux dans un grand bâtiment scientifique à Vanawi. C'est en convainquant le gouvernement de leurs bonne intentions, remettant dans les mains des instances politiques la possibilité de stopper leurs recherches, qu'Elixir continua ses investigations sur l'Emergya et l'Emergendémie. Leurs Rangers commencèrent à assurer la conservation des espaces naturels, à l'instar des Élites et de la milice dans les villes. Elixir soutenait également certains organisme communautaires de l'île.

Enfin, l'essentiel du peuple Enolian semblait voir venir une nouvelle période de calme. Les civils, bien que d'accord avec le gouvernement pour conserver la paix, prennent eux aussi des chemins différents. Plusieurs idéaux naissent et renaissent, tels que ceux des Anarchistes, ne croyant ni en le nouveau gouvernement, ni en l'influence d'Elixir, ni la Compétiton. D'autres s'en iront profiter du système d'une Enola encore en train de se reconstruire et vulnérable, tandis que d'autres encore ne souhaiteront que reprendre une vie normale semblable à celle qu'ils avaient avant l'arrivée du Régime. Certains se tournent vers des modes de vie et de foi plus traditionnels, en retrouvant d'anciennes croyances liées aux légendes ancestrales de l'île. Le mythe de l'élu de Regigigas deveint un idéal de plus en plus répandu dans l'esprit des habitants, créant ainsi de nouvelles communautés, et tournant définitivement les mentalités et les rêves de l'île vers de nouveaux horizons.

ENOLA, D'HIER A AUJOURD'HUI
104ème Édition de la Grande Compétition d'Enola.

Année 2022. Pendant que les festivités de l'inauguration de la 104ème édition de la Grande Compétition annuelle d'Enola battent leur plein, on dit que les habitants de l'île recommencent à s'épanouir. L'international sourit, alors qu'Enola semble tendre la main vers une nouvelle ère, sans conflits. Que ce soit avec humilité ou par orgueil, la plupart des Enolians déclarent vouloir faire table rase des années passées, en se référant à leurs nouveaux guides : Conseil, Elixir, Anarchistes, Compétition, ou tout simplement leurs concitoyens. L'île retrouve finalement son visage aux expressions infinies, et après des années de guerre et de destruction, elle s'assume finalement triomphante et prête à avancer de nouveau. Ses habitants se battront encore pour elle, s'il le faut.
Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Lun 16 Oct - 20:46
Revenir en haut Aller en bas
AUJOURD'HUI

OCTOBRE ~ NOVEMBRE 2022
L'affaire des centres de réhabilitation et premiers différends entre Elixir et la Compétition.

Tandis qu'Enola fête en grande pompe le retour de la célèbre compétition annuelle, les membres d'Elixir et surtout leur directrice principale, Olga Wallace, ne sont pas aussi exaltés. La Compétition et Elixir cohabitent et s'entraident alors dans un climat de paix apparent souhaité par leurs leaders respectives. Pourtant, lors d'une grande soirée commémorative de la Compétition, plusieurs accusations furent lancées par Wallace à l'encontre d'Eléanore Swan, directrice de la Milice.

Alors que la soirée battait son plein, l'Elixirienne rappela l'inefficacité de la Compétition et de ses Miliciens à gérer les centres de réhabilitations réservés aux Pokémon dangereux, abandonnés par leurs dresseur.se.s ex-régimeux.ses lors de la traque de 2019. En effet, en raison de la négligence des responsables de la sécurité d'Enola à cet égard, de nombreuses évasions et dégâts étaient à déplorer. Pire encore, la situation avait tourné au vinaigre lorsqu'une fillette avait été tuée par un des Pokémon sauvages en cavale. Après avoir ainsi lâché une information pourtant bien gardée par la Compétition, Olga Wallace termina son intervention en appelant à l'union des Enolians contre l'adversité, si possible sous le pavillon des "meilleurs leaders".

Les administrateurs de la Compétition pensaient avoir réussi à garder les détails de l'affaire des centres de réhabilitations pour eux et se mirent immédiatement à la recherche des origines de la fuite. Des rumeurs racontent qu'Elixir aurait pu s'informer auprès des Anarchistes. Dès lors, bien décidés à conserver une bonne image aux yeux des Enolians, Swan et la Compétition ne reculeront devant rien pour donner tord et reprendre le dessus sur Wallace et Elixir.

Voir  : Intrigue n°1 : « Semer la Tempête ».


MARS 2023
Découverte de l'île et du temple de Regirock.

Tandis que les tensions entre le Compétition et Elixir rependaient un climat d'incertitude sur l'île, un ferry de croisière, l'Opal, fendait les flots. Les voyageurs à son bord, Enolian.e.s et touristes convié.e.s par des invitations gratuites, profitent de l'air marin, jusqu'à ce que soudain, le ciel se couvre de gros nuages. Nul n'aurait alors pu prévoir l'apparition de Kyogre en mer, son corps de géant produisant des houles qui faisaient vasciller dangereusement le navire. Pourtant, Kyogre ne semblait pas vouloir que le ferry cède à tempête et disparaisse en mer, au contraire, il le guida jusqu'à une île mystérieuse, que personne n'avait encore découvert sur les cartes.

Le ferry échoua sur la place de cette île de sable et de roches, surmontée d'un vieux temple semblable aux ruines antiques du Titak. Dès l'instant où ils posèrent un pied sur l'île, les naufragés se mirent à débattre pour s'organiser. Une grande partie décida de rester sur la plage à attendre les secours, mais les plus téméraires, eux, s'en allèrent explorer, alertés par le grand cri d'une créature mystérieuse. Un détachement de Rangers se dirigea vers le temple, en hauteur, tandis qu'un autre groupe descendit vers la jungle luxuriante bordant la plage.

Une heure à peine après l'installation des naufragés, une séries d’événements surprenants mirent l'île au vieux temple en branle. Tout commença par un léger tremblement de terre, ouvrant un passage sous-terrain dans la jungle, faisant émerger six golems de sable sur la plage et changeant le temple en un véritable dédale aux murs presque vivants et intelligents. Avec le recul, ces événements semblaient préparer l'apparition du maître des lieux, Regirock, qui s'éleva au-dessus du temple, visible par tous avant de se cacher en s'enfonçant dans la mer dès l'arrivée des secours. Aujourd'hui, cet événement est encore sur toutes les lèvres et soulève de nombreuses interrogations concernant la véracité des événements qui eurent lieu sur l'île et les mystérieuses ruines, bien semblables au Temple de Regigigas dans le désert du Titak.

Voir  : Event n°1. Partie I : « La dérive », partie II : « L'île au vieux temple », Partie 2bis (Jungle) : « Vers l'infini et l'au-delà ! », Partie 2ter (Temple) : « Rangers à la rescousse ! ».


SEPTEMBRE 2023
Tensions entre les Monarchistes la Confrérie du Bouclier et ouverture de la 105e saison de la compétition.

Suite à la découverte de l'Île au vieux temple où quelques Enolians avaient pu apercevoir les légendaires Kyogre et Regigigas, les rassemblements monarchistes se sont fait un moment plus nombreux à différents endroits de l'île. Ces rassemblements pacifistes qui ne faisaient pas de vagues ont néanmoins connu une résurgence plus agitatrice lors de la grande inauguration de l'Île Rocheuse, comme elle fut nommée par les Enolians. Ce 18 septembre 2023, l'annonce public de l'ouverture de l'île avait été faite sur place et regroupait une petite centaine de personnes. La décision d'ouvrir l'île au public et donc, au tourisme ne plut pas aux Monarchistes qui souhaitent préserver l'île de la convoitise des humains, pensant que cela pourrait offusquer les Pokémon légendaires de leur prophéties. Les échanges entre les fanatiques de la Légendes et les autres membres de l'assemblée s'animèrent rapidement, surtout lorsque des Anarchistes membres de la Confrérie du Bouclier s'en mélèrent avec plus de virulence, en venant bientôt en main et semant le chaos dans ce rassemblement festif. Les Miliciens tentèrent de prendre le contrôle de la situation mais les évènements avaient déjà dégénéré jusqu'au moment où l'un des batailleurs fut bousculé dans le conflit et tomba d'une falaise dans la mer et mourrut sur le coup, sous l'oeil fixe des caméras qui filmait les évènements. L'évènement fit couler beaucoup d'encre et à l'heure actuelle, le débat concernant l'ouverture de l'Île Rocheuse au public est encore débattu et les Monarchistes montent encore au créneau pour empêcher le public d'y accèder. La Milice et les Rangers pour leur part, tentent d'arrondir les bords et de surveiller Monarchistes et Confrères.soeurs du Bouclier, afin d'éviter que leurs conflits d'idéaux s'enveniment de nouveau.

En parallèle avec ces évènements, la Compétition continue ses activités dans le monde du divertissement. Seulement quelques semaines à la suite des cérémonies de victoire des champions de la dernière édition, la 105e saison de la grande Compétition est ouverte aux nouveaux challengeur.se.s.

Voir  : Intrigue n°2 : « Passions ».

Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur http://enola.forumactif.com
Mar 8 Jan - 21:53
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le profil
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: