Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Printemps 2025

~22 - 28° / Températures en hausse et grand soleil !

Intrigues et Events
Intrigue n°3 : « Ferveur »
L'Elu auto-proclamé des Monarchistes fait son entrée ! La Compétition, Elixir et le Gouvernement sont en crise et les Anarchistes demandent la démission du Chef du Conseil.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Demandes de RPs et liens
Cendrée
cherche un.e partenaire pour un RP ou un défi.
Arthur, Zelda et Bartholomew
sont dispo pour de nouveaux RPs !
Pseudo
cherche ...
Pseudo
cherche ...
+ pour afficher vos demandes, contactez le staff !




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Leeroy Merlin [PV Zelda]
PostRPElliott
Leeroy Merlin
Des ordinateurs, ce ne sont pas ce qui manque, dans un cybercafé. Pourtant Elliott amène toujours le sien. Il le trimballe partout même s'il devrait penser à changer quelques pièces, depuis le temps qu'il l'emmène à tous les lieux où il va. Difficile de se passer de son bébé, après tout. C'est toute une partie de sa vie qu'il a mis dans son PC portable. Des souvenirs également de quand il était au lycée, même s'il a juste transféré depuis son ancien module vers son nouveau. Alors quand il le pose sur le comptoir pour tester que la connexion Wifi fonctionne bien sans problème, il se permet de pousser un soupir de satisfaction, avant de regarder autour de lui. Un café comme à l'auberge, avec toutefois un côté geek en plus. Un côté qui lui ressemble, même si ce n'est pas lui le gérant. Ou plutôt la gérante. Il n'est qu'employé, mais ça lui suffit bien. Il ne demande après tout pas grand chose si ce n'est un salaire pour être indépendant et un endroit où il peut exprimer ses connaissances dans le domaine de l'informatique. C'est avec grande fierté qu'il sent avoir trouvé un job qui lui plaît, et qu'il peut accéder par le biais de sa petite voiture d'occasion qu'il a acheté grâce à ses économies après avoir passé son permis plus ou moins bien. C'est difficile de quitter le cocon familial, mais il estime que c'est un grand pas pour lui de s'être déjà détaché de son lieu de naissance pour trouver un travail. Il y a des cybercafés à Vanawi, mais ces derniers grouillent déjà de monde. Il se sent déjà plus à l'aise dans une ville comme Dimaras. En plus, les habitants sont relativement gentils. C'est un chance d'être arrivé ici, se disait-il déjà lors de son tout premier jour, qui était finalement hier. Ce n'est pas très loin de Vanawi, mais c'est mieux que rien pour commencer à prendre de la distance avec ce qu'il connaissait de la capitale où il a grandi. Puis... Puis mince, quoi, celle qui l'a engagé c'est quand même une championne du monde dans le domaine de l'e-sport ! Pour Elliott, ça fait rêver. Il ne tenait pas à l'accabler de questions à ce propos, mais sa curiosité le démange. Il aimerait bien à vrai dire en savoir davantage sur cette fameuse Zelda Noang. Avec les gens qu'il apprécie, ce n'est pas le genre à chercher des informations par lui-même sur le net, en plus. Elle non plus ne doit pas savoir beaucoup de choses sur lui, en somme. Peut-être que ça serait rassurant pour chacun de faire un peu plus connaissance avec l'autre.

En attendant, on doit fermer le PC. Les livraisons arrivent, Elliott doit se bouger ! Il n'est toutefois pas très fort, le bougre. Le seul organe qu'il entraîne est son cerveau, il faut dire, alors les muscles... Ce n'est pas encore ça. Pas que ça le gêne particulièrement d'un point de vue personnel, mais en attendant... Les cartons de jus de fruits ont du mal à se déplacer dans ses bras, même s'il fait de son mieux. Heureusement, il sait qu'il peut compter sur l'aide de son Scarhino. De braves et forts alliés étaient après tout exactement ce qu'il lui fallait, alors il est bien content de les avoir dans ces moments-là, ses Pokémon ; sinon il ne pourrait pas aller bien loin, avec son physique tout fin.

« Merci, Bellum. Tu pourrais les poser ici ? »

L'insecte s'exécute immédiatement avec un sourire jovial sur le visage, sans doute content d'être utile. Une fois que les caisses sont déchargées, Elliott s'empresse de les poser sur les étagères. Tout doit être prêt quand les clients arriveront. Le Donovan veut prouver qu'il est digne de confiance pour celle qui l'a embauché et les autres qui le rejoindront peut-être dans le service. Son expérience à l'auberge était un plus non négligeable à mettre sur son CV quand il l'a présenté, alors il était comme un paon quand il l'a montré, voulant prouver qu'il savait y faire avec les boissons et qu'il n'était pas doué que pour taper sur un clavier. Même si ça lui arrive souvent de penser au fait que ce qu'il a appris, bah... C'est Clive, surtout, qui lui a enseigné. Un maigre héritage que Elliott désirait pourtant perfectionné pour pouvoir montrer à son frère tout ce qu'il saurait s'il sortait de prison un jour. Alors chaque fois qu'il secoue le shaker pour faire des cocktails, il se rappelle les mouvements de son aîné qu'il s'est amusé à reproduire à la lettre des tonnes de fois. Il n'a jamais été aussi talentueux que lui pour ça, néanmoins et sans doute qu'il ne pourra pas maîtriser ses dosages d'alcool à la perfection. Pourtant il tente d'obtenir cette précision que le plus âgé pouvait avoir dans ses mains et cette agilité qu'il avait à servir les boissons. Il a fait ça pendant des années, après tout. Des années où Elliott l'a regar défaire en essayant parfois d'être discret par peur de le déranger. Des années qui ne se répéteront plus, malheureusement. Car il fut difficile de devoir prendre sa place quand le moment fut venu. Il a pourtant insisté pour le faire, même si son absence s'est lourdement fait ressentir les premiers jours suivant son procès. Comme un fantôme, il lui était arrivé d'appeler son nom avant de se souvenir qu'il ne reviendrait plus. Alors oui, les pincements au cœur sont encore puissants quand il passe devant sa chambre désormais abandonnée de son occupant, et passer la porte est toujours pénible. C'est une présence qui continuera de lui manquer, de le faire pleurer, de l'obliger à aller chercher du réconfort chez Faust de temps à autre quand il a envie de redevenir ce cadet que les jumeaux protégeaient. Mais se dire qu'il n'est plus cet enfant qui pouvait se reposer sur les épaules de ses frères, si elle ne fut pas une mince affaire, est finalement quelque chose qu'il a réussi à faire. Ou du moins, il le croit. Il a envie d'y croire. De se rattacher à cette pensée pour se dire qu'il peut grandir et être responsable, comme ses modèles.
Les caisses alors ne lui semblent plus aussi lourdes. Bellume, après avoir posé la sienne, s'est rapproché pour aider son dresseur. Ce dernier ne s'est pas rendu compte qu'il avait un regard perdu dans le vague, mais c'est en apercevant l'expression inquiète de son ami qu'il comprend s'être encore perdu dans sa mélancolie.

« Ça va aller. Il faut juste... euh... Les poser là. »

Même ses mots deviennent confus. En reprenant une inspiration, il se ressaisit. Enfin, suivant le geste à la parole, il pose la caisse de bouteilles de jus dans un coin pour sortir ces dernières et les disposer dans le frigidaire. Enfin, il dispose les bouteilles d'alcool sur les étagères du haut pour les ranger un peu et les placer de telle sorte à ce qu'elles lui soient facilement accessibles lorsqu'on lui passera des commandes. La bouteille de rhum n'atteindra jamais ses camarades, cependant. Un bruit de pas fait sursauter Elliott qui, sur la pointe des pieds, sursaute et trébuche pour tomber à la renverse, faisant chuter quelques bouteilles avec lui. Celles-ci heureusement ne se brisent pas mais créent un vacarme assez brutale pour faire paniquer son Scarhino.

« Oulah, c'est pas passé loin... Oh, non, non, Bellum, tout va bien, ce n'est rien, c'est juste quelques bouteilles ! »

Trop tard ; le mâle a eu peur du vacarme et se met à geindre un peu sous le coup de la peur. Vivement Elliott se relève pour consoler son allié avec quelques caresses. Cette scène a eu au moins le mérite de totalement le faire revenir dans la réalité. Heureusement, d'ailleurs, puisque la gérante qu'il attendait est finalement arrivée à l'instant même. Le Donovan, en la remarquant enfin, tressaute et déglutit brièvement avant de se jeter sur les bouteilles tombées au sol pour les ramasser.

« B-Bonjour !.. Euh... P-Pardon pour les bouteilles, je-je m'en occupe ! D-Désolé... »

Embarrassé, il n'ose plus regarder la Noang en face, le rouge lui montant au visage sous le coup du stress et de la gêne.
avec (No)Princess Zelda

Elliott D. Donovan
Civil
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Déc - 1:14
Revenir en haut Aller en bas
Leeroy MerlinFt. ElliotEt merde, je vais être en retard. Ptain, fais chier.
Il a encore fallut que je décide que j’avais laaaargement le temps de faire une game de Super Smash Bros. ce matin. Bah ouais, pour une fois, je me suis pas levée trop tard, genre, j’étais debout après la PREMIÈRE sonnerie du réveil. Du coup, je me suis préparé un petit dej et j’ai allumé la Switch. Ce sera du Ultimate, aujourd’hui. La N64 me fait de l’œil, mais faut bien que je m’entraîne. Y’a un tournoi dans pas longtemps, dans un cybercafé de Vanawi. Je me suis inscrite direct, mais ça veut pas dire que je vais pas me ramasser comme une noob. Donc, j’ai besoin d’exercice.
Je sais, je sais… je suis pas censée trop fatiguer ma main. Mais ça va là, c’est pas un championnat du monde. C’est pas WoL. Et puis, si je suis raisonnable, ça devrait le faire, non ? Hors de question que je stoppe entièrement ma pratique des jeux vidéos. Je sais me responsabiliser… plus ou moins ?

Parce que oui, merde, du coup, je me suis mise en retard. A mon taff, je veux dire. Bon, c’est pas comme si je risquais de me faire virer, l’établissement est à moi. Mais bon, c’est pas une raison. J’ai quand même un cybercafé à faire tourner. Et puis, j’suis pas toute seule. Y’a Elliot. C’est pas supra cool de ma part de le laisser tout installer tout seul.
Parce que lui, c’est sûr, il va y être avant moi. Ahalala, bien Zelda, bel exemple, il va avoir une sacré impression de toi, après ça. Tu t’étais déjà pas assez ridiculisée à l’entretien, tiens.
Ah oui, parce que j’ai eu ce truc de « faire passer un entretien » et j’étais pas du tout mais alors pas du tout à l’aise. D’ailleurs ça avait plus ressemblé à une discussion autour d’un verre, rien de protocolaire avec moi. Je lui avais demandé ses passions, pourquoi il voulait travailler ici, et d’autres trucs. Il m’a eu l’air sympa, motivé, et il avait pas l’air d’être con, du coup, ça m’a suffit. Les expériences sur le CV et les jolies lettres de motivation, c’est cool mais c’est pas ce qui m’intéresse. Je veux avant tout des gens avec qui je m’entends bien, et qui partagent une passion.
Du coup, j’ai signé son contrat. Ça fait plaisir de voir que ça marche suffisamment pour que je puisse engager une autre personne.  Bon après, il avait déjà de l’expérience, le bougre, du coup, c’est un plus parce qu’il sait déjà faire des boissons (peut-être plus que moi lol).
Techniquement donc, c’est mon « employé » mais j’aime pas ce terme. Je suis pas à l’aise avec le concept d’être une patronne qui dirige des gens. C’est pas un chiot qui va obéir à mes ordres, mais un être humain qui va m’aider. Un associé, plutôt donc. Un collègue. Ouais, c’est mieux, comme terme.
Je le connais pas beaucoup plus que ça, finalement. Mais j’ai hâte de pouvoir discuter avec lui, parce que bon si on va bosser ensemble on va pas rester des étrangers, ce serait complètement con. Va falloir que je me contrôle pour pas avoir l’air de la chieuse ultra curieuse que je suis. Faire bonne impression, Zelda hein… pas ton fort.

Je manque de me ramasser la tronche sur le sol en speedant. Je me rattrape avec une grâce qui aurait fait pâlir de jalousie les plus grands patineurs artistiques (comprenez « j’ai agité les bras dans tous les sens en faisant des mouvements de hanche plus que douteux en glissant sur une flaque d’eau »), ce qui ne manque pas de faire rire Kairi. Je lève mon majeur à son attention et elle répond d’un geste de patte, communication classique pour nous deux en somme.

Coup d’œil à mon portable. Merde… le camion de livraisons doit déjà être arrivé… et je laisse ce pauvre Elliot se taper le boulot tout seul ! Vraiment, faut que je fasse gaffe, c’est plus par rapport à moi seulement ce genre de truc… C’est dans ces moments-là qu’il faut que je me comporte en ‘’adulte’’. Quoi j’ai bientôt 30 ans ??? Ok non, on y pense pas.

J’arrive enfin à l’endroit désiré, à moitié essoufflée. Comme prévu, le camion de livraison est déjà là… en train de repartir même. Et merde, ça veut dire que Elliot s’est tapé tout le déchargement tout seul ? Je me sens hyper mal, d’un coup : quelle piètre gérante je fais. J’accélère encore, faisant au passage un rapide coucou au chauffeur (il vient souvent boire un verre après son service) et je vais le plus vite possible à mon établissement.
J’ouvre la porte avec pertes et fracas, butant dans des caisses. Pour l’arrivée discrète, on repassera, mais de toute façon, mon retard a du se remarquer. J’espère qu’il m’en veut pas trop, ce serait dommage de partir là-dessus.

« Aaah désolée désolée, j’suis en r’tard ! »

C’est alors qu’au moment où j’arrive, un autre bruit se fait entendre, de bouteilles cette fois ci, et j’ai juste le temps de voir choir une tête brune qui disparaît derrière le bar. Je me précipite, espérant qu’il ne s’est pas fait mal. Oh, j’espère que les bouteilles ne se sont pas cassées, il pourrait se couper !

« Hé, ça va ? Tu t’es fait mal ? »

Heureusement, Elliot se relève sain et sauf, rassurant le pauvre Scarhino qui semble avoir eu la peur de sa vie suite à ce bruit. Ah bah super Zelda. Si j’avais pas été en retard, j’aurais pas provoqué ce bazar. Bon personne n’a rien de cassé, mais c’est pas la meilleure entrée en matière du monde.

« Oh mais t’excuses pas, c’est juste des bouteilles. L’important c’est que toi et ton Pokemon n’aient rien. »

Je l’aide à ramasser les bouteilles restantes. On est passé à ça de l’accident de travail. Ok je panique peut-être pour rien mais j’ai pas envie qu’il arrive quelque chose à ce pauvre gars qui n’a rien demandé à part à travailler avec la gérante la moins sérieuse du monde. Hâte qu’il voit à quel point il est bien tombé, ahah…

« Et puis, c’est à moi de m’excuser… je suis désolée d’être en retard, tu avais pas à faire ça tout seul ! La prochaine fois, hésites pas à m’appeler pour m’engueuler. »

Je rigole qu’à moitié, en vrai. Je veux pas qu’il pense que, si je suis pas à l’heure, c’est qu’il doit tout faire. C’est pas le projet, et je lui en demande suffisamment au cours de la journée pour ça.
Je décide donc de vider les derniers cartons. Je met aussi au travail Kairi (ça lui apprendra à se moquer de moi héhé) et Alyx, dont les pouvoir psychiques sont d’une aide non-négligeable. En principe, Master Chief est de la partie aussi, il aide en transportant les cartons sur son dos depuis le camion jusqu’à l’intérieur.

« Bon, du coup, comment ça va aujourd’hui ? A part la chute dans les bouteilles ?» j’ajoute avec un petit rire.

:copyright: 2981 12289 0


Zelda Noang
Org Communautaire
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Avr - 0:34
Revenir en haut Aller en bas
PostRPElliott
Leeroy Merlin
Gêné, le Donovan ramasse les bouteilles au sol en vitesse, mais la précipitation ne l'aide pas à se concentrer et aussitôt qu'il en prend des nouvelles dans ses bras, les anciennes glissent pour rejoindre à nouveau le parterre. Ce n'est pas qu'il avait peur de se faire rabrouer un peu sur son comportement, mais il ne voulait pas donner mauvaise impression pour son premier jour de travail. D'ordinaire plutôt adroit, la nervosité rend tout à coup ses mains bien moites. Il a déjà fait des petits boulots de temps à autre, mais là c'est spécial. C'est un travail qui le motivait réellement, alliant quelque chose qu'il aimait beaucoup (l'informatique) à des compétences qu'il avait travaillé presque toute sa vie aux côtés de Clive et de Kagami (le service en restauration). Il n'était pas expert, mais il avait appris à se débrouiller à l'auberge, faisant de son mieux malgré qu'il ne soit pas le plus musclé et que porter des plateaux très lourds avait pu se révéler problématique de temps à autre. Pour autant, il avait au moins acquis une certaine agilité et sa mémoire ne le trompait jamais durant les commandes. Jamais il ne réussirait à faire des cocktails aussi bien que son frère aîné, mais si les quelques essais pour le recopier n'avaient pas été forcément concluants, il voulait faire son possible afin d'aider Zelda dans ses tâches. Heureusement, cette dernière ne lui tient nullement rigueur pour le petit incident. Au contraire, elle se montre bienveillante et n'hésite pas non plus à proposer son aide. Elliott se sent certes con, mais un léger sourire apparaît sur son visage devant la gentillesse de celle qui est censée être sa 'patronne'.

« Je n'ai rien, merci. »

Bellum s'incline légèrement pour s'excuser à son tour du vacarme mais secoue aussitôt la tête pour appuyer les dires de son dresseur et signifier qu'il ne s'était pas non plus blessé. Soulagé, la petite boutade de sa supérieure manque toutefois de lui faire un arrêt cardiaque.

« Hoeeh ?! V-Vous engueuler ? Je-Je ne sais pas si j'oserais... M-Mais de toute façon j'étais arrivé un peu en avance, alors on peut dire que vous n'êtes pas vraiment si en retard que ça, héhé. »

Un peu nerveux, il faut dire que Elliott en fait des tonnes mais qu'il tient réellement à ce travail et qu'il flippe à l'idée qu'on le licencie si jamais il commet des bourdes professionnelles. Il veut tellement soulager sa mère... Se forçant à se comporter en adulte, il tente de trouver quelque chose d'utile à faire pour avoir bonne figure et s'empare du reçu de livraison qu'on lui a donné.

« Euh... Si-Sinon j'ai checké la liste de ce qui devait nous parvenir et euh je n'ai rien remarqué de bizarre, je crois que tout est en ordre. »

Maladroit parfois certes, mais il a une sale manie de faire attention à certains détails, même les plus insignifiants, et d'être perfectionniste aussi, ça peut lui arriver. Dans une posture ridicule et bien trop formelle qui ne lui ressemble pas, il se penche un peu en avant.

« Je tâcherai d'être plus minutieux à l'avenir. Merci encore de m'avoir accepté, Madame Noang ! »

Mince, elle va peut-être me trouver rigide...
Ce n'est pas vraiment son genre, d'être aussi catégorique ; surtout que Zelda semble tout à fait être le genre de 'patronne' relativement cool et avec laquelle il partage quelques points communs, notamment leur amour pour les jeux vidéos. Bien évidemment, il sait exactement quelle réputation la rouquine possède dans ce milieu-là et était d'autant plus fasciné de pouvoir converser avec une passionnée de cette trempe.

« Oh et euh je vous présente Bellum, mon Scarhino. Il aime bien aider de temps à autre. Mais je n'ai même pas pensé à demander, est-ce que vous travaillez souvent avec vos Pokémon, vous ? »

Le Scarhino s'avance pour se présenter à son tour, espérant ne pas déranger. Elliott ne sait pas encore s'il y a certaines consignes à respecter en dehors des bases qu'ils ont vu ensemble, mais il y a pas mal de questions qu'il a oublié de poser à l'entretient, et il avait fallu parfois que Zelda lui répète quelques règles pour qu'il les retiennent étant donné qu'il avait dû faire le tri au même moment dans son cerveau pour savoir ce qu'il fallait faire et ce qu'il ne fallait surtout pas faire. Logiquement, trébucher en faisant tomber des caisses de produits n'était pas dans la première catégorie.
avec (No)Princess Zelda

Elliott D. Donovan
Civil
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Mai - 20:05
Revenir en haut Aller en bas
Leeroy MerlinFt. ElliotJe suis déjà en train de me voir appeler les secours et mettre Elliot en PLS tout en arrêtant les saignements. Puis après j’devrais remplir un arrêt de travail, je sais même pas comment on fait ça ! Je laisse mon employé seul se blesser à son premier jour de travail, je suis la pire ! Et s’il me détestais ensuite ?
Ouais, j’suis parano, je sais. Enfin j’minquiète assez rapidement pour les autres, et puis, je ressens une certaine responsabilité en tant que gérante du cybercafé. ‘Fin je sais, c’est pas un enfant, mais… bref, laissez tomber, je suis parano.

Enfin bon le fait est que ça servait à rien de psychoter comme ça, il se relève sans aucune égratignure, je pousse un petit soupir de soulagement et me détends. Duuuuuu caaaalme Zelda, y’a pas mort d’homme, tu n’es pas responsable de la paralysie à vie de ton employé, tout va bien s’passer. Je lui offre mon plus beau sourire en espérant qu’il ne tienne pas compte de mon retard. J’espère qu’il va pas vouloir démissionner en se disant que la gérante est vraiment trop irresponsable. Surtout que ça ferait que ma mère gagnerait son pari et ça… hors de question.

Mais bref Elliot m’assure qu’il va bien, et son Scarhino à l’air d’aller bien aussi. Yay, je rencontre un de ses Pokemon ! Dans l’annonce que j’avais posté quand je cherchais quelqu’un, j’avais dit que j’acceptai bien évidemment les Pokemon, et qu’ils étaient libre de se balader, du moment qu’ils faisaient la taille requise. Pas que j’aime pas les grandes tailles, mais c’est compliqué de faire entrer un Leviator dans un espace comme ça, m’voyez.

« Ah nan mais je suis genre vraiment en retard, tu peux l’dire tu sais, comme dire si je dis ou fait un truc qui faut pas. D’ailleurs, ma mère a parié que tu me supporterais tellement pas que tu démissionnerais en moins d’une semaine, donc, hein, ahah ! »

Ma chère maman a jugé bon de me rappeler que je suis encore une gamine dans ma tête, et elle est pas sûre que grand monde me supporte. Bon okay elle a dit ça pour déconner, je sais qu’en vrai elle espère que ça marche, mais je l’entends déjà se foutre de moi si Elliot se barre effectivement à cause de moi. J’vais essayer, je dis bien essayer, de me comporter… plus ou moins comme une adulte. Responsabilité, Zelda, RES-PON-SA-BI-LI-TÉ. You can do it you just have to like change everything about your behavior graaaaah…. Je sais pas comment on fait pour euh, adulter.

« Oh, merci ! »

Il sait mieux adulter que moi, il a pensé à vérifier que tout est en ordre, et tout… demain il va m’apprendre à gérer un business (ce serait pas d’refus cela dit je f’rais ptet faillite moi vite, ahah!). Je me plains pas d’avoir trouvé quelqu’un de sérieux hein… j’vais juste devoir me montrer à la hauteur ! Kairi se moque sûrement déjà de moi à ce propos, si elle parlait l’humain, elle me vannerait tout le temps avec ça (cela dit elle a pas besoin de parler ma langue pour se foutre de ma tronche celle-ci. C’est réciproque.).

J’affiche un air de surprise quand Elliot se comporte de façon beaucoup plus sérieuse que nécessaire. Il m’a appelée… Madame Noang ? Gwaaaaaaah je me sens tellement vieille ! Je me sens vieille à chaque fois qu’on m’appelle comme ça. Ma Musteflott explose de rire derrière moi et je manque de lui jeter à la tronche le torchon posé sur la table. Je me retiens pour avoir l’air, hum, sérieuse, et tente de garder de la contenance malgré la gêne que me procure la situation. J’me pensais pas si impressionnante que ça, j’devrais peut-être me sentir flattée mais j’suis juste ultra mal à l’aise. Faut que je lui dise, hein, j’espère qu’il va pas mal le prendre.
Il enchaîne en me présentant son Pokemon, ce qui va permettre d’enchaîner sur un sujet de discussion que j’aime et de pouvoir glisser entre temps qu’il a pas à être aussi formel avec moi.

« Kairi que tu vois ici en train de se foutre de ma tronche m’aide malgré ses ptits bras. »

Ma loutre orange me tire la langue et je réponds pareil, avant de me souvenir que je suis en discussion avec quelqu’un qui me connaît à peine. fuis-pas stp, fuis-pas stp...Je sors aussi ma Meditikha pour qu’elle m’aide avec les caisses.

« Et Alyx me donne un coup de main aussi. Elle adore faire des cocktails d’ailleurs donc si tu vois un shaker dans les airs ne t’étonne pas. Ah, j’ai aussi un Cochignon qui fait actuellement dodo dans sa ball, mais je l’entraîne à porter des plateaux avec les boissons. Il a déjà cassé une dizaine de verres pour l’instant, mais on ne désespère pas ! »

Kairi s’approche du Scarhino pour le saluer et je fais de même. S’il veut aider, il est le bienvenue, je forme humains comme Pokemon. Enfin ptet que comme son maître il sait déjà prendre des commandes et servie des boissons.

« Au fait, euh, Elliot. Tu peux me tutoyer hein, et hum, m’appeler par mon prénom ! On est pas chez les bourges, héhé »

C’est une de mes expressions préférées même si elle veut pas dire grand-chose, et j’espère que jusqu’à maintenant je ne l’ai pas trop gêné.

« Bref, vu qu’on a encore un peu de temps avant l’ouverture, quand on aura rangé tout ça on pourra boire un coup si tu veux. Si t’as des questions hésite pas, c’est le moment ! »


:copyright: 2981 12289 0


Zelda Noang
Org Communautaire
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Sep - 22:24
Revenir en haut Aller en bas
PostRPElliott
Leeroy Merlin
Si le Donovan était un peu nerveux au début, l'énergie et la sincérité qui se dégage de Zelda a quelque chose de réconfortant, quelque part. Alors il se surprend à se détendre progressivement. Il sait pourtant que sa 'patronne' n'est pas beaucoup plus âgée que lui mais elle reste sa supérieure hiérarchique et il veut vraiment se montrer à la hauteur pour ne pas lui faire regretter son choix de l'avoir embauché. Après tout, ce n'est pas parce qu'elle est cool et tout qu'il ne doit pas se montrer sérieux ! Heureusement, Elliott est motivé et a hâte de pouvoir entamer sa toute première journée de travail. Même si le rire de la dénommée Kairi est communicatif puisqu'il ne peut pas s'empêcher de glousser légèrement à son tour quand la gérante la présente à son employé. D'un signe de tête, Elliott et Bellum saluent quand même respectueusement la Mustéflott et la Meditikka quand cette dernière apparaît ensuite.

« Oh euh t-très bien, je peux essayer, mais je ne promets rien si j'oublie, haha. »

Cela ne le dérange pas de la tutoyer, mais il sent qu'il va avoir un peu de mal au début, vu comment sa mère a toujours insisté pour qu'ils soient respectueux avec autrui ; et le plus jeune de la fratrie a toujours suivi scrupuleusement les enseignements de sa mère. Mais la Noang n'est vraiment pas du genre à être très sévère, de ce qu'il constate. Alors il sourit doucement en ouvrant les caisses déchargées ce matin pour en sortir les bouteilles d'alcool qu'il dispose au comptoir à l'aide de son Scarhino et de sa boss. Mais il ne s'attendait pas à tout de suite recevoir des questions de cette dernière.

 Hm ? Eh bien... J'avoue que je ne suis pas un fin connaisseur de Dimaras. Si jamais vous euh... Tu as des endroits à me conseiller, je suis preneur. »

Une petite visite ne lui ferait pas de mal, un de ces quatre. Bien que Dimaras ne soit pas si éloigné que ça de Vanawi comparé à d'autres lieux, il ne faudrait pas qu'il se perde un jour et arrive en retard au travail. En dehors de son boulot, le paysage a également un certain charme, tout comme sa compagne Cayagane, alors connaître un peu mieux ses rues lui serait utile.

« Mais ça a l'air chouette, comme ville. J'aurais bien aimé savoir comment une célèbre gameuse a-t-elle eu l'idée d'établir un cyber-café dans un coin aussi tranquille. »

Il n'est pas sans savoir que Zelda a une sacré réputation au sein de l'univers des jeux vidéos en ligne, mais il ignore si la jeune femme a du mal à parler de cette période de sa vie, à présent, quand lui-même est un des premiers à savoir que la communauté gaming ne fait pas tant de cadeaux que ça à la gente féminine ou même celles qui ne rentrent pas dans leurs précieuses cases. Ce n'est bien sûr pas à ce qui a poussé en premier Elliott a postuler pour la rouquine, mais il est possible qu'il ait une certaine admiration pour cette joueuse pro qui a réussi là il n'a jamais trop osé se lancer.
avec (No)Princess Zelda

Elliott D. Donovan
Civil
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Déc - 21:46
Revenir en haut Aller en bas
Leeroy MerlinFt. ElliotJ’ai pas trop l’habitude de diriger des gens. Pas du tout même. Et en vrai, je crois pas que ce soit vraiment quelque chose fais pour moi. J’veux dire, je serais pas bien capable d’être chef d’une grosse entreprise par exemple, avec plusieurs personnes à gérer et tout. Heureusement, dans le boulot que je fais là, ça sera jamais le cas. Déjà, un employé c’est suffisant hein, je sais déjà pas comment me comporter, alors… J’espère ne pas trop me taper la honte, et ne pas passer pour une idiote complète devant Elliot. Parce que, en vrai, il a plus d’expérience que moi au niveau de ce boulot, donc faudrait pas trop que je me la ramène quand même. C’est aussi pour ça que ça me fait tout bizarre qu’il me vouvoie… en plus, on a quasiment le même âge je crois. Et, ouais, je préfère instaurer une ambiance sympa et cool, avec l’espoir que ce soit le genre de boulot ou on aime aller. Je sais je sais, ça reste un boulot, mais si Elliot pouvait un minimum apprécier l’endroit… bah ce serait vachement sympa, quand même !

« Fais de ton mieux ! Le but c’est que tu te sente à l’aise, quand même ! »

Donc, il promet d’essayer, et je hoche la tête. Du moment qu’il essaie hein ! J’espère quand même qu’il va pouvoir s’y faire parce que bon, j’sais que j’suis vieille, mais quand même ! J’ai pas 30 ans, pas encore ! Ça va arriver hein, ça arrive vite cette connerie, mais j’ai encore le temps de faire genre je suis jeune et sauvage et libre. Ma mère dit que je me comporte suffisamment comme une gamine pour donner cette impression. Elle a pas tort, je sais pas comment être une adulte, mais bon, en même temps, c’est supra chiant, la vie d’adulte.

J’ai l’impression de mettre Elliot mal à l’aise, depuis tout à l’heure. Je fais si peur que ça ? C’est mon comportement, peut-être ? Grah, j’essaie de détendre l’atmosphère mais je suis ptet nulle à ça, en fait… bah, on verra, c’est peut-être juste une question de temps, on se connaît à peine, donc bon, ça a le temps de changer ! On aura bien le temps de trouver à discuter, dans les prochains jours. Plus on connaît les gens, plus on les côtoie, plus on se sens à l’aise avec eux, non ? Allez, on dit que c’est comme ça que ça marche !

« Ah mais t’inquiète, je parlais de boire un coup ici ! Enfin y’a aussi des bars sympa pas loin ! Et si tu veux prendre un petit dej dans le coin un jour, y’a une super coffee shop avec des livres dans la rue à coté, leur chocolat chaud est le meilleur que j’ai jamais goûté ! »

Je connais bien le gérant à force et j’y vais quand j’ai le temps et que je suis pas en retard comme aujourd’hui (maintenant que je suis plus la seule à travailler ici, va falloir que je change cette habitude, d’ailleurs). J’essaie de faire des bonnes boissons chaudes aussi, mais je peux pas nier le fait que son chocolat est meilleur que le mien. Et évidemment, il refuse de révéler ses secrets de préparation. Ce serait trop facile, j’imagine.

Ah. La question qui suit me prend au dépourvu. Je devrais plus m’étonner que les gens qui ont la même passion que moi puissent me connaître, mais ça me surprend quand même à chaque fois. Ça m’a toujours gênée en même temps que flattée, parce que ouais, ça fait plaisir d’être reconnue, j’ai l’impression d’être une star, c’est marrant. Et visiblement, même si j’ai arrêté ma carrière, ça l’a pas empêché d’avoir déjà entendu parler de moi. J’espère que c’est pas ça qui l’impressionne, Elliot !
C’est pas mon sujet préféré du monde, même, en général j’en parle pas des masses, parce que je regrette toujours autant ma blessure. C’est vraiment pas de chance, et un truc à la con, mais si je pouvais être totalement soignée, je serait capable d’y retourner.

« Oh bah... héhé ! En fait, je vivais déjà sur Enola, y’a quelques années, à Amanil, et je suis partie début 2018, c’est quand j’ai commencé les compèts. » Je ne détaille pas plus, si Elliot habitait déjà ici à l’époque, il sait très bien ce qu’il s’est passé sur cette île. « Je suis revenue parce que je me suis blessée, et je ne peux plus participer maintenant. Donc voilà, je suis revenue à la maison, en quelque sorte ! »

J’ai beau ne pas être née dans la région, c’est quand même plus chez moi qu’autre part. Je m’y sens bien, en vrai, et Dimaras est une ville que j’apprécie énormément. Elle est vivante, y’a plein d’activité à faire… je regrette pas totalement ma décision.

« Et toi du coup, t’es du coin ? On pourra visiter Dimaras à l’occasion, je commence à bien connaître, maintenant. »

:copyright: 2981 12289 0


Zelda Noang
Org Communautaire
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Déc - 15:57
Revenir en haut Aller en bas
PostRPElliott
Leeroy Merlin
Progressivement, Elliott arrive finalement à se détendre. Passé les premières minutes un peu gênantes où il ne savait pas trop quoi dire face à sa gérante qu'il connaît à peine, il se rend bien vite compte néanmoins que son tempérament cool et décontracté à un effet apaisant sur lui, se reconnaissant un peu dans le caractère de la rouquine. C'est un esprit qui lui parle plus que l'ambiance trop sérieuse qu'il a pu connaître chez Elixir ou dans le cadre d'autres petits boulots. Mais cette offre de serveur était exactement ce qu'il lui fallait et il était bien content d'être tombé sur l'annonce de Zelda. Sociable et gentille, la Noang semble plus à l'aise que lui et n'hésite pas à déjà lui faire part de bonnes adresses, répondant même à ses interrogations curieuses alors qu'il a mis sans le vouloir les pieds dans un plat encore brûlant pour l'ancienne championne. Humblement, elle lui veut bien lui raconter ce qu'il y a à savoir sur sa venue ici, provoquant même au passage un petit 'oh' peiné de Elliott qui ne pensait pas à la blessure de sa patronne. Il se retient de grimacer, sachant comme il est difficile pour un.e fan de jeux vidéos de devoir s'en priver un moment à cause d'un poignet ou de doigts cassés. Surtout pour une compétitrice de haut niveau comme Zelda. Mais heureusement, cette histoire ne ternit pas son humeur, et le Donovan esquisse donc un sourire léger mais sincère.

« Je suis né et j'ai grandi à Vanawi. Je n'ai pas eu beaucoup d'occasions d'aller à Dimaras auparavant, mais depuis que la ville a connu un essor incroyable, j'essaye de m'y rendre plus souvent. »

Elliott n'est pas un aventurier. Il est toujours plus ou moins resté dans sa zone de comfort en ce qui concerne ses déplacements quand il n'était pas obligé d'aller quelque part. Les choses nouvelles le passionnent mais il trouve une certaine sûreté qui le rassure avec sa routine établie, encore plus depuis qu'il s'ancre davantage dans ce qu'il connaît et ce qui le retient en arrière.

« Enfin, j'imagine que je n'ai pas le choix, de toute façon, si je veux travailler ici, haha ! »

Il lâche un petit rire, plus détendu que tout à l'heure. Zelda ne le mordrait pas, de toute façon, alors il n'a vraiment rien à craindre d'elle. Sa nervosité a juste pris le dessus au début, ne voulant pas mal faire, mais l'honnêteté de la gameuse le déstabilise peut-être un peu.

« Mais je ne dirais pas non à une visite guidée, un jour où nous aurons du temps. J'ai peur de m'y perdre, sinon, ça serait quand même ballot. »

Les GPS existent, encore heureux, mais comme il se trouve bien trop dépendant des objets électroniques depuis quelques temps, connaître la petite ville de tête ne serait pas de trop, et puis il se retrouverait bien malin, un jour où il tomberait en rade de batterie sur son téléphone.

« Par contre, pour le chocolat, faudra attendre d'avoir goûté le mien, pour savoir s'il n'y a vraiment pas meilleur que celui du voisin. Je n'aurais pas postulé ici sans connaître un peu l'art des boissons, après tout. »

L'air vantard, son Scarhino lui donne affectueusement un léger coup dans les côtes pour le faire redescendre sur Terre. Elliott est heureux quand il peut apprendre de nouvelles choses, mais il aime bien aussi montrer ce dont il est capable. En outre, il ne sait pas faire de si bons chocolats que ça, ne faisant qu'imiter son père et Clive, mais c'est un défi qu'il est près à relever.

« En tout cas, je vous admire. Je trouve que c'est un projet formidable. Pour un geek comme moi qui a passé son temps derrière un bar et une console, c'est parfait, héhé. »

Cela allie un peu ce qu'il a toujours connu, après tout. L'auberge-café que tient sa famille et les jeux vidéos et les réseaux informatiques, auxquels il s'est raccroché à une époque comme si sa vie en dépendait au moment où il avait besoin de tenir, de se focaliser exclusivement sur quelque chose. Déjà à cette période, pour des raisons différentes, il faisait parfois des séances non-stop quand il recevait un nouveau jeu jusqu'à le finir pour ne plus y retoucher jusqu'au suivant. Laisser son cerveau se concentrer sur un unique sujet lui permettait de se trouver un sens, un objectif. Ce cyber-café, en soit, ce sera aussi un peu une manière pour lui de jouer de cette hyperfixation pour occuper ses mains et ses pensées, au risque de se noyer à l'intérieur de ces dernières.
avec (No)Princess Zelda

Elliott D. Donovan
Civil
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Déc - 3:01
Revenir en haut Aller en bas
Leeroy MerlinFt. ElliotJ’ai l’impression qu’Elliot fini par être moins stressé au fur et à mesure que notre discussion avance. Je veux qu’on parte tout de suite sur de bonnes bases pour qu’on puisse bosser dans les meilleures conditions possibles après. Parce que bon vu qu’on est que deux, si on s’entend pas ou que les conversations sont gênantes… et bah, payes ton ambiance au boulot hein. Après, on se connaît pas vraiment, Elliot et moi, et je vais pas lui demander d’être ultra à l’aise direct, et puis c’est moi aussi qui est en partie responsable de comment il se sent. J’essaie de le mettre à l’aise, mais si j’en fais trop ça aura l’effet inverse. Contrôle-toi Zelda, toi aussi t’es nerveuse, mais c’est pas une raison.

Donc, Elliot est originaire d’ici. De Vanawi, plus précisément. J’avoue que j’étais surtout restée sur Amanil et la Côte Ouest, à l’époque, je me suis mis vraiment à connaître l’est d’Enola en venant me ré-installer ici. C’est vrai que cette île est radicalement différente selon où on se trouve, c’était un peu dépaysant au début, mais j’ai retrouvé un peu d’ambiance de l’Amanil de l’époque dans le Vanawi d’aujourd’hui. Ça me fait pas moins apprécier Dimaras, qui est vraiment une super ville, j’adore y vivre, les gens sont majoritairement cools et y’a des trucs intéressants à faire, surtout quand on est geek.

« Ahah oui ! Et ça va pour les trajets, c’est pas trop long ? »

Perso, je déteste avoir à trop conduire, j’ai pris une voiture uniquement pour le côté pratique quand il s’agit de transporter des choses ou d’accéder à des endroits non desservis par les transports en commun. Je trouve qu’il a bien du courage de faire la route depuis Vanawi, j’en suis même presque honorée (enfin bon, il le fait pas pour moi hein, il le fait pour son boulot, mais quand même!). Et puis, déjà que j’arrive à être en retard à un endroit qui est à une quinzaine de minutes de chez moi à pied (faudrait-il que je me prenne un vélo?)…

« Yes, avec plaisir ! J’étais paumée aussi la première fois que je suis arrivée. C’est censée être une petite ville, mais tout est toujours grand quand on connaît pas ! Bah, j’ai pas à me plaindre, c’est toujours moins le bordel qu’à Vanawi ! »

L’arrivée massive de population à Vanawi a pas mal changé la ville, et à chaque fois que je m’y rends, j’ai peur de m’y perdre. Heureusement qu’Alyx a un sens de l’orientation moins pété que le mien, sinon je me perdrais à chaque fois que j’arrive dans une nouvelle ville. Les seules maps sur lesquelles j’arrive à me repérer, c’est celles dans les jeux vidéos (et encore).

« Oh, un spécialiste du chocolat chaud ? J’ai choisi la bonne personne on dirait ! »

J’adore le chocolat chaud, c’est genre, une des meilleures boissons du monde. Mais je suis pas hyper douée pour en faire. Donc du coup, si je peux confier cette tâche à un professionnel… Kairi a poussé un cri de plaisir d’ailleurs, elle adore le chocolat aussi… ouais, et super moyen de me montrer qu’elle a hâte de goûter autre chose que ma préparation. Pas que je puisse vraiment lui donner tort, malheureusement pour moi.

Je rougis un peu quand il parle de m’admirer. Wow, mais j’ai rien d’admirable moi ! Enfin c’est quand même un super compliment, je devrais empêcher mon cerveau de les rejeter comme ça. Ma mère m’a toujours dit qu’il fallait apprendre à recevoir les compliments, et moi, j’ai jamais appris.

« Ah, c’est super gentil de ta part, mais tu sais, ahah, ‘fin, c’est cool que le concept te plaise ! »

Bah ouais genius, il aurait pas postulé ici si ça lui plaisait pas. Et moi qui m’étais dit qu’il fallait que j’évite de me ridiculiser dès le premier jour. J’enchaîne rapidement sur la conversation, histoire d’empêcher ma gêne de s’installer.

« Bon, on a un peu de temps avant que les gens arrivent. Tu veux quelque chose ?»

Je le sers s’il a envie de quoi que ce soit, avant de me prendre un petit verre d’ice tea de mon côté. Je l’invite ensuite à s’asseoir au bar. Je suis super fière des nouveaux sièges de bar que j’ai reçu, ils sont jolis et plutôt confortable. Les premiers que j’avais, pardonnez l’expression mais on se cassait le cul dessus, ceux-là prennent plus soin de vos derrières.

« Du coup, toi qui a vécu à Vanawi toute ta vie, ça a pas fait bizarre quand y’a eu tout l’affluence de gens qui sont venus s’installer y’a quelques années ? Je t’avoue que j’étais partie à ce moment là, alors j’ai juste suivi de loin. »

Après les évènements de 2017, l’ambiance de l’île, sa politique, son organisation… tout a radicalement changé. Je suis restée un peu, au début, avant de partir une fois que ma mère avait été remise. Ça m’avait pas empêché de suivre les infos, et en revenant quelques années plus tard j’avais retrouvé une Enola changée. Je me demande bien comment les habitants comme Elliot l’ont vécu, d’avoir subitement la majorité de la population de l’île dans leur région. Quand j’ai visité Amanil, ça m’a fait bizarre de voir cette ville… ma ville, aussi vide.

« Je vais pas assez souvent à Vanawi, mais je m’y paume tout le temps. Et y’a tellement de trucs que je sais jamais quoi faire, faudra que tu me conseilles, héhé ! »

:copyright: 2981 12289 0


Zelda Noang
Org Communautaire
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Mar - 16:29
Revenir en haut Aller en bas
PostRPElliott
Leeroy Merlin
« Oh, non. J'ai mon permis, alors je viens en voiture, mais ce n'est pas si loin. »

Elle ne paye pas de mine, sa voiture, mais c'est la toute première qu'il a pu s'acheter grâce à ses premiers salaires et ses économies, alors il en est assez fier. Il n'a pas souvent l'occasion de la conduire, mais ça ne le dérange pas de la prendre même pour des longs trajets. Mais au moins, un jour, il pourra emmener Zelda dedans pour qu'ils fassent un petit tour de la capitale ; il en profitera pour lui montrer des endroits sympas. Enfin... Des endroits de 'geek' vu que Elliott ne sort pas vraiment hormis pour des lieux qui captent ses centres d'intérêt. Ah ça, pour oublier la boîte de nuit à quelques mètres de chez lui y'a du monde, mais pour retenir le nom du magasin de comics à trois pâtés de maison, y'a une galaxie entière.
Il ne peut s'empêcher d'émettre un gloussement attendri face à la gourmandise de la Musteflott. Les sucreries sont au moins une des rares choses que Elliott pourrait se vanter de réussir.

« Hm... Je prendrai la même chose que toi. »

Il la remercie quand elle lui sort aussi une bouteille d'Ice Tea en plus de la sienne. Elliott n'a pas l'habitude de se servir directement dans le bar, vu qu'il habite au même endroit. Mais si Zelda lui a proposé, c'est qu'il avait le droit, et il se sentirait mal de refuser. Cela lui ferait sans doute du bien de boire une gorgée ; en plus, il adore les sodas.

« Quand on a une auberge, plus d'affluence veut dire plus de clients ! Surtout depuis que Vanawi est devenue la capitale : y'a plus de touristes qu'avant. Faut dire que la ville était déjà populaire avant, alors je n'ai pas remarqué d'énormes différences. »

Peut-être quelques clients de plus, mais comme leur auberge n'est pas récente, ils ont la chance d'avoir quelques habitués qui viennent encore malgré les années et les changements chez les personnels. Il est toujours assez mal à l'aise quand on lui pose des questions sur son frère. Ou 'le barman très gentil qui faisait du piano'. Ça fait mal.

« En revanche, je dois t'avouer que je ne sors pas énormément, haha ! »

Alors Elliott compense avec autre chose. Il rit. Ou se force à rire. Sortir pour noyer sa peine, très peu pour lui. Au moins, quand il reste chez lui, personne ne peut le blesser. C'est sans doute pour ça qu'il ne traîne que dans les espaces qui lui donnent un air de famille.

« Je pourrais juste... T'indiquer les endroits où ils vendent des bandes-dessinées exclusives, et... Oh ! Par contre y'a une salle d'arcades où faudra vraaaiment que je t'emmène ! C'est la plus grande de l'île ! »

Voilà qu'il s'emballe de nouveau quand on aborde un de ses sujets favoris. Après tout, les jeux ont rythmé le châtain toute sa vie et il continue aujourd'hui d'en abuser. Ce fut une part très importante de son adolescence qui lui avait permis d'extérioriser ses problèmes, lui qui a pris l'habitude de renflouer son chagrin et de paraître fort et intouchable en toutes circonstances. Mais cela lui a amené des instabilités visibles assez problématiques désormais.
Son regard s'assombrit légèrement en pensant à l'ancienne capitale de l'île.

« Mais... Vanawi a pas tant changé que ça, contrairement à Amanil... Tu m'as dit que tu venais de là-bas, c'est ça ?.. »

Si Zelda a demandé si les changements l'avaient marqué, il n'ose pas imaginer ce que la jeune femme a dû ressentir à son retour en apprenant l'abandon d'Amanil et surtout l'état dans laquelle la ville s'est retrouvée après les catastrophes.
avec (No)Princess Zelda

Elliott D. Donovan
Civil
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Avr - 13:07
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le profil
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: