Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Printemps 2025

~22 - 28° / Températures en hausse et grand soleil !

Intrigues et Events
Intrigue n°3 : « Ferveur »
L'Elu auto-proclamé des Monarchistes fait son entrée ! La Compétition, Elixir et le Gouvernement sont en crise et les Anarchistes demandent la démission du Chef du Conseil.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Demandes de RPs et liens
Cendrée
cherche un.e partenaire pour un RP ou un défi.
Arthur, Zelda et Bartholomew
sont dispo pour de nouveaux RPs !
Pseudo
cherche ...
Pseudo
cherche ...
+ pour afficher vos demandes, contactez le staff !




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Oops, I did it again... - Elliott
ELLIOTT DEXTER DONOVAN
INFORMATION GÉNÉRALES

Nom : Donovan
Prénom : Elliott
Surnom : Elli ? A vous de choisir, il est assez ouvert.
Âge : 26 ans
Date de naissance : 02/02/1997
Genre : Masculin, mais en vérité, il s'en fiche un peu.
Origine(s) : Enolianne, mais il a des origines japonaises par sa mère et allemandes par son père
Date d'arrivée sur l'île d'Enola : Il y est né
Métier/Occupation/Études : Bac STID2 obtenu avec mention très bien. Il a par la suite fait des études en informatique avant de décrocher un emploi chez Elixir. Mais il a finalement quitté ce dernier récemment pour travailler dans un cybercafé à Dimaras. Il a également aidé de temps à autre comme serveur et réceptionniste au sein de l'auberge familiale.
Lieu de résidence : Vanawi
Groupe : Anarchiste
Sous-Groupe : Civil
Rôle : Employé dans un cybercafé à Dimaras
Pseudonyme : Merlin - pseudonyme sur le web

FICHE DRESSEUR
Informations
Rôle : Civil
Voulez-vous utiliser le dé shiney? : Oui (soyons fous et parce que ça me ferait rire que ça tombe sur le shiney)

Équipe Aventure
Oops, I did it again... - Elliott 778 - Mimiqui ♀ - Deedee - Fantômasque - Prudente
COMMENT L'AVEZ-VOUS CONNU?: Elliott s'est occupé de cette Mimiqui alors qu'elle se trouvait dans un des refuges de Elixir. Il s'est tout de suite attaché à elle et a eu le droit de s'en occuper pendant quelques temps jusqu'à ce qu'il se décide à l'adopter. Depuis, Deedee le suit partout où il va.


PHYSIQUE
Couleur de peau : Elliott n'a pas une peau très foncée. Sans être pale, elle bronze difficilement et se trouve facilement sujette aux caprices des températures. Il n'attrape pas si aisément des coups de soleil mais les gelures sont fréquentes quand il va dans un environnement froid.
Description des cheveux : De couleur noisette, il n'a heureusement pas la tignasse des jumeaux mais ses mèches sont très souvent en bataille puisqu'il ne prend pas la peine en plus de se les coiffer et quelques unes lui tombent même devant les yeux, ce qui l'ennuie un peu. Cependant, exposés au soleil, ils peuvent s'éclaircir pour arborer une teinte presque dorée.
Description des yeux : Légèrement en amande, ils sont d'un marron clair assez banal avec des contours plus foncés et des nuances de pistache tout autour de la pupille. Quand il ne veut pas mettre ses lunettes, sa myopie l'oblige à porter des lentilles. Les siennes sont d'une couleur vert émeraude avec des reflets chartreuse. Ils sont assez émotifs mais brillent très souvent d'une lueur calme et douce.
Taille : 1m71
Poids : 63 kg
Description de la silhouette : La partie du corps qui est la plus fonctionnel chez Elliott, c'est son cerveau. C'est un jeune homme lambda qui ne ressort pas trop du lot. Très peu musclé, il est assez mince mais a de grands jambes qui lui permettent de marcher et courir vite. Il peut prendre beaucoup de sucre sans prendre énormément de poids mais doit quand même faire attention à ce qu'il mange. Il a un visage un peu triangulaire avec cependant des petites joues rondes et un nez convexe au-dessus de lèvres fines qui ont l'habitude de se tordre en sourire énigmatique assez souvent.

Problèmes de santé physique : Elliott est asthmatique, mais porte constamment sur lui son inhalateur en cas de problème. Ses défenses immunitaires se sont renforcées avec le temps mais lorsqu'il est touché par une maladie quelconque, il se peut qu'il doive rester cloué au lit pour quelques jours au moins.
Particularités autres : Rien de particulier à ajouter. Elliott est tout ce qu'il y a d'ordinaire et ça lui va très bien de ne pas être spécial d'une façon ou d'une autre.

CARACTÈRE
Personnalité : Timide - Rêveur - Généreux - (trop) Serviable - Malin - Introverti - Inventif - Calme - Réfléchi - Énigmatique - N'est pas du genre à juger - Doux - Méfiant - Discret - Peu bavard - Niais - Silencieux - Maniaque - Loyal - Maladroit - Ouvert d'esprit - Amical - Fait généralement plus attention aux autres qu'à lui-même - Envieux - Hésitant - Étourdi - Angoissé (un peu) - Influençable - Nonchalant - Souriant - Modeste - Réconfortant - Affectueux - Empathique - Sensible - N'accorde pas sa confiance facilement - Prend très mal la trahison - Ne sait pas prendre des décisions importantes - Peut pardonner trop facilement - Têtu - Nerveux - Peu sûr de lui quand ça ne concerne pas l'informatique - Peut être passif - Renfermé - Dépendant - Désorganisé - Partial avec sa famille - Inhibé - Ne sait pas faire de blague mais peut être bon public - Craintif - Désordonné - Suiveur - Incapacité à s'auto-évaluer - Curieux - Candide - Déconnecté - Orgueilleux - Nie la réalité - Se repose parfois trop sur ses lauriers - Confiant ses capacités
Goûts/Dégoûts :
Quelques trucs qu'il aime bien : l'informatique - les sucreries - la bonne cuisine - la pâtisserie - apprendre de nouvelles choses - faire des rencontres - venir en aide aux autres - rendre service - S'occuper des Pokémon – Passer du temps avec sa famille - les nanars et les séries idiotes - les dessins-animés - les bandes-dessinées - les parcs d'attraction (même s'il a mal au cœur dans les loopings) - tout ce qui touche à la technologie - pirater des logiciels pour s'amuser - les histoires qui se terminent bien - faire du lèche-vitrine - montrer ce qu'il sait faire - les jeux vidéos - conduire sa voiture - aller à la plage et respirer l'air marin - troller les joueurs en ligne - se sentir intégrer dans un groupe - parler de ce qui le passionne - écouter de la pop et de la musique électronique - savoir qu'on pense à lui

Quelques trucs qu'il aime pas : les aliments trop salés - le mensonge - la trahison - les gens égoïstes et imbus d'eux-mêmes - les secrets, quels qu'ils soient - La méchanceté (surtout gratuite) - Les hurlements - la maladie - les crises d'asthme - la pollution qui l'empêche de respirer convenablement - les extrémistes - l'irrespect - la prison - les films et jeux d'horreur - la violence - la fatigue - le pessimisme - les bugs informatiques qu'il n'arrive pas à résoudre - la trop longue solitude - l'isolement - les embouteillages - les automobilistes et les motards qui se croient tout permis - les conflits - la guerre - les explosions - les émotions négatives comme la colère ou la tristesse - les événements peu joyeux - qu'on le croit faible - qu'on veuille du mal à ses proches - la maltraitance de toutes sortes
Objectifs et aspirations : Après avoir rendu des services en secret pour la Résistance, Elliott n'aspire plus qu'à mettre ses talents d'informaticien à contribution pour le bien de la communauté. Il pense qu'il aimerait bien avoir sa propre entreprise d'informatique mais n'ose pas encore rêver aussi grand. Pour l'instant, son travail au sein d'Elixir lui convient, mais il sait qu'il n'y restera pas éternellement. Son emploi au café le motive davantage puisqu'il y est plus proche des gens. Il aimerait avoir assez d'argent pour assurer une bonne retraite à sa mère afin qu'elle se repose de son boulot à l'auberge qu'il sait contraignant pour elle. En cas de besoin, elle sait qu'elle peut  l'appeler et qu'il viendra sur-le-champ. Sa famille importera toujours plus que le reste, pour lui. Il souhaiterait également que Clive sorte de prison dès qu'il le pourra, mais il est conscient que c'est une procédure qui risque de prendre du temps. Il espère chaque jour ne pas recevoir de mauvaises nouvelles du pénitencier.
Peur(s) : Elliott a peur des chihuahuas. Bah oui, fallait bien commencer quelque part. Mais non seulement c'est hargneux, c'est pas très beau, mais en plus ça aboie fort et de manière aggressive. Et le Donovan n'aime ni les hurlements sonores, ni l'aggressivité. Mais paradoxalement, il est mal à l'aise avec les gros Pokémon. Sans doute parce que dans sa famille ils sont tous plus ou moins de petite taille, allez savoir.
Il a également assez peur de faire des crises d'asthme, surtout en pleine nuit. Cela le réveille et il voit moins bien dans le noir quand il y a urgence et qu'il doit vite prendre son médicament. Il psychote aussi souvent de ne pas arriver à trouver le sommeil quand vient le temps de dormir, mais il y arrive en fait plutôt facilement à chaque fois, à sa grande surprise.
Ce qu'il redoute le plus, cependant, c'est qu'un nouveau conflit secoue l'île entière et ses habitants de la même force que le Régime autrefois. Il sait que tous les groupes importants ne s'entendent, mais il prie pour que la paix dure aussi longtemps que possible.

ALIGNEMENT
Votre personnage a-t-il/elle connu Enola entre 2008 et 2017, sous le joug du Régime, et que pense-t-il de cette époque ? : Une époque bien sombre qui ne lui rappelle que des mauvais souvenirs. Elle a engendré après tout la disparition de son père ainsi que le démentélement de sa famille. Faust qui a dû partir, Clive et Kagami qui ont dû coopérer avec les assassins de Karl pour survivre... Bref, une période effroyable que, oui, Elliott a malheureusement connu mais qu'il est bien heureux d'avoir vu s'évanouir.
Que pense-t-il/elle de la manière dont les choses ont évolué, et du nouveau gouvernement ? : Il ne peut honnêtement que se réjouir de la façon dont les choses ont tourné. Ce n'est bien sûr pas parfait, et il n'en espère pas tant, mais la situation est déjà bien meilleure que tous les horreurs que Enola a connu sous le joug du Régime. Mais le nouveau gouvernement n'est pas sa principale préoccupation, tant qu'ils se tiennent tranquilles.
Que pense-t-il/elle de la légende de Regigigas ? : La légende l'amuse, à condition qu'on ne la prenne pas trop au sérieux non plus. Il a déjà vu sur Internet des kikoos qui se prenaient pour l'élu, et cet effet de mode ne lui plaît pas trop. Toutefois, ça amène aussi des trucs plus rigolos comme des memes réguliers et des théories toutes plus abracadabrantes les unes que les autres. Cependant, Elliott n'y croit pas. Ou disons qu'il aurait plutôt peur que ça soit vrai en raison des conséquences que ça pourrait engendrer, alors il l'ignore royalement.

Qu'est-ce que votre personnage pense d'Elixir ? : Il n'adhère pas à fond à toutes leurs idées mais il ne peut qu'admirer les progrès scientifiques qu'ils ont apporté. Il a été auprès du groupe quand il venait d'être formé et a trouvé chez eux une place d'office dans la section informatique. Leur remède à l'Emergya a été une raison supplémentaire pour lui de se dire qu'ils pouvaient au moins leur faire confiance. En revanche, il a très peur de découvrir ce qu'ils pourraient cacher de bien sombre, dans leurs coulisses, et la tension qui règne entre eux et la Compétition ne lui plait pas beaucoup.
Qu'est-ce que votre personnage pense de la Compétition ? : Lui qui aime la Compétition, il ne comprend pas trop la tension qu'il y a entre Elixir et eux. Il pense qu'ils peuvent au contraire se compléter et chercher à savoir qui est le meilleur ne leur apportera rien. Elliott ne voit pas spécialement la Milice comme quelque chose de nocif ; évidemment, puisque son frère aîné à une place de choix au sein de celle-ci ! Malgré tout, une part de lui reste amer pour ce qui est arrivé à Clive. Il aurait secrètement aimé qu'on prouve qu'il n'avait pas le choix, mais il sait que ce n'est pas aussi simple, alors il fait avec. De plus, son jugement à son égard est totalement biaisé, alors il ne se rend pas compte qu'il vit dans le déni par rapport à son frère et sa condition. Peut-être aurait-il juste souhaité qu'ils restent des Elites, mais il attend de voir ce que leur présence changera réellement.
Qu'est-ce que votre personnage pense des Anarchistes ? : Des gens aux idées naissantes qui prônent une plus juste égalité, selon lui, alors il considère que ce n'est pas une mauvaise chose. Il ne connaît pas tellement ce groupe, comparé aux deux autres, mais il aimerait bien en savoir davantage sur ce qui les motive. S'il ne s'intéresse pas à ceux qui utilisent leur nom à tort et à travers pour semer la zizanie, leurs pensées ressemblent de plus en plus à celles d'Elliott. Si ça lui fait un peu peur, le sentiment est en même temps rassurant pour lui. Ce doit être étrangement de ce groupe dont il se sent le plus proche. Il ne déteste ni Elixir, ni la Compétition, mais il estime que la politique n'a besoin de l'un ni de l'autre. Il veut, tout comme les Anarchistes, une Enola qui soit indépendante, après toutes les horreurs qu'elle a vécu.

Alignement/Allégeance ? : Anarchistes.
ET VOUS?
PUF/Surnom : Tadaronne
Âge : canonix ?
Disponibilité : Encore dispo plus ou moins regulièrement pendant un bon mois mais après, le boulot va m'appeller
Comment avez-vous connu le forum ? : Hmmmmmm
Suggestions ? : 1 konkour du meiyeur ship looool
Personnage sur l'avatar : Makoto Tachibana [Free!]
Code : Auto-miamé !
Autre: Vive les bisounours
Elliott D. Donovan
Civil
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Sep - 1:32
Revenir en haut Aller en bas
HISTOIRE
« J'adore quand maman elle chante. »

Blottit contre le Némélios de son père Karl, le petit garçon regarde sa mère avec des yeux brillants. Elle chante d'une voix de cristal dans le café qu'entretiennent ses parents. Au piano, son frère Clive, de sept ans son aîné, l'accompagne avec un peu plus d'hésitation. Mais Kagami illumine la scène avec son timbre pure et claire, qui transporte l'âme de son auditoire dans un autre monde. Avec Faust, le jumeau de Clive, et Félix, son frère âgé de quatre ans de plus que lui, il admire la japonaise, son élégance et la façon qu'elle a de captivé ceux qui l'écoutent. Elliott est un enfant heureux. Il n'était certes pas prévu dans le programme de ses parents à la base, mais on l'a accueilli avec beaucoup d'amour à sa naissance. Même s'il devait partager ses jouets avec ses frangins, ça ne l'a jamais dérangé. Il a toujours été de nature généreuse. Et puis, il les aime, ses frères. Ils sont tous différents, mais ils veillent les uns sur les autres. C'est sûrement de Faust, dont il est le plus proche, d'ailleurs. Le cadet n'hésite pourtant pas à réclamer l'attention de tous. Pour le moment, il est innocent à tout ce qui l'entoure. Simplement profiter des instants de paix comme celui-là, c'est tout ce qui compte. Avec espoir, il veut que ça continue. Que rien ne vienne troubler la quiétude qui règne et le bonheur qui l'entoure. Des moments paisibles comme ceux resteront dans sa mémoire. Pour plus tard, ça lui servira. Il en aura besoin. Des souvenirs aussi doux, il n'aura pas l'occasion d'en avoir autant qu'il le souhaiterait. Alors, il se contente d'être un enfant normal. Même s'il tombe malade quelques fois, il est choyé par ses frères et ses parents. Il n'a pas à se plaindre. Il ne le fait pas, d'ailleurs. Elliott ne se plaint jamais. Il est même plutôt calme, et facile à endormir. Cela arrange bien Kagami et Karl qui ont déjà assez à faire avec Faust et Félix, les deux plus énergiques. Curieux de tout, il n'est pourtant pas très explorateur. Mais si on peut relever quelque chose qui le captive, ce sont les jeux vidéos. Dès l'instant où on lui a mis une console dans les mains, ce fut le coup de foudre. Alors même s'il perd très souvent quand ils jouent à plusieurs en famille, il est content de pouvoir partager des instants comme celui-ci et tant d'autres où ils s'amusent et rient ensemble. Elliott les chérit, ces instants, car à chaque fois, son sourire et son regard s'illuminent. Une chance.
Dans quelques années, ces éclats finiront par s'éteindre.

- - -

« Je suis désolé, maman. »

Sa mère le regarde avec une tendresse infinie, avant de secouer la tête et de déposer sur son front brûlant un tendre baiser. Elliott a dix ans. Il est tombé très malade. Sa papa travaille et ses frères sont à l'école, alors pendant qu'il reste au lit, c'est Kagami qui s'occupe de lui. S'il ne réchigne pas d'avoir toute l'attention de sa mère, ce n'est pas comme ça qu'il désirerait l'avoir. Il a l'impression d'être un fardeau, quand bien même on lui répète que ce sont des bêtises. Mais c'est vrai, pour lui. Tout le monde a mieux à faire que d'aller à son chevet. Impossible de nier pourtant l'inquiétude qui parcourent les prunelles de sa famille quand Faust, Clive et Félix viennent lui rendre visite pour l'occuper quand ils ont fini les devoirs. Quelques fois, même, le blondinet de la famille les fait avec son petit frère, car ce dernier s'amuse parfois à réfléchir aux problèmes de son aîné même s'il ne les comprend pas. En vérité, c'est surtout un prétexte pour lui tenir compagnie. Elliott s'en veut d'être malade, mais il réfléchit déjà à ce qu'il fera quand il sera rétabli. Des tas de choses, sans doute, puisque ses jambes le démangent. Il ne peut cependant pas bouger énormément de son lit. Il y est bien, mais à la longue, il s'ennuie un peu quand il a fini tous les jeux qu'on lui amène. Le temps avance lentement, quand on est malade. C'est pour ça que Elliott déteste la maladie. Cela l'empêche de faire des tas de choses. Et pourtant, il découvre, près de lui dans sa chambre, un vieil ordinateur qu'on lui a refilé. Il sort de ses draps quelques secondes le temps de le ramener, se demandant s'il pourrait trouver une occupation en l'utilisant. Il se rend vite compte toutefois qu'il est cassé. Alors, Elliott le laisse de côté. Puis, les minutes passent. L'ordinateur n'a pas bougé de l'endroit où il l'a laissé. Sans trop savoir pourquoi, il le reprend alors sur ses genoux. Et le démonte. Plusieurs heures passent où il tente de comprendre le fonctionnement de la machine. Puis, le soir venu, elle se remet à fonctionner. Il a réussi. Il ignore comment, mais ses doigts ont réalisé ce qu'il pensait impossible. Et il a aimé ça. Cet ordinateur, il décide alors de le garder. Et d'apprendre à s'en servir. Plus tard, il tombera amoureux de ce qu'on appelle l'informatique.

- - -

« Faust, notre maison, elle va être bombardée, aussi ? »

Son innocence d'enfant a disparu. Il a remarqué la tension qui régnait sur l'île depuis que le Régime a fait son apparition. La gentille Madame Bertin qui habitait près de chez eux et qui lui offrait toujours des framboises quand il passait devant chez elle a disparu. Elle s'est envolée du jour au lendemain quand des hommes étranges vêtus de blancs et de masques ont commencé à faire leur apparition. Désormais, ils sont partout. Sur les écrans de télévision, sur les affiches qu'il voit dans la rue, dans les journaux... Ils font peur à Elliott, ces étranges personnes. Il a peur qu'ils ne soit pas gentils. Qu'ils veuillent leur faire du mal, à lui et sa famille. Elliott ne les aime pas. Il entend des rumeurs à l'école. Et elles ne sont pas bonnes. Pas bonnes du tout. Il ne se rend pas compte, du haut de ses onze ans, ce que cela implique, mais il sent que quelque chose de grave va se produire. Son seul réconfort, ce sont ses frères, qui lui servent de pilier, quand il sent que même son papa est tendu. Mais Faust l'envoie jouer aux jeux vidéos pour qu'il pense à autre chose. Elliott, en bon garçon, s'exécute donc à contrecœur et allume sa gamecube. Le son et les images de l'appareil lui permettent effectivement de penser à autre chose, mais ce n'est que temporaire. Il a, depuis peu, un nœud logé au fond de son ventre qui refuse de partir. Il est terrorisé. Quelques fois, il va même demander à ses aînés s'il peut dormir dans leur lit la nuit. Leur présence, au moins, le rassure. Pour combien de temps, ça, il l'ignore. Tout ce qu'il sait, c'est que dans leur bras, il se sent protégé. Des remparts chauds et doux qui le préservent de ce qui pourrait le blesser. Elliott veut croire que tout finira par s'arranger, même s'il est effrayé.
Mais sa famille est là, avec lui. Alors... que pourrait-il bien arriver ?

- - -

Pas de mot, cette fois-ci, pour décrire l'horreur qui s'est produit. Elliott est encore sous le choc. Il vient de sortir d'une grosse crise d'asthme alors qu'il doit encaisser la nouvelle. Son papa est mort. Il n'a pas vu la scène, mais les coups de feu étaient bien clairs. Caché dans un placard avec Clive quand Karl a senti le danger, Elliott s'est retenu de pleurer fort et de crier quand il a entendu son père être criblé de balles et le corps tombé au sol juste après. Lorsque Faust et Kagami sont venus les sortir de leur cachette, il s'est réfugié auprès d'eux en pleurant de tout son soul. Il n'aperçoit pas le regard vide que son père affiche, mais il sait son cadavre allongé, là, à quelques mètres, avec une mare de sang autour de lui et une odeur poisseuse qui s'élève dans les airs pour rappeler à tous ce qui s'est passé. Le Régime. Leurs soldats sont entrés dans l'auberge par la force pour obliger son géniteur a dénoncer un Résistant qu'il cachait. Tous les deux ont fini par être assassinés. Une injustice pour Elliott qui voit sa vie se briser. Son bonheur fane en une fraction de secondes. C'est sans doute la première fois qu'il pleure autant. Ce ne sont pas les mêmes larmes que le jour où il a cassé son jouet favori, malheureusement. Elles sont bien plus tristes, amères, nombreuses. Et ses cris désespérés qui fendent le cœur... Il voudrait des réponses de quelqu'un. Interrogeant sa mère et les jumeaux du regard, il sait pourtant qu'ils sont tous aussi perdus et effrondrés que lui. Elliott ne comprend pas.
Il se demande ce qu'ils ont fait pour mériter ça.

- - -

« Pourquoi il est parti ?.. »

Elliott est trop jeune pour savoir pourquoi son frère s'en va. Il a un sentiment d'abandon qui le parcoure, mais il connaît Faust. Faust n'abandonne personne. Mais depuis la mort de leur père, rien ne va plus. Les cauchemars sont fréquents. Les crises d'angoisses pareil. Elliott se réveille régulièrement en sursaut, pendant plusieurs jours, et finit en général par pleurer au milieu de la nuit. Il n'en peut plus. Il est épuisé, moralement et physiquement. Il travaille moins bien à l'école, oubliant parfois même de faire ses devoirs. Exceptionnel, pour cet adolescent qui a toujours été studieux, autant par ses notes que par son comportement. On ne se révèle néanmoins pas d'un deuil du jour au lendemain par la seule force de sa volonté. Elliott aimerait, pourtant, se rendre plus utile que ça, surtout auprès de sa mère qui doit désormais s'assurer seule de la survie de leur famille. Mais les images défilent dans sa tête. Impossible de les sortir. Elles sont présentes, là, et ne veulent plus sortir. Et les crises qui continuent ; redoublent d'intensité, même, pour lui offrir douleur à la poitrine et difficultés respiratoires. Heureusement, s'il a perdu son père, il sait qu'il n'est pas seul.
Alors Elliott apprendra finalement plus tard que si Faust part, c'est pour les sauver d'une bouche de plus à nourrir. Le plus jeune a l'impression de perdre pied. Papa n'est plus là, Faust est parti, Clive s'absente de plus en plus... Et lui, il reste l'enfant chétif et fragile qui tombe malade tout le temps et dont il faut s'occuper. Le conflit fait encore rage, entre Résistant et Régime. Elliott en a plus qu'assez. Il veut agir. Faire quelque chose. Montrer au monde qu'il peut encore se rendre utile, à sa manière.

- - -

« Oh, euh... Laisse, maman, j'm'en occupe ! »

Elliott s'empresse de fermer son livre pour se précipiter vers sa mère. Cette dernière nettoyait les restes de vaisselle à faire. Mais son fils cadet prend le relais et insiste pour qu'elle aille se reposer. Il estime qu'elle en a déjà assez fait. Qu'elle en fait toujours assez. Depuis sa naissance, il a l'impression qu'elle n'a d'ailleurs jamais arrêté. Il aimerait qu'elle prenne enfin du temps pour elle, mais imagine comme ça doit également être difficile de penser à autre chose quand les souvenirs de Karl sont encore aussi forts malgré le temps qui a passé. Elliott ne s'est pas encore remis de son deuil, mais il évite d'y songer. Il s'occupe tout le temps d'une façon ou d'une autre, jusqu'à s'épuiser suffisamment pour aller se coucher ensuite. Quand il n'est pas en train de bidouiller un peu ses appareils électroniques, il va sur des sites internets pour piraters certains services. Depuis quelques temps, c'est sa nouvelle passion. Sans trop savoir ce qu'il cherche exactement, il finit par tomber sur des informations plus ou moins utiles. Au début, c'était des sites modestes, puis il a étendu son champ d'action. Mais pour le moment, ça ne lui sert pas à grand chose. Il sait déjà que Clive fait partie du Régime, et que Kagami dénonce des Résistants pour leur compte contre de l'argent. Ils ne lui ont rien dit de tout ça, mais Elliott le sait. Il l'a deviné. Il ne leur en veut pas, d'ailleurs. Comment le pourrait-il ? Même s'il boue de rage et de tristesse en repensant à la mort de son père, il est impuissant. En attendant, c'est son frère et sa mère qui s'occupe de ramener des sous pour qu'ils survivent, et sur ça, il ne peut que les comprendre. Il se dit qu'il ferait sans doute la même chose s'ils étaient à leur place, et il imagine déjà combien les actes de Clive et de sa génitrice doivent leur peser à chacun, mais combien ce qu'ils font permet à leur famille d'avoir de quoi se nourrir, s'habiller, se réchauffer, et tant d'autres choses. Les courses ont été faites avec de l'argent dit 'sale', mais pour Elliott, ça lui est égale. Il mange ce qu'il a dans son assiette, et prend ce dont il a besoin pour se couvrir quand il le faut. Il faut bien qu'ils vivent, même si les blessures perdurent. Sa ventoline, après tout, ils doivent bien aussi la payer.
À son échelle, il ne peut pas faire grand chose. Alors il se contente de monter ses notes à l'école, d'écouter sagement en classe, et de faire ses devoirs tous les soirs. Mais il veut faire plus. Il veut aider à la maison, au café familial qui s'est transformé en auberge. Quand il est là, il n'hésite donc pas à se plier en quatre parfois pour faire les tâches ménagères, même si les produits peuvent le gêner, ou à ranger parfois les chambres quand les clients partent. C'est très peu, mais il fait de son mieux.

- - -

« Laura, viens voir ! Je crois que j'ai trouvé une piste... »

Il se décale pour que son amie puisse voir l'écran. Myriam, Olivier et Athanase arrivent à leur tour pour découvrir ce qu'il a découvert. Et les cris de joie qui résonnent dans leur base secrète veut tout dire. Lorsque ses amis confirment ce qu'il supposait déjà, il se permet un sourire.
Aquilus. C'est le nom du groupe que Elliott fondé avec quatre de ses camarades de classe. Leur but est de pirater les réseaux du Régime pour tenter d'obtenir des informations confidentielles et de les transmettre à la Résistance. Ils sont jeunes et encore inexpérimentés dans le conflit, mais ils y sont actifs secrètement et se débrouillent plutôt bien, pour des adolescents de quinze ans. Invisibles aux yeux de ceux qu'ils servent et ceux qu'ils dérobent. Elliott ne fait pas partie de la Résistance, mais il a décidé de les aider. De leur apporter sa contribution avec ce qu'il sait faire le mieux : utiliser son cerveau. Enfin, il a l'impression d'être rallié à une cause en qui il croit. Il se sent utile. Alors, quand il a fini les cours, il va régulièrement se concerter chez un de ses amis, où il a établi leur quartier général de leur groupe dans une cave inhabitée. Le Donovan a prévenu ses camarades de classe que ce qu'ils font peut être dangereux. Tous, ils le savent, car tous ont leurs raisons de prêter main forte au génie de l'informatique qui leur permet de se réunir chaque semaine. Une fois les devoirs faits, ils se mettent au travail. Bien sûr, Elliott ne ferait rien qui nuirait à Clive, mais il est impatient à chaque fois qu'il peut soutirer des données secrètes aux meurtriers de son père. S'il y a une justice en ce monde, alors le Régime finira par avoir ce qu'il mérite : une fin.

- - -

« Maman ! Maman, regarde ! C'est le match de Faust ! »

La silhouette du concerné apparaît dans l'écran de télévision. Il y a quelques temps, son frère tentait la Ligue en tant que Compétiteur. Aujourd'hui, il en fait partie en tant que Conseiller Ténèbres sous le nom de Méphisto. Et Elliott est fier de lui. Il ne rate pas un seul de ses matchs, les yeux scotchés devant l'écran alors qu'il a déjà quelques problèmes de vue. Mais ce n'est pas le plus important pour lui sur le moment. Installé sur le canapé du salon avec un pot de crème glacée, il admire admire avec un regard brillant son aîné que la foule dans les gradins applaudit. Il aimerait leur dire à tous 'hé, hé, c'est mon frère, vous avez vu ?', mais pour une fois, s'il est régulièrement invité aux premières loges, il n'a pas pu y assister pour cette fois. Tombé malade la veille, il avait mieux fallu qu'il se repose au lieu de s'épuiser davantage, même si son engouement est pareil que s'il était sur place. C'est en quelque sorte sa récompense après avoir révisé ses contrôles pour la semaine suivante. Suivre son frère à la télé était devenu un moyen pour lui de se dire que la vie continue malgré tout. Pendant chaque match, il soufflait des commentaires et des encouragement, parfois à l'encontre de l'Elite, d'autres fois à l'encontre du dresseur qu'il affrontait. La vie de Compétiteur n'est clairement pas faite pour Elliott, mais ça ne l'empêche pas de croire en celui qui fut un de ses modèles, et qui continue aujourd'hui de l'inspirer. Il a arrêté de croire que son départ était une trahison. Il a compris les raisons qui l'ont poussé à partir : parce que Faust n'est pas du genre à s'en aller pour rien. Alors, si ça a fait un peu de peine à Elliott de devoir s'en séparer, il sait qu'il n'est jamais loin. Tant qu'il peut voir le masque de Méphisto via les caméras du Stadium, il sait que son frangin vit sa vie, et que le cadet peut ainsi toujours le 'surveiller' de loin. Parce que Faust, quand même, de temps à autre, a encore besoin de son petit frère.

- - -

« Venez, mettez-la ici. Allez-y doucement. »

Il dirige les nouveaux arrivants de l'auberge vers une des chambres où ils déposent une jeune femme inconsciente et blessée. Mais déjà, Elliott doit redescendre pour accueillir les autres. Ils en arrivent de partout, en ce jour de 30 août 2017. L'impressionnante mais dangereuse explosion à Amanil suite à une perte de contrôle de l'Emergya a rendu des centaines de personnes sans foyer qui sont venus se réfugier à Vanawi, là où la paix règne en comparaison du chaos qui a secoué la capitale. Les Donovan se sont donnés l'obligation de venir en aide au maximum de gens. Leur auberge ne peut pas accueillir grand monde, mais c'est assez pour tous ceux qui y trouvent un toit temporaire. L'adolescent se plie en quatre pour offrir à tout le monde au moins un rafraîchissement et quelque chose de confortable sur lesquels ils peuvent s'installer. Ils sont nombreux, ce soir. Beaucoup trop. Des parents et leurs enfants qui ont perdu leur maison suite à l'incapacité du Régime de gérer une énergie dont ils ne cessaient de vanter les mérites. Elliott est rouge de colère et se sent inutile au milieu de ce flots de peine et de désolation. Il fait pourtant de son mieux pour tenter de consoler les quelques personnes dont il doit s'occuper. Chanceux est-il d'avoir pu échapper personnellement à une catastrophe pareille, quand il ose y songer. Il n'aurait pas supporter de perdre sa mère, ses frères et les quelques autres de la famille qu'il lui reste. Au moins, lui, n'a rien perdu ; pas même l'auberge familiale auquel il tient tant et dans laquelle il garde de précieux souvenirs d'enfance.
Plus tard, au loin, il entendra ce qui ressemble à une délivrance : le Régime est tombé. Une nouvelle qui choque Elliott tant il a du mal à y croire, et pourtant... Pourtant on le crie. On le hurle de partout, et ce qui devient une rumeur pour les uns devient bientôt réalité pour tous. La joie et le soulagement résonnent dans certaines prunelles, dans certaines voix qui clament le mot 'liberté'. Le Donovan, lui, se permet de pousser une grande inspiration. Son cœur tambourine, et ses yeux commencent à s'humidifier. Cela faisait un moment, pourtant, qu'il n'avait pas pleuré. Les émotions sont toutefois vives, très vives en lui alors qu'il partage les pensées de ses camarades sans pouvoir les exprimer à voix haute, car la surprise et d'autres sentiments le font trembler. Un sourire se dessine malgré tout derrière les larmes qui ont fini par monter. Parce que c'est enfin fini. L'espoir renaît. Le renouveau peut commencer.

- - -

« C'est... C'est vrai ? Vous voulez bien m'engager ?! »

Elliott rentre dans le monde du travail. Enchaînant les petits boulots auparavant le temps de trouver un emploi stable, il a découvert qu'ils recrutaient du monde chez Elixir depuis qu'ils avaient commencé à s'agrandir et à prendre de plus en plus d'ampleur. Elliott les admire un peu depuis qu'ils ont trouvé un remède à l'Emergendémie. Il eut très peur d'en souffrir comme il sait qu'il peut tomber facilement malade, mais il en a heureusement échappé. Un miracle pour le jeune homme qui a pu aider sa mère avec les personnes souffrantes qu'ils ont vu passer à l'auberge, notamment Alice, la fille de Faust. Elliott a même cru que cette maladie était contagieuse, mais il n'en était rien. Comme pour les catastrophes, il a fait ce qu'il a pu dans la mesure du possible. Pour une fois, ce n'était pas lui, dont on devait s'occuper. Mais depuis qu'il a fini ses études en informatique, il cherchait un emploi lui permettant de soutenir financièrement sa famille, et il avait vu une annonce comme quoi le groupe scientifique avait besoin d'employés. Au cours d'un entretien, sa candidature avait finalement pu aboutir à un accord. En vérité, Elliott ne sait pas s'il a vraiment un objectif dans la vie ou un métier de rêve, mais lui qui cherchait quelque chose à faire, il est servi. Un travail qu'il finira par quitter quelques années plus tard par lassitude et suite à une autre offre qui lui plaisait bien mieux, mais en attendant, c'est tout fier qu'il rentre chez lui pour annoncer la nouvelle à sa mère et à Félix. Ils auront au moins quelque chose à fêter, ce soir, à l'auberge.

- - -

« Clive... Clive en prison ?.. Mais... Mais Axel... Il... »

Le verdict est tombé. Après la capture de Clive, ou plutôt après qu'il se soit dénoncé auprès des autorités, le jugement final est tombé : coupable, évidemment. Elliott ne s'attendait pas à autre chose mais... C'est si soudain. Il n'aurait pas cru que ce jour arriverait. Il en rêvait, de la disparition du Régime, tout en oubliant cependant les conséquences que cela engendrerait par la suite, à savoir des comptes rendus et des procès à la pelle, à commencer par les plus hauts gradés tels que les Généraux, et bien sûr, les Officiers. 'Injustice' n'est même pas un peu qu'il peut dire, car ça serait un mensonge. Au fond, il le sait, que son frère a les mains sales. Bien plus qu'il n'ose l'imaginer, même. Mais ça n'a jamais été quelque chose à laquelle il voulait penser. Le sang qu'il porte sur lui, ça ne l'aurait pas dérangé de le nettoyer lui-même, car il savait... Eh bien que c'était là, le métier de Clive, en concordance avec ce que faisait déjà sa mère. Elliott savait pertinemment que le hérissé n'aimait pas ce qu'il faisait. Que ça devait même le dégoûter intérieurement au plus haut point. Mais c'était devenu sa vie, son quotidien, son gagne-pain. On lui avait dit que Clive avait fini par quitter le Régime pourtant, à la suite d'une histoire, comme quoi il se serait dénoncé à la place de Félix pour un truc pas net. Quand il était revenu, il était très mal en point, de ce qu'on lui avait raconté, et après une grosse dispute avec Félix, il était parti vivre chez Faust. Tout ça n'a cependant pas suffit pour le déclarer innocent au tribunal quand il a fallu le juger, naturellement. Le contraire aurait été même plutôt étonnant, et le plus jeune de la fratrie devait voir la vérité en face également. Mais qu'il était dur de voir un membre de sa famille ainsi... Il le sait, depuis le début, que Clive ne va pas bien. Il le sent, il le voit, clair comme de l'eau de roche. La naissance de son fils Axel était déjà surprenante, mais Elliott n'a jamais jugé la venue au monde de son neveu non plus. Plus tard, on lui expliquera d'ailleurs que ce sera sous la tutelle de Faust que l'enfant sera gardé. Il est juste difficile pour lui de voir son frère derrière les barreaux alors que, si vraiment justice il y a, c'est sans doute là qu'est sa place. Lorsque les portes du pénitencier se referment sur Clive, il sait de toute façon qu'il est déjà trop tard.

- - -

« Les Anarchistes ?.. C'est quoi ce truc ?.. »

Il en a en vérité de plus en plus entendu parler, mais jamais il n'avait envisagé d'en savoir davantage, pensant que ce n'était pas quelque chose de sérieux. Mais en tombant par hasard sur un de leurs sites, le Donovan a commencé à s'y intéressé, doucement mais sûrement. Et il doit dire qu'il porte vers eux une curiosité grandissante de jour en jour. Parce que leurs pensées principales concordent pas mal avec les idées de Elliott. En effet, s'il n'a rien contre l'un ou l'autre, il considère que ce n'est pas à eux de gérer la politique de l'île. Avec Faust s'occupant d'une grosse partie de la Milice, il pense pouvoir se dire plus ou moins en sécurité, mais il se demande si ça ne serait pas mieux qu'ils restent en dehors de tout ça. Alors il va à la rencontre d'informations supplémentaires, désireux d'en savoir plus. Quelque part, au fond de lui, une porte vient de s'ouvrir timidement. S'il n'ose pas encore la pousser, elle l'appelle à lui. Bientôt, il sent qu'il y cèdera tout à fait. Peut-être est-ce les Anarchistes auxquels il appartient.

- - -

« B-B-Bonjour ! M-Moi c'est E-E-Elliott ! Elliott Dexter Donovan !.. Euh... M-Mais peut-être le saviez-vous déjà ?.. Euh... »

Confus, le jeune homme se bafouille en paroles incompréhensibles pour son interlocutrice. Cette dernière, touchée par le Donovan, émet un petit rire amusé avant de lui sourire avec douceur.

« Enchantée, Elliott. Ta mère m'a beaucoup parlé de toi. »

Timide, le concerné rougit mais est flatté malgré tout de savoir qu'on parle de lui en son absence.
S'il y a bien une chose à laquelle il ne s'attendait pas, c'est que sa mère se remette avec quelqu'un. Il les avait pourtant souvent vu toutes les deux ensemble, mais aucune présentation officielle n'avait été faite, comme le jeune homme était souvent absent la journée au cause de son boulot. Pour l'instant, on ne faisait appel à lui que pour des petits trucs, mais il mettait du cœur à l'ouvrage et on l'encourageait à tester certains appareils pour voir leur fonctionnement. Maintenant qu'il rencontre enfin Lyra, la compagne de sa mère, il est à la fois heureux pour cette dernière mais en même temps hésitant quant au comportement à adopter. Il n'a probablement pas grand chose à faire mais ça lui fait un peu bizarre de ne plus voir Kagami seule. Au moins, la dame qu'elle a trouvé a l'air gentille. Et avec elle, sa mère sourit de nouveau.
J'adore quand maman elle sourit.



En 2023, Elliott a vingt-six ans. Il vient de démissionner de chez Elixir de son plein gré car il avait fini par ne plus s'y plaire comme au début. Il avait l'impression que la politique de leur maison avait changé depuis qu'ils avaient pris de l'importance sur l'île. De plus, leur conflit avec la Compétition ne l'enchante pas tellement, alors il préfère ne pas s'en mêler. Sans parler de cette histoire comme quoi des anciens Pokémon du Régime, gardés par la Compétition, se seraient échappés et auraient causé la zizanie sur l'île. En revanche, il a trouvé un job où il se sent beaucoup mieux dans un cybercafé situé à Dimaras. Ce n'est pas dans Vanawi même, mais ce n'est pas très loin de chez lui. Après avoir eu son permis de conduire et après avoir reçu sa dernière paye, il a dépensé toutes ses économies pour s'offrir une petite voiture. Il l'a eu d'occasions et elle fait un peu de bruit au démarrage, mais il adore la conduire, et c'est un plaisir pour lui d'aller sur les routes en voyage. En parallèle, il aide bien sûr toujours à l'auberge dès qu'il le peut, se charge de toutes les tâches que sa mère ne peut plus faire seule, même avec l'aide de Lyra qui habite désormais avec eux. Le dernier Donovan ne courre pas après la vie, mais il suit son flot paisible. Vraiment rien de bien extraordinaire ne l'attend. C'est un un type lambda qui sait manier un ordinateur comme s'il était né avec, par contre, alors si vous avez besoin d'un petit informaticien ou un pirate hors-pair, vous savez à qui vous adressez... Et il vous fera de jolis cupcakes !
Elliott D. Donovan
Civil
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Sep - 1:32
Revenir en haut Aller en bas
Bon, bon, eh bien maintenant que je t'ai tout dit sur la CB je n'ai plus rien à dire :hm: Les changements à faire ont été faits et les ajouts aussi, je n'ai donc aucune raison de ne pas te valider.

Tu es donc, bah, euh, validée. Tu peux aller créer ton sac et gérer tes affaires, tu connais le chemin. Bon jeu, en espérant que tu t'amuseras bien avec ton hérisson tout niais :V
Xerneas
Staff
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Sep - 16:58
Revenir en haut Aller en bas
Le membre 'Xerneas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé shiney' :
Oops, I did it again... - Elliott Dommag11
Regigigas
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur https://enola.forumactif.com
Sam 1 Sep - 16:58
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le profil
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: