Partagez | .
 

 Secrets de Cuisine (et de Famille) I [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice C. Donovan
avatar
Compétitrice
Âge : 21
Messages : 212
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Secrets de Cuisine (et de Famille) I [OS]   Lun 19 Fév - 18:56



Secrets de cuisine (et de famille) I
Ou quand tu veux bien faire
« Et donc, euh, après avoir mis le dashi, je retire l'écume ?
- Quand l'eau sera parvenue à ébullition, oui. »

Je dois avoir l'air un peu bête, à trifouiller la casserole aussi maladroitement. Faut dire que je n'ai jamais été très douée en cuisine, ou du moins je manque encore de beaucoup, beaucoup d'expérience. Si tata Katya m'a appris à faire des cookies et autres pâtisseries relativement simples comme les muffins tout chocolat au cœur fondant (qui me permettent de crâner aux goûters du bahut), les plats principaux manquent encore de, eh bien... De pratique, disons. Mamie me dit souvent que c'est normal, car c'est bien plus compliqué d'apprendre à maîtriser les dosages d'épices, les temps de mijotage et tout un tas de gestes techniques que de suivre à la lettre une recette qui ne demande que de savoir doser des quantités, les mélanger et ne pas cramer la cuisine. Du coup, quand je vais chez elle, je lui demande si je veux venir dans les cuisines le matin, quand elle prépare le plat du jour, alternant souvent entre un plat nippon, un plat énolian et un plat germanique. Évidemment, ça ne suffit pas à la maîtrise : bien souvent, quand je tente de répéter l'expérience chez papa, c'est bien plus fade, et la texture n'est juste pas comparable. Mais... Bah, soyons honnête, je ne fais pas JUSTE ça par volonté d'apprendre.
Depuis ce qui s'est passé il y a cinq ans, je vais souvent en vacances chez Mamie Kagami, en fait. Si je ne connaissais pas la mère de Papa avant tout cela, c'est chose faite aujourd'hui, et il n'est pas rare du tout que je profite de mon temps libre pour la rejoindre dans son auberge de Vanawi. Moi qui m'ennuie à Nuva Eja, j'avoue que le tumulte de Vanawi, additionnée au fait que je suis très, très gâtée par ma grand-mère paternelle, me permet de m'occuper en m'inquiétant moins d'avoir Papa sur le dos. Et puis, j'aime bien l'auberge. Il y a quelque chose dans la décoration qui me fait du bien. Que ce soit la chaleur de la cheminée de la grande salle, les couleurs chaudes et douces qui ne m'agressent pas la rétine, l'odeur du bois mélangée à celle de la viande fumée qui chauffe, ou des légumes tournant dans du bouillon, ou simplement le sourire doux de Mamie quand elle m'embrasse la tête pendant que je tente de faire mes devoirs, disons que je me sens à l'aise, ici.

Aujourd'hui, c'est Nikujaga sur le menu. Un plat de chez Mamie, à base de viande, de pommes de terres, de légumes, le tout mijoté dans un bouillon très légèrement sucré. Je n'en ai jamais goûté, mais je suis bien trop curieuse pour me poser des questions, même si j'ai jeté un regard circonspect en voyant le nombre de daikon qu'elle a découpé dans la marmite. Peu m'importe, je fais de mon mieux, et m'applique le plus possible, même si je me sens un peu inutile, dans cette grande cuisine dont ma grand-mère reste la maîtresse incontestée. En la voyant ainsi s'activer, avec un sérieux et une aptitude que je lui envie sans honte, je me mets à gigoter quelque peu. Je voulais l'aider, mais j'avoue que j'ai l'impression de plus prendre de la place qu'autre chose, et je me demande des fois pourquoi elle me laisse venir. Je suppose que c'est car elle aime bien m'avoir, m-mais... Bah, je sais pas. J'ai toujours un peu peur de la déranger, faut dire. Alors pour tenter de rattraper le coup, je m'avance vers elle, jetant des coups d’œil émerveillés vers la panoplie de poudres colorées qui rehaussent instantanément l'intensité de l'odeur alléchante dans l'air dès lors qu'elles sont versées dans les différents plats. Un sourire maladroit sur les lèves, les mains liées dans mon dos, je reprends timidement la parole.

« Je peux faire autre chose ? »

Le regard de Mamie se pose temporairement sur moi. J'ai toujours du mal à lire ses expressions : c'est sans doute ce qui me fait prendre autant de pincettes avec elle. Mais il y a toujours cette lueur douce dans ses iris noirs, celle qui me fait me dire que je m'inquiète toujours pour rien. Elle m'examine rapidement, ainsi que le Racaillou qui m'accompagne, avant de poser le couvercle de mijotage en aluminium sur la casserole et de sourire discrètement. Bon sang, ce que ça sent bon...
Sa voix est plutôt calme alors qu'elle me caresse doucement la tête. Elle a beau ne faire que deux petits centimètres de plus que moi, j'ai toujours l'impression qu'elle est, eh bien... Bien plus grande. Bien plus imposante. J'aimerais beaucoup avoir son charisme, des fois, mais j'sais bien, que, enfin... Bref. Ça n'a pas beaucoup d'importance.

« Tu pourrais aller te reposer, aussi, Alice. Je ne te fais pas venir ici pour te faire travailler, tu sais.
- Mais c'est rien ! Tektiv et moi, on aime aider. Hein, Tektiv ? »

Je me force à avoir l'air la plus enthousiaste possible, sans doute pour compenser quelque peu mon manque de confiance en moi. Mon sourire est grand, suffisamment pour que mon Racaillou tente de l'imiter, levant ses poings en l'air. J'l'aime bien pour ça aussi, Titiv, à être aussi joyeux pour pas grand chose. Je parle de le faire travailler, et lui, il est content. C'est pratique, en tous cas. Mais malgré toute ma bonne volonté, Mamie souffle un peu, comme amusée, et replace tranquillement quelques unes de mes mèches de cheveux. Elle me regarde avec attention, mais j'ai l'impression qu'elle est un peu ailleurs, des fois, quand je vois cette lueur mélancolique dans ses yeux. Comme si  elle se rappelait de quelque chose, quelque chose dont je ne suis pas sûre de vouloir connaître les détails. Ou peut-être pas. Des fois, je ne saurais pas dire si le nœud dans mon ventre est dû à la curiosité ou non.

« Dans ce cas-là, en attendant que le bouillon réduise, j'aimerais bien que tu m'accompagnes jusqu'au jardin, si tu le veux bien. »

Je hoche vivement de la tête, tout de suite volontaire dès lors que j’aperçois cette mine sur le visage de Mamie. En même temps, pendant que Morgane et Axel jouent à l'étage supérieur, je profite du temps dont je dispose seule avec elle. C'est peut-être un peu égoïste, mais depuis qu'ils sont là, bah... Je les jalouse un peu, des fois, de disposer de toute l'attention des adultes. Papa doit faire attention à Morgane, Natsu à Axel, et moi, je... Je grandis, c'est cool, hein ! Juste... J'aimais bien, des fois, être au centre de l'affection. Ayant été enfant unique pendant un long moment, j'avoue que j'ai développé des habitudes que j'aime bien retrouver de temps à autre. Aussi égoïste et puéril que ce soit, en fait.
Nous marchons donc jusqu'au jardin de Mamie, qui me tire toujours une certaine admiration, quand je vois la discipline avec laquelle elle s'en occupe. Si je salue brièvement son Héliatronc, je me demande toutefois pourquoi elle m'a fait venir ici. Je ne m'y connais pas DU TOUT en jardinage, après tout. Après avoir traversé le petit pont et être arrivé au centre de la mare aménagée, elle me désigne les différents rochers qui en dessinent la limite. Curieuse, je lui jette un regard intrigué, tout comme Tektiv.

« Juste là, j'ai besoin de déplacer quelques rochers pour redessiner la mare. Tu penses que ton Racaillou pourrait le faire ? 
- Hm-hm ! Si tu savais la force qu'il a dans les bras, mamie ! »

Héhé. Là, je suis contente, très contente. Si Tektiv est fort pour une chose, c'est sa résistance et sa brutalité, qu'il fait d'ailleurs valoir en présentant ses muscles d'un air jovial. Je m'éloigne donc et laisse à mon Racaillou la tête de s'atteler à son travail, en priant tout de même un peu que notre entraînement récent suffira à réaliser cette tâche. Je me permets un peu d'arrogance, car sans trop me vanter, j'ai mis le paquet avec lui ces derniers temps. Je rêve un peu de le voir évoluer en un Grolem, faut dire... Mais bon. On se contentera de lever des cailloux pour le moment, si ça rend Mamie heureuse !
Tektiv se met joyeusement au travail, prêt à faire le malin et à prouver qu'il est bien plus fort que tout le monde, sauf que... Sauf que ça ne marche pas. Le Racaillou s'acharne pourtant, mais les secondes passent lentement, très lentement, et rien ne vient. Je vois bien que cela l'agace, d'ailleurs, et qu'il doit se faire mal, à force, si bien que j'amorce un pas en avant, une mine gênée sur le visage. Je n'en veux pas à Tektiv, mais je crois que nous sommes en train de passer pour de belles andouilles devant Mamie... Après avoir fait les malins, voilà que l'on ne peut pas bouger quelques miséreux cailloux. Je tente de l'aider, mais c'est peine perdue : si un pokémon comme lui ne peut pas le faire, je doute que mes bras de poulet ne changent quelque chose. Meh. Meeeeeh. O-On va arrêter la gêne, là, déjà que Mamie nous regarde fixement, h-hein ? Je lâche le rocher et m'écarte un peu, tapotant la tête de mon Racaillou pour lui faire signe qu'il peut s'arrêter.

« Euh, tu peux arrêter, si tu y arrives pas, tu sais, je ne voudrais pas te- »

Je n'aurais pas dû dire ça, car il se mit soudainement à s'agiter, visiblement courroucé de ne pas réussir ce qu'il veut. Je me demande comment le calmer, parce que je n'ai pas envie d'un caprice, mais je n'ai pas le temps d'agir : voilà que ce gros balourd se met à évoluer sous mes yeux, prenant de plus en plus de masse au fur et à mesure que les secondes passent. Je manque de tomber dans la mare, mais Mamie me rattrape, et glousse tranquillement devant ma surprise. Mes joues prennent aussitôt des couleurs. J-J'm'attendais pas à ça, hé, en même temps !
Mais mon indignation passagère s'éteint vite quand je vois le magnifique Gravalanch qui se tient maintenant devant nous. Fier de lui, le pokémon roche soulève avec une aisance insolente le rocher qui nous donnait tant de mal avant, et le place à sa droite, un air de fierté prétentieuse sur son visage. Bordel, qu'il est classe ! C'est qui qui a le plus beau Gravalanch d'Alola du pays ? C'est Bibiiii ! Folle de joie, je saute sur Tektiv, qui me réceptionne dans ses bras avec aisance, et me soulève comme si je ne pesais rien. Son corps est toujours aussi rigide et froid, mais je m'en fiche : j'ai bien assez d'enthousiasme pour deux ! Je me mets d'ailleurs à l'examiner avec attention, les yeux grand ouverts.

« Mais t'es super grand ! T'imagines la force que t'as, maintenant ?! On va tout démonter, en matchs ! Tu vas voir l'état des arènes après ! »

Je sautillerais presque si je le pouvais. On s'en rapproche, de la forme de Grolem ! Je savais bien que tous ces entraînements allaient servir ! Comment j'vais pouvoir crâner, en cours !
Toutefois, je vois que Mamie s'est arrêté de sourire, et me fixe avec un mélange de surprise et de perplexité. C'est sa voix, plutôt calme mais dans laquelle je sens transparaître un je-ne-sais-quoi de négatif qui m'arrête dans ma fêterie.

« … Des arènes ? »

… Ah. Oui. Elle était là, et elle ne savait pas. Ahahaha. Mince. La boulette, sérieux ! Je demande à Tektiv de me faire descendre, et me racle la gorge, le regard baissé. Je ne sais pas pourquoi, mais son ton me fait me sentir gênée et un peu stupide, maintenant, si bien que je force une expression assurée sur mon visage, mais je ne suis pas une très bonne menteuse. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que la nouvelle ne lui fait pas plaisir, et ça, ça me gêne beaucoup.

« Oh, euh, m-mamie, ahaha, euh, je voulais dire 'Athènes' ! T-tu sais, la ville, je t'ai pas dit que je rêve d'y aller e-et !
- Alice, tu veux bien venir avec moi ? »

Je ravale ma salive, un peu embarrassée, mais hoche de la tête en gardant le regard baissé. Je me mets à la suivre, mal à l'aise. Quelque chose me dit que je lui dois quelques explications, et... Je n'aime pas trop la manière dont le regard de mamie s'est alourdie. On dirait que d'un seul coup, elle pense à quelque chose, quelque chose que j'ignore mais qui me met déjà mal à l'aise au vu de la lourdeur que je devine dans ses iris.
20 FÉVRIER 2023 (MATIN)Évolution de Tektiv, ft Kagami Donovan

____________________________________________

DC de Xerneas, Faust M. Donovan, Natsume Miyano, Livie A. Vulpino & Roxanne Novak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Secrets de Cuisine (et de Famille) I [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes d'Enola :: L'Île d'Enola :: Côte Est :: Vanawi :: Rues Bondées-