Quoi de neuf sur l'île d'Enola ?

Période en cours
Eté 2024

~25° - 37°C / Fortes chaleurs dans les terres, venteux sur les côtes, orages occasionnels.

Intrigues et Events
Intrigue n°2 : « Passions »
Des conflits s'engagent entre les Monarchistes et les Anarchistes.
Event n°2 : Le festival de Cayagane
Le festival de Cayagane est victime d'un incendie criminel.
Mini event n°1 : Panique à Vanawi !
Un blocus Anarchiste est en cours à Vanawi, sous surveillance des forces de l'ordre.

Missions et Défis
Un guide dans les ruines (mission)
Faites découvrir les ruines du Titak !
La comète (défi)
Découvrez un mystérieux astéroïde.

Demandes de RPs et liens
- Cendrée cherche un.e partenaire pour un RP ou un défi.
- Pseudo cherche ...
- Pseudo cherche ...
+ pour afficher vos demandes, contactez staff !




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Smile |ft. Lionel|
Aller à la page : Précédent  1, 2



SMILEfeat. Lionel Roque-Lartigue


Il y a un truc chez Lionel quand même. Je n’arrive pas à lui en vouloir bien longtemps. Je ne crois pas qu’il existe vraiment de méchanceté chez cet homme. Mais en même temps, m’arrive-t-il vraiment d’envisager le malin chez les autres avant qu’il ne soit vraiment mais vraiment trop tard? Autant je suis la première à me méfier et à prendre mes distances qu’il y a quelque chose de profondément naïf chez moi. Je ne suis pas douée de ce côté, tout simplement. Penser en mal des gens me peine, me pèse. J’aime mieux croire qu’ils me veulent du bien, comme c’est le cas en ce moment avec le Maître Coordinateur. Il y a probablement quelque chose d’un peu vulnérable dans cette manière de penser, d’obstiné aussi. Et de malade. Je me raccroche trop aux gens une fois que j’ai appris à les apprécier, me fais aveugle à leurs défauts. Je… Je n’y arrive tout simplement pas. C’est plus fort que moi. Je crois que j’agis ainsi pour me protéger mais je me rends compte que tout cela ne me sert pas toujours. Tant pis si notre conversation a quelque chose d’un peu utilitaire. Ou de malaisant, par moments. C’est ça, pour moi, les relations humaines, aussi tordu ça puisse paraître. Parfois c’est un peu akward mais on finit toujours par passer au-dessus il me semble. Lionel ne deviendra pas mon ami après une boisson ou deux échangées de toute manière.

Malgré moi, tout de même, je me crispe en parlant de Lexie. J’ai toujours l’impression que les questions à ce sujet cherchent à me coincer plutôt qu’à s’intéresser sincèrement. Au final, je crois que ce sentiment provient de mes propres craintes. Celle d’être jugée par exemple. Celle qu’on me confirme que malgré tous mes efforts, je ne serai jamais ce dont ma fille a besoin. C’est triste de penser ainsi. Je m’en veux de me laisser tomber sitôt le sujet de ma fille ne vienne sur la table. Je baisse les yeux quand Lionel dit que le sujet l’intéresse et qu’il m’aime bien. Je n’ai pas envie de réagir pour l’instant, mais clairement ses mots provoquent une réaction, une sorte de petit malaise accompagné aussi d’un certain soulagement. Je n’ajoute rien de peur que la conversation se poursuive en ce sens. C’est lâche. Je pourrais le dire, tout simplement, que je n’ai pas vraiment envie d’en parler. Heureusement, Lionel répond à ma question et je remarque tout de même que le sujet le fait à son tour plutôt réagir alors que les balbutiements se multiplient. Je l’observe en tentant de comprendre ce qui le rend si mal. C’est un sujet intime que la parentalité. Peut-être que je n’aurais pas dû poser la question.

«Vous savez, je ne crois pas qu’il y ait vraiment un âge pour devenir parent, mais je comprends votre souci de bien faire. Nous menons une vie très chargée, parfois je regrette que ce soit le cas car j’ai peu de temps à consacrer à ma vie familiale. Au moins vous avez effectivement votre neveux et vos nièces.»

Je souris car à cet instant, il est très attendrissant. J’ai l’impression que les souvenirs se multiplient sous son crâne alors qu’il repense à de doux instants auprès d’eux. Au final, ce n’est probablement pas pareil, mais j’aurais bien aimé avoir des neveux et nièces moi aussi. C’est certainement moins de responsabilité pour autant de bonheur. Même si ses paroles sont un peu clichées, je peux sentir que son sentiment est sincère. Ses rougissements me tirent un rire, accentué probablement par ce ponch qui fait honneur à sa réputation. Effectivement, la boisson recommandée par le Maître Coordinateur a bien bon goût et je peux sentir ma tête tourner en me redressant sur ma chaise, arborant un sourire amusé.

«Mais non! Ne soyez pas embarrassé! C’est bien mignon de vous voir parler de votre neveu et vos nièces.»

Ses derniers mots me semblent si bien choisis. Arriver à être heureuse avec Lexie est exactement ce que je recherche pour nous deux. Je suis à la recherche d’un équilibre. Nous mettrons probablement encore du temps à le trouver, mais j’y travaille certainement. Je ne sais pas pourquoi… peut-être est-ce l’alcool ou la compagnie ou je ne sais quoi. Mais les mots de l’homme me donnent un peu espoir que ce sera le cas. Comme si je réalisais que toute relation a besoin de travail, même celle qui unit une mère à sa fille. Je ne peux pas m’attendre à ce que Lexie m’apprivoise d’un seul coup. Puis en regardant en arrière, je vois bien que nous avons progressé tout de même. Que je parviens de plus en plus à mettre mes limites et que les moments passés ensemble sont de plus en plus positifs. J’aimerais encore être moins fatiguée pour elle, moins impatiente, moins… Mais ce genre de choses ne se fera pas du jour au lendemain. Cette idée me donne un peu envie d’aller la voir là, et de la serrer contre moi. J’avale une nouvelle gorgée nerveuse de ponch, réalisant que j’ai probablement un peu trop bu tout de même.

«Merci pour ce que vous dites Lionel. J’ai bien aimé votre compagnie aujourd’hui, aussi niais ça puisse paraître. Ça faisait réellement un moment que je n’avais pas juste profité d’une soirée comme ça. Mais j’ai trop bu, vous m’aviez prévenu pour le ponch hein?»

Je rigole un peu bêtement pour faire passer le malaise de ce que je viens de dire avant de jeter un œil à l’heure. Il me faudrait vraiment rentrer maintenant car une autre journée de combats m’attend demain. Je farfouille mon sac à main et en tire un papier sur lequel j’inscris mon numéro de téléphone. Je l’offre ensuite au Coordinateur avec un sourire.

«Je vais y aller car sinon j’aurai effectivement du mal à rentrer mais voici mon numéro de téléphone si jamais vous avez besoin d’un coup de main pour une mission ou si vous voulez une revanche sur ce fameux ponch.»

Après avoir salué Lionel, je paie ma part et quitte le bar, profitant de l’air salin de Zazambes. Golden m’accueille avec un air de jugement alors que je la libère de sa balle. Voyant mon regard détendu, elle abandonne néanmoins, soulagée que pour une fois, j’ai pu profiter un peu. Dans un claquement de doigts, elle me ramène devant chez moi. Demain matin, je tâcherai de mettre en application ce sur quoi j’ai réfléchi tout à l’heure : bâtir ma relation avec Lexie, une étape à la fois.
(c)Golden

Mercedes L. Blanchett
Elite
Voir le profil
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Fév - 17:16
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: